alexametrics
mardi 23 avril 2024
Heure de Tunis : 03:30
SUR LE FIL
Le SNJT envisage une plainte contre le procureur de la République près le Tribunal de première instance
26/03/2024 | 15:38
2 min
Le SNJT envisage une plainte contre le procureur de la République près le Tribunal de première instance

 

Le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a publié, mardi 26 mars 2024, un communiqué annonçant qu’il envisage de porter plainte contre le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Tunis pour détention illégale.  Le SNJT réagissait au mandat de dépôt émis contre le journaliste Mohamed Boughalleb. 

Dénonçant cette décision, le syndicat a estimé que la politique liberticide de la justice tunisienne continuait son atteinte à la liberté de la presse et d’expression. 

Le SNJT a rappelé que les poursuites contre les journalistes étaient régies par des procédures spéciales en vertu du décret 115 notant que les décisions du parquet près le Tribunal de première instance de Tunis constituent une violation manifeste de ces procédures.

 

Soulignant que le mandat de dépôt contre Mohamed Boughalleb est injustifié, le SNJT a avancé que la justice avait dévié de son rôle de protecteur des droits et libertés pour devenir une épée dédaignée contre les journalistes. 

 

Constant un ciblage systématique des journalistes, le syndicat a précisé que le mandant de dépôt émis contre le journaliste Mohamed Boughalleb était illégal car ne répondant pas aux conditions autorisant le ministère public à prendre telle décision, notamment le flagrant délit. 

Le SNJT a, aussi, appelé, dans son communiqué, le président de la République Kaïs Saïed à faire valoir ses pouvoirs pour imposer le respect des dispositions de la constitution et la protection de la liberté de la presse et ainsi mettre fin aux abus contre les journalistes.

Le journaliste Mohamed Boughalleb est poursuivi en justice dans deux affaires. Il est, entre autres, accusé d'atteinte à autrui via les réseaux de télécommunication et imputation de faits non avérés à un fonctionnaire public. Un mandat de dépôt a été émis à son encontre mardi dans le cadre de cette affaire et son audience fixée au 3 avril 2024. 

 

Les détails de la seconde affaire n’ont pas encore été communiqués à l’opinion publique. 

 
N.J 
26/03/2024 | 15:38
2 min
Suivez-nous