alexametrics
dimanche 29 mai 2022
Heure de Tunis : 06:43
Dernières news
Contrairement à ce qui a été annoncé, le partenariat privilégié avec l'UE n'est pas encore signé !
05/12/2012 | 1
min
Contrairement à ce qui a été annoncé, le partenariat privilégié avec l'UE n'est pas encore signé !
{legende_image}

Il y a quelques jours, le 19 novembre exactement, Rafik Abdessalem, ministre tunisien des Affaires étrangères, se targuait d’avoir signé le partenariat privilégié avec l’Union européenne.
Le ministère tunisien des Affaires étrangères a publié ensuite un communiqué dans lequel il annonçait que l’on a accordé à la Tunisie ce statut de partenariat privilégié.
Or il s’avère que tout ceci est faux ! Ce qui s’est réellement passé, c’est qu’on a entamé des négociations pour aboutir à un statut de partenariat privilégié et non qu’on a déjà obtenu ce statut !
C’est notre confrère Fethi B’chir, journaliste tunisien installé à Bruxelles qui a attiré notre attention sur certaines subtilités contenues dans les documents officiels de l’Union européenne. Des subtilités qui ont échappé à notre vigilance, mais aussi à celles de tous les médias et hommes politiques tunisiens. Normal, puisque nous avons fait confiance (aveuglément, nous l’avouons) à la communication gouvernementale tunisienne !
Fethi B’chir va même plus loin, puisqu’il connait bien les arcanes de l’UE à Bruxelles : « Si les officiels tunisiens ont signé quoi que ce soit, qu’ils vous montrent les documents signés, dit-il à Business News. J’ai mes sources et je sais que les Tunisiens ont débarqué à Bruxelles sans avoir les documents à signer sous la main ! ».
Que s’est-il alors passé en ce 19 novembre à Bruxelles entre les officiels européens et les officiels tunisiens ?

« La Tunisie n'a pas signé de "statut avancé" mais elle s'est vu promettre un tel statut en fait rebaptisé "partenariat privilégié". Il n'y a eu le 19 novembre qu'une "déclaration d'intention" politique qui ouvre la voie (dès le 1er trimestre 2013) aux discussions formelles mais cette déclaration n'est même pas écrite.
« Le brouillage peut avoir une double origine, tunisienne d'abord du côté du MAE (plutôt le ministre et son cabinet) désireux de récupérer à son compte un résultat pas encore acquis. Il faut savoir que cette "promesse" demeure assortie de conditions, celles de progresser dans la voie des libertés. L'actuel gouvernement n'a pas convaincu ou ne convainc pas suffisamment ses partenaires européens pour mériter une distinction. Du côté européen, la voie choisie par cette discrétion est de donner une caution politique à un gouvernement islamiste "modéré" même assortie de fortes conditions et le désir est de paraître avoir réussi au moins à former une réponse aux pays du "printemps arabe". Peu de résultat jusqu’à présent, pour cette politique de renouveau qui reste sans effet », indique Fethi B’chir.

Nous sommes revenus par la suite sur le document officiel émis par l’Union européenne et on constate la subtilité. Dans ce document, l’UE indique : « Le Conseil d'Association a donné l'opportunité de sceller un accord politique sur le Partenariat Privilégié entre la Tunisie et l’UE, concrétisé par le nouveau Plan d'Action. Ce document conjoint orientera le partenariat Tunisie-UE dans le cadre de la Politique européenne de Voisinage. Il définit des priorités communes pour la coopération bilatérale et fournit le cadre stratégique pour l'accompagnement de l'UE aux réformes et au processus démocratique. Le plan d'action du Partenariat Privilégié offre une feuille de route ambitieuse qui traduit la volonté de la Tunisie de développer les réformes dans tous les domaines. »

En bref, l’UE n’a jamais parlé de signature d’un partenariat privilégié quelconque. On remarquera cependant son silence complice. Ses représentants en Tunisie n’ont jamais alerté les médias sur cette tromperie (même pas discrètement) et ont laissé Rafik Abdesselem pavoiser comme il le voulait, quitte à induire l’opinion publique tunisienne en erreur !
Naturellement, nous sommes prêts à publier tout démenti du ministère des Affaires étrangères à condition qu’il nous présente les documents signés par les deux parties, européenne et tunisienne.




05/12/2012 | 1
min
Suivez-nous