alexametrics
Chroniques

On ne paiera pas pour le phosphate !

Temps de lecture : 5 min
On ne paiera pas pour le phosphate !

 

C’est une première historique en Tunisie, de celles dont on devra se souvenir longtemps comme étant une honte absolue. Notre pays va importer du phosphate, pour la première fois depuis que l’Etat tunisien existe.

Nous allons acheter du phosphate auprès de nos amis Algériens à raison de 40 mille tonnes par mois pour pouvoir reconstituer un stock et poursuivre la production d’engrais chimiques. La Tunisie se met donc à importer un produit dont elle était le cinquième producteur mondial en 2010. Autant dire une déliquescence et un laisser-aller intolérables qui vont peser sur les finances de l’Etat.

Il ne s’agit pas ici de politique politicienne dont certains disent, à tort d’ailleurs, qu’elle n’intéresse pas le Tunisien dans sa vie quotidienne. Le manque à gagner de l’Etat tunisien, à cause de la faillite du phosphate, sera prélevé ailleurs, soit en impôts, soit en endettement extérieur, soit en réduisant les investissements de l’Etat et le travail fait au niveau des infrastructures. Donc, il n’est plus à démontrer que cette faillite aura un impact direct sur le quotidien des Tunisiens.

 

A cause de tensions sociales, la Tunisie se retrouve privée de son unique richesse naturelle, l’un de ses poumons économiques les plus importants. Depuis près de 10 ans, tous les gouvernements se sont cassé les dents sur cette problématique qui reste, à ce jour, non résolue. Le blocage systématique de la ligne 13 qui achemine le phosphate à Sfax a fini par avoir raison de l’entreprise et pousse maintenant à importer cette ressource. Ce blocage n’a pu être levé ni par la force de la loi, ni par celle de la négociation. Il s’agit là du grand échec de tous les gouvernants de la Tunisie, indépendamment de leur couleur politique. Aucun d’eux n’a été capable de trouver une solution pérenne à cette situation dramatique. Pire encore, l’Etat s’est adonné à la corruption dans cette affaire. En fondant des « sociétés d’environnement, de plantation et de jardinage » attelées à Phosphate Gafsa et en y recrutant des bras cassés, l’Etat a tenté d’acheter la paix sociale pour pouvoir administrer « tranquillement » la première ressource du pays. Mais comme disait Churchill à Chamberlain : « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre », car finalement ces sociétés ont précipité la chute de Phosphate Gafsa. Pire encore, ces sociétés fictives qui ne font aucun travail de terrain ont créé un appel d’air à tous les chômeurs de différentes régions, qui veulent y être intégrés au prix d’un bras de fer avec l’Etat.

Sur la question du phosphate, l’Etat tunisien s’est montré d’une lâcheté sans nom et a été incapable de faire profiter les Tunisiens de leur ressource. L’Etat tunisien a distribué des pots-de-vin à des milliers de personnes pour « acheter » l’exploitation du phosphate, mais sans aucun résultat. On continue à faire chanter l’Etat tunisien et celui-ci se laisse faire. Mais l’Etat tunisien c’est nous, et à défaut de profiter de notre droit, garanti par la constitution dans son article 13, on ne va pas non plus se mettre à payer l’importation ! Des millions de personnes en Tunisie travaillent durement chaque jour pour nourrir leurs familles tout en respectant la loi et en payant leurs impôts. Cela devient chaque jour de plus en plus dur et la crise du Covid-19 n’a rien arrangé. Il est intolérable et inadmissible de leur faire payer en plus, de quelque manière que ce soit, l’incompétence et la lâcheté d’un Etat incapable.

 

Il est vrai que la situation de la population de Gafsa est difficile et que de réels problèmes de chômage et de précarité existent. Il faut absolument régler ces problèmes et travailler à désenclaver cette région si riche. Mais il est clair aussi que le modèle choisi pour remédier à ces problèmes ne marche pas, au contraire. Aujourd’hui, ce sont les employés de Phosphate Gafsa qui sont menacés de chômage et de précarité à cause des contestataires et de l’absence de réponse de l’Etat. C’est le nombre de chômeurs qui risque d’augmenter si on continue à aller sur cette voie qui aura la peau de Phosphate Gafsa, de manière définitive. On notera au passage le silence des défenseurs zélés des ressources naturelles, ils doivent toujours être à la recherche du sel et du pétrole entre Nabil Karoui et Rached Ghannouchi. On remarquera également le silence du président de la République, Kaïs Saïed, qui disait pourtant avant-hier que les Domaines de l’Etat doivent être préservés et que la loi doit s’appliquer à tous les contrevenants. Peut-être qu’il ne considère pas le phosphate comme une richesse de l’Etat tunisien et qu’il préfère partir à courette derrière d’hypothétiques milliards cachés à l’étranger plutôt que s’atteler à récupérer la richesse naturelle de la Tunisie. Il préfère utiliser les ministères comme celui des Domaines de l’Etat pour poursuivre ses opposants politiques plutôt que d’oser dire qu’une infime partie du peuple a tort de bloquer le phosphate et d’en priver l’ensemble des Tunisiens.  

 

Les bâtisseurs du pays ont travaillé dur pour que l’on puisse extraire et vendre le phosphate. La Tunisie dispose même d’un brevet international dans l’extraction du phosphate et nos ingénieurs ont parcouru le monde pour mettre à profit leur savoir-faire et aider d’autres pays à extraire le phosphate et à le traiter de la bonne manière. Encore aujourd’hui ce brevet peut être mis à profit. Mais au lieu de cela, nous nous mettons à importer du phosphate. Des centaines d’ingénieurs doivent se retourner dans leurs tombes s’ils apprenaient cela. Toute la faillite de l’Etat tunisien, même avant la révolution, se trouve résumée dans le traitement de la problématique Phosphate Gafsa. Cela est valable pour le nouveau gouvernement de Hichem Mechichi qui devra trouver des solutions à la problématique de la CPG, en espérant, un peu naïvement, qu’il ne s’y cassera pas les dents comme ses prédécesseurs. 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

Samir
| 18-09-2020 16:37
Comment accepter tout ça. La seule source de devise potentielle est saccagée.... le silence et la non action du président et des gouvernements successifs sont insupportables. C est le comble et une abération ce sujet doit être l urgence absolue des actions du nouveau gouvernement ... changer tous les dirigeants de ces sociétés faire signer aux salariés un engagement et déclarer la zone militaire ...

Rationnel
| 18-09-2020 15:04
L'affaire d'achat de phosphate n'est pas importante, La tonne de phosphate est moins de 75 dollars, donc cet achat ne représente que 30 millions / an.
Le profit des banques en Tunisie est plus de 5 000 millions de dinars.
D'après une étude de la banque mondiale, le premier obstacle devant les entreprises tunisienne est l'accès au financement. Les taux d'intérêts pratiques par les banques sont excessifs (10 a 13%). La politique monétaire est restrictive.
On doit dépasser l'économie de rente qui ce soit l'économie d'extraction du pétrole ou du phosphate ou les banques et encourager les nouvelles industries, l'innovation et le travail.

dalil
| 17-09-2020 22:38
1/ la CPG était cotée à la bourse de Paris avant l'indépendance.
2/ aujourd'hui, le Maroc construit des usines de phosphate en Afrique et ailleurs seul ou en partenariat technique avec les européens.
3/ Cette stratégie industrielle la CPG l'a connu en créant une unité phosphatière loin,en Chine.
4/ La CPG vit aujourd'hui son déclin comme l'industrie de l'acier en France. Celle ci importe ses besoins de l'inde , de la chine et même des Etats unis pour les aciers spéciaux. Par la même , le chômage structurel ,a explosé. ........CGT/ UGTT même école et même combat !!!!!
l'importation du phosphate réveillera t elle les consciences ? J'en doute.

Mohammed
| 17-09-2020 15:24
Bel article.
Il y a pourtant un grand oubli: le silence de l'UGTT.

LotfiBC
| 17-09-2020 15:01
Pas uniquement le phosphate; le peu de pétrole et de gaz aussi ont été démoli par ses dits " responsables"; ce sont plutôt d'incompétents irresponsables qui ont laissé des sauvages détruire le pays; vous parlez de Tunisie 10 eme producteur de phosphates dans le monde en 2010;, eh même 3 eme producteur de phosphates dans les années 90. Le premier producteur de réserves en Tunisie a été démoli par ces dits incompétents; Alors que cela devrait être des zones militaires; dommage,

Albatros
| 17-09-2020 13:38
des ingénieurs à la française, des polytechniciens ... pwahahaha ...
polytechnique est 200 ème, dans le classement mondial de Shenghai. ce n'est pas un établissement du supérieur. un club matheux et mafieux, néfaste et inutile.
WAKE UP !!!

bahrila
| 17-09-2020 12:09
la Tunisie était 4 em producteur et 2 em exportateur de phosphates . Le PDG la CPG de l'époque était même président de la Mondial Phos !
c'était les premiers bâtisseurs de la République : fonctionnaires de l'état intègres travailleurs infatigables ; allah yarham Osman Bahri

Norey ben Mahmoud
| 17-09-2020 10:33
C'est un acte courageux de la part du gouvernement d'autoriser l'importation du phosphate pour faire tourner les usines du GCT ..
Ces usines ont coûté deux milliards de dollars US et la première pierre de la première unité a été posée a Gabes en Novembre 1969 par Ahmed Ben Salah , Allah yarahmo !
Prenons l'exemp!e de ICF qui s'est trouvée peu après sa création a court de spath fluor local et a été autorisée ( par des personnes intelligentes ) a en importer pour faire tourner son usine de fluorure d'aluminium a Gabes !

JeRentreDansLeNoir
| 17-09-2020 10:18
Je ne veux plus payer pour tout ça, je rentre dans le noir.

Gg
| 17-09-2020 07:37
Bien sûr que si, vous allez payer pour les phosphates!

A lire aussi

Que fait le symbole de l’unité de la République, le garant de sa continuité et du respect de sa

25/09/2020 17:30
5

si ce n’est une insoutenable

24/09/2020 20:00
6

En bon professeur (plutôt enseignant)

24/09/2020 11:22
26

Le président semble ignorer la portée symbolique d’une telle mise en

23/09/2020 16:59
17