alexametrics
jeudi 20 juin 2024
Heure de Tunis : 14:32
Dernières news
Tunis : ouverture à la circulation de la route X4
11/06/2024 | 13:52
1 min
Tunis : ouverture à la circulation de la route X4

 

Le ministère de l’Équipement, a annoncé, mardi 11 juin 2024, l’ouverture de la route X4 entre les périphériques X et X20 dans les gouvernorats de Tunis et de l’Ariana.

La route, de 2,6 kilomètres, est composée de trois ponts. Un pont de 216 mètres au niveau du croisement Malaga à El Manar, le deuxième pont, long de 70 mètres, relie les jardins d’El Menzah 1 et El Menzah 9B, et un tunnel, long de 70 mètres, reliant les jardins d’El Menzah 1 et El Menzah 9C.

Cette route, précise le ministère, contribuera à développer le réseau de routes numérotées sur le Grand Tunis et à fluidifier la circulation au niveau de la capitale.

C’est au cours d’une visite de terrain, que la ministre de l’Équipement et ministre du Transport par intérim, Sarra Zaâfrani Zenzri, a autorisé l’ouverture de la route X4.

 

M.B.Z

11/06/2024 | 13:52
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Aux temps de la vraie démocratie qu'a vécue la Tunisie après la réussite de sa Révolution du 14 janvier 2011, que les RCDistes l'appellent leur "décennie noire", il n'y avait pas droit à l'inauguration des projets du peuple et de ses contribuables, par des politiciens qui voudraient s'approprier le travail et les réalisations des autres, ne fut-ce que par des cérémonies inappropriées et souvent par des marbres nominatifs, où ils imposent frauduleusement la commémoration de leurs noms.
a posté le 11-06-2024 à 20:48
C'est pour cela, que tout projet infrastructurel appartenant au peuple tunisien et à ses contribuables, devrait être libéré aux usagers tout de suite et sur le champ, même par tronçons, comme ce fut d'usage le long de la décennie de la transition démocratique de la Révolution tunisienne du 14 janvier 2011. Il n'est du droit de personne et d'aucun politicien, de vouloir laisser ses empreintes sur ces gigantesques projets infrastructurels, presque tous financés de l'extérieur et réalisés par la sueur pure des Tunisiens. Ce fut une merveilleuse époque démocratique en Tunisie, où seuls les techniciens et les ingénieurs, libéraient les nouvelles routes et les nouveaux ponts aux usagers, sans la moindre présence de politiciens. Ni ceux d'Ennahdha, ni ceux de Nida Tounes, ni ceux de Tahya Tounes.
Qu'on se rappelle du tollé contre l'ancien président Béji Caïd Essebsi, lorsque les «Swahliya» lui avaient préparé une mise-en-scène à la Bourguibienne, pour l'inauguration d'un projet à Sousse, où ils lui avaient fait sortir les petits enfants de leurs écoles, pour lui applaudir son cortège présidentiel en bordures des rues. Les Tunisiens l'avaient appelé même à la démission de son poste de président de la République. Il n'a jamais plus répété de telles inepties totalement contradictoires à la vraie démocratie de par le monde entier.
Donc, que ces ministres de l'Equipement et du Transport, par intérim ou autres, se désistent à l'avenir de ces scènes d'un théâtre inaugural dégradant. Qu'ils autorisent hiérarchiquement à distance, la mise en service de toute infrastructure appartenant au peuple tunisien, sans le moindre retard et avec beaucoup d'humilité réelle.
Allah yostir Tounes.