alexametrics
dimanche 26 juin 2022
Heure de Tunis : 15:21
A la Une
Remaniement et jeu d'influences : C'est reparti pour un tour !
22/08/2017 | 19:59
5 min
Remaniement et jeu d'influences : C'est reparti pour un tour  !

 Les appels pour un remaniement gouvernemental en profondeur se font de plus en plus pressants. Contraint de quitter la barque, Fadhel Abdelkefi a laissé un trou béant dans l’équipe de Chahed. Les portefeuilles  des Finances et de la Coopération internationale devraient être pourvus rapidement. Le département de l’Education est dans la même situation. Mais cet état des faits a ravivé les convoitises et d’aucuns évoquent même la nécessité d’un gouvernement de compétences.

 

L’été politique n’était pas de tout repos. Depuis quelques mois, on ne parle que de remaniement dans les couloirs et d’une nouvelle opportunité qui se présente pour se repositionner sur la scène politique. En juillet, le chef du gouvernement mettait le holà aux spéculations et déclarait qu’un remaniement ne se ferait qu’après une évaluation du rendement des ministres. Il avait surtout annoncé qu’il fallait tout d’abord remplacer les postes vacants. Chahed n’avait pas non plus oublié de rappeler à quel point son équipe a avancé dans l’exécution de l’Accord de Carthage. Aujourd'hui même il a affirmé que « l’heure du remaniement était venue ! ».

Avec le départ forcé de Fadhel Abdelkefi, pourvoir les postes vacants s’impose de lui-même. Un départ qui a relancé le débat et les tractations sur l’imminence d’un remaniement.

 

Depuis juin, le secrétaire général de l’UGTT avait appelé le gouvernement à revoir sa copie en matière d’organisation des ministères, suggérant la mise en place de nouveaux portefeuilles et le fusionnement d’autres.

Taboubi est revenu à la charge hier pour souligner qu’il n’était plus possible de commencer l’année scolaire avec un ministre de l’Education par intérim et sans ministre des Finances pour défendre la loi de Finances 2018 devant le parlement. Sauf que Taboubi ne s’est pas contenté d’appeler à pourvoir les postes vacants, il a saisi cette occasion pour rappeler le rôle primordial joué par la centrale syndicale dans les relations avec le gouvernement, notamment en composant avec l’équipe Chahed dans le cadre de l’Accord de Carthage. Le secrétaire général de la puissante UGTT, insinue en des mots à peine voilés que la centrale syndicale ne se contentera pas d’être un simple témoin et qu’elle compte avoir son mot à dire. Noureddine Taboubi estime donc qu’il est temps pour opérer  « un remaniement ministériel en écartant les intérêts étroits des individus et des partis politiques et sans quotas partisans et en favorisant les compétences nationales intègres ».

 

Les jeux d’influence reprennent de plus belle. Nidaa Tounes qui appelait par le biais de son directeur exécutif, Hafedh Caïd Essebsi, à un remaniement en profondeur, espère profiter de cette situation pour reprendre du poil de la bête. Une rencontre entre HCE et le chef du gouvernement, Youssef Chahed s’est tenue il y a de cela deux jours. Objet de l’entrevue, le remaniement en vue. Le directeur exécutif de Nidaa a expliqué que son parti présentera ses propositions à Chahed si jamais il demandait des candidats aux postes ministériels vacants.

Toutefois, HCE n’est pas prêt pour autant à donner le blanc-seing au chef du gouvernement, relevant que Chahed est tenu de consulter toutes les parties signataires de l’Accord de Carthage avant d’annoncer un remaniement ministériel.  Autrement dit, Nidaa Tounes ne lâchera pour rien au monde l’affaire et n’acceptera pas un remaniement où il sera écarté, son bloc parlementaire pourrait, en effet, ne pas se montrer coopératif lors du vote de confiance. On ne sait jamais…

 

Du côté d’Ennahdha, on se tient à carreau, du moins en apparence. Parce que contenter le parti islamiste, qui détient déjà deux ministères au sein du gouvernement, n’est pas chose aisée, Youssef Chahed devra jouer à l’équilibriste. Abdelkarim Harouni, président du Conseil de la Choura du mouvement n’avait pas caché l’intérêt que porte son parti à un remaniement désormais incontournable, mais aussi son ambition de décrocher de nouveaux portefeuilles.

Après la dernière sortie du grand chef du mouvement, Rached Ghannouchi, contre Youssef Chahed, lui intimant de ne pas se présenter aux prochaines échéances présidentielles et de se contenter de gérer les affaires courantes de l’Etat, un vent de froid souffle sur les relations avec le chef du gouvernement. Cependant, pour garder un semblant de soutien de la coalition au pouvoir, Chahed devra s’en tenir au sacrosaint consensus. Ennahdha dispose du plus grand groupe parlementaire. Une donnée à ne pas écarter pour éviter tout blocage.

 

A la tête de ceux qui appellent à la mise en place d’un gouvernement de compétences, le secrétaire général du MPT, Mohsen Marzouk. Selon lui, il s’agit là de la seule solution pour surmonter les difficultés rencontrées par le gouvernement actuel. Il estime ainsi que Chahed se doit de lutter contre toutes les tentatives visant à renforcer la politique de quotas « qui entrave le travail du gouvernement et met en cause sa légitimité ».

 

Dans tout cela, le chef du gouvernement se garde de tout commentaire et s’en tient à la prudence pour garder la cohésion. Il avait déclaré qu’il n’était pas possible et viable de procéder à des remaniements chaque été et toutes les fois où cela arrangerait un parti ou l’autre.

Maintenant que c’est incontournable, les options qui se présentent à lui, après avoir tenté pendant des mois à retarder la question du remaniement, sont multiples. Youssef Chahed pourrait seulement nommer des ministres aux postes vacants, choisir d’opérer un remaniement moyen ou assez élargi. Il devra dans ce sens composer avec toute la scène politique et les négociations ne seront pas de tout repos. En outre, il est très peu probable que la présidence de la République reste à l’écart des tractations.

 

Aurait-il seulement la possibilité de former un gouvernement basé sur des compétences qui pourraient tenter de sauver les meubles, loin des calculs politico-politiciens? Devrait-il, en revanche, s’en tenir au modèle d’un gouvernement d’union nationale qui a montré ses limites et arrive à bout de course ?

En tout état de cause, une nouvelle et rude épreuve attend le chef du gouvernement. Entre magouilles politiques, tractations à n’en plus finir et une marge de manœuvre restreinte, Youssef Chahed devra faire ses preuves.

 


Ikhlas Latif

22/08/2017 | 19:59
5 min
Suivez-nous

Commentaires (12)

Commenter

KHADIJA OTHMANI
| 24-08-2017 09:19
je remercie tous les intervenants pour leurs commentaires combien bénéfiques et j'espère que si chahed ou ses conseillés "s'ils existent" lisent et tiennent compte de ces remarques qui sortent du font des c'urs.

khadija othmani
| 24-08-2017 09:14
si Chahed , personne ne peut sauver la situation médiocre du pays , ce n'est ni l'affaire d'un techno ni l'affaire des partis; ni l'affaire de l'UGTT ,
le problème est un problème de confiance .
il faut avouer et accepter que le peuple n'a plus confiance en vous tous .
la solution doit émaner du peuple que vous avez détruit par vos décisions et conventions .
personne ne sent la propreté.
c'est catastrophique.
et vous continuez à parler de la convention de Carthage ??
on n'a plus confiance en personne et le peuple passera bientôt à la dépression collective et vous assumerez les conséquences.

Tunisie
| 23-08-2017 15:34
MR Le Chef du Gouvernement, il faut absolument viser les gens de SAVOIR,SAVOIR- FAIRE et SAVOIR-ETRE,qui ont une expérience honnête et très bonne...visant le bien du peuple et laissant la politique aux politiciens...soit - PARTIS -Bonne Chance

watani
| 23-08-2017 12:13
Vous croyez que les compétences sont à la pelle ? Assumer aujourd'hui la responsabilité d'un Département ministériel est une affaire compliquée car le Ministre est jugé sous la coupe d'une majorité de députés poubelles, médiocres, affamés, même mon jardinier le pense. On veut un gouvernement de compétences et en même temps on négocie avec les présidents de parti, donc politique. Aucune logique dans l'esprit des dirigeants politiques. La Tunisie lui faut un jeune SISSI à la puissance 3 pour qu'elle puisse sortir de ce gouffre, Allah yahlokhom ceux qui sont à l'origine de cette décadence. On le sait et tout le monde le sait. Allah yarhmek ya bourguiba, rabbi yahdik car vous n'avez pas achevé votre mission pour nettoyer le pays une fois pour toute. Nous souffrons et la génération future souffrira.

Mouzal
| 23-08-2017 10:15
On efface et on recommence: Cette instabilité des gouvernements successifs qui consiste à faire trois petits tours et s'en aller, ne permet, en aucun cas, au pays d'avancer.
L'on parle toujours et encore d'un gouvernement de technocrates et de compétences; cela voudrait-il dire que les ministres précédents étaient incompétents.
Bientôt il faudra aller les recruter via un cabinet de chasseur de têtes ou par voie de presse!
Ce pilotage à vue devient lassant!
Seule une Unité Nationale consacrée autour d'un programme/vision/objectifs économiques clairement définis; inscrit dans la durée. Au sein de cette Unité Nationale seront mises en veilleuse toute visée/velléité politique.
Elle seule peut, aujourd'hui relever le pays tombé bien bas.
Tous au travail! Forcé s'il le faut à raison de 35 heures par jour!

houda
| 23-08-2017 06:51
apres l annonce du mouvement ministeriel youssef chahed sera notè par le peuple et cette note sera tres importante pour fixer son avenir politique le peuple ne lui pardonnera pas une soumission politique aux partis au pouvoir au detriment de l etat et puis on va evoluer sa personnalitè des sans valeur on en veut plus entendre parler il est averti

Tt
| 23-08-2017 00:41
Mais ? occupez vous du Dinar bordel !!!?

Zohra
| 23-08-2017 00:20
Me fait penser à une société américaine avec qui j'avais travaillé sur un gros projet en France, la Direction nous faisait déménager tout les 2 à 3 mois du bureau tout en étant dans les mêmes locaux, ça avait durée plus de 4 ans on ne restait pas sur place, ils nous faisaient tourner, c'était une stratégie des américains pour gagner du temps pour ne pas passer les connaissances et rester le plus possible sur le projet et gagner de l'argent encore et encore.

Là, je ne sais pas du tout son but, est-ce ne pas laisser le gouvernement réussir ? Où alors mettre de plus en plus ses pions sur les postes clés ? Allah waalam

takilas c
| 22-08-2017 23:01
Est-ce un hasard qu'ils sont tous des sudistes et qu'ils ont déjà ramené pêle-mêle tous les sudistes vers sudistes ?
N'est- ce pas du régionalisme ?
Ou bien du banditisme ?
Ou bien la gabegie ?
Ou bien la debandade ?
Ou bien de lignorance ?
Ou vie de la haine à Tunis et auxvtunisois ?
Ou bien du massacre de Tunis ?
Ou bien de l'envie (injustifiée) ?
Ou bien parce que ils sont devenus riches qu'ils veulent valider leur argent dans l'immobilier (speculation) à Tunis ?
Ou bien, ou bien, ou bien...
Ou tout simplement de l'ignorance ?
Ou est- ce l'avidité du pouvoir ?
Ou de se sentir dominateur ?
Ou de se venger sur le destin divin ?
Ou carrément les gènes de paresse de vouloir réussir par l'arnaque et la CORRUPTION.

takilas
| 22-08-2017 22:28
Pour une fois oublié à les partis avant la patrie, et désignée des compétents, des chevronnés et des experts dans tous les domaines du gouvernement et oubliez la question de butin.
C'est du travail pour la cause du pays ce n'est pas du cinéma ou du m'as-tu vu.
Lorsque le peuple vous voit travailler, il travaillera, sinon il fera comme..."vous" du chantage et même des menaces.