alexametrics
coronavirus

Mesures de confinement : la LTDH dénonce les agressions contre les citoyens

Temps de lecture : 1 min
Mesures de confinement : la LTDH dénonce les agressions contre les citoyens

 

La Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) a rendu public un communiqué, ce mardi 24 mars, estimant que les dispositifs du confinement et du couvre-feu ne doivent à aucun moment justifier l’agression des citoyens, qu’elle soit physique ou verbale.

 

La LTDH a regretté la prise à la légère des consignes de l’Etat par rapport au confinement comme étant une mesure de prévention contre la propagation du coronavirus Covid-19. Toutefois, cela ne doit pas être exploité ou pris comme un prétexte pour violer les droits de l’Homme, assure l'organisation.

Ainsi, la ligue a appelé le ministère de l’Intérieur à imposer à ses agents le respect des citoyens et d’éviter ces pratiques agressives.

 

Rappelons qu'en ce troisième jours de confinement, des policiers ont agressé des citoyens dans la rue n'ayant pas respecté les dispositifs de l'isolement. Ces agressions ont été filmées et massivement partagées sur la toile 

 

S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (21)

Commenter

Citoyen_H
| 25-03-2020 20:20
on se rendra compte que ce sont toujours les mêmes qui fichent la merde, et dès qu'ils se font corriger, ils vont illico réclamer des indemnités en tant que "mounadhrine".

Il s'agit certainement de ceux qui avaient saccagé les supermarchés, les mairies, les commissariats de police, les locaux de la douane, ceux qui avaient érigés des barrages de pneus enflammés pour réclamer gratuitement de l'argent à l'état, ceux qui avaient brulés des bus et une multitude de véhicules administratifs, ceux qui avaient braqués de pauvres automobilistes, ceux qui avaient bloqué les accès aux manufactures, en bref une bonne partie de ceux qui avaient mis notre production nationale en berne.

Après tout une bonne petite correction de temps en temps, ne pourra que les aider à dissiper les nuages toxiques de stupéfiants ayant envahi leur boite crânienne de rebuts de notre société, devenue subitement nonchalante depuis l'accident de 2011.

Gloire à nos forces de l'ordre.



mokhtar
| 25-03-2020 19:21
je propose à la LTDH de publier un "mode d'emploi" à l'intention des policiers, exposés,EUX, à la contagion. ou mieux, qu'ils se fassent accompagner de "spécialistes" pour "inciter", voire forcer les contrevenants à respecter le confinement.

eshmoun
| 25-03-2020 18:47
Nous sommes en guerre oui ou merde ? c'est malheureux mais c'est comme çà car comme c'est toujours le cas des citoyens conscients et disciplinés payent pour les enfoirés (plus nombreux qu'on veut bien le dire) qui se "payent le kif" de braver les consignes de sécurité et pas seulement en organisant des fêtes et autres réjouissances(voyages notamment) ou simplement des prétentieux fanfarons qui qui se la jouent "sans peur et sans reproches" constituant ainsi et en connaissance de cause un danger mortel pour les concitoyens ....des meurtriers en quelque sorte ! la LTDH "monte sur ses grands chevaux " je veux bien mais le virus lui , jubile ; il ne pardonne pas ; il es intolérant.... peut être même qu'il tentera de "se taper "un ou deux sécuritaires pour le "fun"...l'alliance de la carpe et du lapin quoi ! gaffe c'est pas le moment de se permettre ce qui pourrait être considéré comme une "tentative" de démoralisation de l'ensemble du système mis en place pour protéger la population surtout que s'annonce selon toute vraisemblance le pic tant redouté ,surtout avec un tel communiqué "alambiqué" ambigu et parfaitement inadapté ....pas d'autre alternative que de fermer sa gueule et d'obéir ! c'est le cas dans d'autres pays pas vraiment démocratiques ,c'est vrai , mais aussi dans d'autres qui ont une pratique saine et ancienne de la démocratie ...il est temps de connaître dans quelle étape nous nous situons ..."connais toi toi-même " professaient les anciens!

Hounga
| 25-03-2020 15:37
La violence physique a toujours fait parti de notre culture.Après tout le fonctionnaire de l'état qui est le policier a grandi dans ce pays . Les coups de poings, les bagarres dans la rue, les agressions physiques bref la barbarie est ancrée dans nos mentalité et l'éducation. Et la preuve ceux sont les commentaires et souvent de pseudo-progressistes et pseudo-démocrates qui au fait sont des fascistes.

sassi
| 25-03-2020 15:12
depuis que ce droit dit humain tous les mécontents les barbos les voyou les indisciplinés les profiteurs veulent l'exploiter
le droit est appliqué dans les pays civilisé
vous le voulez ou non la plus part des citoyens ne sont pas encore civilisés ils ne sont que des profiteurs

Abel Chater
| 25-03-2020 11:08
Le jour où les Tunisiens cessent de prendre l'exemple de la France et qu'ils constatent le recul de la mentalité colonialiste des Français, en comparaison aux vrais pays avancés de par leur compétence, de par leur travail et de par leur vrai respect de la dignité humaine de l'ensemble de leurs citoyens, comme l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche et les pays scandinaves, ils vont comprendre que leur exemple français, se trouve déjà de la même distance des pays avancés, qu'on ne se trouve nous-mêmes de cette France.
Pour que la Tunisie avance dans le bon sens, il faut qu'elle se détache d'abord de ce complexe français. Même le Harki de la France, le défunt dictateur déchu Bourguiba, ne disait toujours, qu'il souhaitait voir la jeunesse tunisienne évoluer à l'image de la jeunesse suisse. Il n'a jamais souhaité voir les Tunisiens évoluer à l'image de l'arrogance coloniale des Français. Une arrogance bidon, qui ne trouve lieu que du côté des pauvres pays africains, alors qu'ils demeurent lèche-bottes des Allemands et des Anglo-saxons.

Hamma Jridi
| 25-03-2020 09:24
Depuis quand les agents de la sécurité représentent des affiliés. Le complexe d'infériorité et de soumission à la police et à la gendarmerie est une chose innée chez les tunisiens même ceux qui un niveau intellectuel respectable. Ceux qui ont rédigé cet article et que nous respectons ne font pas l'exception. Il faut que nos amis sécuritaires sachent bien que nous faisons une guerre contre le Coronavirus et non contre les citoyens. Il y a d'autres moyens plus efficaces pour faire respecter le confinement et le couvre feux. Il faudrait plutôt offrir aux citoyens les conditions qui leur permettent de respecter les nouvelles mesures que de les matraquer ou de les mettre en prison parce qu'ils ont été empêchés de le faire. Respectons nous les uns les autres SVP et nous gagnerons cette maudite guerre Inchaallah.

wiem
| 25-03-2020 06:16
Même en France, les gouvernements profitent des mesures de confinement pour réprimer les citoyens.

Veritas
| 25-03-2020 05:55
Raisonnement: pour être des citoyens comme les considère la LTDH , il faut qu' ils appartiennent à l' état et pour y appartenir il faut se conformer à ses directives et respecter les lois communes, il faut... Est ce ce genre des gens indécents ces etres anarchiques qui ne croient même pas à la notion d état qu' on appelle "citoyen" malgrés eux? Dans ce cas LTDH sera La ligue tunisienne de la décadence humaine. Nos agents c est nos protecteur quand on se soumet à l' état. Ces racailles sont nos ennemis, des criminels et chaque CITOYEN tunisien voudra leur noter le cul et leur dire de même ou plus.Va Va LTDH

Zohra
| 25-03-2020 01:16
Nous ne sommes pas en guerre et n'avons pas à l'être.
Nous ne sommes pas mobilisés par les armes mais par l'Intelligence du vivant qui nous contraint à la pause.
Exceptionnellement nous sommes obligés de nous pousser de coté, de laisser la place.
Ce n'est pas une guerre, c'est une éducation, celle de l'humilité, de l'interrelation et de la solidarité.

A lire aussi

Le peuple revendiquera ses droits

31/03/2020 19:08
2

Selon un communiqué publié par la présidence du

31/03/2020 17:50
5

Heureusement que c’est le corps, pas le

31/03/2020 17:30
1

Initialement prévue à Carthage le 2 avril 2020 à l’Académie Beït El Hikma, la conférence de Ghazi

31/03/2020 17:00
0