alexametrics
A la Une

Affaires Belaïd et Brahmi : une défense exaspérée et des magistrats en grève !

Affaires Belaïd et Brahmi : une défense exaspérée et des magistrats en grève !

 

 

Ce sont deux assassinats qui ont secoué la Tunisie depuis la révolution de 2011. En février, puis en juillet 2013, deux leaders de la gauche, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi sont assassinés devant leurs domiciles. Le meurtre de ces deux personnalités populaires et appréciées des Tunisiens, a suscité un vif émoi national et ouvert les yeux sur la réelle menace des assassinats « politiques ».  Si la gauche continue 6 années après à accuser le parti islamiste Ennahdha d’être derrière ces exécutions, la justice peine, quant à elle, à avancer sur le dossier…

 

Pour le Front populaire le coupable est tout désigné !

Le 2 octobre 2018 le Front populaire a tenu une conférence de presse pour exposer des documents concrets prouvant l’existence d’une organisation secrète relevant du parti islamiste et impliquée, selon le FP, dans les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. L’énigmatique chambre noire au ministère de l’Intérieur contiendrait des documents saisis au bureau de Mustapha Khedher, qui était sous-lieutenant à l’armée nationale depuis 1984.

 

Mustapha Khedher est impliqué dans l’affaire de Baraket Sahel en 1991. Il a écopé de 4 ans de prison. Il est le responsable de l’organisation secrète du mouvement Ennahdha, selon les dires du comité de défense. Les documents présentés durant la conférence de presse ne sont pas inclus dans le dossier des affaires Belaïd et Brahmi et Ennahdha avait tout nié en bloc.

Malgré les nombreuses plaintes déposées par le comité de défense, jusqu’ici les affaires Belaïd et Brahmi semblent être au point mort.

 

Le comité de défense opte pour l’escalade

Le comité de défense de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, a tenu hier, un sit-in dans le bureau du procureur au Tribunal de première instance de Tunis.  

Le sit-in a été annoncé dans un communiqué expliquant : " qu’après que le parquet a refusé de trancher sur le dossier de l’appareil secret d’Ennahdha, s’abstenant d’enquêter sur les plaintes présentées par le comité de défense en classant le dossier ou en le déférant, une inaction qui est allée jusqu’à devenir une sorte de complicité dans la dissipation de la justice et en prenant carrément le parti des parties objet de la plainte au point de ne pas les interroger.

Après que le ministère public a mis la main sur les enquêtes  de l’unité nationale d’investigation dans les crimes terroristes à El Gorjani et El Aouina, ce qu’a pu observer le comité de défense lorsqu’il a été écouté par les unités citées et après que le ministère public a violé le devoir de neutralité dans le dossier de l’appareil secret exposant ainsi l’indépendance de la justice à un danger imminent ".

Après que le comité de défense a porté de nombreuses plaintes dont la dernière a mis en lumière les entraves des processus judiciaires concernant l’appareil secret d’Ennahdha, le comité de défense a annoncé :

 

La tenue d’un sit-in dans les locaux du tribunal de première instance de Tunis défendant ainsi son droit d’obtenir des réponses sur l’avancement du traitement des plaintes qu’il a déposées.

Le lancement d’une campagne « classe ou défère » défendant son droit de recourir à la justice

 

L’ouverture d’une enquête populaire, respectant le principe de liberté de prouver dans le domaine pénal, dans le cadre de laquelle tous les documents saisis dans le dossier de Mustapha Khedher seront publiés sur sa page Facebook.

 

Le comité a aussi décidé de publier toutes les plaintes engagées contre Béchir Akremi procureur de la République près du tribunal de première instance Tunis 1 et rappelons le, juge d'instruction qui avait été chargé de l'enquête sur les assassinats de Brahmi et de Belaïd. Le comité de défense parle aussi de documents qui incriminent Sofiene Sliti premier adjoint du procureur. Tous ces documents seront rendus publics, précisent les avocats.

 

Le Chaos règne dans les couloirs du Tribunal

Le 19 septembre 2019, les avocats du comité de défense de Belaïd et Brahmi ont tenu comme prévu un sit-in dans les locaux du Tribunal de première instance de Tunis.

 

Le procureur a alors fait appel aux forces de l’ordre pour les chasser de son bureau. Le ministère de l’Intérieur a affirmé, dans un communiqué rendu public que le procureur général près du Tribunal de première instance de Tunis a demandé l’intervention des unités de sécurité pour évacuer son bureau.

« Depuis 10 heures du matin, toutes les parties judiciaires et leurs organes représentatifs étaient présents pour examiner la situation mais les avocats ont tenu à maintenir leur sit-in dans le bureau du procureur.  À 13 heures aujourd'hui, le procureur de la Cour d'appel de Tunis et le procureur de la République leur ont ordonné l’évacuation du bureau de ce dernier, qui comptait alors une quarantaine d'avocats. Les unités de sécurité ont alors informé les avocats des instructions du ministère public, leur demandant de coopérer. La plupart d'entre eux ont alors quitté les lieux et toutes les procédures ont été menées conformément aux instructions judiciaires mentionnées et dans l’application des lois en vigueur sous ordre du ministère public », a expliqué le ministère.

 

L’intervention des forces de sécurité a été dénoncée par les avocats qui ont publié des vidéos du chaos régnant dans les couloirs du Tribunal, accusant les sécuritaires de les avoir agressés. Dans les vidéos massivement partagées sur les réseaux sociaux ont pouvait voir la veuve du martyr Chokri Belaïd, Besma Khalfaoui, hurler et accuser le procureur Béchir Akremi d’être « au-dessus de la loi ».

Les vidéos montraient également le bâtonnier des avocats, Brahim Bouderbala, l’air assommé et les vêtements débraillés, être escorté par d’autres avocats et évacué du bureau du procureur.

 

Les magistrats en colère

Le syndicat des magistrats tunisiens, a annoncé, dans l’après-midi d’hier, la suspension des auditions dans tous les tribunaux du pays, précisant que cette grève ouverte fait suite à l’agression du procureur de la République près du Tribunal de première instance de Tunis « par un groupe d’avocats ».

Plus tard l’Assiociation des magistrats tunisiens (AMT) a elle aussi réagi, en réaffirmant son soutien au procureur de la République et en dénonçant l’instrumentalisation « d’affaires en cours devant la justice » à des fins électorales. L’AMT a appelé l’Ordre des avocats à assumer ses responsabilités devant ces « agressions inacceptables ».  

 

L’affaire de l’appareil secret d’Ennahdha et des assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi promet de nouveaux rebondissements. La lenteur et l’opacité qui caractérisent ces dossiers maintiennent le doute sur l’implication de parties qui mettent tout en œuvre pour que la vérité n’éclate pas au grand jour. Le procureur près du Tribunal de première instance de Tunis a demandé à ce que son bureau soit évacué sans pour autant prendre des mesures disciplinaires à l’encontre des avocats, exactement comme le procureur de Sidi-Bouzid qui a accepté sans donner suite, les excuses de Seifeddine Makhlouf, suite à ses déclarations dans l'affaire de l'école coranique de Regueb.

 

 

Myriam Ben Zineb

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Houcine
| 22-09-2019 15:25
Une affaire de cette nature, homicides politiques, illustre les blocages et les compromissions à tous les échelons des appareils d'Etat, dont celui de la justice remplit en démocratie une fonction éminente et cardinale.
S'il est avéré que le procureur est partie dans ces dossiers, en bonne justice il aurait dû être des saisi car il dépend des instructions de son ministère de tutelle. Et, puisque les ministres passent et rien n'avance, on a tout lieu d'en inférer des ordres qui confortent la position du dit procureur. De même, ce qui a lieu conforte les doutes et plaide en faveur des thèses soutenues par les parties civiles.
Par conséquent, il ne reste plus au ministère public, le procureur Akremi, qu'à proposer un dépaysement, pour se sortir du piège qu'il s'est tendu..et abandonner à d'autres le soin de conduire les investigations utiles pour la manifestation de la vérité.
Monsieur Akremi et consorts y gagneraient à recouvrer quelque crédit et l'institution en sortirait grandie.

Ghazi
| 22-09-2019 12:40
@ Magistrats honnêtes : Dénoncez les corrompu(es), vous n'avez plus le temps, la machine à broyer est en marche, personne ne sera épargné.

Les magistrats ne doivent pas prendre le pays en otage pour les beaux yeux des islamistes.
C'est la seule solution pour les islamistes, de reporter voir annuler les résultats des élections.
Attention : Depuis ce matin, on ne cesse de parler dans les médias étrangères (TV, Radios, Presse...) de la crainte de reporter les élections Tunisiennes, et là, si la l'Arabie Saoudite, la CNN ou CBS ou BBC et même Euronews ce n'est pas du n'importe quoi.
Ennahdha gardera NK en prison, quitte à ce qu'il intervient à sa façon pour falsifier ou refaire les élections, le plus important est que NK ne l'emporte pas.
La justice est sous la main d'Ennahdha, il feront grève le temps qu'il faudra, quitte à déclencher une guerre civile et à s'entre tuer, ce n'est pas grave, l'essentiel est que Ghannouchi et sa secte resteront au pouvoir, au diable le pays, au diable ce peuple et diable tout le monde sauf la secte.
Personnellement, je voterai NK même si je ne le gobe pas.

intervention de force de sécurité et l'agression des avocat
| 21-09-2019 11:22
la suspension des auditions dans tous les tribunaux du pays ,attention gréve ouverte ,un acte dangereux et meme criminelle de la part de AMT ,normalement ils résolvent le problème pas le compliquer ,ça veut dire qu'ils n'ont pas l'intention d'avancer dans l'affaire des deux assassinats

DHEJ
| 21-09-2019 10:07
Alors qui sait projeter le CODE DE PROCEDURE PENALE sur une planche A0?


Pour que les procédure soient TRANSPARENTES aux justiciables et indépendantes des familles !!!

La France a promis de REFORMER LA JUSTICE depuis 1883 et elle peine de le réaliser.

Nephentes
| 20-09-2019 23:53
Il est atterant de constater à quel point le corps de la Magistrature demeure aussi peu accepté socialement aussi peu legitime

Au lieu d'une image et d'un statut d'institution régalienne crédible sain sociétalement responsable on ressent un profond malaise devant notre Justice

Comme si elle était atteonte d'un mal profond assimilable à une damnation

Comme si elle avait vendue son ame à des forces occultes profondément malsaines

Coupable d'on ne sait quel crime inavouable soigneusement dissimulé et qui cependant la défigure atrocement

Et défigure notre Pays tout entier,

elle dont la raison d' être est là défense des faibles des vulnérables et le triomphe du Droit; est perçue comme le symbole des forces occultes fascistes qui gangrenent l'Etat et bloquent l'évolution de notre société

Oui notre Justice est en putréfaction avancée incapable d'honorer sa mission qui est pourtant vitale

Je peux vous dire que cette affaire choqué beaucoup d'investisseurs étrangers, j ai pu le constater aujourd'hui meme

Les réformes de rupture doivent impérativement se mettent en place

Cela.ne concerne pas uniquement la justice

A4
| 20-09-2019 21:31
Béchir est le frère de Saida qui est la femme de Noureddine.
Béchir fait tout pour protéger Noureddine et sa secte d'assassins.
La famille avant la justice!

A lire aussi

Comme pour dire que la rue, qui a toujours appartenu aux hommes et qui leur appartient encore

17/10/2019 19:59
5

La Tunisie vit depuis des mois au rythme effréné des campagnes électorales. Le décès de Béji Caïd

16/10/2019 20:59
18

Fin de la récréation

15/10/2019 19:59
9

L'élection de M. Saïed constitue un tournant historique pour le pays et probablement une nouvelle

14/10/2019 20:04
14

Newsletter