alexametrics
A la Une

Tunisie - Béji Caïd Essebsi se pose en rassembleur des opposants à la Troïka

Tunisie - Béji Caïd Essebsi se pose en rassembleur des opposants à la Troïka

Au-delà de la réussite populaire attendue du meeting tenu hier, samedi 24 mars, par Béji Caïd Essebsi (BCE) à Monastir, dans la mesure où l’ex-Premier ministre se produisait sur son terrain, au sein d’une population acquise à sa cause, la concrétisation populaire de cette initiative a scellé le rapprochement, certes prévu, mais jamais constaté aussi clairement auparavant entre les partis dits «démocratiques» et les partis destouriens.

Ces deux tendances se sont partagé la parole avant l’intervention de Béji Caïd Essebsi. Kamel Morjane a pris la parole le premier. Toutefois, ils se sont tous proclamés de l’héritage bourguibien, avec quelques réserves bien dosées sur la question de la démocratie. Etait-ce de la diplomatie politicienne ou un revirement chez certains sous l’impact de BCE?



Ainsi donc, Ahmed Néjib Chebbi, leader historique du Parti démocratique progressiste (PDP) et opposant notable sous Bourguiba et Ben Ali, et Boujemaâ Remili, secrétaire national fraîchement élu d’Ettajdid, chargé de la coordination, ont alterné dans la prise de parole avec Kamel Morjane, président du parti destourien Al Moubadara et dernier ex-ministre des Affaires étrangères sous Ben Ali, ainsi qu’avec Faouzi Elloumi, l’une des figures de proue du Parti Al Watani Ettounsi.

Les propos des uns et des autres insistaient sur le constat d’échec du gouvernement de la Troïka dans le dossier de la réalisation des objectifs de la révolution, ainsi que sur leur attachement aux valeurs sociales développées par Bourguiba, et qui tournent autour de la modération, la coexistence entre tous les Tunisiens malgré leur diversité, l’ouverture à la civilisation humaine, en plus de la généralisation du savoir et de la santé, etc.



BCE est donc parvenu à réunir sur une même tribune, et pour la première fois en public, les opposants modérés à la Troïka, ceux qui ne sont ni dans la surenchère idéologique, ni porteurs d’un projet sociétal coupant radicalement avec celui prévalant en Tunisie depuis l’indépendance et qui se prévalaient de la lutte contre la corruption et le népotisme, sans toutefois aller trop loin dans l’ouverture des dossiers. «Il ne s’agit nullement de vengeance», n’a cessé de répéter Ahmed Néjib Chebbi, en parlant de la justice transitionnelle.


Par ailleurs, et à propos du leader du PDP, il paraît que l’ex-premier ministre soit parvenu à le faire changer de position. En effet, partant du constat partagé par tous de l’échec du gouvernement de la Troïka, Chebbi a appelé hier à un gouvernement d’union nationale pour faire face à cet échec. «La légitimité des urnes ne suffit, semble-t-il, pas pour réussir. Faisons donc appel à des gens expérimentés pour diriger le pays», a-t-il clairement déclaré, coupant ainsi sur sa position de «camper dans l’opposition», puisque les urnes ont sorti un projet sociétal autre que le sien.

Ahmed Néjib Chebbi a ainsi rejoint la position de Béji Caïd Essebsi qui n’a cessé de répéter, avant et après les élections du 23 octobre 2011, que la phase de rédaction de la Constitution devrait être sous l’autorité d’un gouvernement d’unité nationale, car il s’agit d’une phase de consensus, en plus des difficultés socioéconomiques auxquelles le pays est opposé et qui n’émanent pas uniquement des mauvais choix du gouvernement en place.

Donc, Chebbi a reformulé son positionnement par rapport au gouvernement de la Troïka, alors que Boujemaâ Remili a continué sur sa lancée concernant le besoin inéluctable d’un front républicain pour assurer les conditions d’une alternance en Tunisie, ayant toujours été un supporter inconditionnel de l’initiative de BCE.

Dans l’autre bord, Kamel Morjane et les autres destouriens ne pouvaient trouver mieux qu’une telle initiative «républicaine, moderniste et centriste» pour se réimplanter sur l’échiquier politique. Le moment est d’autant plus opportun que le gouvernement a déjà ventilé l’idée de réconciliation avec les 460 hommes d’affaires interdits de voyages, pour sortir du blocage économique. Donc, «ce qui vaut pour ceux qui ont fait des affaires sous Ben Ali, est vrai pour les politiques ayant flirté avec le pouvoir», doit-on comprendre.

Toutefois, et malgré cette cohérence apparente dans les propos généraux, qu’est-ce qui peut réunir ce front, à part son opposition à la Troïka et son «allégeance» à BCE? Quelle serait leur plateforme socioéconomique si jamais ils se présentaient pour des élections et quel projet sociétal vont-ils défendre? Emna Menif a-t-elle fait le bon choix en refusant de prendre la parole au milieu d’un environnement politique qui réduit la scène à deux alternatives, soit l’alliance avec Ennahdha, ou avec le bloc destourien, n’y a-t-il pas de 3ème voie? Où en sera la société avec les promesses de justice transitionnelle, d’indépendance des médias et de la justice, d’équité, de justice fiscale, etc.?

De nombreuses questions se posent avec le lancement sur le terrain de cette initiative de Béji Caïd Essebsi, qui a mis sur pied un projet politique capable, semble-t-il, d’assurer l’alternance politique dans le pays. Toutefois, le processus de réalisation des objectifs de la révolution est devant une croisée des chemins. La société civile aura un grand rôle d’arbitre à jouer.

Mounir Ben Mahmoud

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

momolatulipe
| 30-03-2012 12:48
ANC ne représente plus le PDP, c'est un électron libre qui ne pense plus qu'a lui même et son clan. Il ne consulte d'ailleurs plus la base militante du PDP. Son discours chez les detouriens montre à quel point il n'a aucune vision de l'avenir, aucune envie de faire de cette singularité incroyable qu'a été la révolution un tournant dans l'histoire de la Tunisie, des tunisiens. BCE et les destouriens sous l'air Bourguiba ont xxx. Ces gens ont du sang sur les mains. Ce n'est pas pour rien qu'ils se sont retrouvés aujourd'hui avec les RCD.

lachose
| 29-03-2012 16:07
Ou etiez vous pendant les 13 annees d'emprisonnement de BGuiba bande d'hypocrites

Mohamed Salah
| 28-03-2012 21:02
Le President Bourguiba avait fait beaucoup pour la Tunisie il ne faut pas l'oublier. Ben Ali et sa mafia avaient appauvri le pays. Il faut arrêter de ressusciter les morts et rappeler au peuple tunisien les déboires des Ben Ali et sa régente. C'est une partie de l'histoire de la Tunisie a oublier a jamais. Certains rcdeistes sont des vrais patriotes, il y en a qui sont des
vrais parasites politiques. L'union national c'est le moment d'en parler. 117 partis (diviser pour mieux régner) Ennahdha a su profiter de la soif du pouvoir de tous ces minis partis politiques qui se ressemblent tous. Un peu de jugement huit a dix partis pour la Tunisie c'est amplement suffisant. Réveillez-vous et organisez-vous pour être représentatifs aux prochaines élections. Une chance que la Tunisie ne soit pas les Etats-unis on aura des milliers de partis politiques :) vous avez perdu trop de temps avec un parti au pouvoir qui vous manipule et fait ressusciter les morts et oublie de ramener les voleurs pour les juger.
cinq mois a parler de charria pour prolonger son règne et s'organiser pour les prochaines élections. Il passe son temps accuser tout ce qui bouge et le lendemain il s'excuse. Les salafistes font la loi dans le pays sachant qu'il sont protèges par le parti au pouvoir etc... Le peuple continue malheureusement a souffrir alors que nos gouvernants voyagent au frais de la princesse a travers le monde sous prétexte de rétablir les relations diplomatiques.
Ne vous laissez pas berner par le double discours adopte par le parti d'ennahdha, le temps est compte.

Majesté
| 26-03-2012 21:48
Après le 2" octobre, j'ai compris une chose, c'est qu'une bonne partie de l'électorat tunisien n'est pas capable de comprendre au-delà de "parti de Dieu" et "parti de Bourguiba". Ces mêmes électeurs se souviennent eux sûrement encore de ce que beaucoup des commentateurs omettent, les bienfaits du bourguibisme; les préoccupations des élites intellectuelles, aujourd'hui minoritaires, ils ne comprennent pas. Réveillons nous si on veut gagner les prochaines élections. Une voix d'intello ne compte pas plus que celle d'un illettré. Arrêtons de nous auto-détruire. Ennahdha a en son sein des courants de pensée multiples, des plus modérés aux plus fanatiques. A nous de faire pareil si on veut les dégager. Assez de cette machine à perdre infernale. Assez de critiques non constructives.

Amine
| 26-03-2012 17:39
Ennahdha a demontre son incapacite a gouverner et surtout s est distinguee par l incompetence de ses cadres : Jbeli et Co... mais ce qui m inquiete le plus, c est que la Tunisie manque dans sa casse politique de gens qui ont la carure pour rassemble et gouverner la Tunsiie... BCE et les vautours autour de lui ont fait leur temps, portent un lourd passé, et ne sont pas capable de faire face aux defits actuel, il sont d une toute autre generation... les autres hommes politiques ont demontre combien ils ont ete des amateurs et la perte des elections passees est la plus grande preuve de leur limites... la question qui se pose: ou sont les "vrais" hommes politiques qui reussiront a apaiser le pays et le relancer, et surtout reparer les dommages subis par le gouvernement actuel aussi bien au niveau national qu international...

griguer
| 26-03-2012 16:44
117 partis politiques c est n importe quoi.
bravo bce bonne initiative

wej che guevara
| 26-03-2012 15:58
Les bourguibistes ont donne lieu a 50ans de dictature av la fin de regne de bouguiba devenu senile
et les 23 ans de ZABA
voila le resultats de ce ke tu appelle patriotisme

le meutre de Farhat Hached, de Ben Youssef
des milliers demprisonner islamistes et gauchistes ectt

Pour ce ki est du Rcd new look evident le peuple n est pas dupe et n est pas aveugle on voit tres bien ke c un ramassi d ancien regime av BCE a la place de ZABA
encore une deroute o elections le 20/03/13
ennahdha meme pas la peine de faire compagne , ce genre d adversaire est une victoire sans aucun doute

omda
| 26-03-2012 15:58
Rassemblement des RCD et les vieux destouriens il ne manque que ZABA
TAHSIBOUHOUM JAMAA WA KOULOUBOUHOM CHATTAA.

Dégoûté de la qualité de l'opposition actuelle
| 26-03-2012 15:51
"Les destouriens sont des patriotes, ils aiment et respectent la nation et son drapeau ; en bons hommes d'état ils sauront remettre la Tunisie sur le chemin de la démocratie et des libertés ; ils donneront aux tunisiens la dignité qu'ils méritent ; ils sont les plus aptes à gouverner. "

Si vous croyez vraiment à la sincérité de ce que vous dites !!! alors une des deux,

- soit vous venez tout juste de rentrer d'une longue étude faite au fin-fond d'une des tribus amazoniennes , et là on comprendra que vous n'êtes pas au courant que c'est bien les destouriens qui ont gouverné ce pays depuis son indépendance jusqu'à ce qu'il explose le 14 janvier .... ainsi on vous fera l'up date nécessaire pour que vous mesurez plus l'absurdité de vos convictions.. .

- soit , vous êtes un des déprimés de l'ancien système et vous voilà sur le mur de lamentation en quête de réconfort et de dupes pour gagner leur sympathie , et je vous cache pas , je vous vois plus sur ce registre là....alors "dégage"


xxl
| 26-03-2012 15:14
pauvre bejbouj mchalou laakal we kaadlou lihbal
on dirait qu'il n'a pas de famille qui l'encadre dans sa vieillesse
ce parti , dans les prochaines elections aura 0.01 comme d'habitude donc finirez la suite svp

A lire aussi

C’est le sujet du moment. Depuis le 9 juillet, date à laquelle l’Instance provisoire chargée du

17/07/2019 19:59
0

Leur position sera-t-elle identique à celle concernant le projet de loi sur l’égalité dans

16/07/2019 19:59
9

Encore une fois, Ennahdha assure son statut en tant qu’un parti politique organisé et bien structuré

15/07/2019 19:59
1

Malgré une conjoncture économique difficile, un glissement important du dinar, une augmentation des

14/07/2019 15:59
0

Newsletter