alexametrics
mardi 18 juin 2024
Heure de Tunis : 10:00
BN TV
Faker Bouzghaya : on prétend la torture de Mehdi Zagrouba pour se dérober à la justice !
16/05/2024 | 11:24
3 min
Faker Bouzghaya : on prétend la torture de Mehdi Zagrouba pour se dérober à la justice !

 

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Faker Bouzghaya, est intervenu, jeudi 16 mai 2024, dans la matinale de IFM.

Son intervention faisait suite à celle de Essia Haj Salem, membre du comité de défense de Mehdi Zagrouba qui a notamment affirmé que les vidéos qu’on associe à l’avocat ne sont en réalité pas les siennes.

Faker Bouzghaya a souligné que le parquet n’émet des mandats de recherche et conduit des enquêtes que sur la base d’indices et de preuves. « Cela n’est donc pas basé uniquement sur une vidéo qui tourne sur Facebook, mais sur d’autres vidéos, des enregistrements, des caméras de surveillance et des témoignages » a-t-il assuré.

Le responsable a précisé que le département engagera des poursuites contre « toute personne » qui publie ou diffuse de fausses informations concernant le dossier.

« Cela concerne également les avocats (…) certaines parties veulent entacher le travail sécuritaire et diffusent des mensonges se pensant au-dessus de la loi (…) nous démentons catégoriquement tout acte de torture commis lors de l’arrestation de Mehdi Zagrouba (…) les agents de sécurité déployés à la Maison de l’avocat ont fait face à de la résistance et ont été insultés ce qui déjà constitue un crime (…) lors de la garde à vue, tout le travail est documenté et enregistré et la justice aura accès à tout cela (…) prétendre la torture est un moyen de vouloir se dérober à la justice » a-t-il conclu.

Le parquet près le Tribunal de première instance de Tunis a émis, mercredi 15 mai 2024, un mandat de dépôt contre l’avocat Mehdi Zagrouba. Les avocats de la défense ont affirmé que le mandat de dépôt avait été émis pendant que Mehdi Zagrouba n'était pas conscient, s'étant évanoui.

Mehdi Zagrouba a comparu hier devant le juge d’instruction. Il portait des traces de violence et de torture. Cependant, le ministère public avait refusé son examen par un médecin légiste malgré l’aval du juge d’instruction. Victime de malaises, il a été par la suite transporté à l'hôpital et son audience interrompue. Ses avocats ont demandé un examen pour constater les traces de violence. La défense a d'ailleurs déposé une plainte pour torture.

L’avocat, Mehdi Zagrouba, arrêté dans la soirée de lundi 13 mai 2024, lors d’un assaut musclé de la police à la Maison de l’avocat.  Lors de son arrestation à la Maison de l’avocat, il avait été violemment agressé. Les témoins de la scène avaient indiqué que les agents s’étaient jetés sur lui, puis l’avaient traîné par terre, le dénudant dans la foulée.

Mehdi Zagrouba a été interpellé à la suite d’une altercation avec des agents de sécurité au palais de justice au cours de la manifestation des avocats. Le ministère de l’Intérieur avait précisé dans un communiqué, que selon le ministère public, il s’agit d’outrage à un fonctionnaire public dans l’exercice de ses fonctions, et de violence physique et verbale contre les deux agents sécuritaires.

 

M.B.Z

 

16/05/2024 | 11:24
3 min
Suivez-nous
Commentaires
King lion
j'entends d'ici...
a posté le 17-05-2024 à 13:00
Les traîtres gueuler et les chiens hurler : rien ne va plus chez les mafieux !
Bbaya
Hh c'était prévisible!
a posté le 16-05-2024 à 18:11
Ce sont les anciens pratiques et les mêmes qui sortent après pour inverser les rôles!
Al asafirou touzakzikou! Comme a l'époque de ben ail! Durant où ben ali rst au pouvoir tout est rose puis une fois dégagé ben ali un dictateur et khatina! Et blabla on veut police républicain... trarari tralala ...
Chelbi
Les jumeaux inséparables: sauvagerie et bassesse
a posté le 16-05-2024 à 14:47
Bien sûr pour camoufler une sauvagerie, ça prend une bassesse.
The Mirror
Mehdi Zaghrouba est connu des tunisiens
a posté le 16-05-2024 à 12:23
Mr Zaghrouba est bien connu des tunisiens, dont je fais fièrement partie. Zaghrouba s'est fait remarquer au moins trois fois:

- au Parlement, où Mr Zaghrouba tabassait à coups de poing Abir Moussi, sous les caméras de la télévision nationale tunisienne
- dans les locaux de l'aéroport international Tunis Carthage, où Mr Zaghrouba, accompagné de ses collègues de All Karama ont essayé de faire voyager une S17, et ce malgré le refus de la police des frontières
- au Palais de la Justice'? où Mr Zaghrouba a fait sortir par la force, deux policiers judiciaires qui faisaient leur travail.
airoud123
@mangeur de foin
a posté le 16-05-2024 à 11:56
HHHHHHHHHH alors pourquoi vous avez arrêté le photographe et effacé ses enregistrements hhhhhhhh tazmiiiiir