alexametrics
Dernières news

Mandat de dépôt contre Mohamed Naïm Haj Mansour

Temps de lecture : 1 min
Mandat de dépôt contre Mohamed Naïm Haj Mansour

Un mandat de dépôt a été émis aujourd'hui, mardi 18 septembre 2018, contre le directeur du journal Athawra News, Mohamed Naïm Haj Mansour à cause de la publication de statuts Facebook jugés "diffamatoires" sur sa page personnelle.

 

Le chroniqueur au journal Al Massa Sahbi Amri a été arrêté hier dans le cadre de cette même affaire. 

 

 

 

 

M.G

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

kameleon78
| 19-09-2018 17:08
Il est tout à fait étonnant qu'après une révolution qui a suscité l'admiration du monde entier avec sa jeune démocratie on puisse arrêter quelqu'un pour l'incarcérer en prison pour un statut Facebook. Quels que soient ses commentaires, je n'analyse pas le fond mais la forme, on aurait pu tout simplement porter plainte contre lui pour propos diffamatoires et c'est la justice qui tranchera. Ces méthodes me rappellent une époque révolue, celle de l'arbitraire.

Maxula
| 19-09-2018 16:40
La liberté (d'expression, de la presse, de la parole) ne s'use que quand on ne s'en sert pas !
Iran, Arabie, Maroc, Russie, Tunisie, Qatar, Chine, Belarus, Corée du Nord, etc.'?'?'.même combat contre la liberté de parole, contre "les Libertés" !
Maxula.

mimi
| 19-09-2018 08:51
Bien fait pour sa gueule

AH
| 19-09-2018 08:41
et que ceux qui veulent el moussawet, regardent autour d'eux qu'il n'y a de moussawet que dans la pauvreté et la peine de vivre dans un pays où les gens sans voitures, en particulier dans la capitale, attendent des heures en plein soleil pour aller ou retourner de leur travail s'ils en ont un.

La réalité du pays est autre chose que veulent voir les gens au pouvoir et ceux qui en profitent. Que ceux qui voient une lueur d'espoir me corrigent.

stuc
| 18-09-2018 22:27
encore une fois,la liberte d expression menacee.bonjour un ministere de l information,et retour a la case depart.

A lire aussi

« Ces informations n’ont aucun fondement. Les photos et statues de Habib Bourguiba sont à leurs

15/12/2019 17:00
8

Le député et président de la commission provisoire des Finances, Iyadh Elloumi est intervenu, ce

15/12/2019 16:41
8

Aujourd’hui, les autorités tunisiennes ont donné l’ordre d’accoster le navire conformément aux

15/12/2019 14:57
2

Newsletter