alexametrics
dimanche 04 juin 2023
Heure de Tunis : 21:04
Dernières news
Essid : Chebbi et Turki se trouvent dans une cellule infestée de tiques et sans toilettes
14/03/2023 | 16:15
6 min
Essid : Chebbi et Turki se trouvent dans une cellule infestée de tiques et sans toilettes

 

L'avocat et membre du comité de défense des opposants politiques arrêtés dans le cadre de l'affaire de complot contre l'État, Abdelaziz Essid, a indiqué que les conditions de détention de Khayam Turki et Issam Chebbi étaient inhumaines.

Invité le 14 mars 2023 de Zina Zidi à « Studio Shems » sur Shems Fm, Abdelaziz Essid a expliqué que ses clients Khayam Turki, Issam Chebbi, Lazhar Akermi, Ghazi Chaouachi, Ridha Belhadj et Jaouhar Ben Mbarek étaient interdits de se croiser ou de se retrouver au même endroit. Il a indiqué qu’ils étaient dispersés dans un pavillon disposant du minimum de commodités.

« Nous avons été surpris d’apprendre, vendredi après les visites, le transfert de nos clients… Jaouhar Ben Mbarek, Ghazi Chaouachi et Khayam Turki étaient, en premier lieu, les personnes concernées par cela… Nous avons découvert, le lundi, que Jaouhar Ben Mbarek a été, après des menaces de grève de la faim, replacé dans une cellule normale… Khayam Turki et Issam Chebbi se trouvent, en ce moment, dans un endroit sans eau et sans toilettes. Il n’y a pas de toilettes, mais un trou dans le sol et sans chasse ou flexible ! Khayam Turki ne peut pas plier son genou. Il n’a pas pu prendre de douche. Vous ne pourriez même pas vous approcher de lui ! Issam Chebbi et Khayam Turki se trouvent dans une cellule infestée de tiques. En ouvrant le levier, on est attaqué par des insectes et des cafards. Il s’agit d’un véritable film d’horreur… Ils étaient dans une cellule dotée du minimum… Nous ne voulons pas de cellule cinq étoiles… Ils font face à une menace sanitaire », s’est-il exclamé.

 

Abdelaziz Essid a conclu que Issam Chebbi et Khayam Turki ont été pris pour cible. Il a expliqué que les deux prévenus se trouvaient, au début, dans une chambre normale. Jaouhar Ben Mbarek a contesté son transfert et a provoqué une crise au niveau de la prison. Ceci lui a permis d’être placé dans une cellule presque normale. Ghazi Chaouachi a été logé dans une cellule normale suite à une intervention du président de l’Ordre national des avocats de Tunisie. Maître Essid a indiqué que l’Instance nationale de lutte contre la torture a pu visiter et constater les conditions de détention des accusés. La LTDH leur a, également, rendu visite.

 

 

« J’ai visité Khayam Turki aujourd’hui. Il m’a informé qu’on avait mis une douche, mais qu’on ne pouvait pas l’utiliser… Je considère que mes clients étaient ciblés et faisaient l’objet d’abus… Je ne sais pas qui est la personne ciblant mes clients ou qui est derrière ces instructions… Je ne sais pas qui a monté ce dossier… Je ne peux pas dire si tel homme ou telle femme sont impliqués… Nous avons cherché le caractère terroriste dans ce dossier, mais nous ne l’avons pas trouvé », a-t-il dit.

Abdelaziz Essid a affirmé qu’aucun des accusés, selon les éléments de l’enquête, n’était coupable de crime terroriste. Le recours à cette loi vise, seulement, à dissimuler l’identité des témoins, de procéder à des raids nocturnes et de placer les individus concernés en détention durant quinze jours. Le juge d’instruction près le pôle de lutte contre le terrorisme lui a affirmé, le jour de l’audition des accusés, que l’enquête ne portait ni sur des assassinats ni sur des attentats ni sur des armes. Les questions ont porté sur des réunions et des rencontres entre ces individus. Il a estimé que le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, n’avait pas le droit d'affirmer publiquement la culpabilité de ces derniers. M. Essid a expliqué qu’il n’était pas capable de faire son travail.

« L’article 76 de la loi de 2015 me permet de demander de connaître l’identité du témoin anonyme. J’ai déposé une demande à ce sujet… On m’a refusé cela… Comment puis-je travailler ? Je suis face à un indicateur qui délire et qui ment ! Son récit est incohérent… Juridiquement parlant, je ne peux remettre en cause la version du témoin que si la justice révèle officiellement l’identité de ce dernier… Je ne peux pas le faire même si le nom de l’indicateur circule publiquement… On m’interdit de faire mon devoir… Le juge sait qu’il s’agit de la procédure standard… Ceci a eu lieu dans le passé… Il n’y a pas d’autres éléments dissimulés par le ministère public. On nous a remis l’intégralité du dossier… J’ai connaissance de l’ensemble du dossier… Il n’y a pas d’enregistrement ou de témoignage d’une personnalité connue… Il n’y a que des réunions politiques dans la maison de khayam Turki et dans d’autres endroits… Le ministère de l’Intérieur n’a pas mis en garde Khayam Turki au sujet de ces réunions… Le ministre de l’Intérieur peut dire ce qu’il veut… Il n’y a pas d’interdiction de réunion… Le fameux dîner ne figure pas dans le dossier d’enquête », a-t-il déclaré.

Abdelaziz Essid a considéré que le magistrat soumis à des instructions et à des pressions extérieures ne pouvait pas rendre justice. Le juge d’instruction chargé du dossier de complot contre la sûreté de l’État est, selon lui, menacé. Il est revenu sur la déclaration du président de la République à ce sujet. Ce dernier a affirmé que toute personne innocentant ces accusés était leur complice. L’avocat a, également, rappelé que le juge d’instruction ayant décidé de la libération de Hattab Ben Othman avait été limogé.

 

L’avocat a, aussi, précisé qu’il n’y avait aucun lien entre l’affaire du complot contre la sûreté de l’État et l’affaire concernant le propriétaire d'une entreprise de café. Il a indiqué qu’aucun de ces clients n’a été interrogé au sujet de spéculation et de produits alimentaires. Il a affirmé qu’il était tout à fait logique de regrouper des politiciens dans le but de s’opposer au pouvoir en place. Il a expliqué que les diplomates avaient le droit de s’entretenir avec des citoyens des pays dans lesquels ils étaient installés. Les Tunisiens n’ont pas à informer les autorités de cela. M. Essid a conclu que ses clients étaient poursuivis en justice en raison de leurs activités politiques. Il s’agit, pour lui, de prisonniers politiques. Il a assuré que les échanges avec les diplomates n’avaient pas pour but de porter atteinte à la Tunisie. On ne peut donc pas parler d’espionnage.

Abdelaziz Essid a assuré que Khayam Turki avait été proposé par cinq partis politiques pour présider le gouvernement en 2019. Le fait que l’un de ces partis soit le mouvement Ennahdha n’est pas contraire à la loi. Il a, aussi, indiqué que le nom de Bernard Henri Lévy avait été parachuté dans le dossier de l'affaire. Aucun de ces clients n’a été interrogé au sujet de sa relation avec ce dernier. Il a insisté sur l'absence de preuves dans cette enquête.

 

S.G

 

14/03/2023 | 16:15
6 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
salah
Un avocat irresponsable
a posté le 15-03-2023 à 10:20
Monsieur le défenseur des groupes d'individus qui ont trahis leur pays et insulté celui qui représente le peuple tunisien. Avez-vous pensé une seule fois sur le peuple tunisien qui a souffert pendant plus de 10 ans à cause de leur politique destructive, un beau pays a été complètement détruite et des gens assassinés, des familles sinistrées et des massacres politiques à tous les niveaux, de la corruption, du mensonge manipulé et des recrutements falsifiés, avez-vous pensé à notre peuple et à votre pays ? Vous ne pouvez pas ignorer les conditions de détention en Tunisie pour tous les détenus sans différence entre les pauvres et les riches et pour améliore les conditions de détentions il faut investir et pour investir il faut trouver le financement car nous ne pouvons pas admettre d'autres impôts pour améliorer ces conditions . Vous les avocats, vous ne payez pas convenablement vos impôts. Comportez vous monsieur comme un citoyen digne, ceux qui sont en prison doivent payer cash leur comportement et leur gaffes. Vous avez la mémoire courte et vous oubliez les querelles à l'ancien parlement, les insultes et les agressions envers les femmes, vous avez oublié aussi les agressions des agents de sureté à l'aéroport de Carthage, vous avez oublié les manif à l'avenue B. Bourguiba devant le Théâtre municipal du front du salut et le mensonge qu'il divulgue ouvertement, soyez monsieur honnête dans vos commentaires et faire la part des choses.
S. Zouari
Toutes les prisons tunisiennes sont inhumaines
a posté le 15-03-2023 à 09:08
Il est temps d'améliorer les conditions de détention en Tunisie qui sont inhumaines pour tous les détenus. Si nécessaire en réquisitionnant d'anciens hôtels qui n'ont plus les qualités requises pour la vocation touristique en raison de leur vétusté mais qui pourraient être réaménagés et sécurisés pour accueillir des détenus non dangereux. La Direction Générale de l'Administration Pénitentiaire a un grand travail à faire à ce sujet en coordination avec l'Instance Nationale pour la Prévention de la Torture afin que la dignité humaine et les condition d'hygiène soient assurées pour tous les détenus sans distinction, d'autant plus qu'il s'agit de prévenus dont la présomption d'innocence doit être respectée, compte tenu d'une instruction encore en cours, sans transfert vers la chambre d'accusation. De plus, la Convention diplomatique de Vienne n'interdit absolument pas aux diplomates d'avoir des contacts avec les citoyens de leur pays d'accréditation et vice versa, sinon comment travailleraient-ils et connaîtraient-ils la réalité du pays? Trop de personnes traînées en justice, en pénal, sur la base d'accusations mensongères, de délation venant de personnes animées de velléités vengeresses à l'égard de rivaux politiques. Une justice indépendante et intègre demeure un fondement de l'Etat de Droit et un garant du respect des Droits de l'homme pour tous les citoyens justiciables que nous sommes tous, aujourd'hui ou demain.
Naim
Il fallait y penser plutôt car toute force supposée devient faiblesse.
a posté le 14-03-2023 à 20:37
Personne n'a prétendu qu'une cellule pénitentiaire est comparable à une chambre d'hôtel 3, 4 ou 5 étoile. Parcontre, une personne honnête et respectueux des règles et des lois en vigueur ne risque pas de vivre de pareilles expérience.
Tounsi Tounsi
Le droit à la dignité humaine pour tous
a posté le 14-03-2023 à 19:51
Le respect de la dignité humaine est un impératif, c'est ce qui nous différencie de la barbarie.
Sauf les bourgeois ne s'en préoccupent que quand les leurs y sont confrontés... pas de traitement de faveur, on doit améliorer les conditions de détention pour tout le monde, pas que pour les bourgeois méprisants.
GZ
Simple application de la loi...
a posté le 14-03-2023 à 19:49
...ce ne serait pas un luxe.
Faut-il, au motif que les prévenus ne sont pas à notre goût, tourner le dos à tous nos principes et nos lois, les plus élémentaires compris ?
Traitements inexplicablement cruels, inhumains, dégradants, humiliants interdits par la loi.
Le rejet de la secte, ses nervis et affidés, tous les détenus ne le sont pas, ne saurait tout justifier

Voici ce que dispose ( ou disposait ) l'art. 30 de la Constitution de 2014
"Tout détenu à droit à un traitement humain qui préserve sa dignité."

Voici ce qu'on peut lire en préambule de la loi n° 2001-52 du
14 mai 2001 : " La présente loi régit les conditions de détention dans les prisons en vue d'assurer l'intégrité physique et morale du détenu, de le préparer à la vie libre et d'aider à sa réinsertion. Le détenu bénéficie à cet effet de l'assistance médicale et psychologique [...]."

Voici ce qu'on peut lire dans dans
"Le manuel du droit pénitentiaire tunisien"* : "outre la Déclaration des droits de l'homme, les Nations Unies
ont élaboré notamment la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (1984), l'Ensemble de principes pour la protection de toutes les personnes soumises à une forme quelconque de détention ou d'emprisonnement
(1988), les Principes fondamentaux relatifs au traitement des détenus,
le Protocole facultatif à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (2002)
[...] .
A ce jour, partie prenante (Etat partie), la Tunisie a ratifié l'essentiel des textes en lien direct ou indirect avec la question pénitentiaire [dont] celle de la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants , texte adopté en 1984, entré en vigueur en 1987 et ratifié le 23 septembre 1988 . et celle de son protocole facultatif du 29 juin 2011."

Il y a loin de la coupe aux lèvres. Doux euphémisme.
Dire qu'en ce pays existe une Inspection Générale des Prisons.
"La Tunisie pays de lois pas de droit" dirait quelqu'un.

* Manuel du droit pénitentiaire tunisien. Maître d'ouvrage Ministère de la Justice, Instance Nationale de Prévention de la Torture.

Bruno
La vérité
a posté le 14-03-2023 à 18:45
Il a vraiment du culot ce vaurien d'avocat. Les criminels doivent être traités comme tels. Pas de discrimination
Morjane
Inhumain
a posté le 14-03-2023 à 17:26
C'est apparemment le même cas pour tous les prisonniers. '?a commence par les geôles où le pipi se fait parterre puisque pour se diriger aux toilettes c'est selon l'humeur de l'agent de police. Presque si les chiottes demandent une transaction financière. Même le violeur, le criminel, le terroriste ont le droit à un traitement digne d'un être humain. Il paraît que nous sommes un pays où la religion a un poids. Mais chacun ses principes. On se rappelle de l'islam pour des raisons insignifiantes. J'ai toujours été surpris par les commentaires de haine qui démontrent les tendances fascisantes de notre peuple quelquesoit l'appartenance politique.
Ombrax
Qu'elle découverte !
a posté le 14-03-2023 à 17:03
" les conditions de détention de Khayam Turki et Issam Chebbi étaient inhumaines." Ce pseudo avocat vient de découvrir ce que tous les détenus, y compris sûrement ceux qu'il aurait défendu, vivaient dans ces mêmes conditions! Parce que ces deux malfrats logeaient dans la même enseigne que les autres prisonniers on se met à crier que leurs conditions sont inhumaines! Sob7ane Allah !
SALIM
IMMEDIATEMENT MADAME LA MINISTRE.ORDONNEZ LA CONSTRUCTION D'UNE PRISON 5* SPECIALE FRONT DE SALUT
a posté le 14-03-2023 à 16:26
Avec un siege pour l'ARP. ET un siége pour le gouvernement de salut!!!.