alexametrics
Dernières news

Mutation de Béchir Akremi : qu’en est-il des agressions de magistrats ?

Temps de lecture : 1 min
Mutation de Béchir Akremi : qu’en est-il des agressions de magistrats ?

 

La décision du Conseil de la magistrature judiciaire de muter le procureur de la République Béchir Akremi a suscité une vive polémique depuis sa révélation. Connu pour être proche du mouvement Ennahdha, plusieurs personnalités évoquent des pressions exercées par le parti islamiste contre les magistrats pour revenir sur cette décision. De plus, le mouvement dans le corps des magistrats devrait être publié avant le 25 août courant et que l’assemblée générale de Conseil supérieur de la magistrature se tiendrait dans la journée de demain.

 

Dans ce contexte, l’avocate et chroniqueuse Dalila Msaddek a publié sur sa page Facebook une information selon laquelle un avocat nahdhaoui au sein du Conseil de la magistrature aurait agressé ses collègues et qu’il aurait même jeté un verre contre l’une d’entre elles. « Comme cadeau pour les femmes tunisiennes, Ennahdha envoie son avocat pour menacer les juges du CSM. Viendra le jour… et tu vas quitter… », indique Dalila Msaddek.

 

 

Toutefois, le Conseil de la magistrature judiciaire a publié un communiqué, ce mardi 11 août 2020 pour répondre à toute cette polémique, assurant qu’il n’y a eu aucune agression, soulignant qu’il s’agit uniquement de rumeurs visant à déstabiliser le conseil, qui poursuit ses travaux conformément aux dispositions de la loi et dans le cadre du respect mutuel entre ses membres.

 

 

S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

takilas
| 16-08-2020 13:09
Ces mafieux et bandits nahdha croient que tout espermis et ce depuis déjà neuf ansde despotisme et de banditisme.

Citoyen_H
| 12-08-2020 14:19
sur ses biens personnels, en faisant un état de rapprochement entre ce qu'il possédait avant 2011 et ce qu'il possède en 2020.
Que des sur^prises!!
Vous verrez des étoiles filantes.




rayan
| 12-08-2020 01:13
d'abord, il est dommage que la photo des juges habillés en rouge soit copiée de la cour de cassation française ! Cette photo n'a pas été prise en Tunisie.
ensuite sur le fond, les juges en tunisie dépendent tellement du ministre de la justice qu'il leur faudra plusieurs décennies pour intégrer dans leur culture leur réelle indépendance.
encore aujourd'hui, un juge du siège craint un procureur de la république, alors que ce dernier n'a pas la même indépendance qu'un juge du siège puisqu'il est dans un rapport hiérarchique !
enfin, notre justice souffre du mal de la colonisation : nous appliquons en tunisie le système français qui a été créé en 1800 par Napoléon. Il a créé la justice que l'image de l'armée : un chef suprême (d'une part le procureur général à la cour de cassation qui est le chef des procureurs et d'autre part le président de la cour de cassation qui est l'autorité supérieure des juges du siège).
cependant, l'expérience prouve que ce système ne fonctionne plus, non seulement en France mais également en tunisie où , comme on dit, arbi wa aatah il bay hsan (si tu donnes un cheval à un arabe) ....
amicales salutations

Houcine
| 11-08-2020 23:06
Le Conseil de la magistrature a des responsabilités éminentes dans le délabrement de la justice. Normalement, on en attendrait qu'il veille au respect du droit, puisque une justice équitable est synonyme d'Etat de droit. Le procureur Akremi doit quitter ce poste de premier plan, et devrait être sanctionné pour négligence ou manquement dans certains dossiers où des parties dont il est proche sont impliquées
L'indépendance de la justice n'est pas synonyme de pouvoir discrétionnaire dévolu à un haut magistrat.
Ceux qui trouvent à redire contre le projet de le remplacer sont ennemis du droit et de la justice. Cet homme n'a pas rendu service à sa corporation, ni au droit des gens, mais semble avoir servi un clan, une mouvance. Il s'est rendu coupable, si tout cela est revu et mis au jour, de denis de droit.

Abel Chater
| 11-08-2020 22:37
En dialecte ou en arabe littéraire, l'écriture demeure la même. Cette avocate Dalila Msaddek, est non seulement menteuse et intrigante, mais encore, qu'elle ne pouvait jamais avoir réussi ses diplômes ou son CAPA pour le métier d'avocate, avec cette misère "orthogrammaticale" en la langue arabe des tribunaux.
Il faut lui vérifier son niveau scolaire. Une tricheuse, reste toute sa vie tricheuse. Une menteuse, demeure toute sa vie menteuse.

PERE GERARD
| 11-08-2020 22:28
Une chute vertigineuse au regard de la symbolique qu'il représentait. Mais aurait-il demandé à partir de son plein gré, son employeur occulte s'y serait opposé. Bechir Akremi nest pas maître de lui-même ni de ses decisions. Homme-lige d'une caste politique qui aujourd'hui s'insurge contre cette résolution du CSM, il s'imaginait inéxpugnable, engoncé qu'il est dans son siège de procureur. Mais il a cristallisé trop de ranc'?urs que son eviction qui a trop tardé s'apparente à un événement judiciaire que certains n'hésiteront pas à fêter bruyamment.

veritas
| 11-08-2020 21:50
ils aiment bien que les autres quittent aussi vite le pouvoir ...ils ont adoptés à la puissance mille tout les reproches qu'ils faisaient à bourguiba et ben Ali et ils sont décidés à faire toujours autant dans le mauvais sens bien sûr ...ils sont pour avoir le monopole absolu de tout et de n'importe quoi ils se prennent pour plus que des dieux ...Vraie quelle merde s'est abattu sur le pays depuis 2011 ...?

A lire aussi

La présidente du PDL, Abir Moussi a publié une vidéo en direct, ce jeudi 24 septembre 2020, pour

24/09/2020 23:50
0

examiner les moyens permettant de développer les perspectives de coopération et de partenariat entre

24/09/2020 21:35
0

Le président de la République, Kaïs Saïed s’est adressé ce jeudi 24 septembre 2020, en direct par

24/09/2020 20:56
2