alexametrics
dimanche 05 février 2023
Heure de Tunis : 01:52
Dernières news
Sihem Boughdiri Nemsia évoque l'instauration d'un impôt sur la fortune
03/11/2022 | 21:46
4 min
Sihem Boughdiri Nemsia évoque l'instauration d'un impôt sur la fortune

 

La ministre des Finances et de l'Appui à l'investissement, Sihem Boughdiri Nemsia, a accordé, ce jeudi 3 novembre 2022, une interview à la chaîne Attessia où elle est revenue sur l’accord conclu récemment avec le Fonds monétaire international (FMI) et le tollé de réactions qu’il a suscité avant même d’être signé.

 

Répondant aux questions de Malek Baccari et Néji Zairi, la ministre a commencé par souligner que le gouvernement de Najla Bouden s’est engagé dans le plan de réformes car la situation du pays, au moment où il a pris ses fonctions, ne lui laissait aucun autre choix. Elle a rappelé que le programme de réformes soumis au FMI tourne autour de plusieurs axes que sont le système de compensation, la masse salariale, le système fiscal et la réforme des établissements publics insistant sur le caractère purement tunisien des réformes proposées et démentant ainsi toute directive imposée par le FMI.

 

« Les négociations étaient difficiles et même éprouvantes. Nous avons dû convaincre et imposer notre programme, il s’agissait de convaincre effectivement et de pas de subir des directives (…) Oui il y a des exigences qui ont pour finalité de prouver au FMI le sérieux du gouvernement dans la réalisation des réformes et notamment la révision de la loi régissant la fonction publique car nous avons une vraie lacune au niveau du cadre législatif que nous devons adapter afin d’instaurer une conformité avec les standards internationaux basés sur la compétence et le mérite » a affirmé la ministre.

« Notre équipe technique est toujours en contact avec l’équipe du FMI et le document est encore en train d’être affiné, au niveau de la reformulation notamment, c’est pour cela qu’il n’a pas encore été révélé, néanmoins il faut savoir que les grands axes sont connus de tous et n’ont pas changé. Les procédures au sein même du FMI demandent du temps et des "prior actions" seront entamés avant la signature de l’accord final. Ces actions concernent la publication de la Loi de finances rectificative et de la Loi de finances 2023 » a-t-elle poursuivi.

 

Sihem Boughdiri Nemsia a précisé que le contenu du document objet de l’accord préliminaire ne fait aucune mention de la cession des entreprises publiques. « Nous sommes dans une logique de restructuration et de réforme et non de cession, ce sont des établissements stratégiques auxquels nous tenons, il y aura des réformes techniques qui vont permettre à ces entreprises d’assurer leur rôle et d’être pérennes. Pour ce qui est des entreprises qui œuvrent dans des secteurs concurrentiels, c’est le rôle de l’État qui devra être reconsidéré, à travers notamment l’ouverture de capital et la filiarisation de certaines activités, c’est le cas de la RNTA. Aucune décision n’a été prise dans ce sens, ce sont les orientations du gouvernement et rien ne sera fait sans collaboration avec nos partenaires sociaux. Pour ce qui est de la BH je le dis clairement, non, nous n’allons pas céder les parts de l’État » a-t-elle ajouté.

 

Pour ce qui est de la réforme du système de compensation, la ministre a estimé qu’il ne s’agit pas de dire que la compensation va être levée mais qu’il y aura un changement de mécanisme de ciblage afin qu’elle soit orientée vers les citoyens qui en ont réellement besoin.

« La compensation sera adressée aux classes qui doivent en profiter, c’est une régulation progressive qui se fera sur quatre ans. Des subventions directes seront accordées aux citoyens qui en ont besoin et le montant sera fixé dans la LF 2023. Le citoyen ne perdra rien du tout, la compensation sera révisée graduellement, à des taux qui seront minutieusement étudiés. 70% des familles tunisiennes bénéficieront des subventions, soit plus de huit millions de personnes. La plateforme dédiée aux subventions sera ouverte au public dès la mi-novembre et tout le monde peut s’y inscrire. Le tout sera fixé selon des critères scientifiques et techniques, la subvention touchera aussi la classe moyenne et pas uniquement les classes défavorisées » a confié Sihem Boughdiri Nemssia.

Elle a souligné que le rôle social de l’État est indiscutable et sera préservé et renforcé. Quant au système fiscal la ministre a précisé que le programme de réforme fiscale vise à consacrer l’équité pour une meilleure répartition de la charge. C'est dans ce cadre que la ministre a répondu à une interrogation concernant la mise en place d'un impôt sur la fortune. Elle a déclaré que la question a été discutée au sein du conseil national de la fiscalité.

« Des secteurs vont être retirés du système forfaitaire et la charge fiscale sera équitablement partagée (…) nous avons proposé lors du conseil national de la fiscalité d’instaurer un impôt sur les biens immobiliers, on parle d’impôt sur le capital et pas sur les profits, l’idée a été bien accueillie et sera rediscutée lors des prochaines réunions » a annoncé la ministre. Reste cependant à déterminer le taux d'imposition et le seuil à partir duquel l'impôt sera appliqué.

 

Sur la Loi de finances 2023, Sihem Boughdiri Nemsia a précisé que la priorité sera donnée à consacrer les orientations de l’État pour soutenir les classes pauvre et moyenne à travers les subventions dont le montant sera revu à la hausse. « Nous devons tous nous inscrire dans la réforme, car cela va finalement profiter à tout le monde ! » a-t-elle conclu.

 

M.B.Z

03/11/2022 | 21:46
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Med
Impot sur la fortune
a posté le 07-11-2022 à 08:54
Faite vite, le devide entre les riches et les pauvres est incroyabes.
CESARIOS
Une transition démocratique voulue , attendue et exigée se voit.............e
a posté le 05-11-2022 à 17:41
Notre actuelle ministre des finances est apparue trop floue, trop vague, elle a dit, c'est comme elle n'a rien dit , rien à comprendre d'elle, elle doit avoir l'autorisation de celui qu'il a nommée, n'importe quelle divulgation de sa part qui ne satisfait son patron sera résolue probablement par son éjection......C'est la rebelote, D4UNE gouvernance présidentielle totale , entière, et en bloc ......... Une révolution d'un peuple réalisée par les sacrifices de sa vaillante jeunesse, ne mérite pas un tel sort ,et où sa transition démocratique voulue et trop attendue, a subie ce coup dur , imprévisible , évaporée dans l'inconnu, et à savoir quelles seront ses prochaines conséquences ?
Enfin des réformes
courageuses...
a posté le 04-11-2022 à 17:59
Seuls les fraudeurs du fisc et les mafieux ne saluent pas cette initiative de réformes. Sans des réformes profondes, courageuses, douloureuses et parfois impopulaires, la Tunisie ne pourra JAMAIS résoudre ses problèmes structurels chroniques et être sauvée du déclin socio-économique. Durant la dernière décennie, les nombreux gouvernements qui se sont succédé n'ont absolument RIEN fait pour réformer des secteurs saccagés et spoliés par des mafieux politiciens et leurs complices du secteur privé. Pauvre Tunisie !
Moh
Enfin on taxe les riches!
a posté le 04-11-2022 à 16:35
Enfin, on taxe les riches!
Ce que les gouvernements précédents n'ont pas réussi à faire, celui là le fera!!
Jamais vu un pays qui ne fait pas payer d'impôts sur la fortune , sur les revenus des privés et professionnels, sur la propreté....
Ce sont juste les fonctionnaires qui paient les impôts en Tunisie
Tawa, CA SUFFIT!
carthage
mafia ? camorra ?
a posté le 04-11-2022 à 16:00
brabbi C un etat ou une organisation ? thebouchi les tunisiens vous les tuze une fois pour toutes et recuperez tout nos biens nos maisons ect .....je sais le tunisien zayed sur cette planete ...il faut que vous organisez un suicide collectifs
''?'' '?'?'?' '?'? '?'?'?''
et oui
a posté le 04-11-2022 à 15:32
rabbi 3in tounesna
aliocha
Numérisation et mise à jour!
a posté le 04-11-2022 à 15:18
Comment calculer la fortune de chacun? elle ne pourra jamais se faire sur simple déclaration! Alors qu'on n'a même pas des listes à jour pour la taxe foncière il est impossible d'établir une taxe sur l'immobilier!
Serbi
le riche doit payer cher, enfin .
a posté le 04-11-2022 à 14:38
enfin , le riche va payer, au lieu du frère qui jusque là doit nourrir toute la la famille, pendant que le riche s'enrichit exponentiellement !!
Djodjo
Encore un truc pour faire plaisir au masse populaire qui ne fonctionne pas.
a posté le 04-11-2022 à 13:12
Cette pseudo solution a déjà été essayé ailleurs et n'a jamais fonctionné, en France la modification de cette impôt a eu lieu en 2018.

De toute façon c'est le logiciel du simplet qui ne va pas, il n'a que des solutions rétrogrades et populistes à proposer, le tout présenté comme l'innovation du siècle.

Le problème majeur de la Tunisie se trouve à Carthage, ce type n'est pas à sa place à la tête d'une nation. Il est mieux au café du coin à sortir ses théories boulitique qui vont changer le monde devant ses copains de boisson.

Marsouin51
Impôt fortune
a posté le à 06:42
Comme vous dîtes l impôt sur la fortune n a jamais fonctionné en France ça n a fait que faire fuir les capitaux et 'es grands groupes
Dt
Impôt
a posté le 04-11-2022 à 11:15
C'EST la moindre des choses.
cesarios
Tout dépend de la gouvernance de notre chère TUNISIE en respectant....................
a posté le 04-11-2022 à 10:56
la solution est de dénicher la manière la plus efficace selon les propres réalités, les conditions et les paramètres de notre TUNISIE avec un esprit créatif et à l'instaurer courageusement et d'urgence en tenant compte de l'égalité des chances entre les TUNISIENS et les TUNISIENNES de toutes les régions sans aucune distinction, de la bonne gestion des deniers publics, et du choix des culots dirigeants responsables dans les domaines économiques et sociaux connus par leur intégrité, leur probité et leur compétence reconnue sans distinction de leur appartenance idéologique ou partisane , et que les citoyens et les citoyennes se mettent au travail , trousser les manches, produire avec la productivité nécessaire en respectant le système de gagnant -gagnant pour pouvoir faire face à la concurrence sauvage qui règne dans ce monde si instable et si subitement métamorphosable de jour en jour
Tunisino
Vendre du vent
a posté le 04-11-2022 à 10:46
Cette Nemsia continue à vendre du vent, elle utilise une technique de communication malhonnête et légère, rassurée par le populisme de son chef. Rien ne marchera sans un projet national technique qui tient compte non seulement du présent mais aussi du futur. Ceci est impossible avec la Grande Jamahiria du Grand Psychopathe, ni avec des littéraires ou des illettrés, et surtout ceux à crânes bourrés par le communisme ou l'islamisme.
veritas
Taxe foncière
a posté le 04-11-2022 à 10:24
il est sujet aussi de l'instauration d'une taxe foncière qui n'est pas une bonne solution car la taxe va être excessive et ça sera une guerre déclarée en catimini contre tout propriétaire'?'le gros problème en Tunisie après feu Hedi nouira les taxes instaurées sont toujours excessifs et exagérées'?'Nouira a l'époque compte avec les millimes depuis 1986 les gouvernements comptent avec le dinar pour eux une augmentation d'un dinar et une augmentation d'un millime (centimes) mais pour les augmentations des salaires ça se passe en centimes un décalage totale entre les salaires et les prix à la consommation c'est bien pour cela que l'équilibre a été perdu depuis la fin des années 80.
veritas
Oui mais '?'
a posté le 04-11-2022 à 10:05
Oui à une taxation non à une escroquerie légale'?'il faut que le taux de cette taxe soit raisonnable et calculé sur la réalité des richesses et non pas à tort et à travers pour faire échapper certaines têtes tunisiennes qui veulent être toujours au dessus de la loi '?'il ne faut pas que cette taxe devient éternelle comme la vignette pour les véhicules et le timbre de voyage '?'la nouvelle taxe sur la fortune doit être limitée dans le temps ,si la situation économique du pays s'améliore il faut supprimer cette taxe aussitôt'?'.si la taxe sera exagérer par un taux excessif et pour une période longue cela engendrera la fuite de plusieurs fortunes et capitaux .
RASPOUTINE
GAME OVER
a posté le 04-11-2022 à 08:41
si cette proposition passeras votre BHIM est fini
Alias
Recette de grand-mère
a posté le 04-11-2022 à 08:07
Quand on ne sait plus quoi faire , on se tourne vers la solution la plus facile et la plus néfaste pour l'économie d'un pays , beaucoup d'autres l'ont essayé et se sont vite rendu compte des dégâts causés à l'investissement et à la création d'emplois . La taxation du capital doit rester raisonnable et juste , il faudrait plutôt s'attaquer aux faudeurs
Si ces responsables débarqués de je ne sais où , n'ont ni idées , ni projets , qu'ils démissionnent
SI
Oui à l'instauration d'un impôt sur le capital
a posté le 03-11-2022 à 23:23
Il est temps d´agir M. le Président !
L' argent est là et si vous ne le récupérez pas auprès des riches et surtout les oligarches/banques, il en sera encore moins pour ceux qui souffrent vraiment de la crise.

La demande d'un impôt foncier unique sur tous les actifs supérieurs à un million de TDN par exemple et une réintroduction de l'impôt sur la fortune ordinaire sur tous les actifs supérieurs à un million de TND.

Un prélèvement sur la richesse ne submergerait personne des super riches surtout de la dictature de Bourguiba et Ben Ali et il y aurait bien sûr des exemptions pour les actifs commerciaux. Mais ici aussi, si l'état n'avait pas sauvé l' économie, le tourisme et les banques avec ses moyens, de nombreuses entreprises n'auraient pas survécu. Il est donc temps pour un ou deux pour cent des super-riches de redonner quelque chose à la société.

Il faut différencier la richesse gagnée par un travail honnête et la responsabilité des entreprises doit être évaluée par rapport à la richesse des spéculateurs.
Regardez la bourse, les banques, les assurances, les spéculateurs et les sauterelles!

Bon vent!
Pépites