alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 21:05
Dernières news
Samir Taïeb : 200 millions de dinars seront injectés en 2017-2018 pour ne pas revivre la pénurie d'eau
07/02/2017 | 11:14
2 min
Samir Taïeb : 200 millions de dinars seront injectés en 2017-2018 pour ne pas revivre la pénurie d'eau

 

Invité de la matinale de Hatem Ben Amara sur la Radio Nationale, Samir Taïeb, ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques s’est exprimé ce mardi 7 février 2017 sur la crise des tomates et des poivrons, la fin de la crise des agrumes et le plan d’urgence 2017-2018 pour affronter le problème de l’eau potable en Tunisie.

 

« Au Maroc, le prix des tomates est passé de 2 dirhams à 12 dirhams, soit de 1 dinar à 6 dinars, cependant il n’y a pas eu de retentissements médiatiques à ce sujet comme en Tunisie » a déclaré le ministre ajoutant qu’une réunion a eu lieu hier, lundi 6 février 2017, entre le chef du gouvernement, Youssef Chahed, le ministère du Commerce et celui de l’Agriculture pour déterminer les causes environnementales qui sont à l’origine de la flambée des prix. Il a précisé que cette réunion avait pour objectif un réajustement des prix et que l’Etat va intervenir auprès des agriculteurs pour les aider. Comme début de solution, le ministre a annoncé que «des points de vente de fruits et légumes, sans intermédiaires, entre l’agriculteur et le consommateur vont être mis en place à El Ouardia, Ariana et Ben Arous ce qui va permettre un réajustement des prix vers le bas ».

 

« Pour ne pas passer un été comme l’année dernière et éviter les coupures d’eau à  répétition», Samir Taïeb a annoncé que 200 millions de dinars seront débloqués entre 2017 et 2018 (100 millions de dinars en 2017 et 100 millions de dinars en 2018) et ce pour affronter le problème de l’eau. Considérée comme une priorité du gouvernement d’union nationale, cette crise sera résorbée par la mise en place de 40 stations mobiles qui permettront de dessaler l’eau de mer et par le forage de 30 puits pour faire face aux pics de consommation en été, selon M. Taïeb. Par ailleurs, le ministre a annoncé que tous les gouvernorats se sont d’ores et déjà dotés d’un plan d’urgence pour affronter le manque d’eau et éviter les gaspillages. Concernant le barrage de Sidi Salem, le ministre a indiqué que sa situation ne s’est toujours pas améliorée.

 

Le ministre s’est également exprimé sur la crise des agrumes annonçant qu’elle a pris fin. Il a exhorté les citoyens à acheter des oranges au lieu des bananes. « Stop aux bananes, achetez des oranges ! » a-t-il déclaré, déplorant plus loin l’absence des produits tunisiens sur le marché international de Rungis. A propos des maltaises tunisiennes, le ministre a annoncé qu’elles ont été exportées vers de nouveaux marchés à Montréal, en Côte d’Ivoire, et en Russie.

 

K.H

 

07/02/2017 | 11:14
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (12)

Commenter

l oeil du diable
| 08-02-2017 10:10
Le malheur chez nous en Tunisie c est que chaque responsable pense qu il detient la solution.Les conseillers ingenieurs specialistes eux meme ne font pas des recherches pour etudier les reussites dans les pays qui ont vaicus les memes difficultes d approvisionnement d eau aussi bien potable que celle utilisee pour
l irrigation agricole.Le meilleur exemple actuel c est la reussite des Israeliens a resoudre ce probleme definitivement et aux moindres frais.Je vous donne des exemples.
La station de dessalement de Hadra a 50 Km de Tel Aviv produit plus de 500.000 M3 d eau potable par jour pour 1 million d habitants.Une usine de dessalement coute entre 400 et 500 millions de dollars,le financement peut provenir de l Etat et du prive,le prix de la consommation sera echelonne augmentant selon la quantite consommee par le client,ce qui garantie
l amortissement des couts engages.
Il y a aussi les stations d epurations des eaux usees qui peuvent jouer un grand role dans l irrigation des terres agricoles.etc
Il y a aussi les eaux de pluies provenant des toits des habitations a recuperer dans des systemes d infiltration pour alimenter les nappes phreatiques dans les zones sabloneuses et ne plus les eliminer dans le systeme des eaux usees de l ONAS.Oui il faut absolument appliquer en Tunisie les solutions reussies des autres pays et arreter de faire des experiences provisoires.Creuser des puits dans le sud
ou le taux de salinite est assez eleve et finira par faire baisser le niveau de la nappe phreatique ce qui peut causer de graves problemes aux sources qui alimentent nos superbes oasis,l exemple des oasis de gabes et ses environs doivent nous alerter sur cette methode dangeureuse
Nous avons cause beaucoup de degats de pollution dans le sud en imposant des insdustrie extremement polluante tres consommatrices d eau,le resultat est un desastre naturel et humain.Monsieur le ministre il n est plus autorise de proceder a l aveuglette ni de prendre des decisions irreflechies.Nous avons des exemples de reussites dans d autres pays,
chargez une commission d experts de proceder a des recherches,d etudier les experiences de ceux qui ont resolu le probleme de l eau,exiger une etude complete et precise et prenez les decisions qui s imposent,l Etat et le prive peuvent se charger du financement.Le
retour du financement sera assure par les consommateurs.

Letranger
| 07-02-2017 20:08
Vous auriez dit :« Au Maroc, le prix des tomates est passé de 2 dirhams à 12 dirhams, soit de 1 dinar à 6 dinars, cependant il n'y a pas eu de retentissements médiatiques à ce sujet comme en Tunisie ».

D'après ce que je vois, les prix des agrumes et fruits ont atteint un niveau intolérable en Tunisie pour le Tunisien de base donc pas pour vous.

Chez moi, en France:
.les oranges d'Espagne à "Super U" sont à 1,5' le filet de 2 Kg soit 0,75' au kg, soit 1,875 Dt au kg (eh oui, le change est à 2,5)
. Je n'ai pas le prix des tomates...
. pour la viande de boeuf :l'entrecôte, la faux filet et le rumsteck sont à 10,95' le kg (Leclerc)
. pour le mouton : l'épaule à 9,80'/kg les côtes à 12,95 '/kg (Chez Leclerc)
. je vous fais grâce du prix du porc puisque vous préfèreriez crever de faim que d'en manger et c'est votre droit.

Si vous considérez que le smic en France est de 1153 ' (2882Dt)net/mois, vous pourrez constater que la vie est moins chère en France qu'en Tunisie, ceci expliquant l'exode de vos ressortissants.
Comment faites-vous pour que vos prix soient proportionnellement si élevés?

Quel con je suis...v'la ti pas que j'fais de la pub pour que les "Nord'Af" viennent en France.

Juliejolie
| 07-02-2017 19:22
Vous avez raison,ce ministre doit avoir des conseillers specialises qui procedent a des recherches des experiences des pays qui ont presque le meme climat et les memes problemes d eau.Oui Israel est leader dans le monde,son experience merite d etre etudiee par ce ministre Tunisien:je vous transmets un lien qui peut vous donner une idee de l experience Israelienne:
http://siliconwadi.fr/20077/a-la-rencontre-des-technologies-de-leau-en-israel

DHEJ
| 07-02-2017 19:10
Mais qu'est-ce que tu es naïf?


Je me demande si ce ministre n'est pas lui-même gaspilleur d'eau POTABLE?


KemKem
| 07-02-2017 18:33
Le prix au détail au supermarché Marjane (voir prix sur internet) de la tomate est de 9 dirhams (2 dt). En période normale il varie entre 3 et 5 dirhams (1 dt).

moufidakhira
| 07-02-2017 16:29
Mr le Ministre j'ai beaucoup de réflexions en la matière j'en suis spécialiste d'une gde expérience je pourrai vs être utile veuillez m'accorder une audience de 5 min GSM 98596796 MERCI !

moufidakhira
| 07-02-2017 16:03
Mr le Ministre il faut miser sur la mise en place des moyens évitant le gaspillage d'eau ds les institutions(grand consommateurs),les hôpitaux,,les casernes,les foyers etc...je suis hydraulicien et j'ai audité un site eh bien 30-40*/*du volume enregistré sont des pertes!

l oeil du diable
| 07-02-2017 13:53
L eau de mer ne tarit jamais,et la seule solution c est celle d installer des usines de dessalement des eaux de mer du nord au sud.Monsieur le ministre savez vous qu Israel consomme 95% de son eau potable de 18 usines de dessalement de l eau de mer???? Les puits ne sont pas une solution.

DHEJ
| 07-02-2017 12:57
Pour qu'il connaisse parfaitement l'unité de mesure de l'eau!

Pour la qualité, alors je doute très fort!


Salinité, turbidité et pression au compteur pour une égalité entre tous les clients de la SONEDE!!!


Bouf je vais importer et installer ma propre station de dessalement d'eau parallèle!

MDO
| 07-02-2017 12:35
Il est d'une nécessité impérieuse de fournir l'eau potable à tout tunisien quelque soit son lieu de résidence ainsi si la SONEDE n'est pas capable de financer cette opération elle peut par exemple ajouter à ses factures 3 Dinars par citoyen et utiliser les fonds collectés pour généraliser le réseau d'eau dans toutes les régions et ainsi éviter de voir des tunisiens comme nous qui souffrent de la pénurie d'eau pendant la période de chaleur ou bien sont obligés de boire une eau non hygiénique.