alexametrics
A la Une

A Regueb, suspicions d'endoctrinement et de pédophilie sous couvert de religion

A Regueb, suspicions d'endoctrinement et de pédophilie sous couvert de religion

 

L’école mystérieuse, l’école énigmatique… Plusieurs qualificatifs pour une école « coranique » située dans la délégation de Regueb, révélée par l’émission "les 4 vérités" de Hamza Balloumi. Outre les pratiques suspectes au sein de cet établissement, c'est la réaction des parents des apprenants qui a fait enfler la polémique. Focus sur une affaire, pour le moins, louche.

 

Toute l’affaire s’est déclenchée à la suite de la diffusion de l’émission « les 4 vérités » de Hamza Balloumi. Un reportage réalisé par l’équipe de l’émission montre une école construite au milieu de nulle part, à 6 km du centre-ville de Regueb dans le gouvernorat de Sidi Bouzid. Cette école coranique mystérieuse et énigmatique, comme la qualifient les habitants de la région, accueille enfants et jeunes adultes et leur offre même un internat. Personne ne peut s’y introduire pour savoir ce qui s'y déroule, ni les conditions dans lesquelles vivent les enfants qui y résident, encore moins les matières et le contenu qu’on leur enseigne.

 

A la suite de la diffusion de l’émission, les investigations à propos d’une association suspecte active ont été confiées à la direction sectorielle pour la prévention sociale et à la direction de la police judiciaire, en collaboration avec l’instance nationale de lutte contre la traite des personnes et le délégué de la protection de l’enfance à Sidi Bouzid.

Le ministère de l’Intérieur a précisé que cette association abrite un groupe de jeunes et d’enfants dans des conditions inappropriées, soulignant qu’ils sont maltraités et victimes d’exploitation économique.

Le même communiqué indique que les unités sécuritaires spécialisées ont été dépêchées sur les lieux, le 29 janvier 2019, accompagnées par le délégué général de la protection de l’enfance et 5 psychologues. Ils ont trouvé 42 enfants âgés entre 10 et 18 ans ainsi que 27 adultes âgés entre 18 et 35 ans qui résident ensemble dans le même internat sans que les moindres conditions de sécurité et d’hygiène ne soient respectées. Ayant interrompu leurs études, ils sont victimes de maltraitance et d’exploitation dans les travaux agricoles et de bâtiment. Le ministère de l’Intérieur précise, également, qu’on leur inculque des idées et des pratiques extrémistes.

Après consultation du ministère public, le propriétaire de l’école a été placé en détention pour traite de personnes, exploitation économique d’enfants et violence, outre la suspicion d’appartenir à une organisation terroriste. Une femme âgée de 26 ans a été également été placée en détention et a avoué être mariée à cet individu contrairement aux procédures d’usage (autrement dit un mariage religieux).

Le ministère public a, également, autorisé la prise en charge des enfants dans un centre d’intégration et ordonné qu'on leur fournisse le soutien psychologique et social nécessaires, soulignant que le médecin de la santé publique a assuré que certains enfants souffrent d’asthme, de la gale et d'infestation de poux.

 

Du coup, cette affaire a suscité une vive polémique à travers les réseaux sociaux. Et comme à l’accoutumé, certaines personnalités connues pour leur soutien aux groupes extrémistes ont rapidement crié au scandale. C’est le cas, bien évidement de Maher Zid qui a assuré à travers sa page Facebook la couverture de la protestation des parents de ces élèves devant le tribunal de première instance de Tunis. Des vidéos montrent des parents indignés par « la séquestration » de leurs enfants. « Nos enfants sont pris en otage. Pourquoi on les séquestre ? », se sont demandés plusieurs d’entre eux. Avec leurs habits afghans, ces personnes ont affiché leur profonde conviction du choix de cette école, considérée comme la meilleure alternative à la délinquance que peut apprendre leur progéniture dans une école "ordinaire". Ces parents estiment qu’apprendre le coran et les préceptes de l’islam est plus bénéfique que les mauvaises manières, les gros mots et le cannabis dans une école étatique !

 

 

L’avocat Seif Makhlouf s’est aussi rangé du côté de ces parents fustigeant un Etat "discriminatoire" qui selon lui « déteste le coran et l’islam ». Un avis, également, partagé par Rached Khiari qui estime, inconcevable, le fait de soumettre des enfants à un test anal qui pourrait démontrer s'ils ont été victimes d’un abus sexuel. Une éventualité qui se pose d’autant plus qu’au sein de cet établissement enfants et adultes se partagent les mêmes lits ! Pour lui « des gens qui connaissent Dieu ne peuvent commettre de tels actes ».

 

 

 

Toujours dans le même ordre d'idées, le député Harak, Imed Daïmi, fidèle à ses habitudes et à la théorie du complot, a estimé que cette affaire, montée de toutes pièces, a été inventée pour faire diversion aux multiples échecs du gouvernement Chahed.

 

 

Néanmoins, la réaction la plus "modérée" est venue de la part du dirigeant nahdhaoui, Abdellatif Mekki. Il a rendu public un statut pour rassurer les parents de ces élèves à la suite d’une visite inopinée rendue au centre d’intégration abritant les enfants. Abdellatif Mekki a affirmé que les enfants sont bien traités et vont bien. « On leur a donné des Coran et on leur permet de faire la prière. Les enfants vont bien et ils sont bien traités. Ce dossier est entre les mains de la Justice qui sait faire son travail ».

 

 

En tout état de cause, cette affaire de l’Ecole mystérieuse nous rappelle la fameuse déclaration de Abdelfatteh Mourou, qui a assuré, à l’époque, que tout le travail d’endoctrinement doit se faire sur la génération future. Ces propos ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd, et ils ont été mis en application. Au moment où la question de l’enseignement et l’intérêt de l’enfant et son droit à une éducation digne est au centre de l’intérêt national, certaines personnes s’orientent vers des structures anarchiques, ne se souciant guère de l’avenir de leur progéniture. Expédier son enfant dans un camp d’embrigadement religieux devient une pratique suivie au vu et au su de tous et dans l’impunité la plus totale.

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (19)

Commenter

HatemC
| 04-02-2019 19:53
Le Gouverneur, Le Maire ( Nahdhawi ) et le Procureur ( menacé par les Talibans ) n'ont pas connaissance de cet établissement
Il y a des défaillances auxquelles le GVT et l'ARP doivent y remédier '?' avec des démissions et nouvelle élection municipales à Sidi Bouzid '?' HC

HatemC
| 04-02-2019 19:14
Cette école qui est nichée dans un lieu désert de toute population ne veut surement pas attirer l'attention autrement cette école serait au milieu des population '?'
Qu'y a t-il a cacher donc ?

2cole qui a été fermé plusieurs fois '?' et réouverte à chaque fois que la loupe s'est détournée ..

les autorités devraient détruire ce bâtiment '?'
Mais qui a construit ce bâtiment et qui ont financé cette construction HC

Ghayyour
| 04-02-2019 13:58
Une investigation plus profonde pourrait éventuellement révéler qu'il s'agit d'une caserne de formation et de cache d'armes pour la branche armée d'ennahça et un relais pour leurs ramifications au Sud du pays. Les autorités ne devraient pas lâcher prise et ne pas baisser les bras quelque soient les pressions et les intimidations. Les parents des enfants devraient également être jugés pour remise de leurs enfants mineurs à des caïds terroristes.

Romantiquo
| 04-02-2019 13:13
Regardez ignorants d'islamistes
https://youtu.be/AP3M8GU5Amo

HD
| 04-02-2019 10:01
Pourquoi aller jusqu a regueb, à Manar 1, Menzah 9... Des. '?coles coraniques sur les grands axes, petits filles innocentes voilées, hommes habillées à l'afghane, personne ne bouge et après on crie au scandale, la population est indignée. Assez de résignation, '?tat faible, police qui a d'autres priorités

Léon
| 04-02-2019 07:30
Souvenez-vous de ces slogans régionalistes qui encensaient ces races "supérieures" qui ont fait la révolution. Cette fameuse pancarte que je n'oublierai jamais, à l'entrée de Sidi Bouzid: "Lève la tête, tu es à Sidi-Bouzid".

En effet, aujourd'hui le peuple tunisien se doit de lever très haut la tête pour la sortir de la bouse qui dépasse leurs genoux, leurs thorax, et qui commence même à dépasser leurs cous.
Ces donneurs de leçons aux personnes qui, durant 55 années de Labeur, ont fait de Toute la Tunisie un pays respecté, instruit, et même riche nous montrent aujourd'hui ce qu'est leur concept de démocratie et de liberté. Ils nous prouvent à postériori, qu'ils étaient le seul écueil à la démocratie et nous prouvent par la même que la répression est la seule manière de gouvernance pour ces têtes pourries.
Tout tunisien croyait que jamais la Tunisie n'en arriverait là. Aussi bas que cela. C'était sans oublier la haine dans les coeurs de ceux qui ne supportent pas voir la main qui les a nourri et instruit durant 55 années, et qui, le jour où cette main les a bien engraissé, la coupent dans un geste d'ingratitude sans commune mesure.
Une ligne invisible, tel un "Barzakh" sépare la baraka de la chkoumoune. Cette ligne est la gratitude, synonyme de "Hamd", exigence première de Dieu, en retour de l'Islam qu'il nous offert.
L'ingrat envers les Hommes l'est souvent envers Dieu. Il en est de même pour les peuples. Les peuples ingrats envers les Hommes le souvent souvent envers Dieu. Et Dieu leur rend si bien cette ingratitude comme il l'affirme clairement dans le verset 112 de la sourate des abeilles.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

HatemC
| 03-02-2019 22:59
Descendez ce drapeau '?' le salafistes abusent du drapeau pour éloigner les soupçons sur eux '?' HC

Kameleon78
| 03-02-2019 21:00
Que fait l'état ? Que fait le gouvernement? Que fait YC ? Il y a un grand laxisme de l'état qui laisse faire pour faire plaisir à Nahda. Cette école coranique c'est la partie émergée de l'iceberg. Souvenez-vous de Mourou, les générations futures seront pour nous. Hitler a dit que le Nazisme sera là pour mille ans.

Abir
| 03-02-2019 19:59
Bravos à nous journalistes conscients et watanynes,dommage que Ettassia a arrêté une même émission qui dénonce les coins noirs présentée par Zohair,c'est bizarre,et louche et pour quel raison cette émission est arrêtée il faut se battre pour protéger ce pays et nos enfants.

HatemC
| 03-02-2019 19:38
Forcément le Maire un islamiste savait mais n'a rien fait '?' faut endoctriner les enfants dès le berceau .. ceci explique cela '?'le Maire regardait ailleurs '?' HC

A lire aussi

L'Assemblée constituante élue le 23 octobre 2011 avait décidé ainsi : dorénavant le régime de la

22/08/2019 20:59
0

Untel promet d’éradiquer la pauvreté en Tunisie, que plus personne n’aura faim, que tout un chacun

21/08/2019 20:59
11

L’élection présidentielle anticipée approche à grand pas. A peine un mois sépare les Tunisiens de la

20/08/2019 20:59
0

Les vacances touchent à leur fin et les syndicats préparent déjà la rentrée.

19/08/2019 20:59
11

Newsletter