alexametrics
lundi 15 août 2022
Heure de Tunis : 02:07
Dernières news
Affaire de l’appareil secret : Le ministère public révèle tous les détails sur l’évolution de l’enquête
24/09/2019 | 11:37
4 min
Affaire de l’appareil secret : Le ministère public révèle tous les détails sur l’évolution de l’enquête

 

Le ministère public près du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme relevant du Tribunal de première instance de Tunis a publié lundi 23 septembre 2019 un communiqué, relayé par la TAP, qui détaille les mesures prises et les dates en ce qui concerne les plaintes déposées et les avis émis dans le cadre de l’affaire de l’appareil sécuritaire secret d’Ennahdha.

 

Le document précise que la première plainte présentée par 43 élus du parlement et la seconde par le parti du Courant populaire (Tayyar Chaabi), confiées pour enquête à l’unité nationale d’enquête dans les crimes terroristes d'El Gorjani, ont été déférées devant le pôle antiterroriste le 20 septembre courant, et ceci après avoir effectué les travaux nécessaires dans le cadre de l’enquête.

La troisième plainte, confiée à l’Unité nationale d’enquête dans les crimes terroristes de la Garde nationale à l’Aouina, a été déposée près du procureur de la République près du Tribunal militaire permanent de Tunis par le représentant légal du parti du Courant populaire, par le représentant du parti unifié des patriotes démocrates (Al Watad) et par les héritiers de Mohamed Brahmi, contre le président du mouvement Ennahdha et ses complices, pour soupçon de constitution d’un appareil sécuritaire secret. L’enquête dans le cadre de cette plainte est en cours.

 

Le ministère public a précisé que la plainte présentée par les 43 députés à la date du 6 mars 2019, a été déférée devant le pôle judicaire le 13 mars 2019 qui l’a confié à l’unité d’enquête dans les crimes terroristes et les crimes organisés touchant l’intégrité du territoire national le même jour. Ceci a permis d'entendre en tant que plaignants 3 élus au mois de mars et 3 autres au mois d’avril 2019 outre une 7ème élue qui a affirmé le 24 avril 2019 ignorer le contenu de la plainte qu’elle a signé, qu’elle désire la retirer et qu’elle ne veut accuser personne.

Fin avril, un autre élu, après avoir été écouté pour la 3ème fois, a confié aux enquêteurs 25 procurations signés par des élus qui veulent être entendus. Quelques jours après, le 2 mai, une élue a confié ignorer le contenu de la plainte qu’elle a signé et demandé qu’elle soit retirée.

Au cours des mois de juin, juillet et août, des agents affectés en 2013 au district de sûreté de la région El Mourouj ont été entendus. Les enquêteurs ont aussi entendu le chef de service des enquêtes de l’Unité nationale au cours de 2013 ainsi que 7 agents, un chef de district, un agent relevant de la direction des documents et informations électroniques concernés par la plainte ainsi qu’un témoin et la propriétaire du bien immobilier, dans l’affaire.

Le ministère public indique qu’il s’est contenté de ces démarches dans cette première affaire et informé le comité de défense, des faits qui ont coïncidé avec l’attaque du siège de l’unité antiterroriste d'El Gorjani.

 

S’agissant de la deuxième plainte, le ministère public a entendu la veuve de Mohamed Brahmi le 25 mars dernier. Au cours de juin, il a entendu le secrétaire général d’Al Watad et plusieurs agents. Aux mois de juillet et d’août, les enquêteurs ont entendu des agents, des accusés, un témoin, le propriétaire, etc. Le ministère public indique qu’il s’est contenté de ces démarches dans cette première affaire et informé le comité de défense.

 

S’agissant de la troisième plainte qui a été déposé le 22 octobre 2018 au procureur de la République du Tribunal militaire permanent de Tunis, a été confiée le 8 novembre 2018 au procureur de la République près du Tribunal de première instance de Tunis et déférée à l’Unité nationale d’enquête dans les crimes terroriste de la Garde nationale à l’Aouina qui a entendu les plaignants en présence de leurs avocats ainsi que l’accusé Mustapha Khedher, les 9 et 15 janvier 2019, le 5 mars et le 12 avril 2019. Ce dernier s’est contenté d’expliquer qu’il a été déjà entendu dans ce même sujet, où il a été condamné à 8 ans de prison ferme.

En outre, les membres du groupe Menzel Bouzalfa ont été identifiés, l’identification des véhicules est en cours. Le ministère public a également entendu plusieurs individus cités par la défense et qui seraient impliqués dans l’affaire.

Le juge d’instruction du bureau 12 du pôle judicaire de lutte contre le terrorisme a saisi tous les documents de l’affaire 28156/12 se trouvant au ministère de l’Intérieur. L’enquête a été clôturée le 25 juin 2019 et déférée devant la chambre de mise en accusation de la Cours d’appel de Tunis.

 

En outre, le juge d’instruction a émis un avis de soupçon contre Mustapha Khedher, les autorités compétentes ont été informées et une enquête ouverte et confiée à l’Unité nationale d’enquête dans les crimes terroriste de la Garde nationale à l’Aouina.

 

I.N.

24/09/2019 | 11:37
4 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (11)

Commenter

je dis la vérité
| 25-09-2019 09:34
Non....Quand même ! Cela se voit, le dossier traîne dans les bureaux...
Mais inculper ces avocats, voir les condamner, ce cera vite fait...Attendons la suite des évenements....

Tronçonneuse
| 24-09-2019 17:53
il suffirait de convoquer le gourou et de l'interroger

Mansour Lahyani
| 24-09-2019 16:51
Qui disait que le ministère public est sourd et étanche, et ne régit jamais aux mouvements de l'opinion ? Vous voyez, le Comité Belaïd-Brahmi a fini par faire bouger les lignes !
Peut-être est-ce une manoeuvre pour réduire à néant l'impact de l'action du Comité, mais le proc n°13 ou son confrère a lâché du lest... Et nous ne sommes pas au bout de la saga !

Justinia
| 24-09-2019 15:48
La justice tunisienne a une chance énorme.celle de ne pas être élue par le peuple comme en Suisse...

Ghazi
| 24-09-2019 15:18
Ennahdha avec ses serviteurs au ministère public, au tribunaux etc, jouent avec le feu, un feu qui brûlera tout le monde et tout le pays.
Quelques personnalités à Ennahdha et autres dans d'autres partis (Qui ont gouvernés) savent parfaitement que s'ils n'obtiennent pas l'immunité à travers des postes soit au gouvernement, soit à la présidence, soit en tant que député, pour les prochaines 5 ans, ça sera la taule, donc, ils feront TOUT, vraiment TOUT, quitte à brûler tout le pays.
Le pays est propulsé vers une seule issue un grand boom.
Le Majliss Choura des islamistes s'est réunis EN URGENCE hier soir jusqu'à 2h du matin pour nous faire sortir un communiqué 'Bidon'où il soutient KS et appelle les électeurs à voter KS. Or, des infos sûres de leur cuisine, confirment que la réunion concernait, la stratégie à adopter face aux documents que le comité de Belaid et Brahmi a publié et aussi au sujet du problème N.KAROUI (Il restera en prison), il parait que le sondage pour les présidentielles commandé le 20 Septembre par la secte et effectué par une firme spécialisée anglaise annonce que NK est à 52,23%, pour les législatives, ils sont aussi mal barrés, et ils risquent d'être à la 4 ou 5ème place, donc pour Ennahdha c'est une question de vie ou de prison, s'ils se trouveront OUT ils iront vers un grand boom, sans remords, ni regrets.

Aldo
| 24-09-2019 15:04
Le temps du chocotom devait être mort , enfouie et plus de trace mais vu qu on laisse faire c est compréhensif , par contre un bhim lui simplement faire sentir Larissa se barre direct ! Merci de chercher l erreur ? L enfant tunisien de 15 ans aujourd'hui , il faudra beaucoup l aider , tfouf Al ennahdha encore une fois ,. Fikou , fikou ya touenssa . Sera votre faute si indirectement dirigera . Fikou ,!!!!!!!

A4
| 24-09-2019 14:32
Et qui peut encore croire ce que disent les juges ?

CHDOULA
| 24-09-2019 13:59
le juge d'instruction du bureau 12 vient de finir la lecture de tous les documents de l'affaire 28156/12 . il va transmettre le dossier au tribunal militaire ensuite après lecture , il sera transmis aux juges d'instructions qui à leur tour vont le transmettre au ministère public qui le transmettra surement au tribunal de première instance qui le transmettra au procureur de la république . Le ministère de la justice vient d'annoncer à radio olive qu'il est fier de cette rapidité et surtout de l'impartialité et de l'indépendance de la justice !

Aldo
| 24-09-2019 13:49
Pourtant le remède est entre les mains des tunisiens ! Il suffit d ' un bon spécialiste de carscher , et les C O U I L L E S bien accrochées , et que le peuple fonce dans ce cas de merde. (( Hachakoum )) .

Aldo
| 24-09-2019 13:30
Hkeit Oum essissi . Hatt errassmi , arrêtez de nous prendre pour des brels , vos dates num dossier et tout le cirque que vous venez de publier , c est foutaise , le concret est ou ?