alexametrics
mercredi 29 mai 2024
Heure de Tunis : 14:13
SUR LE FIL
Un gouvernement incompétent et fier de l’être ?
Par Sofiene Ben Hamida
24/03/2024 | 15:59
3 min
Un gouvernement incompétent et fier de l’être ?

Par Sofiene Ben Hamida


Je ne comprends toujours pas pourquoi la présidence du gouvernement a tenu, la semaine dernière, à nous rappeler son incompétence. Contre toute attente, elle a publié jeudi dernier quatre cartons sous le titre fanfaron de rappel (j’ai opté pour une traduction personnelle, compte tenu des imperfections de la version française). Ces cartons énuméraient les supposées réalisations du gouvernement Ahmed Hachani durant les derniers mois. Compte tenu des coquilles, des approximations et de la mauvaise foi dont regorgent ces cartons, la présidence de gouvernement s’est mis le doigt dans l’œil en voulant faire une communication fallacieuse et une propagande primaire. Bref, elle aurait mieux fait de se taire.    

 

En théorie, la présidence du gouvernement dispose d’un nombre suffisant de personnel, un peu trop si on croit le discours officiel, pour ne pas laisser passer des coquilles dans les textes officiels destinés au grand public. La présence de plusieurs coquilles dans les cartons de la présidence du gouvernement, aussi bien dans la version arabe que dans la version française, s’expliquerait ou bien par la nonchalance et le relâchement général au sein de l’administration publique, ou bien par le manque de respect envers le destinataire qui n’est autre que l’opinion publique tunisienne.

Suis-je excessif ? Un peu je l’avoue, d’autant plus que nous avons un précédent et non des moindres. Rappelons-nous que la première version publiée de la constitution de 2022 était truffée de pas moins de quarante-six coquilles ce qui a nécessité une deuxième version corrigée. Le président de la République que tous soupçonnent d’être le seul auteur de la constitution, s’est trouvé dans l’obligation de s’adresser aux Tunisiens pour leur annoncer que des fautes « se sont faufilées dans le texte initial ».


Dans les cartons publiés par la présidence du gouvernement, beaucoup de chiffres ont été avancés pour nous convaincre de l’amélioration de la situation économique, sociale et financière du pays. Il serait improductif d’entrer dans les détails de ces chiffres qui sont contestés par plusieurs spécialistes ou qui trouvent leur explication dans des pratiques et des politiques peu concordantes avec la bonne gouvernance. Mais il serait intéressant de s’interroger pourquoi dans ce cas, si toutes ces réalisations sont réelles, les Tunisiens ne ressentent toujours pas la moindre amélioration de leur quotidien ?

D’un autre côté, si la présidence du gouvernement veut jouer la carte de la transparence, pourquoi a-t-elle dans ce cas occulté des chiffres aussi importants que le taux de chômage parmi les jeunes qui a atteint 40% ou le taux de croissance qui n’a pas dépassé 0.4%. Ces deux chiffres alarmants font eux aussi partie des « réalisations » du gouvernement Ahmed Hachani. Seulement dans la Tunisie « juilletiste », quand un indicateur ne cadre pas avec le discours officiel à l’eau de rose, on l’efface. Mieux encore, on dégomme avec celui qui a osé alerter sur cet indicateur. Le directeur général de l’Institut national des statistiques, INS, a été limogé à la fin de la semaine dernière et remplacé par un nouveau directeur général. Comme à son habitude, la communication officielle n’indique pas les raisons de ce limogeage mais la coïncidence de la publication par l’INS d’indicateurs alarmants avec la publication des cartons de la présidence du gouvernement en dit long sur les raisons de cette décision.

 

Après, pour couronner le tout, ces cartons nous racontent que « les libertés, notamment publiques, sont plus que jamais garanties ». une couleuvre de plus que nous étions censés avaler si n’étaient les opposants politiques qui croupissent en prison sans jugement depuis plus de treize mois, les journalistes, les avocats et les activistes de la société civile qui sont harcelés et poursuivis en justice par le décret liberticide numéro 54.

Aux dernières nouvelles, la garde à vue de notre collègue Mohamed Boughalleb a été prolongée jusqu’à mercredi prochain.

 

Par Sofiene Ben Hamida
24/03/2024 | 15:59
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Juan
un navet sur Nessma TV .....
a posté le 25-03-2024 à 15:12
et toi, très compétent, sur Nessma TV ....
pffffffffff ....
Patriote
La peur
a posté le 25-03-2024 à 13:55
La peur de la vérité fait perdre la tête et la raison et oblige Bn de cacher ces vérités via l'arme de la censure
La censure est l'arme des faibles qui ont peur car les gens forts et convaincus de leurs positions affrontent la réalité et ceux du côté opposé via la discussion en on via la censure
Hammadi
Quoi de neuf
a posté le 25-03-2024 à 09:47
Comme si ces prédécesseurs étaient compétents, ils étaient tous incompétents et ils etaient bien fier de leurs incompétences. C est ca la politique dans le tiers monde
Abidi
Génie
a posté le 24-03-2024 à 23:53
Mais Mr le génie le chef de gouvernement ne s'est pas adressé aux génies comme vous qui lisent en les lignes,il s'est adressé aux simples citoyens qui croient en les réformes et en l'amélioration des conditions du pays détruit par vos soins lors de la décennie noire
LMT
La frime et le Mensonge
a posté le 24-03-2024 à 20:32
C'est une réalité bien tunisienne que de soigner les apparences aux dépens des problèmes de fond quitte à mentir et à se faire démentir.
A4
Voir "principe de Peter"
a posté le 24-03-2024 à 19:31
LIMITE
Ecrit par A4 - Tunis, le 01 Septembre 2018

Il ne faut pas prendre la barre
Et tenter avec sa barquette
De traverser la grande mare
Quand la brise est à la tempête

Il faut savoir rester à terre
Garder ses bottes et sa cagoule
Et ne jamais prendre la mer
Quand la vague est devenue houle

Mais allez raconter tout ça
A ces cervelles désertiques
Qui hélas sont bien en deçà
De la limite fatidique

Car il faut bien un minimum
Un minimum de rien du tout
Pour s'arrêter à l'optimum
Et ne jamais aller au bout

Il faut un soupçon de jugeote
Avec presque rien de bon sens
Pour savoir arrêter la note
A sa limite d'incompétence

Allez le dire à ces débiles
Qui doivent bien se la fermer
Que leurs paroles sont stériles
Qu'ils feraient mieux de s'enfermer

Allons-nous trouver la manière
Ou devons-nous un jour sévir
Pour museler, pour faire taire
Tous ces clowns qui n'ont rien à dire ?
Juan
from a dictator to another one ...
a posté le 24-03-2024 à 18:58
what do you xpect from this despotic regime ...
no way !!
DHEJ
Quoi de normal!
a posté le 24-03-2024 à 16:31
C'est un gouvernement communautaire.