alexametrics
dimanche 26 mars 2023
Heure de Tunis : 14:27
Dernières news
Moody's abaisse la note de la Tunisie à Caa2 avec perspectives négatives
28/01/2023 | 10:22
5 min
Moody's abaisse la note de la Tunisie à Caa2 avec perspectives négatives

 

L’agence de notation Moody’s a annoncé le 27 janvier 2023, avoir abaissé la note de la Tunisie à Caa2 avec perspectives négatives. Dans un communiqué, l’agence explique que cette dégradation conclut l’examen initié en septembre 2022. Moody's a également abaissé les notations de la dette senior non garantie et la notation senior non garantie de la Banque centrale de Tunisie.

La dégradation est motivée par l'évaluation de Moody's selon laquelle l'absence de financement à ce jour pour répondre aux importants besoins de financement du gouvernement, augmente les risques de défaut à un point qui ne correspond plus à une notation Caa1.

« Un nouveau programme du FMI doit encore être sécurisé, malgré la conclusion d'un accord au niveau des services en octobre 2022, aggravant une situation de financement déjà difficile et les pressions sur l'adéquation des réserves de change de la Tunisie. Les conditions de financement intérieures et extérieures et le profil du service de la dette du gouvernement tunisien augmentent les risques de refinancement ».

Moody's estime que la faiblesse de la gouvernance et les risques sociaux importants expliquent en partie pourquoi la Tunisie a atteint une telle situation critique.

Par ailleurs, les perspectives négatives reflètent l'opinion de Moody's estimant qu’ à moins d'une amélioration opportune des perspectives de financement externe, la probabilité de défaut pourrait augmenter au-delà de ce qui est compatible avec une notation Caa2.

« De nouveaux retards prolongés dans la mise en place d'un nouveau programme du FMI éroderaient les réserves de change par le biais de prélèvements pour le paiement du service de la dette, exacerbant ainsi les risques de balance des paiements et la probabilité d'un rééchelonnement de la dette qui entraînerait des pertes pour les créanciers du secteur privé. Les risques pesant sur le profil de crédit de la Tunisie resteront orientés à la baisse, même dans le cadre d'un éventuel accord avec le FMI, les perspectives de financement restant tributaires de la mise en œuvre rapide et soutenue de réformes qui s'avéreront invariablement difficiles face aux faiblesses de la gouvernance et à l'exposition aiguë aux risques sociaux. Alors que le programme de réforme du gouvernement offre une voie pour corriger les importants déséquilibres budgétaires et extérieurs de la Tunisie, sa mise en œuvre risque d'être mise à l'épreuve par des obstacles politiques, sociaux et institutionnels », précise l’agence de notation.

 

Les perspectives négatives reflètent ainsi l'inquiétude de Moody's quant à l'absence de financements extérieurs. Ceci augmente les probabilités de défaut de paiement. Le retard de la conclusion d'un accord avec le FMI touche directement les réserves en devises de la Tunisie. Les perspectives négatives reflètent, selon le même communiqué, les défaillances aux niveaux social, politique et institutionnel, limitant ainsi la mise en œuvre de réformes. Moody’s a évoqué une faiblesse au niveau de la gouvernance et une exposition aux risques sociaux.

L’agence est revenue sur la maîtrise de la masse salariale du secteur public en termes réels, la suppression progressive des subventions à la consommation au profit de transferts financiers plus ciblés et la réforme du secteur déficitaire des entreprises publiques. Elle a considéré que ces mesures permettront d'équilibrer la balance fiscale et extérieure de la Tunisie.

Moody's a noté une avancée vers la mise en place des réformes suite à la conclusion de l'accord de septembre 2022 entre le gouvernement et l'UGTT. Elle a, aussi, évoqué l'autorégulation des prix des carburants et du gaz naturel. Elle considère que la réalisation de plus de progrès est menacée par des obstacles politiques, sociaux et institutionnels. Elle note que les perspectives de financement resteront tributaires de la mise en œuvre rapide et soutenue des réformes. Le risque de défaut de paiement restera conséquent même en cas de conclusion d’un accord avec le FMI.

 

L’agence a considéré que le premier tour des législatives du 17 décembre 2022 a témoigné d’un faible taux de participation. Ceci reflète, selon elle, un paysage politique fragmenté. Le retard dans l’approbation de l’accord entre la Tunisie et le FMI résulterait, donc, de l’incertitude quant à un consensus autour du programme de réformes. Moody’s a rappelé que la Tunisie n’avait pas satisfait les attentes du FMI dans le passé. La Tunisie avait réussi seulement cinq des huit évaluations réalisées par le FMI. Moody’s a souligné l’impact des tensions sociales au cours de la dernière décennie et la faible croissance économique et création d'emplois.

L’intégralité de ces facteurs a mis à l'épreuve la capacité des gouvernements successifs à mettre en œuvre des réformes économiques et à remédier aux déséquilibres budgétaires, précise Moody's.

 

Moody’s a indiqué que la cote de crédit de la Tunisie était fortement négative (CIS-5). Ceci reflète une forte exposition aux risques sociaux et une gouvernance faible. « La capacité de la Tunisie à répondre aux enjeux sociaux reste faible. La cote de crédit de la Tunisie est exposée aux risques environnementaux ». L’agence a évoqué comme facteur l'élévation du niveau de la mer dans les zones côtières, le stress hydrique et la désertification dans les régions internes.

Moody’s est revenue sur l’impact de la variabilité climatique, des précipitations irrégulières et des sécheresses sévères sur le secteur agricole tunisien. Elle a rappelé que ce dernier représentait environ 15% des emplois. Les risques liés aux ressources naturelles et à la gestion de l'eau sont, selon la même source, très négatifs.

Concernant les risques sociaux, l’agence a évoqué la question de l’emploi et des revenus. Elle a qualifié le marché du travail de rigide et a noté une faible création d'emplois causant une hausse du chômage, notamment chez les jeunes diplômés. « Le marché de travail tunisien n’est pas capable d’absorber une main-d'œuvre bien formée la poussant à migrer et encourageant, ainsi, la fuite des cerveaux ». Moody’s a estimé que les progrès des réformes et la solidité budgétaire restaient tributaires des considérations sociales et de la capacité du gouvernement et des acteurs de la société civile à s'aligner ou non sur des plans politiques crédibles.

Moody’s a qualifié la gouvernance de la Tunisie de faible et a estimé que le processus de prise de décision politique a été considérablement altéré. « Les tensions sociales récurrentes entravent l'efficacité des politiques en réduisant le consensus politique autour des réformes, y compris de la part des composantes de la société civile. De plus, la performance des institutions exécutives et législatives s'est affaiblie du fait que les gouvernements successifs n'ont pas adopté et mis en œuvre un programme politique cohérent. La structure institutionnelle de la Tunisie est très négative, tandis que la crédibilité et l'efficacité des politiques et la gestion budgétaire sont modérément négatives et que la transparence et la divulgation sont neutres à faibles », a ajouté la même source.

 

 

S.G

 

 

 

28/01/2023 | 10:22
5 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Zico
Ommok sannefa
a posté le 29-01-2023 à 00:28
Ommok sannefa vient de donner un coup fatal à la Tunisie . Le dernier clou qui va mener à la banqueroute du pays et la mise sous tutelle.
Pour ceux qui se demandent où sont les conpétences tunisiennes. La réponse est simple: ils se sont sauvé de ce pays il ne vous reste que les "Bac Lettres" pour diriger le pays. Lolll
SOYONS HONNETES TOUT DE MEME
Sans oublier
a posté le à 13:42
les Bac de berger, les Bac d'escrocs, les Bac de parasites et d'escrocs tels que ceux, travaillant dans les sociétés de jardinage de Tataouine et de Kébili et enfin les détenteurs de faux diplômes,
Ils représentent des centaines de milliers de Tunisiens.
La fonction publique en est infestée !!


Nephentes
Droit dans le mur.Sereins confiants et determines
a posté le 29-01-2023 à 00:15
L attribution de la note CAA2 par n importe quelle agence de notation credible est en soi une catastrophe nationale de grande ampleur

En.Tunisie apparement cela ne derange pas grand monde et surtout pas l opinion publique

Ni Mr Saed de toute evidence

Quand la Tunisie sera trainee devant le Club fe Paris et que le salaire des fonctionnaires ne sera plus paye d ici une annee tout au plus

Mr Saed publiera un decret mettant fin a l existence du FMI du Club de Paris et de la planete Terre

Initiative demzndant un certain courage et qu il faut donc saluer
Mouaten alpha
La seule issue c'est d'instaurer rapidement l'assemblée et discuter d'un plan Marshall et sur le plan stratégique il faudrait
a posté le 29-01-2023 à 00:04
Il faudrait engager :
-un chantier de transfo énergétique sur 3 ans avec l'Arabie saoudite ou la chine . Arriver un taux de 50 pour-cent photo voltaïque au bout de 3 ans
- Conciliation pénale à clore dans 6 mois et changement de monnaie
- Plantation de 10 millions d'oliviers par le peuple et l'armée en une année
- Nationalisation. De certaines entreprises qui pompent notre argent sans plus value reeele ( de simples services avec rap trie ment de tous leurs bénéfices en dollars)
- Informatisation complète du secteur tourisme y compris les agences de voyage et mettre tout en application numérisées pour le contrôle des entrées sorties des revenues de ce secteur
MH
Maudit Moody's
a posté le 28-01-2023 à 22:05
Le verdict est tombé et notre cher rédacteur en chef des décrets ne peut que contempler les dégâts qui sont sur le point de se produire. Je suis sûr qu'il n'est pas encore conscient de la situation. Pour lui, c'est de la science-fiction, au mieux une histoire futile culinaire d'"Ommek Sannafa".
Tunisien
Arrêtez d'attendre une réaction de KS
a posté le 28-01-2023 à 18:32
« Vous êtes entrain de traire un veau »!!
C'est un proverbe tunisien qui s'applique largement maintenant.
Arrêtez d'attendre que KS peut apporter une solution à la situation du pays .
Il en est largement responsable.
Il est inconscient. ( ommek Sannafa)
La seule solution : c'est une initiative civique et patriotique de tous les tunisiens pour sauver notre pays .
Fares
@Tunisien Amen
a posté le à 21:24
Je suis d'accord. Kaisollah a bloqué le pays pendant 3 ans et demi. Le salut de notre pays se fera sans lui et sans les partis politiques opportunistes. Il faudra que l'armée se réveille à un certain moment et assumer son rôle pour protéger ce pays au lieu de voir les généraux faire les pitres à Carthage comme on l'a vu le 28 décembre dernier.
Soussi
La Tunisie
a posté le 28-01-2023 à 18:28
La Tunisie avec tous ces sommites et experts elle se declasse de jour en jour
Daaouit chaar habtet alina
Soussi
Pourquoi
a posté le 28-01-2023 à 18:21
Pourquoi veulent ils aneantir la Tunisie et pour le compte de qui?
A ce point on est devenu des nullars
Les Tunisiens ne pardonneront jamais ces sois disant politiciens
DHEJ
Cela ne signifie rien!
a posté le 28-01-2023 à 18:01
Sauf que le peuple est content d'avoir chassé ZABA pzix à son âme!
TANT QU'IL N'Y AURA
pas de grosse coupe
a posté le 28-01-2023 à 17:59
dans le nombre affolant de l'effectif de la fonction publique, la situation ne fera qu'empirer, 'ki n'boussou 3inina" et "ki n'atl3ou liss'mé ou na8b'tou" !!!!


Un Tunisien qui sourit
Les criminels
a posté le 28-01-2023 à 17:10
Kaies Saied n'est pas le seul réseau de cette situation mais tous ceux qui sont autour de lui et qui ont gardé le silence: Charfeddine, Bouden, Mchimech, etc.

Tous ces personnes qui sont restés complices de la chute vertigineuse du pays et de l'état de droit doivent être jugés avec le fou de Carthage.
Abir
Melle 3atba
a posté le 28-01-2023 à 15:45
Besa7etkom ya chaab yourid ! Et il veut qu'on vote pour lui! yapta barcha! Normalement tu te respectes et tu quittes le Palais, tu es un NUL par excellence! Mais ks a goutté les millions , les plats froids sans bosser même pas une heure par jour à part parler parler ! Une habitude au café de Mnihla
Mourad
'? En résumé
a posté le 28-01-2023 à 15:33
Que la Tunisie normalisé ses relations avec l'état sioniste et vous verrez que tout va s'améliorer comme par enchantement comme au Maroc. '?
Tous nos maux viennent de la.
Les corrompus, les islamistes et tous les incompétents disparaîtront du jour au lendemain, mieux, ils seront classés comme organisations terroristes.
Réveillez vous !
Fares
Charabia
a posté le à 17:05
Du n'importe quoi pour essayer d'expliquer les échecs successifs du locataire de Carthage. Israël n'a rien à foutre que la Tunisie (une République bananiere en faillite) normalise ou pas.

Avec cette dégradation, la vie quotidienne des tunisiens sera encore plus difficile. Mabrouk à tous ceux qui ont voté Saied en 2019, et ce n'est que le début.
Nino
Leçon de israel
a posté le à 17:57
ce pays forme de VRAIS ingénieurs, versés dans la technique, pas des burocrates à la française, eg. ploytechnique.
israel utilise sa langue, l'hebreu, et anglais pas le français, fabrique et exporte sa high tech.
sans petrole ni phosphates, les salaires avoisinent l'europe
TN et sa francophilie, ses salaires ...
VU
l'état de délabrement
a posté le 28-01-2023 à 14:57
dans lequel, la troika, dans un premier temps, et les commerçants de la religion, par la suite, avaient laissé les finances de la NATION, même le plus grand expert de la planète ne pourra en aucun cas redresser la situation, sans la mise en cryogénisation des syndicats, pour les vingt prochaines années.
Il ne faut pas se faire d'illusions.
Appelons, un chat, un chat !!


Fares
Et?
a posté le à 17:09
Et avec un tartour à Carthage qui refuse d'admettre que le pays passe par une crise économique très grave.
Judili58
NOUS Y VOILA
a posté le 28-01-2023 à 14:15
Même le prêt du FMI n y changera pas grand chose «Les risques pesant sur le profil de crédit de la Tunisie resteront orientés à la baisse, même dans le cadre d'un éventuel accord avec le FMI, les perspectives de financement restant tributaires de la mise en '?uvre rapide et soutenue de réformes qui s'avéreront invariablement difficiles face aux faiblesses de la gouvernance et à l'exposition aiguë aux risques sociaux. Alors que le programme de réforme du gouvernement offre une voie pour corriger les importants déséquilibres budgétaires et extérieurs de la Tunisie, sa mise en '?uvre risque d'être mise à l'épreuve par des obstacles politiques, sociaux et institutionnels » dixit Moody's. L'endettement n'est pas la solution . Il faut aller vers autres choses. Attirer les IDE pour de grands projets structurants ( projets techniquement étudiés et somnolents dans les armoires des ministères), réduction du train de vie de l'état central ( masse salariale, compensations, subventions des entreprises publiques), réservez les privilèges fiscaux uniquement pour les nouveaux investissements, révision du code des changes, réforme profonde de l'administration du territoire. Tout cela dans une logique de libération de l'initiative et de responsabilisation.
Jean Neymar
Comment....
a posté le 28-01-2023 à 13:48
Depuis 3 ans ,ses notes déjà faibles,ne font que chuter,moi je me demande comment il a fait pour obtenir son diplôme?
Rationnel
Faible Gouvernance
a posté le 28-01-2023 à 12:33
Gouvernance faible se répète plusieurs fois dans l'article et le rapport de Moody's.
Une gouvernance faible dans les finances, le social, les entreprises publiques.
Puisque la cause principale de la crise politique, économique et sociale est la faible gouvernance depuis des décennies et que cette gouvernance continue de se détériorer, on doit s'attendre au pire.

Contributeur
Comment faire pour s'en sortir....
a posté le 28-01-2023 à 12:25
... avec un tableau aussi sombre ?
Y'aurait-il un pilote dans l'avion ?
DHEJ
Il y a le commandant TRIFI de la LTDH!
a posté le à 12:34
Avec TABBOUBI de l'UGTT comme co-pilote; et l'ingénieur navigant c'est MZIOU de l'ONAT!
Nino
les islamophobes vont aboyer
a posté le 28-01-2023 à 12:14
ils vont dire: ces agences sont aux ordres des islamistes.
sauf que depuis le coup de votre despote Sayed, la situation éco ne s'est pas améliorée.
SAM53
ASSUMEZ LES REVOLUTIONNAIRES
a posté le 28-01-2023 à 12:06
Alors qu'en pensent ceux qui ont scandé KHOBZ OU ME OU BEN ALI LA ?
CITOYEN
NOTATION MOODY'S
a posté le 28-01-2023 à 11:53
Ce qui est très bien avec notre cher Président, c'est qu'il n'y a que de bonnes nouvelles.
Ntc
Vive la mulipolarité
a posté le 28-01-2023 à 11:15
Depuis la deuxième guerre mondiale, le monde vit sous une seule doctrine et une vision unique du monde. A commencer par le plan Marchal, les organisations internationales, les ONG tous travaillent selon une vision unique du monde, et la mondialisation est la concrétisation de cette doctrine. Le problème de la Tunisie et de son président c'est le plan Abraham, et ils font tout pour ce plan et ils ne nous lâcheront jamais.... Toutes fois, notre salut et le salut d'une partie du monde pourrait venir si le $ ne serait plus le seul maître du monde......
Nino
comprendre le dollar
a posté le à 12:21
l'économie US est transparente: les stats sont réalisés par des instituts INDEPENDANTS.
pas d'institut NATIONAL .
la FED indépendant de l'exécutif. ses décisions sont prévisibles.
qd les US ont besoin d'argent ils empruntent au lieu d'imprimer des dollars. preuve: le dollar n'est pas inflationiste.
le dollar vraie monnaie. le dinar monnaie de singe.
Q: pourquoi le monde entier , de Cuba à Argentine, de TN, Liban à Egypt etc ... veulent des dollars ?
Djodjo
Le crash est pour bientôt
a posté le 28-01-2023 à 11:05
C'est à partir de là que les pro-médiocrités vont pouvoir se féliciter d'avoir les deux pieds dans la m****.
DHEJ
MOODY sannafa de retour...
a posté le 28-01-2023 à 10:50
Et alors?

Nemsia doit avoir un plan D!
Mouaten alpha
C'est attendu puisque le FMI n'a pas donné encore le feu vert pour le prêt
a posté le 28-01-2023 à 10:39
Et en plus puisque :
Tout le monde veut faire sa propre loi des finances
Tout le monde veut trouver un nouveau processus de sortie de la crise
Tout le monde critique et parlote
Sans rien produire
Que du vent
Du négativisme
Au nom de la liberté d'expression et des droits de l'homme