alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 23:25
Dernières news
Nouvelle arrestation de Sahbi Amri
17/09/2018 | 21:38
1 min
Nouvelle arrestation de Sahbi Amri
 

Le parquet a décidé aujourd'hui, lundi 17 septembre 2018, l'arrestation de Sahbi Amri.


Le chroniqueur au journal Al Massa vient d'être arrêté ce soir, il y a à peine une heure, suite à la publication d'un statut sur les réseaux sociaux dénigrant un magistrat du Conseil supérieur de la magistrature.

En mars dernier, Sahbi Amri a été condamné dans une affaire de diffamation suite à la publication d'un statut sur les réseaux sociaux concernant le chef du district de la police nationale de Tunis.  En décembre 2017, il a déjà fait l'objet de  plusieurs plaintes déposées contre lui par Ghazi Jribi, ministre de la Justice, Mabrouk Korchid, ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, et Chawki Tabib, président de l'Instance nationale de la Lutte contre la Corruption (INLUCC), pour diffamation, injures et allégations contre un fonctionnaire. Il avait également été accusé d'insultes contre l’institution de la présidence de la République.



M.G


17/09/2018 | 21:38
1 min
Suivez-nous

Commentaires (4)

Commenter

Abel Chater
| 18-09-2018 12:38
Ce qui m'étonne beaucoup du côté de ceux qui arrêtent et inculpent ce chroniqueur, que je n'ai jamais lu de toute ma vie ni que je ne connaisse son existence, c'est pourquoi le lire et lui donner toute cette importance, jusqu'à l'inculper et l'arrêter?
Qui a peur du mensonge et des menteurs?
Si personne n'a peur des menteurs et du mensonge, comme c'est de coutume dans les vraies démocraties de ce monde, donc il y a d'autres qui voudraient étouffer la vérité par ces agissements dictatoriaux, qu'on les croyait abolis de la Tunisie à jamais?
Que tout le monde le sache et l'apprenne une fois pour toutes. Dans chaque vraie démocratie, on n'arrête ni qu'on n'inculpe jamais quelqu'un, pour ce qu'il dit ou pour ce qu'il écrit. On ne fait que lui répondre et le démentir ou le laisser aboyer comme un chien. Les gens ne donnent de l'importance à un menteur intrigant, que lorsqu'il est réduit au mutisme par la force. C'est de là que tout salaud, menteur et intrigant commence à être martyrisé et à jouir de la sympathie de l'opinion publique.
Où était la Justice tunisienne, lorsque l'ancien premier président de notre troisième République tunisienne Moncef Marzouki, se faisait insulter par les pires des insultes, des mensonges et des bassesses humaines, jusqu'à l'attaquer dans le fond de sa dignité humaine?
Ce que j'ai appris pour toute ma vie de cette position vertueuse du Docteur Moncef Marzouki, c'est que l'or ne pourra jamais être atteint de rouille, même s'il est envahi par toutes les ferrailles de ce monde. Celui qui ne fait rien de mal, ne pourra craindre les menteurs et les intrigants.
Donc, il est bien recommandé de laisser tomber cette injustice dictatoriale, de lire et d'arrêter l'auteur. C'est bête de lire et c'est plus bête d'inculper, du moment que personne n'oblige quelqu'un à le lire.
Si cette méthode d'arrêter les menteurs et les intrigants était d'usage dans le monde, on n'aurait jamais plus vu un seul juif en liberté. Même les analphabètes parmi eux, mentent et intriguent contre les non-juifs, plus qu'ils ne nous vendent leurs pommes frites.

sador
| 18-09-2018 11:25
En Tunisie beaucoup de blogueurs pensent naïvement qu'ils sont dans le camp du bien et donc tous les autres dans celui du mal.Ces scribouillards sans talent prétendent incarner l'esprit de l'opinion publique, et encouragés par cette illusion,ils se livrent à longueur de journée,à débiter leurs logorrhées populacières fortement nourries par la haine et le goût à la nuisance.Nos blogueurs ne savent pas informer sans intoxiquer, ni critiquer sans calomnier ,ni discuter sans user des vulgarités.Plusieurs d'entre eux, atteint du virus de la "révolutionite" croient que tout est leur est permis,allant jusqu'à prôner l'impunité avec alibi "la liberté d'expression".Il faut parfois secouer l'arbre pour faire tomber les fruits pourris.

Lotfib
| 18-09-2018 07:23
Mais foutez le dans un asile psychiatrique.Parce qu'il est handicapé ce monsieur se croit tout permis.Qu'on le musele une fois pour toute.

Maxula
| 17-09-2018 23:11
Il n'y a que dans les pays arriérés du tiers-monde ou dans les régimes dictatoriaux qu'on emprisonne ou qu'on arrête quelqu'un pour diffamation, au point de faire d'un délit, "un crime" !
Qu'en serait-il des considérations de "non respect" des croyances d'autrui, "irrespect" qui équivaudrait alors à un "crime d'athéisme" ? Cela finira-t-il en Tunisie, par valoir au "criminel d'opinion" la décollation, comme il est de mise dans d'autres pays-repoussoirs, et tout aussi évolués de l'Arabistan-heureux ?
Maxula.