alexametrics
vendredi 19 juillet 2024
Heure de Tunis : 00:39
A la Une
Le pouvoir a plombé le couffin du citoyen
09/07/2024 | 12:26
5 min
Le pouvoir a plombé le couffin du citoyen

 

L’inflation se replie. Elle est de 7,3% en juin 2024 contre 9,3% en juin 2023 et 10,2% en janvier 2023. Les chiffres officiels sont formels et il n’y a pas lieu de les remettre en doute. Sauf que le ressenti du Tunisien est bien différent et il constate clairement que les prix ont augmenté bien davantage que les 7,3% dont parle l’Institut national de la Statistique (INS). Et il a raison.

 

S’il y a un indicateur qui fait peur à tous les chefs d’État et de gouvernement, c’est bel et bien celui de l’inflation. Il est le plus surveillé par les banques centrales et les politiciens, notamment en période électorale. C’est lui qui fait et défait les gouvernements et qui est à l’origine des colères populaires. 

Bien conscient de son importance, Kaïs Saïed ne rate pas une occasion pour ordonner à ses ministres de contenir l’inflation et de travailler d’arrache-pied pour préserver le pouvoir d’achat du Tunisien. La baisse des prix et la lutte contre la spéculation sont des formules qu’il aime répéter souvent.

A-t-il atteint son objectif ?

Recevant, vendredi 28 juin, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie Fethi Zouhair Nouri, Kaïs Saïed s’est montré satisfait des chiffres de l’inflation. « Les résultats obtenus par la Tunisie grâce à ses choix libres émanant de la volonté de son peuple, ont démenti toutes les prévisions que de nombreux milieux avaient propagées. Les chiffres concernant le taux d'inflation, le remboursement de la dette, les réserves en devises et d'autres indicateurs sont la preuve qu'il est possible de surmonter de nombreux obstacles et difficultés ».

Ce que dit Kaïs Saïed est vrai, puisque le taux d’inflation officiel était de 7,2% en mai 2024 et de 7,3% en juin 2024 (chiffre publié après la rencontre avec le gouverneur de la BCT). Le chef de l’État a de quoi être satisfait puisqu’il y a un an, l’inflation était de 9,3% et carrément à deux chiffres à 10,1% et 10,2% respectivement en décembre 2022 et janvier 2023.

 

Aussi réels que soient les données présentées par le président de la République, elles ne reflètent pas vraiment la réalité telle que ressentie par les Tunisiens. Dites à n’importe qui que l’inflation n’est que de 7,3% et il vous rira au nez. Ce ressenti, difficile à quantifier scientifiquement, a une explication et elle se trouve dans les mêmes chiffres de l’INS. Kaïs Saïed a été sélectif dans les données qu’il a citées et n’a pris que la partie qui servait son discours populiste et propagandiste, bien justifié à trois mois de l’élection présidentielle.

L’inflation globale n’est que de 7,3%, certes, mais quand on observe dans le détail, elle est à deux chiffres s’agissant de plusieurs produits de consommation courante de type alimentaire.

Selon les derniers chiffres de l’INS, sept denrées ont eu une augmentation supérieure à 12,5%. Il s’agit du café en poudre avec une hausse de plus de 35%, suivi par la viande d’agneau et de mouton avec une hausse de 24,3%, l’huile alimentaire avec une hausse de 22%, les sels et condiments avec une hausse de 16,7%, la viande bovine avec une hausse de 16%, les légumes frais avec une hausse de 15,5% et les poissons frais avec une hausse de de 12,6%.

Dans leur ensemble, les produits alimentaires et les boissons non alcoolisées ont cru de 10,1% au cours des douze derniers mois. À l’exception des fruits frais, tous les produits alimentaires ont connu une hausse allant de 2,2% (lait et fromages) à 35% (café). Autre produit consommé quotidiennement par des millions de Tunisiens, le tabac qui a cru de 8,9%.

 

Toutes ces denrées sont consommées quotidiennement par le Tunisien, ce sont elles qui plombent son couffin et qui sont à l’origine de son ressenti que l’inflation réelle est bien supérieure à celle officiellement déclarée par l’INS et mise en exergue par le président de la République.

L’inflation officielle calcule d’autres produits dans son panier qui ne sont pas forcément achetés quotidiennement par les citoyens ou qui ne pèsent pas trop lourds dans son budget. Ainsi le cas des meubles et articles de ménage (4,2%), des télécommunications (2,2%), des loisirs et culture (5,4%) des prix du loyer et des factures d’eau et d’électricité (6,2%). Tous ces produits qui n’ont pas connu une hausse significative durant les douze derniers mois font tomber le chiffre officiel global de l’inflation. C’est arithmétique.

 

Ne prenant en considération que les chiffres qui lui plaisent et servent son discours, Kaïs Saïed parle de l’inflation globale comprenant l’ensemble des denrées et zappe superbement les denrées consommées quotidiennement par le citoyen, notamment les denrées alimentaires. Or ce sont ces denrées qui forment la perception du citoyen et son ressenti. Sachant que les augmentations de salaire officiels tournent autour de 7% et que plusieurs secteurs n’ont connu aucune augmentation ces derniers temps, il y a clairement une perte de pouvoir d’achat du Tunisien. L’augmentation a beau coller au chiffre officiel global de l’inflation, elle ne couvre pas les 10,1% d’augmentation des produits alimentaires qui constituent l’essentiel des dépenses du citoyen.

Autre perception négative du citoyen, non dévoilée par les chiffres et bien ignorée par le président de la République, la question des pénuries de plusieurs produits alimentaires. Au cours des douze derniers mois, on ne compte plus les denrées disparues des rayons. Cela va du sucre et café au beurre et certaines marques de cigarettes, sans oublier le pain compensé récemment interdit à la vente dans les boulangeries non réglementées.

Il y a donc un réel décalage entre les chiffres et le discours officiels d’un côté et la perception et la réalité de terrain de l’autre.

Kaïs Saïed et ses ministres ont beau se jeter des fleurs, le pouvoir d’achat du Tunisien est en chute libre, à l’exact opposé de sa grogne. En aucun cas, il ne peut être satisfait de l’inflation à deux chiffres des produits qu’il consomme quotidiennement et dont la disponibilité n’est pas systématique.

 

Raouf Ben Hédi

09/07/2024 | 12:26
5 min
Suivez-nous
Commentaires
EL OUAFFY Y
Quel est la cause ?
a posté le 12-07-2024 à 12:23
Il y a une crise économique mondiale en plus un peu du ( FITNA ) a cause des prochaines élections présidentielles chaque un est occupé de ses affaires personnelles au lieu de s occuper de ce que veut le peuple .Certains ne sont pas au courant qu il n' y a pas de continuité dans la vie ou sont les prédécesseurs? ils sont au autre monde comme ils non pris rien avec eux rien un morceau de tissus et petit douche pour qui est un président c'est L occasion D épargner quelques Hassanattes et surtout s il fait son devoir envers son peuple c est du Hassanattes en gros c est pas comme un simple citoyen .
Carthage Libre
Le Dictateur a changer les généraux au début ensuite l'ISIE, ensuite les pdg comme celui de l'INS
a posté le 11-07-2024 à 12:12
Pour qu'il reste tranquille et "champion toutes catégories" avec des chiffres hypers positifs...

attenez vous à un 99,5 % lors des présidentiels.
juan
99.99 et plus
a posté le à 12:26
il fera au besoin voter les morts ....
Hmmd
Hmud
a posté le 09-07-2024 à 21:51
Le café n'augmente-t-il que 35% à Tunis ? Il aurait dû augmenter beaucoup plus. Ce prix est obsolète. Sur le marché international, en 1 augmentation, le prix du café Arabica a augmenté de 72%.
"Le pouvoir a plombé le couffin du citoyen " parce que préalablement surtout...
le fin coup feint a plombé le pouvoir du citoyen !
a posté le 09-07-2024 à 17:04
Suites logiKS . . .
le financier
etrange article
a posté le 09-07-2024 à 14:47
La premiere parti de l article est étrange.
Vous dites " Kaïs Saïed ne rate pas une occasion pour ordonner à ses ministres de contenir l'inflation et de travailler d'arrache-pied pour préserver le pouvoir d'achat du Tunisien "

" Recevant, vendredi 28 juin, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie Fethi Zouhair Nouri, Kaïs Saïed s'est montré satisfait des chiffres de l'inflation. « Les résultats obtenus par la Tunisie grâce à ses choix libres émanant de la volonté de son peuple, ont démenti toutes les prévisions que de nombreux milieux avaient propagées. Les chiffres concernant le taux d'inflation, le remboursement de la dette, les réserves en devises et d'autres indicateurs sont la preuve qu'il est possible de surmonter de nombreux obstacles et difficultés »."

Quel politique a adopté les ministres ou le president pour contenir l 'inflation ?
Aucune en realité puisqu a part restreindre les importation de chose futile qui est une bonne chose nous restons dependant des cours des matiere premieres petrole blé cafe ... cours mondiaux. D ailleurs quand ces prix baisse l inflation baisse mais l inflation reste elevé . On fonce vers le mur mais un peu moins rapidement .
La médiocrité de tous ces hommes vient du faite que personne n ose dire que cette inflation est cree par un budget etatique en déséquilibre et que cette inflation sert l etat dans son recouvrement de la dette ( je l avais deja expliqué dans un autre post ) . Le pb de cette inflation c est quel finira par mettre les gens dans la rue ( une fois qu ils auront fini de vendre leurs oliviers terrains maison ou finirons d obtenir de credit ) il leur restera quoi le vol la délinquance et la revolution. Une certaine marie antoinette avait repondu a son peuple de manger des brioches a default de pain . Ces ministres ou plutot certains d entre eux devraient seroeusement a ce mettre a travailler au lieu de penser a s enrichir car le peuple comme pour ben ali ou trabelsi ira chez eux se servir le moment venu .
Pour finir pour reduire l inflation reduisez lebudget de l etat donc des fonctionnaires et reduisez la balance commerciale en etant auto suffisant avec toutes les politiques agricoles Energetique qui en decoulent et que les ministres connaissent . Sinon il va bien notre premier ministres ? J ai rien lu de 9 de sapart ?
La deuxieme parti de l article est correct
DHEJ
Achat du plaisir
a posté le 09-07-2024 à 13:52
Le plaisir du vendeur n'est-il pas acheteur


Merci le fisc