alexametrics
samedi 20 août 2022
Heure de Tunis : 00:10
A la Une
Ces candidats aux élections qui se moquent des Tunisiens
04/10/2011 | 1
min
Ces candidats aux élections qui se moquent des Tunisiens
{legende_image}

La campagne électorale a démarré et, avec, la présentation des programmes de la cinquantaine de partis participant aux élections, on a commencé à y voir plus clair. Si certains partis ont « copié-collé » les programmes du RCD, voire même les programmes d’autres partis, d’autres n’ont pas hésité à proposer des monts et merveilles aux Tunisiens avec des terrains gratuits et des « offrandes » de milliers de dinars aux nouveaux mariés.
A la télé, les candidats des différentes listes montrent qu’ils ne maitrisent rien de leur programme, ni de leur apparat. De là à donner l’impression qu’ils se moquent de leurs futurs électeurs, il n’y a qu’un pas.


A la télé, sur les deux chaînes publiques, c’est le défilé des candidats des listes électorales depuis samedi dernier.
Un candidat qui présente un programme, cela pourrait être intéressant pour les uns, ennuyeux pour les autres. En Tunisie, certains candidats ont créé une troisième voie : leur prestation ressemble à un bêtisier.
Et cela commence par l’intitulé même de leur liste ou de leur parti. Parfois des initiales de leur parti.

La palme d’or revient incontestablement à POF. C’est quoi POF ? C’est ce Parti pour l’ouverture et la fidélité. Authentique ! Et ses propositions sont des plus rocambolesques. Un pain à 100 millimes, des légumes à 500 millimes, une aide financière de 5.000 dinars pour chaque citoyen qui s’apprête à se marier (donc 10.000 DT pour le couple), un terrain de 400 m² pour chaque famille, dans sa ville natale, la gratuité des factures d’électricité, d’eau et de gaz, plafonnées à 60 DT pour chacune d’entre elles, et des restaurants offrant des repas gratuits dans toute la Tunisie. Ce parti va plus loin encore et propose même de créer 800.000 emplois en deux ans.
On fait face à une sorte de surenchère entre les partis : après les 300.000 emplois de Ben Ali, 500.000 d’Ennahdha, voici les 800.000 du POF.
Un tel programme est pour le moins contradictoire, et tout simplement irréalisable, mais qui met le doigt là où ça fait mal et propose des solutions rapides et séduisantes aux problèmes de nombreux Tunisiens, notamment la classe moyenne et pauvre. Promesses d’Eldorado ou véritable mascarade ? Le POF promet dans son programme d’accorder une attention toute particulière aux pauvres, au détriment des classes aisées, et compte, justement « éradiquer les signes de richesse excessive ». Un programme proche du communisme, qui se prétend tout de même centriste et contre tous les extrêmes.
Omission de taille : le POF ne nous dit pas comment il compte financer son programme ni comment il va déposséder les riches de leurs biens.

Mais ne nous arrêtons pas là, les exemples se succèdent et ne se ressemblent pas. Le Mouvement progressiste tunisien, n’a pas hésité à proposer comme slogan « yezzina kahr, yezzina hogra » (assez d’injustice, assez de mépris).
Un autre parti, celui de la Volonté du peuple, place au premier rang de ses priorités, « la libération de l’enfant du déchirement culturel et de l’influence étrangère » et propose de diminuer les heures de travail de la femme, tout en lui garantissant le même salaire.
Et bien sur, la majorité des candidats est d’accord pour évoquer la sempiternelle question palestinienne, comme s’il s’agissait d’une priorité des Tunisiens.
Certains autres partis, arborent même des discours (et même des couleurs) qui ne sont pas sans nous rappeler ceux de l’ancien régime et de l’ancien président.
Ainsi, ce candidat qui se présente avec une chemise et une cravate de couleur mauve. Ou encore, cette manie qu’on retrouve chez l’écrasante majorité des candidats qui lisent leurs textes, les yeux baissés dans leur feuille. Or, c’est connu en matière de communication politique, il ne faut jamais lire le texte, cela donne l’impression qu’on ne maitrise pas son sujet.
Autre hic, ils lisent leurs textes en langue arabe littéraire. Où est donc le tunisien dialectal qui nous unit tous ? N’est-ce pas ce tunisien dialectal qui a fait la force et le charme de Bourguiba ?

Leur amateurisme et l’absence de maitrise de leur sujet sont malheureusement flagrants.
Ces programmes ne peuvent que refléter comment le monde politique, du moins une partie, cherche à représenter le peuple.
Serait-ce un manque d’expérience et de discernement de la part de partis fraichement arrivés sur la scène politique ? Ou bien un véritable choix stratégique visant à séduire des citoyens crédules et, pour le moins, naïfs, pour faire pencher la balance en leur faveur le jour des urnes ?
Il y a bien des partis qui jouent des idéologies religieuses des Tunisiens, en voila d’autres qui profitent de leur naïveté…
04/10/2011 | 1
min
Suivez-nous