alexametrics
A la Une

Touche pas à ma fripe !

Temps de lecture : 7 min
Touche pas à ma fripe !

 

La fripe constitue depuis des décennies, une aubaine pour les ménages tunisiens. Longtemps perçue comme le coin shopping du pauvre, elle est aujourd’hui prisée par toutes les catégories sociales pour son rapport qualité/prix inégalable. Crise oblige !

Pourtant, depuis quelques temps, l’Etat semble vouloir se diriger vers une règlementation de plus en plus restrictive, et donc répulsive, de ce secteur. A nombreuses reprises, le gouvernement a tenté de règlementer la friperie, à travers des lois, des quotas et des taxes, qui ont toujours été très mal accueillis par les professionnels du secteur.

 

En 2014, Fethi Bezrati, président de la Chambre nationale des importateurs, exportateurs et de transformateurs de la friperie, avait fait savoir que l’Etat, en continuant d'imposer davantage les entreprises opérant dans le secteur de la friperie, a tendance à pousser vers la fermeture du secteur qui profite à plus de 80% des Tunisiens.

« L'Etat va imposer une taxe douanière de 27% sur les sociétés exportatrices opérant dans le secteur de la friperie, ce qui va porter le total des taxes imposées à ces entreprises à 50% », avait-t-il déclaré à l'agence TAP.

 

Les deux chambres qui relèvent de l'Union tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat(UTICA), avaient alors menacé d'observer une grève générale en cas de non annulation du décret numéro 2038 de l'année 2005, de la loi interdisant la commercialisation des produits fabriqués en cuir ainsi que du système des quotas.

Fethi Bezrati a expliqué que la Tunisie compte 47 entreprises d'importation et de recyclage dans le domaine de la friperie, en plus de 3 entreprises opérant sous le régime de l'entrepôt franc, lesquelles exportent tous leurs produits à l'étranger.

 

Environ 500 grossistes s'approvisionnent auprès des entrepôts de la fripe et vendent à leur tour, les vêtements d'occasion à plus de 50 000 détaillants dans tout le pays.

Les entreprises d'importation de friperie exportent 30% de ce qu'elles importent après traitement, transforment 20% des quantités importées et écoulent le reste sur le marché local en tant que vêtements d'occasion, a souligné le président de la Chambre nationale des importateurs, exportateurs et de transformateurs de la friperie.

« La loi de 1992 organisant la profession, autorise les propriétaires des entrepôts à importer, seulement 10 500 tonnes de vêtements d'occasion, en vue de préserver la pérennité du secteur du prêt à porter, alors que le besoin en ces produits est estimé à 27 000 tonnes par an. Cette situation a causé des problèmes financiers aux entreprises importatrices de la friperie, lesquelles emploient environ 7000 personnes et exportent pour une valeur de 45 millions de dinars. En termes de coût, le kilogramme de vêtement d'occasion importé des USA et de l'Europe, coûte à ces entreprises entre 400 millimes et 1 dinar » a-t-il déclaré toujours à la même source.

 

Aujourd’hui encore la friperie est au centre des débats. Le projet de Loi de finances 2017 prévoit, en effet, d’amender la loi 1992 et de revoir la règlementation du secteur.

Le président de la chambre nationale syndicale des commerçants grossistes de friperie, Sahbi Maâlaoui, a qualifié de ridicule ce projet de loi.

Il a expliqué qu’en plus de nuire aux commerçants, il va altérer le pouvoir d'achat des citoyens, dont 93%, d’après les derniers sondages, achètent des vêtements d'occasion. Chiffre qui a été revu à la hausse depuis au cours de ces dernières années.

Sahbi Maâlaoui a souligné que le projet de loi en question, imposera aux commerçants l'importation des vêtements d'occasion semi-triés, afin d’extraire des paquets tout produit de maroquinerie. « Ceci aura un impact certain sur la qualité des vêtements, puisque ceux qui vont trier les vêtements vont sûrement en enlever ceux qui sont de bonne qualité. En plus ce tri aura un coût en devises qui aura un impact direct sur les prix » a-t-il ajouté.

« Je trouve cela ridicule, d’autant plus qu’on importe des chaussures, dont la plupart de mauvaise qualité et de Chine pour 200 millions de dinars chaque année, alors que le secteur de la friperie, lui ne dépasse pas les 120 millions de dinars dont seulement 10% alloués aux produits en cuir » a souligné M. Maâlaoui.

 

En effet, nombreux sont ceux qui ne comprennent pas en quoi la suppression de la friperie pourrait aider l’économie et les commerçants locaux, surtout que ce ne sont pas ces produits, mais ceux importés de Chine et de Turquie, qui inondent les boutiques.

Intervenant sur le plateau de Mariem Belkadhi, hier, l’ancien ministre du Commerce dans le gouvernement Essid, Mohsen Hassan est revenu sur la question de la règlementation du secteur de la friperie.

« Ce secteur participe à renflouer les caisses de l’Etat à hauteur de 13 millions de dinars, en taxes, annuellement. Toutefois, le poids de l’évasion fiscale dans ce secteur est estimé à 100 millions de dinars. Aussi il faut savoir que les exportations dans ce secteur ne couvrent que 27% des importations et ce parce que nous exportons à des prix moindres que ceux avec lesquels nous avons importé » a-t-affirmé.

« 25 entreprises parmi les 47 qui opèrent dans le secteur de la friperie, exportent avec un prix à l’unité largement inférieur du prix d’achat, ceci coûte à l’Etat une perte en devises de 50 millions de dinars en plus des déchets évalués à 131 millions de dinars. Il faut savoir aussi que 15 entreprises de friperie exportent sans que l’argent ne retourne en Tunisie. La corruption gangrène ce secteur et le ministère des Finances se dit incapable de le contrôler » a-t-il souligné.

Le député d’Al Horra, Sahbi Ben Fredj, est lui aussi revenu sur la question, dans un post publié aujourd’hui sur les réseaux sociaux. Expliquant d’abord, que contrairement aux rumeurs, il ne s’agit pas d’interdire l’importation des vêtements usagés mais d’amender la loi 1992 et de re-réglementer le secteur, il a néanmoins tenu à clarifier certains autres points.

D’abord a précisé le député, la fripe ne menace en aucun cas l’industrie locale dans la mesure où cela s’adresse à une clientèle démunie et que son « interdiction » ne ferait que renforcer l’importation de produits chinois et turcs en Tunisie, « ceci s’est d’ailleurs vérifié avec le quota imposé sur les chaussures de friperie et qui n’a fait que faire exploser les chiffres d’importation de chaussures fabriqués en Chine ».

Ensuite, explique Sahbi Ben Fredj, il faut savoir que la moitié des produits de friperies présents sur les marchés est issue de la contrebande. En effet, la quantité légale est de 10 tonnes alors que le besoin est double, « ce qui constitue une manne d’or pour les contrebandiers ».

Aussi, ajoute le député, il y a aujourd’hui 500 grossistes en friperie qui amassent des fortunes sans payer d’impôts et 50.000 vendeurs de vêtements usagés sans matricule fiscal dont la plupart n’aspire qu’à régulariser sa situation.

M. Ben Fredj a enfin estimé, que l’Etat pourrait engranger des ressources fiscales à hauteur de 100 à 150 millions de dinars si la loi était amendée et notamment en augmentant le quota des importations, ce qui contribuera à limiter la contrebande.

Il a appelé le gouvernement à imposer un timbre fiscal aux vendeurs, détenteurs d’une patente, et aux grossistes avec un contrôle très rigoureux, expliquant qu’il est possible pour l’Etat de récupérer ses ressources perdues en y mettant de la volonté politique et en écoutant les experts.

 

La question du secteur de la friperie touche un très grand nombre de citoyens et d’ailleurs les réactions face au projet de loi annoncé par le ministère des Finances, ainsi qu’aux rumeurs qui en ont découlé n’ont pas tardé à venir. Le ministère du Commerce et de l’Industrie a d’ailleurs publié, cet après-midi, un communiqué dans lequel il dément les informations relayées par certains médias, sur l’interdiction de l’importation des vêtements d’occasion.

 

En plus d’avoir un pouvoir d’achat de plus en plus limité, le Tunisien ne souhaite pas être confronté au choix difficile de se saigner à blanc pour porter des vêtements importés d’Europe ou d’ailleurs, souvent d’ailleurs fabriqués en Tunisie, et vendus à des prix hors de portée du salarié moyen. Ou encore de s’habiller en local pas cher mais souvent de moindre qualité et de ne pouvoir se permettre en fin de compte que de la camelote chinoise, jetable certes mais achetée pour trois fois rien.

 

Quand on voit le nombre de boutiques « Made in China » qui fleurissent dans le pays, on ne peut que se poser des questions quant aux motivations et à la perspicacité du gouvernement. Ce n’est pas la première fois que l’on a l’impression qu’en tentant de trouver une solution à un problème, nos dirigeants en créent d’autres encore plus profonds.

 

Myriam Ben Zineb

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

Fehri
| 18-10-2016 11:29
La fripe a toujours été fréquentée par les riches aussi a la recherche de grande marque.

Blu
| 08-10-2016 17:13
Bien d'accord avec vous. Les vêtements achetés à la fripes se lavent que dire des chinoiseries qui rentrent en masse, qui font elles plus de mal à l'économie tunisienne et qui sont dangereuses pour tous je pense surtout aux jouets en plastique. Et que dire des sachets dont nous refilent les vendeurs de légumes qui depuis quelques temps dégagent une odeur de parfum ou que sais-je. Ce que je crains c'est que ces sachets rose/noir viennent de Chine sachant que les conteneurs sont arrosés de fongicide.

dorra
| 06-10-2016 17:24
@HatemC 13h14
Monsieur, je ne partage pas votre point de vue. Les teneurs des étalage sont des voyous?? Les médecins, dentistes, avocats et autres professions libérales sont des voyous??? Ils payent non plus les impôts correctement, loin de ça. L'article de Dr. Bassam Grissa du 04.10 me faisais éclater du rire et pour les commentaires un BRAVO!
"Dorra l'européenne" dans votre esprit péjoratif, dévalorisante?? Je ne viens pas de Roumanie, Bulgarie ou autre pays de l'est. Je suis allemande (de l'ouest) de père et mère, arbre généalogique jusqu'à l'an 1632 et fière de l'être, le pays le plus riche de l'Europe et j'achète à la fripe de la très bonne qualité pour des prix dérisoire. Les produits tunisien c'est de la camelote ou trop cher.
Bonne soirée Monsieur et svp ne me répondait plus. Merci !

HatemC
| 06-10-2016 13:14
La question Dorra l'européenne réside dans le fait que ces marchands sont des voyous et d'ailleurs les étales sont tenus par des voyous ... des voyous qui ne paient aucun IMPÔT ... aucune taxe ...

je ne condamne pas la FRIPERIE ... je me suis habillé étant étudiant de fripe pour faire le zazou ...

Mais que ce commerce INFORMEL prenne le pas sur l'industrie textile c'est non ...

En Europe la friperie est encadrée ... et ne concurrence pas le secteur textile d'un pays ...

Maintenant la qualité vient si le consommateur achète local ...

Ce qui tue une industrie d'un pays reste l'importation ... et je suis de ceux qui combat ce fléau de l'importation tout azimut et loin de moi un acharnement ...

En France il y a eu la mode des achats de voitures en Belgique ou Espagne et même Allemagne ... moins cher qu'en France ... c'est le secteur auto qui était menacé ... la réponse a été immédiate ... l'importation d'un véhicule est soumis @ des tracasseries administratives ... le vrai parcours du combattant ... ce fléau des MANDATAIRES a pratiquement disparu ...

Loin de moi de tuer ce commerce de la fripe ... mais je veux un encadrement et non une anarchie ... voilà tout ... Dorra l'européenne ... je vous ai pris pour beurette de France .... parce qu'une Tunisienne s'en bat le steack de chaussure GEOX ... elles ne savent pas ce que c'est ... Une voilée en GEOX ???? Je me marre ... Bonne journée Dorra l'européenne ... Hatem Chaieb

dorra
| 06-10-2016 12:16
@HatemC 10h13
vous parler à une européenne non française, pour ça excusez mes fautes d'orthographe et grammaire.Je veut bien acheter produit tunisien et soutenir l'économie du pays. J'ai constatée en achetons un produit pour entretien maison nouveau au marché, c'est de la bonne qualité, mais après env. 6 mois la qualité n'est plus la même. Le problème des entreprises tunisien est, le propriétaire veut se enrichir gros et en peut de temps.
A propos du textile, il y à une marque bien connue à prix abordable. Je l'achète de temps à l'autre. Une, deux fois lavé, elle est comparable à une serpillère, portable max. un été ou hiver.

HatemC
| 06-10-2016 10:13
Soutenez l'économie de votre pays et ne cherchez pas comme tant d'autres @ couler le secteur textile ... la qualité vient si le Tunisien consomme Tunisien ... mais je parle @ qui au fait ???, HC

404
| 06-10-2016 10:03
Qui gère la friperie ? qui exporte les habilles qui sont données gratuitement par l'ONU et les pays Européens et par la suite sont vendu en tunisie ?

Qui s'occupe de ce trafic qui ramène des million ??

je vous invite à voir ce document :

https://mrmondialisation.org/reportage-don-de-vetements-un-business-lucratif/


http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/video-le-business-cache-du-don-de-vetements_750721.html


vous verez qu'il s'agit d'un fléau international et la tunisie y participe.

En acceptant d'acheter ses vêtements , c'est contribué au trafic

dorra
| 06-10-2016 08:20
@HatemC
Quel acharnement de votre part sur la friperie! C'est dingue! Avez-vous des ateliers pour confection et chaussures non exportatrice? Améliorez la qualité, le cuir des chaussures "made in Tunisia" est dur comme une pierre et la semelle se décolle en marchant dans l'eau. J'achète toutes mes chaussures à la frip, des marques comme Bailly, Jourdan, Gabor, Geox etc. à 20 et 25 dinars.
Une astuce pour les lectrices: Pour les désinfecté pulvérisez les à l'intérieur avec "Pevaryl 1%" laissez les 48 h dans un sachet plastique fermé et porter les à votre aise.

nazou
| 05-10-2016 22:10
Quel trafic avec la fripe !!!
Ça peut se fabriquer en Tunisie. Ça part pour être vendu en dehors de la Tunisie.
Ça revient pour être vendu en Tunisie après avoir été porté à l'étranger !
Et c'est trié pour être revendu en dehors de la Tunisie !!!et en dedans de la Tunisie !!!
Ho là vache !!!
Ça voyage les fringues !!!
Mdrrrrrr !!
Pour le reste de l'article Chui trop fatiguée, rien compris !!!

Une chose est sûre, les vêtements chinois et actuels, ne résisteront jamais à autant de voyage !!

Jadoooore chiner, alors pas touche à la fripe !!!

HatemC
| 05-10-2016 20:44
Il faut taxer @ mort toute importation textile ... et protéger l'économie Tunisienne ... Le textile reste un secteur important ... le cuir ... les chaussures ...
Il est nécessaire de taxer toute importation ... inciter les entrepreneurs @ créer des filatures ... nous avons la matière première ...

Créer les Instituts Universitaires de Technologies dans le tissu .. le cuir ... la mode ...

La Tunisie @ les moyens ... de se surpasser ... Hatem Chaieb

A lire aussi

S’il atteint les poumons de l’être humain, le Covid-19 va jusqu’à affecter ceux de l’économie

05/04/2020 15:59
0

lLhôpital Charles-Nicolle étant en première ligne dans le combat contre le Covid-19 a besoin de

03/04/2020 16:10
10

je pense que notre politique anticipative est en train de porter ses

02/04/2020 20:58
35

cette période, aussi délicate soit-elle, a été marquée par une campagne de diabolisation des hommes

01/04/2020 20:59
3