alexametrics
Dernières news

Entretien téléphonique Alain Juppé ? Rached Ghannouchi

Temps de lecture : min
Entretien téléphonique Alain Juppé ? Rached Ghannouchi

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a appelé lundi 7 novembre Rached Ghannouchi, leader du parti islamiste tunisien Ennahda, rapporte l’AFP. Objet de l’appel : transmettre un message de confiance sans préjugé ni procès d'intention.
"Nous allons mettre en place une aide économique massive à la Tunisie", a déclaré M. Juppé sur la radio France Inter. "Naturellement, cette aide, nous l'apporterons dans la mesure où les lignes rouges ne seront pas franchies. Je pense que c'est important d'avoir cette conditionnalité", avait-il ajouté, en citant le respect de l'alternance démocratique, des droits de l'homme, et de l'égalité hommes-femmes.

En matière d'égalité entre les sexes, "la société tunisienne est très évoluée et il serait absolument dommageable que l'on fasse marche arrière. Donc on va être très vigilants et nous avons les moyens d'exprimer cette vigilance", avait précisé Alain Juppé.
Dans un entretien au journal Le Monde, Rached Ghannouchi avait réagi sèchement à ces propos. "Nous n'avons pas besoin d'une telle parole pour respecter les droits de l'Homme. Cela fait partie de nos valeurs et de notre religion et les Tunisiens n'acceptent pas les aides conditionnées", avait-il fait valoir.

Dimanche, Alain Juppé avait déjà tenté de calmer le jeu en soulignant qu'il fallait "faire confiance" aux responsables d’Ennahdha et "travailler avec eux". "Aucune révolution ne se passe dans le calme complet. Il va y avoir des difficultés. Il faut faire confiance", avait-il dit sur Europe 1.

Ci-après l’extrait relatif à la Tunisie dans l’interview d’Alain Juppé accordée à Europe 1 – LCI

Q : Puisqu’on parle d’aides versées, conditionnées à des évolutions, est-ce que, après le vote en Tunisie et l’arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda, l’aide promise à Deauville dans le cadre du Partenariat est maintenue par la France ?

R - Bien sûr. Vous savez, nous sommes là dans une situation tout à fait extraordinaire. Il y a encore trois ou six mois, on reprochait à la France de ne pas être suffisamment allante dans le soutien au Printemps arabes et, maintenant, on nous dit : «vous avez ouvert la boîte de Pandore, c’est la catastrophe». Gardons un peu de sang-froid et un peu de perspective, on sait bien qu’aucune révolution ne se passe dans le calme complet ; chez nous non plus cela n’a pas été le cas…
Il va certes y avoir des difficultés, mais il faut faire confiance. J’écoute le discours du parti Ennahda qui est en tête aux élections tunisiennes et que dit-il ? Il dit : «nous voulons un pays qui fait référence à l’Islam mais qui respecte les principes démocratiques. En particulier, nous nous engageons à ne pas dégrader le statut de la femme et même à l’améliorer».

Q - Et vous les croyez ?

R - Pourquoi ne les croirais-je pas ?

Q - Parce qu’on a compris qu’il y avait un double langage…

R - Ne faisons pas ce genre de parallèle abusif. Je fais confiance à ceux qui disent cela. Je vais aller les voir, je vais aller parler avec eux, on va travailler avec eux. Partir du principe - et c’est une idée qui est très profondément ancrée chez nous, peut-être parce qu’il y a un défaut de dialogue - que Islam et démocratie sont incompatibles, c’est quelque chose d’extraordinaire. Il est vrai qu’en France nous avons une vision de la laïcité très marquée, mais il y a de nombreux pays où on fait référence à la religion dans la vie publique.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

amadyka
| 10-11-2011 16:12
Qu'elle aurait été la réaction des français, en général, de l'UMP, en particulier, et, surtout, celle de M. Sarkozy, s'il avait pris au ministre tunisien des Affaires étrangères de téléphoner à M. Hollande pour le féliciter d'avoir été choisi par les "français" pour contrer Sarkozy lors des prochaines "présidentielles"......

Adhérent
| 10-11-2011 14:24
cela m'empêchera non plus de féliciter les tunisiens pour leur courage hors pair.je les considère les pionniers du printemps arabe.le Marocain que je suis vous dis du fond du coeur que dieu vous bénisse dans tous vos pas vers la justice et la démocratie peu importe votre point de départ. BRAVO les tunisiens

ali
| 09-11-2011 16:46
"nous voulons un pays qui fait référence à l'Islam mais qui respecte les principes démocratiques. "
ce mais me met hors de moi, si seulement les musulmans avaient respecté les perceptes de l'islam nous ne seront pas là à nous défendre. mesdames messieurs, sachez que l'Islam n'a jamais été en contradiction avec la démocratie bien au contraire ..

Mohamed 2
| 09-11-2011 12:58
Curieuse façon d'assimiler aussi bien l'éducation que la culture à la francophonie. Quant à celles des gens du sud (et j'en suis), qu'en savez-vous ?

Anticolon
| 09-11-2011 10:44
Enfin un homme qui a des C....s !!!!!
Il faut renvoyer Juppé ds les roses, s'il pense qu'il peut nous acheter, il se trompe...Décidément la France n'a tjs pas compris que la Tunisie version ben aliste, la Tunisie des lâches, la Tunisie qui se prostitue devant non pas la langue à Molière mais la langue à Pétain! cette Tunisie là! est morte! et enterrée...., nous avons une nouvelle géopolitique , et celle ci ne vas pas plaire à Sarko! mais va contenter Londres, Berlin et Washington, ainsi que Doha et Istanbul , j'en suis sûr...:)

Ridmir
| 09-11-2011 09:51
« De quel coté penchera Ennahdha? »

Si tu doutes encore de quel côté.. ? Je vous rappelle que lors de la prière de l'Aid Adha, un mot d'ordre à été soumis de fermer la plus part des mosquées et de prier en dehors à l'air libre sous prétexte « SOUNNA ».

Je pense que c'est clair à ce que je présume pour toi'. !!!!

Cordialement.



R.F : alias Ridmir. Originaire de la ville de Monastir
(Fidèle à mon leader le Combattant Suprême Feu HABIB BOURGUIBA)

Adel
| 09-11-2011 09:05
Il y a islam et islam... Il y a un islam qui peut s'arranger ou cotoyer la démocratie, concept occidental.. Mais il y a un islam qui n'a rien à voir avec l'occident, la démocratie, la liberté d'expression, la liberté de pensée...;
Entre un verset du Coran et un autre on peut voyager entre la liberté absolue et la dictature religieuse fanatique, absurde.

C'est cela qu'il faut bien avoir devant soi... Quant aux jours à venir, en surveillant attentivement le prochain gouvernement , ses déclarations et ses actions..

De quel coté penchera Ennahdha?? Tout est possible.

ourwa
| 09-11-2011 03:29
Ce qui est étonnant chez cet excellent Juppé, c'est qu'il n'ait pas encore annocé sa candidature aux élections présidentielles françaises de 2012...Remarquez, il est encore temps pour qu'il le fasse; la constitution française ne l'interdit pas.

vipère à corne
| 08-11-2011 19:44
Qui t'as raconté ces conneries?Il y a tous les journaux tunisiens dans le sud:la presse le temps tunis hebdo le lundi etc t'as même le figaro

freetunisia
| 08-11-2011 18:15
Veuillez rectifier svp, Alain Juppé n'est plus Ministre des Affaires étrangères, c'est BHL ou Botul Henry Lévy qui est à la tête de ce ministère régalien.

Freetunisia
Chef d'entreprise, 30 ans.

A lire aussi

Le président du parti Qalb Tounes, Nabil Karoui a accordé une interview spéciale, ce dimanche 25

25/10/2020 21:46
1

lui demandant d’abandonner son immunité

25/10/2020 21:23
1

Notre histoire est celle de la lutte contre les tyrannies et les

25/10/2020 20:04
10

es tentatives de manipulation et de banalisation de l’affaire

25/10/2020 19:06
2