alexametrics
mardi 23 avril 2024
Heure de Tunis : 02:55
A la Une
Ces lobbies plus forts que l’État
28/03/2024 | 12:27
5 min
Ces lobbies plus forts que l’État

 

À chaque fois qu’il y a quelque chose qui ne marche pas, le président de la République accuse de mystérieux lobbies d’être à l’origine du sabotage. Pénurie, inflation, intox, grands projets d’infrastructure, ces lobbies frappent partout, si l’on se tient au discours présidentiel. En supposant que ce que dit Kaïs Saïed soit la vérité absolue, comment alors expliquer que l’État n’a pas réussi à annihiler ces lobbies qu’il dit bien connaitre ?

 

Mercredi 27 mars 2024, le chef de l’État préside une réunion au palais de Carthage, consacrée à l'examen du projet relatif à la cité médicale de Kairouan. Au cours de la réunion, il a évoqué « les difficultés rencontrées dans le lancement du projet de la cité médicale de Kairouan. Ce grand projet a été entravé depuis 2020, et certaines parties continuent de manœuvrer avec des parties internes et étrangères pour retarder sa réalisation », d’après le communiqué de Carthage.

Pour l’Histoire, ce projet fait partie de l’une des toutes premières promesses de Kaïs Saïed. Lors de l’unique interview qu’il a donnée depuis son élection (c’était à l’occasion de ses cent premiers jours), il a annoncé le 30 janvier 2020 la création prochaine d’une ville sanitaire de Kairouan.

« Les études sont presque prêtes pour ce projet. Je vais essayer de trouver les financements nécessaires. Je ne sais pas quand exactement tout cela verra le jour mais je veillerai à sa réalisation », a-t-il dit.  Il nomme par la suite une commission chargée de la mise en œuvre de ce projet et préside sa première réunion le 10 juillet 2020 en soulignant que la cité va permettre de créer cinquante mille emplois. Il précise que ce projet sera suivi de projets similaires pour deux autres cités médicales, dont l'une sera située au sud de la Tunisie et l'autre au nord.

Le 27 février 2021, il se rend à Kairouan pour inspecter le terrain sur lequel devrait être érigé la cité. Le 28 janvier 2022, il annonce dans un décret la création d’une unité de gestion par objectifs pour la mise en place du projet.

Outre la cité médicale, il y a également le CHU de Kairouan. Alors ministre de la Santé, Saïd Aïdi a parlé de ce CHU depuis 2015. Un protocole d’accord entre la Tunisie et l’Arabie saoudite a été signé en octobre 2017 et il est question que le royaume wahhabite le finance via un don de 85 millions de dollars (cent millions selon d’autres sources). À ce jour, il n’y a eu que la porte extérieure du CHU qui a été construite.

 

Si l’on se tient au communiqué du 27 mars de la présidence, le projet de construction de la cité médicale de Kairouan est bloqué à cause de lobbies qui manœuvrent avec l’intérieur et l’extérieur.

La même excuse a été maintes fois présentée par le président de la République quand il parlait des pénuries de différentes denrées alimentaires, d’inflation, de migration clandestine, de politique politicienne. À chaque fois, il parle de lobbies qu’il connait et que le peuple connait.

Petit pays de dix millions d’habitants, la Tunisie ne peut pas compter des centaines de lobbies. Ceux connus du grand public, puisque Kaïs Saïed dit que le peuple les connait, sont en prison depuis plusieurs mois voire des années. On parle des islamistes en premier lieu, mais également des destouriens, de Kamel Letaïef, Chafik Jarraya, Mehdi Ben Gharbia, Marouen Mabrouk, Maher Chaâbane, Riad Ben Fadhel et quelques autres qui se comptent sur les doigts de la main. Qui d’autre ? On n’en voit pas, s’il y en a, c’est que le peuple les connait.

Mais peu importe que le peuple connaisse ces lobbyistes ou pas, Kaïs Saïed dit les connaitre et cela est largement suffisant pour s’interroger pourquoi il ne les arrête pas. Et, surtout, pourquoi les problèmes de la Tunisie n’ont pas cessé avec les autres lobbyistes déjà en prison ?

Un projet comme la cité médicale de Kairouan, qui fait partie des priorités annoncées par Kaïs Saïed depuis 2024, aurait dû s’achever aujourd’hui. Admettons qu’il y ait des lobbies derrière ce retard, pourquoi le chef de l’État ne les a pas arrêtés puisqu’il les a identifiés ? Et s’ils sont déjà arrêtés, pourquoi le projet n’a pas démarré, alors qu’il y a une commission ad-hoc dont font partie des organismes de l’État, dont l’armée ?

Partant du principe que ce que dit Kaïs Saïed est la vérité absolue, la conclusion est que ces lobbies (inconnus du grand public et connus du chef de l’État) sont plus puissants que l’État, y compris son armée ! Est-ce raisonnable ? 

Par moments, changeant son fusil d’épaule, il a accusé de négligence et d’incompétence ministres et grands directeurs (qu’il a lui-même nommés) limogeant à tour de bras. Depuis 2021, Business News a décompté 74 licenciements. Il y en a beaucoup plus, sans aucun doute. Est-ce raisonnable ?

 

La vérité, connue d’un large pan de Tunisiens, est que Kaïs Saïed se cache derrière les hypothétiques lobbies pour justifier son échec.

On peut tromper une personne mille fois. On peut tromper mille personnes une fois. Mais on ne peut pas tromper mille personnes, mille fois.”  Kaïs Saïed peut répéter indéfiniment que les lobbies sont coupables de ses échecs, il n’est plus crédible. Les personnes avisées le savent depuis toujours. Les moins avisés ont continué à croire le président jusqu’au moment où il accusé les lobbies d’être derrière des pénuries de produits dont l’État détient le monopole d’importation. Les plus crédules ont continué à accuser les lobbyistes notoires (notamment les islamistes) de mettre des bâtons dans les roues du président. Mais puisque ces derniers sont en prison et que les problèmes ont persisté, même ces crédules n’arrivent plus à croire aux victimisations présidentielles.

Restent les opportunistes et les laudateurs zélés qui continuent encore à parler de lobbies pour justifier les échecs. Mais ils ont beau les accuser sur tous les plateaux de médias et les réseaux sociaux, ils ne savent plus quoi dire quand on leur rappelle le grand échec de l’État à affronter ces mystérieux lobbies.

En dépit de ces évidences, Kaïs Saïed ne désespère pas et continue à user du même discours complotiste. Un point commun à tous les politiciens populistes qui prennent leur peuple pour des idiots. Il a beau multiplier les réunions ministérielles, il a beau limoger les commis de l’État, il reste une constante depuis plus de quatre ans, son échec cuisant à choisir les bonnes personnes aux endroits qu’il faut et son incapacité à trouver des solutions concrètes aux problèmes réels des Tunisiens.

 

Raouf Ben Hédi

 

28/03/2024 | 12:27
5 min
Suivez-nous
Commentaires
URMAX
@ RBH : Oui, le peuple les connait ... sauf si l'on est (ou souhaite rester) aveugle.
a posté le 02-04-2024 à 08:18
Prennons l'exemple du lait :
Comment expliquez-vous, sinon, que lors de la "pénurie du lait", tout les produits de transformation laitière à forte valeur ajoutée, existaient tout de même ?
Lait chocolaté, à la fraise, fromages en tout genre, yaourts, ... sout bien faits avec du lait, à ce que je sache ...
Pourtant, pour ces produits là, aucune "pénurie" ne fut enregistrée.
Idem pour le sucre :
Comment est-ce que les pâtisseries traditionnelles faisaient alors, pour leurs confections, dont aucune "pénurie" ne fut enregistrée, alors que tous sachions très bien qu'ils y mettent près de 40 - 50 /100 en poids de sucre (subventionné) qui est ensuite facturé au consommateur entre 60 et 140 DT le kg ?
Quoi encore ... ?
Des lobbies ?
Oui. IL y a des lobbies - et beaucoup - et il serait inconscient de le nier.
@ RBH : Je ne vais certainement pas vous l'apprendre et vous devez certainement le savoir tout aussi bien que moi, sinon même mieux - en tant que journaliste, mais si vous voulez chercher à casser le gouvernement actuel, il n'y a rien dd plus efficace que dd créer une grogne populaire en privant le citoyen de certains produits nécessaires à son quotidien, à sa santé, à son alimentation.
Et comme - on le sait - le Président de la République "dérange beaucoup de monde" depuis qu'il a exposé son projet de "grand nettoyage", il est plus que clair que nombre d'entre-eux chercheront à lui mettre les bâtons dans les roues pour l'empêcher d'avancer.
Oui. Les lobbies -pardon, devrais-je dire "la pègre" - sont très actifs, et chercheront certainement à le bloquer dd tout les côtés.
=> C'est pour cela que c'est plutôt de "soutien inconditionnel" et d'objectivité dont il aurait besoin de votre part, plutôt que de critiques superficielles et simplistes, sans analyses cherchant à comprendre le "comment" du "pourquoi".
Hichem Bis
Reveillez vous le pays va à sa ruine
a posté le 01-04-2024 à 09:39
Toutes les actions entreprises par Kais Saied doivent être analysées à travers le prisme de la paranoïa. Si rien n'est fait de 2024 à 2029, il est évident que la Tunisie continuera sur la même voie, sans espoir de redressement.

Des éminents psychiatres affirment qu'il présente un profil typique de populiste paranoïaque. En effet, il n'est pas nécessaire d'être expert en médecine ou en sciences politiques pour le constater : depuis 2019, la Tunisie est dirigée par un populiste paranoïaque dangereux, sans équivoque. Son incompétence est manifeste dans tous les domaines, y compris le droit, où il prétend être professeur (bien qu'il soit resté au même grade pendant 30 ans, le plus bas dans la carrière universitaire, ce qui témoigne de son conformisme en tant qu'enseignant docile n'ayant jamais exprimé d'opinion contraire à la dictature).

Tous ceux qui ont travaillé avec lui en témoigneront ; beaucoup sont en fuite à l'étranger. Derrière sa façade de droiture, il cache une méfiance excessive et irrationnelle envers tout le monde, ainsi qu'un sentiment de persécution. Il interprète de manière excessive chaque situation, se méfie de tous, et perçoit systématiquement les actions des autres comme des menaces ou des conspirations contre le peuple (lui-même ne faisant plus la distinction entre lui, le peuple et la Tunisie).

Il ne fait confiance à personne, et bon nombre de ses anciens collaborateurs les plus proches sont soit en fuite à l'étranger, soit en prison. Un journaliste pourrait dresser une liste des premiers ministres en fuite ou en prison, des banquiers et des hommes d'affaires en prison, ainsi que des complots.

Dans son discours, tout est un complot. Sa personnalité marginale n'est qu'un symptôme supplémentaire de ce sentiment de persécution. Pour éviter toute confrontation ou danger perçu, il se replie sur lui-même et laisse libre cours à ses délires dans un style arabe faussement littéraire, accompagné d'anecdotes historiques interprétées selon sa vision.

S'opposer à lui ne fait que renforcer ses convictions de persécution. Il part d'une vérité pour sombrer dans ses délires. Les islamistes, les corrompus, les puissances étrangères, les finances internationales, la faillite du modèle de gestion de l'administration sont ses cibles favorites. Il propose des solutions délirantes et orientées, réglant des comptes et vidant le pays de son paysage politique. Cette démarche est très perverse, à la manière de Kadhafi.

La disparition de la presse, de la vie politique, de la justice, de l'administration et du parlement aura des conséquences incalculables. Il est un islamiste d'extrême droite qui manipule l'opinion publique. Ses croyances délirantes sont devenues des projets entre les mains de ses partisans et d'opportunistes. Toute critique de la faisabilité de ces projets est considérée comme une trahison au peuple, qualifiant ceux qui la formulent d'ennemis, d'affameurs, de corrompus au service de puissances étrangères, souvent occultes et toujours sionistes.

Sa paranoïa s'accompagne d'un sentiment de grandeur, où les millions et les milliards se confondent, où il se permet de donner son avis sur tout, où les soirées se transforment en inspections impromptues.

Ses émissions médiatiques nocturnes ressemblent à des feuilletons mexicains pour une certaine catégorie de citoyens en colère, cherchant à se venger de tout ce qui pourrait représenter un semblant de bien-être ou de réussite. Kais Saïed exploite ce ressentiment, ayant une emprise réelle sur cette catégorie de citoyens grâce à des fonctionnaires carriéristes placés à des postes ministériels.

Il n'est pas nécessaire de dresser la liste de ses échecs, de ses prisonniers politiques ou de ses discours délirants ; le pays est engagé dans une aventure qui le conduira à sa perte. L'unanimité internationale s'accorde sur ce diagnostic. Il n'y a aucune honte à être malade, mais dans un passé récent et lointain, des paranoïaques dangereux ont conduit leurs communautés à la ruine, à la destruction, voire à la mort.
Citoyen_H
@Bassem CE FUT LE PORTE ETENDARD DE LA MASCARADE DE 2011
a posté le 29-03-2024 à 19:36
"Le problème c'est l'envie, la haine et la médiocrité. Il représente 70% de la population"

En effet, ce que vous affirmez est vrai, mais pas complètement.
Vous aviez annoncé 70% de la populace !!
Faux.
Je dirais 90% de la population dont 150% du côté des pingouins de la troika et de leurs partisans !!!
Quant à ceux qui râlent depuis le mois de juillet béni de 2021, on y trouve, 98% de racailles, de renégats, d'escrocs, de vendus, de traitres et de rkhass, que compte la république.
Ce qui est sûr et certain, c'est qu'actuellement, il y a beaucoup plus de Tunisiens honnêtes et patriotes partisans de KS, comparé au reste des bras cassés corrompus au chômage, qui le déteste.
Marzouguiki et les chameliers traitres imposteurs ont fait du très bon boulot.
Ils ont réussi à semer la discorde, la zizanie et le désarroi au sein de notre société, qui, avouons-le, était prédisposée génétiquement à contribuer au chaos actuel.
Pour l'instant, et même pour plus tard, Kaissoune est très bien à sa place.

Hamza Nouira
Et bien....
a posté le 29-03-2024 à 05:57
Raouf baba, s'il y avait réellement des lobbies, je pense que la justice aurait déjà fait sont travailz n'est ce pas?

Mais la question est qu'est ce qui définit un lobby? Car "les lobbies" qu'ils soient à la vue de tous ou secret on toujours exister au delà du temps.

Je pense que Don Quichotte continue de se battre contre des moulins à vent. Comme l'histoire, ce chevalier errant prenait les moulins à vent pour des géants....

Bassem
Peuple
a posté le 28-03-2024 à 22:51
Le problème c'est l'envie, la haine et la médiocrité. Il représente 70% de la population. Ce problème nous donnera toujours un envieux, haineux et médiocre par voie démocratique. L'honnêteté, la compétence et la réussite ne paiera jamais aux 70%.
LMT
Délire...
a posté le 28-03-2024 à 19:48
Il s'agit de man'?uvres de diversion qui relèvent du délire paranoïaque.
Sahbi
Et puis quoi?
a posté le 28-03-2024 à 19:09
Si c'est pour ne déclarer qu'il est incapable de construire, il aurait mieux faire de se taire. Je ne veux plus entendre ces discours.
Mohsen
Echaabou yourid
a posté le 28-03-2024 à 18:28
Le triangle de l'auto destruction, incompétence, corruption et répression Digagi
Nephentes
Delire complotiste infantile
a posté le 28-03-2024 à 17:28
Nulle part au monde la repetition en boucle depuis 4 ans de complot supervise par des lobbies ne peut etre prise au serieux

ces propos participent d une nevrose obsessionnelle incompatible avec la capacite de gouverner

et cela l etat profond avec sa faune bigarree de serpents scorpions vautours et autres hyenes le sait parfaitement

la fixation nevrotique du President est de toute evidence sciement exploitee provoquee par des proches qui sont les memes que ceux qui organisent la repression liberticide et la manipulation de notre pseudo justice

le loup va bientot sortir du bois
Fares
Paul Deschanel
a posté le 28-03-2024 à 16:37
Il faut mettre fin à ce délire complotiste qui paralyse la Tunisie depuis Octobre 2019. Le putschiste semble être la seule personne à voir des lobbyistes et à entdre leurs voix. Ce délire n'a que trop duré.
Mohamed
Bien dit mr fares. Paul dedchanel.
a posté le à 17:50
Lui au moins, après srre jeté du train à du démissionner. Saied arrive à la fin de son mandat mais veut encire se faire réélire.
C'est ça la Tunisie, pleine de gens naïfs, bêtes et crédules qui croient encire au délire de ks.
Mella mochkla. Ce peuple est vraiment nul dans sa majorité malheureusement.
veritas
Oui le pouvoir de l'argent .
a posté le 28-03-2024 à 16:14
Quand les fameux mercenaires de l'OTAN ont pris place ils ont dévaliser l'état à fin de substituer à la place de l'état quand les caisses de l'état ont été vidé s'était dans ce but et pour que ce lobby avec la force de l'argent gouverne et prend le pouvoir '?'aujourd'hui vous avez des lobbys qui crient haut et fort pour supprimer le monopole de l'état sur les produits de première nécessité par exemple pour qu'ils puissent s'accaparer de l'importation de ces produits juteux et pour dicter leur lois sur les pauvres consommateurs'?'la présence des lobbys est une réalité et n'est en aucun cas un mensonge dans l'ensemble ces lobbys sont des contrebandiers qui cherchent un pouvoir à leur bottes et complices de leur corruption comme ça été le cas depuis 2011 avec les mercenaires islamistes de l'aipac ( aipac : association des amis d'israël).
oscar
A veritas
a posté le à 14:45
Même tes hemorroïdes sont le fait du lobby : Aipac.
Ya mesquine fi rassak .
Lucky Luke
Délire du sang impur, des sillons et des sionistes !
a posté le à 19:51
La faute aux autres, toujours ! Comme si les peuples tunisien, libyen, irakien, syrien et la liste est longue sont de sages gens civilisés qui règlent leurs différends pacifiquement autour d'une table..

Ceci dit, les hémorroïdes c'est John Wayne !
In vino veritas et Dieu sait qu'il a été pourtant avisé à suivre la maxime.. il n'en fut rien !
Une petite information au passage, par ce que je suis généreux pendant le Ramadan : l'Afrique du Nord a été le premier producteur mondial de vin, et je ne parle pas ici de l'époque romaine, mais beaucoup plus récemment, au milieu du XXème siècle ! Aujourd'hui on ne trouve par régions entières même pas du mauvais vin.. alors un bon vin ' pour que notre cher Veritas trouve la vérité ' n'en parlons même pas!
In aqua sanitas ? Bientôt plus d'eau également ! Bientôt l'été, les cigales sans fourmis !
Tunisino
C'est connu
a posté le 28-03-2024 à 15:27
Saied n'est qu'un nouveau Kadhafi, un communiste anarchiste mais sans pétrole, il ne lui reste que de manifester dans la rue contre lui-même! Le bonhomme pratique l'ingénierie politique et de développement sans être un ingénieur, et sans apprendre des erreurs de ses prédécesseurs, il n'arrive même pas à entendre les critiques pour les analyser afin d'améliorer son rendement, freiner son aveuglement chaotique. Il oublie qu'il est payé par les sinistrés tunisiens pour les servir en toutes les formes, y compris le non gaspillage de l'argent public et le maintient des acquis de la première république, et non pas à servir ses fantasmes malades. Saied est une catastrophe, c'est connu même avant 2011, sauf que le traitre Ghannouchi a fait tout pour le rendre président afin de neutraliser la présidence, le sabotage de la deuxième république ne revient qu'au traitre Ghannouchi qui est à juger pour haute trahison par toute troisième république.