alexametrics
vendredi 23 février 2024
Heure de Tunis : 14:13
A la Une
Assassinats de Belaïd et Brahmi : Ghannouchi officiellement cité, Khedher introuvable
01/06/2022 | 12:39
6 min
Assassinats de Belaïd et Brahmi : Ghannouchi officiellement cité, Khedher introuvable

 

L'affaire des assassinats politiques de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi semble symboliser la défaillance de l'Etat et son incapacité à garantir le droit à une justice indépendante et équitable. Depuis que ces deux actes barbares et lâches ont été commis, le comité de défense de l'affaire ne cesse de révéler de nouveaux éléments et de dénoncer l'injustice et l'impact de l'aspect politique de l'affaire sur le déroulement de l'enquête.

Bien évidemment, cette affaire est liée directement à ce qu'on avait baptisé l'appareil secret du mouvement Ennahdha représenté sous la forme d'une organisation secrète dont l'un des dirigeants n'est autre que le fameux Mustapha Khedher. Ce dernier aurait dirigé un réseau d'informateurs, infiltré et compromis les institutions sécuritaires de l'Etat et coordonné les assassinats de Belaïd et de Brahmi.

Dans le cadre du suivi du déroulement de l'affaire et suite à l'interdiction de voyage de Rached Ghannouchi, le comité de défense dans l’affaire des assassinats des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi a tenu une conférence de presse le 1er juin 2022 afin d’apporter des éclaircissements sur l’évolution de l’affaire.

 

Au cours de cet événement, l’avocat Koutheir Bouallègue a assuré que toute révélation ou information communiquée par le comité de défense était accompagnée de preuves assurant la véracité de celle-ci. « Nous essayons petit à petit de dévoiler la vérité. La route est longue, car il s’agit d’assassinats politiques. Il s’agit de crime auquel l’Etat a participé… Nous allons présenter de nouvelles informations grâce à votre soutien et aux efforts des avocats tunisiens », a-t-il ajouté.


Koutheir Bouallègue a expliqué que le ministère de l’Intérieur refusait depuis plus d’un an et demi de communiquer le rapport relatif aux instructions préparatoires. Il a considéré que ce rapport permettra de dévoiler les défaillances et les complices dans l’affaire au niveau du ministère. Il a affirmé que certains employés du ministère de l’Intérieur pouvaient être accusés de complicité de meurtre conformément à l’article 32 du code pénal. Il a révélé que le ministère de l’Intérieur avait expliqué que l’Inspection générale avait transféré le rapport au directeur général de la sûreté nationale sans garder une copie.

« Il s’agit du même ministère, du même pays. Le bureau du directeur général est à deux pas de celui de l’inspection… Il s’agit d’un échantillon… 17 instructions préparatoires ont été réalisées… Le ministère de l’Intérieur a refusé de les appliquer… Aujourd’hui, rien n’a changé… Nous allons poursuivre le ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, en cas d’obstination du ministère de l’Intérieur… Nous avions vu dans le passé comment le juge d’instruction de la chambre douze avait procédé à la saisie des documents se trouvant dans une chambre au sujet de laquelle Hichem Fourati avait menti et dissimulé l’existence », a-t-il ajouté.




Par la suite, l’avocat Ridha Radaoui est revenu sur le rôle joué par Bechir Akremi dans les affaires des assassinats. Il a expliqué qu’il est passé de juge d’instruction chargé du meurtre de Chokri Belaïd à procureur de la République lors du traitement du dossier par le tribunal de première instance pour finir comme l’un des accusés dans la même affaire. Il fait face à des accusations d’avoir dissimulé la vérité, de s’être soustrait à l’obligation d’arrêter un prévenu dans le but de l’aider et d’avoir dissimulé des éléments de preuves. Il a assuré que le dossier des assassinats avait été manipulé par Béchir Akremi. Ce dernier est, aussi, accusé de faux et usage de faux. Il aurait, également, induit la justice en erreur en élaborant de faux rapports basés sur des documents inexistants.


L’avocate Imen Gzara a, de son côté, révélé que le président du mouvement Ennahdha fait officiellement face à une accusation pour crimes portant atteinte à la sécurité de l’Etat. Elle a évoqué l’impact de l’inclusion de Rached Ghannouchi dans la liste des accusés. L’aspect politique de l’affaire et l’inclusion d’une personnalité publique a conduit, selon elle, à une stagnation des procédures s’étant transformée par la suite en blocage. Elle a expliqué que les efforts du comité de défense et leur engagement ont permis de prononcer une interdiction de voyager à l’encontre de Rached Ghannouchi et 17 autres individus.

« Aujourd’hui le lieu de résidence de Mustapha Khedher nous est inconnu. Nous ne savons pas s’il se trouve en Tunisie ou à l’étranger… Ceux ayant exploité la justice dans le passé ont permis de dissimuler le lieu de résidence de Mustapha Khedher… Ridha Barouni est, également, introuvable et on ne peut pas l'auditionner. Kamel El Aifi poursuivi dans trois enquêtes… ne retournera pas en Tunisie… On n’a toujours pas entendu les accusés dans le cadre de ces affaires… On essaie de se dérober de crimes sous-prétexte d'exploitation politique de l’affaire », a-t-elle déclaré.


Cette affaire et ses rebondissements renforcent les suspicions de l'infiltration des institutions sécuritaires de l'Etat et de la justice tunisienne. Lenteur et résistance de la part des pouvoirs exécutif et judiciaire, les deux semblant agir de façon compacte et à l'encontre du principe du procès équitable et du droit à la justice.

L'inclusion de Rached Ghannouchi dans la liste des accusés peut sembler comme une petite victoire et un pas en avant. Néanmoins, certains ont exprimé leur inquiétude quant à cette annonce. Il se pourrait qu'on se retrouve face à une dénonciation de l'exploitation politique de l'affaire. Les islamistes et autres groupes radicaux concernés tels que Ansar Charia et la Coalition Al Karama pourraient crier à l'injustice et affirmer que l'accusation de Rached Ghannouchi n'est autre que l'ingérence du chef de l'Etat, Kaïs Saïed, dans le déroulement de l'enquête et de la justice afin de régler ses comptes avec ses opposants. On pourrait même voir Rached Ghannouchi se proclamer persécuté politiquement.


 

Sofiene Ghoubantini

 

01/06/2022 | 12:39
6 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
el ouaffy y
innocent
a posté le 07-06-2022 à 23:01
ghanouchi est innocent ne l impliquer pas dans cette affaire .
el ouaffy y
ghanouci innocent
a posté le 07-06-2022 à 22:58
en toutes les cas ghanouchi n a rien de relation avec cette affaire une Personnalité qui rejette carrément les actes criminels la preuve l ancien president ben ali apprécié bien ghanouchi la preuve il n a pas exécuté la peine de mort sur ordre de bourguiba .
takilas
Tout est connu au ministère de l'intérieur
a posté le 04-06-2022 à 02:50
Des administrateurs connaissent tout se qui s'est passé le 6 février et la veille du 6 février 2013 avant 8 heures du matin sur instruction donnée pour fermer les issues vers le territoire algérien, et que les passages desservant les autoroutes soient contrôlés par les identités (seulement) des conducteurs.
Et à l'annonce de l'assassinat les barrages furent levés.
Des informations ont dû circuler que Feu Blaid allait fuir vers l'Algérie.
Donc son élimination était importante et exigée, et là est la question celle de savoir pourquoi insister à l'éliminer ?
Avait-il des secrets ou des informations importantes, ou s'agit-il simplement d'un défi ou d'une revanche à accompli ?
Pareillement pour Feu Mohaled Brahmi.
Et tous les deux savaient qu'ils allaient être exécutés..
Pour se qui est de gardes présidentiels Feu Si Beji savait que des assassinats vont concerner son entourage sécuritaire, mais il n'a pas pris l'affaire au sérieux, c'est pour cela qu'il a été affecté psychologiquement et qu'il a abondonné les pistes des autres assassinats.
Reste à savoir maintenant si parmi les armes cachées s'il y a d'autres armes cachées comme celles ayant servi à Ben Guerdene.
Et puis la mise en scène de l'ambassade américaine au berges du Lac n'est pas élucidée, et ceux qui partaient vers les lieux étaient sélectionnés par leur apparence de barbus en priorité pour être lâchés au niveau du pont de l'avenue de la République en face du parc A et autorisés à continuer leur route à pieds vers les berges du lac.
Toutefois les individus gênants et qui parlent trop sont directement éliminés et exécutés par les moyens propres au gouvernement tunisiens, s'agissant d'une alternative semblable aux tireurs délite présents à Thala et le lendemain à Kasserine etvqui ont pris l'avion le jour-même de la fuite de Ben Ali , le 14 après-midi.
De préciser que tous les faits et les agissements cités ont été sus (découverts) par tout le monde et n'ont pas été dissimulés réellement comme ils l'espéraient, il s'agissait seulement de relier les faits.
Sans oublier que le pôle des télécommunications se trouvant à Jaafer servait à connaitre les IP et les appels téléphoniques.
Les assassinats à Chambi et des militaires de Kasserine servaient à apeurer la population et d'improviser une atmosphère d'insécurité.
En conclusion que ceux qui parlent et qui ont parlé auparavant que tout à été improvisé par nida tounis et maintenant par un coup d'?tat, sont non seulement à côté de la plaque, mais des régionalistes et des sans scrupules ou qui espèrent un os à ronger de la part de nahdha pour avoir un recrutement dans la fonction publique ou une autorisation pour devenir taxieur à Tunis avec achat d'un véhicule neuf pour taxi, ou bien carrément un poste de responsable dans le gouvernement (de nahdha) pour s'enrichir sans peine.
Compris ? Ou bien non ? Pas encore. Rakom deghouff challaktou âala rouahkom mi dkika lowella.
N'est-ce pas toi, toi et toi ? qui se reconnaîtront, en parlant de ceux qui soi-disant des opposant à un coup d'?tat, de leur rappeler que le seul ciuo detatqui y a eu c'est celui du 14 janvier 2011 alors qu'il a été préconisé et supposé pour avoir une république saine et organisée.
Et on a pas peur de la mort comme depuis d'autres tentatives et menaces.
Carthage Libre
ENFIN! Mais ça ne doit pas être "l'alibi" pour Kaies Saied de prendre le Pouvoir Absolu!
a posté le 02-06-2022 à 11:52
Mettre fin juridiquement à l'exitence d'Ennahdha et des islamistes et les mettre en face de leurs CRIMES des 10 ans (et plus même) : Meurtres, attentats, atteinte à la sécurité de l'Etat, vols des caisses de l'Etat, prosélitysme, etc.

Mais NON Kaies Saied a pris 1 an, 1 an pour TRES TRES PEU de résultats et en faisant couler notrre économie nationale.

Conclusion : Vous savez qui veut éliminer Laies Saied : C'est Abir Moussi, la Patriote, celle qui peut REPARER ce pays et remettre la confiance internationale : c'est une concurrente REDOUTABLE pour lui.

Donc, en lisant ce qui précède, vous aurez compris que Kaies Saiued n'a rien de Patriote : le bien de la Tunisie? Croyez moi, rien à foutre.

Car notre Robocop National n'a qu'une seule idée en tête : écarter TOUT le monde, pour un Pouvoir Absolue personnel, avec en prime un système DESTRUCTEUR des institutions et de l'économie nationale, à la Mao Zedong et sa désatreuse criminelle "Révolution culturelle".
Dark vador
L OTAN est le commanditaire
a posté le 01-06-2022 à 16:52
Monsieur Belaid à tous déballer lors d une émission télé, les 4x4 qui descendais à toutes allure au frontières libyenne, les premiers responsables sont les USA ,la France, l Angleterre ,l Allemagne la Turquie, le Qatar, je pèse mes mots, l OTAN est une organisation criminelle dont leur prérogatives était de contenir l URSS à la suite sont devenus les destructeur de pays arabes et africain pour spolier leur richesse et mettre des pions comme les sanguinaires et mortifers islamistes sans foi ni loi
Nephentes
L'inconcevable verite
a posté le 01-06-2022 à 16:35
L'appareil secret nahdhaoui est partie prenante aux deux assassinats

Mais ce n'est pas la seule partie prenante

ce n'est même pas le commanditaire, Ennahdha est complice et exécuteur dans ces deux affaires. Ces couillons d'islamistes seraient peut être manipules

Et des esprits particulièrement loufoques comme le mien se mettent a imaginer l'ingérence de services secrets étrangers

Chokri Belaid etait susceptible de déballer a l'époque des vertes et des pas mures concernant les liens entre l'oligarchie mafieuse tunisienne et les "services '" de coopération francais, qu'il s'agisse de la culture, de l'aide au développement ou du soutien a la petite enfance.......

Par exemple en ce qui a trait a l'apport de Mr Blaise Pascal aux techniques de drainage des sols marécageux, de Mr Rene Descartes a la théorie de l'animal-machine, ou encore de Mr Frederic Mitterrand au développement psychomoteur de l'enfant tunisien - a travers une remarquable recherche-intervention opérée dans les années 90 a Hammamet notamment .

Voila : déballer tout ce genre de choses sans finesse et prise de recul - au sens propre comme au sens figuré- cela peut indisposer



AR
Frédéric Mitterrand ?
a posté le à 11:57
C'est pas la nièce à François Mitterrand ?
takilas
"un " crime presque parfait.
a posté le 01-06-2022 à 15:37
Il manque quelqu'un d'autre.
Celui qui a fermé les sorties vers le territoire algérien la nuit du 5 au février 2013 (mardi à mercredi) un jour inoubliable surtout à la radio avec l'annonce de l'assassinat de Feu Chokri Belaid vers 8 heures et que la route vers le Kef (et la frontière algérienne) fut rouverte et que tous les barrages furent, comme par enchantement, levés.
Inoubliable matinée.
C'est qui ? ? ? ? ?
C'est le plombier qui a envoyé le bicarbonate de soude.
takilas
La tête pensante de ghanouchi n'est pas là.
a posté le 01-06-2022 à 15:29
Le dupeur ghanouchi va devenir plus vulnérable et aura moins de changer d'esquiver la justice.
Dark vador
Quelle bonne nouvelle
a posté le 01-06-2022 à 15:12
Bandes de Morfalous de la période de la fumeuse troïka, vous comptez gouverné et narguer la tunisie pendant 50 ans, maintenant sait à votre tour les nuits cauchemardesques en prison
Houcine
Le comble.
a posté le 01-06-2022 à 14:17
Si on comprend bien, encore aujourd'hui la magouille est de mise.
Le ministère de l'intérieur dont on sait qu'il a été la première prise des islamistes qui n'ont cessé de batailler depuis lors de le garder dans leur giron reste captif et sous influence.
Si on ajoute la justice, cela explique, justifie et prouve que ma pétition a du sens quand j'écris il n'y a pas de Justice.
Mais le plus important, c'est que cela dénonce, montre, prouve que tous les petits malins, les verbeux, les demi-savants qui nous parlent de constitution, de démocratie, sont menteurs.
Des assassins toujours pas arrêtés, des enquêtes négligées, des dossiers subtilisés ou vidés de pièces importantes, un juge voyou, Akremi, pas grandement inquiété, et les ordonnateurs des crimes nous narguent en vantant leurs exploits.
Ils vont jusqu'à accuser autrui, celui qui les conteste, de tout et de n'importe quoi, sans retenue.
Comme Bouchlaka, de son refuge ou son antre, diffusant ses fables et fier de lui.
Il faut les arrêter, et porter l'affaire devant la Cour Pénale Internationale pour crimes, détournements de fonds prêtés par le FMI, et spoliation du peuple tunisien.
Eux, leurs suiveurs et serviles suppôts aussi traîtres et sans honneur, ne sont que des racailles.
takilas
il y a surtout un énergumène qui est concerne par l'interdiction de voyage .
a posté le 01-06-2022 à 13:51
? ? ? ? ? C'est qui ?
- c'est le plombier qui a fermé les sorties vers le territoire algérien le 6 avril 2013.
C'est qui ? ? ? ? ?
C'est le plombier qui a envoyé le bicarbonate de soude.
takilas
Quand on sait que :
a posté le 01-06-2022 à 13:42
" Il a affirmé que certains employés du ministère de l'Intérieur pouvaient être accusés de complicité de meurtre conformément à l'article 32 du code pénal" .

Les lèche-bottes de nahdha n'éprouvent jamais diree contraire alors que tout prouvé depuis avril 2013 et que les hypocrites et les regionalistes qui veulent dissimuler les assassinats perdent leur temps car les preuves sont tangibles et vousaller en connaitre davantage .
Espèces de complices ! ?
Sherlock Homss
Toute la vérité finira bien par éclater au grand jour...
a posté le 01-06-2022 à 13:09
Ils "tomberont" un par un, ceux qui sont "sur place" et qu'il est vivement conseillé d'incarcerer sur le champ, qu'ils s'appellent Cheikh Ghannouchi ou Sidi Figliodiputtana pour éviter toute fuite ou "suicide" programmé pour les empêcher de parler et pour ceux qui sont en fuite, "creuser un tunnel d'ici jusqu'au Mexique" (façon de parler) pour les retrouver coûte que coûte et les ramener au pays par la peau des fesses.
Il est également possible de lancer un mandat d'arrêt international sur interpol.
De toutes façons, il est grand temps et impératif aux yeux des tunisiens et de tous les pays du monde que justice soit faite et que le grand déballage commence sur ces criminels.