alexametrics
mercredi 29 mai 2024
Heure de Tunis : 13:07
SUR LE FIL
Procès de l’assassinat de Belaïd : un verdict lourd qui ne nous rapproche pas de la vérité
Par Sofiene Ben Hamida
31/03/2024 | 14:00
4 min
Procès de l’assassinat de Belaïd : un verdict lourd qui ne nous rapproche pas de la vérité

 

Très tôt à l’aube du mercredi 27 mars 2024, après de longues heures de délibérations, la cinquième chambre près le tribunal de première instance de Tunis chargée des affaires de terrorisme a rendu son verdict dans l’affaire de l’assassinat du leader politique de gauche Chokri Belaïd, survenu le 6 février 2013. Quatre prévenus ont été condamnés à mort, deux à perpétuité, douze autres à des peines allant de deux à cent vingt ans d’emprisonnement alors que cinq prévenus ont bénéficié d’un non-lieu.

Malgré la lourdeur des peines, un sentiment diffus a dominé les esprits aussi bien parmi les proches du martyr qu’au sein de l’opinion publique : le verdict a condamné des accusés, mais n’a pas rendu justice. Il ne nous a pas rapproché de la vérité sur l’assassinat de Chokri Belaïd ; une vérité qui nous fuit depuis onze ans parce qu’elle s’est égarée dans les méandres d’une justice phagocytée par les entourloupes politiciennes.

 

La vérité a été donc le grand perdant de ce procès tant attendu, à côté bien entendu du comité de défense des martyrs. En revanche, le mouvement islamiste Ennahdha a été le grand gagnant de ce procès et n’a pas manqué de le dire dans un communiqué, estimant que ce verdict le blanchit totalement des soupçons qui pesaient sur son implication dans cet assassinat. L’autre grand bénéficiaire de ce verdict est bien entendu le juge Béchir Akremi. Il se trouve depuis plusieurs mois en prison. Il est accusé d’avoir manipulé le dossier de l’assassinat de Chokri Belaïd et d’orienter l’instruction. Seulement, ses travaux d’investigation dans cette affaire et son rapport d’instruction ont été largement retenus par le tribunal et ont constitué le socle de ce procès.

C’est pourquoi la conférence de presse organisée par le comité de défense des martyrs est très attendue. Elle aura pour lourde tâche de dissiper les doutes et d’apporter des réponses aux questions qui sont restées en suspens après l’annonce du verdict à l’aube de mercredi dernier. Cela ne touche en rien tout le respect et le soutien que portent les démocrates de ce pays aux membres du comité de défense des martyrs pour leur courage, leur abnégation et leur acharnement à mener leur dossier à bon port. Mais des questions persistent concernant leur attitude au cours du procès.

 

La première question concerne les raisons de leur acceptation de l’absence des médias et par conséquent, l’absence d’une couverture médiatique de ce procès qui, en définitive, s’est déroulé à huis clos ou presque. Bien entendu, il y a le problème logistique en rapport avec l’exigüité de la salle du procès. Mais pas que cela. Du temps de Bourguiba ou de Ben Ali, deux dirigeants qui ne peuvent être accusés d’être de grands défenseurs des libertés, dans les grands procès politiques ou qui focalisent l’opinion publique, les médias étaient toujours présents et informaient l’opinion en détails, de toutes les péripéties des procès.

Au cours du procès sur l’assassinat de Chokri Belaïd, les médias ont été interdits de fait de couvrir le procès. La présence en permanence des caméras de la télévision nationale dans la salle d’audience était plus un leurre qu’autre chose. On dit que les enregistrements du procès seront diffusés ultérieurement sans donner de date précise. Mais les Tunisiens n’ont pas besoin de regarder, dans quelques années, un documentaire sur le procès. Ils avaient besoin, maintenant, de connaitre l’actualité de leur pays.

En définitive, les caméras de la télévision nationale n’ont servi qu’à diffuser le point de presse tardif du substitut du procureur, pour annoncer pêle-mêle, le verdict du tribunal. Cela amène à poser la question des procédures. Aucun des membres du comité de défense des martyrs n’a affirmé avoir assisté à la prononciation publique et solennelle du verdict par la présidente du tribunal. La procédure a-t-elle été respectée ? Si oui pourquoi ont-ils été écartés de cette séance solennelle et publique ? Surtout, pourquoi ils n’ont pas réagi à cette exclusion ?

 

Une dernière question et pas des moindres. Pourquoi le comité de défense a-t-il accepté de fragmenter le dossier de l’assassinat de Chokri Belaïd alors qu’il a toujours revendiqué de réunir tous les éléments en rapport avec les donneurs d’ordre, la préparation matérielle et l’exécution dans un même dossier ? Il semblerait qu’un autre procès (celui du groupe Fethi Damak) s’ouvrira bientôt concernant le groupe impliqué dans la préparation matérielle de l’assassinat. Il serait puéril d’imaginer que les terroristes déjà condamnés acceptent de témoigner contre leurs amis du groupe de la logistique. Ils ont tout perdu et ils n’ont rien à gagner. Certains diront qu’ils témoigneront pour soulager leur conscience. Mais les terroristes en ont-ils déjà ?

Par Sofiene Ben Hamida
31/03/2024 | 14:00
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Le Baron
Le fond de commerce du sang de Chokri Belaid
a posté le 31-03-2024 à 23:43
Ce fond de commerce très lucratif pour certains qui se font grassement payés par les émirats et l'?gypte ne doit pas être fermé sinon c'est le chômage assuré, la logique des choses voudrait que les assassins de Chokri voulaient créer un choc afin de déstabiliser la troïka au pouvoir et la pousser à la sortie, Chokri étant le bouc émissaire parfait étant un fervent opposant, mais c'est la bêtise qui a pris le dessus sur la logique...
Nephentes
Pseudo justice pour idiots véritables
a posté le 31-03-2024 à 20:56
S'il y avait une véritable conscience citoyenne et une véritable aspiration à la dignité chez ce peuple; L'affaire Belaid aurait été résolue depuis l'époque Caid Esebssi

Vous devez comprendre que les criminels islamistes et leurs complices nahdhaouis ne SONT QUE DES EXECUTANTS. Et qu'il apparait que des sécuritaires des militaires et des juges semblent détenir des indices solides

Leur réticence à divulguer la vérité préoccupe
Abidi
Vérité
a posté le 31-03-2024 à 18:33
Si vous détenez la vérité étalez la sinon taisez vous,le perdant c'est le peuple et le pays qui ne cesse de se diviser et cela grâce aux entités comme vous
Citoyen_H
@@ Abidi 31-03-2024 à 18:33 HAHAHAHA, HAHAHA, HAHAHAHA, TRES BIEN REPONDU
a posté le à 20:47
Ils sont toujours là à vouloir semer la merde.
Si à tout hasard, les coupables avaient été condamnés à des peines légères, ces charlatans auraient crié au scandale.
Pareil s'ils avaient été relaxés !!!
Galou de 2011 fut l'année de la révolution du jasmin,
Ettfou8 3ala el rassa el kelba de traitres et d'imposteurs !!!
2011 fut l'année du catapultage de la NATION vers le royaume du t'gou3ir et de la régression sociale.
Ce fut l'année où un tsunami d'incultes, de ploucs, de cuttereux, de bouseux et de 7ray'miya, prirent la barre du pays pour le mener droit vers les récifs !!!
Et vous voulez faire une NATION moderne et avant-gardiste avec ces profils de pingouins !!
Au mieux, on pourra leur accorder la gérance d'une "glibetterie" ou d'une nassba de "ma3d'nouss.
Quelle misère, quelle calamité, quel calvaire.
Face à cette invasion sans fin de chléyék, notre créateur nous a certainement maudits pour le restant de nos jours.

kane
Simple rectification
a posté le à 10:19
...pas "cuttereux" l'orthographe exacte est "cul-terreux", c'est, en quelque sorte, plus près de la réalité.
Chelbi
Vraiment!
a posté le 31-03-2024 à 18:16
1. "Cela ne touche en rien tout le respect et le soutien que portent les démocrates de ce pays aux membres du comité de défense des martyrs pour leur courage, leur abnégation et leur acharnement à mener leur dossier à bon port".

Il est tellement évident maintenant que ça n'a jamais été un comité de défense mais un comité d'arnaqueurs, de charlatans qui ne cherchaient qu'a faire disparaître un parti politique de la scène et de la vie même vu leur radicalité camouflée sous le slogan de "progressisme". Et qui seront ces democrates qui soutiennent de tels extrémistes? Ceux qui n'acceptent pas le verdict des unrnes? Ou bien ceux qui cautionnent un coup d'Etat en plein midi avec des blindés? Ou peut être ceux qui veulent nous imposer un système politique de moyen âge basé sur le culte de la personne? J'aimerai savoir vraiment qui sont concernés par ce teme "democrates".

2. "L'autre grand bénéficiaire de ce verdict est bien entendu le juge Béchir Akremi. Il se trouve depuis plusieurs mois en prison". L'utilisation du terme "bénéficiaire" est malsaine. On dirait Bechir El Akremi s'est volentairement incarcéré pour fuir l'affaire de Chokri Beleid. Or, les faits réels disent qu'il est victime d'une campagne de salissage bien orchestrée par "le comité de charlatans" en association avec quelques syndicats des forces de l'ordre.

3. "Surtout, pourquoi ils n'ont pas réagi à cette exclusion ?" parceque leur solde de crédibilité est fini.

4. "Une dernière question et pas des moindres. Pourquoi le comité de défense a-t-il accepté de fragmenter le dossier de l'assassinat de Chokri Belaïd alors qu'il a toujours revendiqué de réunir tous les éléments en rapport avec les donneurs d'ordre, la préparation matérielle et l'exécution dans un même dossier ?". Cette histoire de fragmentation du dossier est une tentative désespérée pour sauver la face. Un juriste m'a expliqué qu'il n'y a pas ce principe ou pratique de fragmentation dans la justice. Ou bien tous les coupables sont identifiés, ou bien le procès ne peut avoir lieu. Car la peine doit être proportionnée pour chaque individu selon sa participation au crime. S'il y a un qui manque, le principe de proportionnalité est non respecté et les premiers condamnés peuvent revendiquer une révision de leur peine initiale. Et un petit rappel. Le "comité des charlatans" a prolongé l'affaire à maintes reprises car ils demandaient que la liste des accusés soit élargie à d'autres individus non inclus dans les travaux du juge Bechir Akremi.

5. " Il serait puéril d'imaginer que les terroristes déjà condamnés acceptent de témoigner contre leurs amis du groupe de la logistique". Il suffirait de répondre à cette spéculation par une autre. On dit que certains des détenus ont subi des pressions via des intermédiaires pour changer leur "affidavit" et faire impliquer explicitement RG et AL. Voyez comment vous n'êtes par le seul à être capable de speculer.

Un conseil du fonds du c'?ur. Laisser tomber ce campement idéologique aveugle. C'est moi qui gagne si je ne ment pas sur "mon ennemi". Je gangne une chose devenue monnaie rare ces jours-ci a savoir "la crédibilité".
Jilani
L'essentiel est que le gourou est en prison
a posté le 31-03-2024 à 15:15
On espère qu'il croupira jusqu'à sa mort que nous souhaitons qu'elle soit lente et animée par les hallucinations de tous les meurtres qu'il a commis et qu'il retrouvera pour bientôt ses sbires à côté de lui comme ce mekki et dilou.