alexametrics
mardi 27 février 2024
Heure de Tunis : 04:30
How to
L'histoire du stade d'El Menzah
09/02/2024 | 13:12
2 min
L'histoire du stade d'El Menzah

Au cœur de l'histoire du sport tunisien, deux monuments se dressent fièrement : le stade Vélodrome et le stade d'El Menzah. Le stade Vélodrome, érigé en 1927, fut le précurseur du stade d'El Menzah, symbolisant les premiers pas du pays sur la scène sportive internationale. Avec une capacité initiale de 5 000 places, il était le lieu de rassemblement des passionnés de sport et le théâtre des exploits des athlètes tunisiens.

Les origines du stade Vélodrome :

Construit en 1927 au même emplacement que le stade d'El Menzah actuel, le stade Vélodrome était le foyer de l'Union Sportive Tunisienne et de l'Italia de Tunis. Il portait le nom de Henri Smadja, président de l'Union Sportive Tunisienne, et de Carmel Borg, un homme d'affaires maltais, devenant ainsi le stade Smadja-Borg. Pendant des décennies, il a été le lieu principal des compétitions sportives en Tunisie, accueillant avec fierté les événements les plus prestigieux de l'époque.

La transformation vers le stade d'El Menzah :

Après la Seconde Guerre mondiale, le stade Smadja-Borg a été rebaptisé stade Victor-Perez, en hommage au boxeur tunisien émérite Young Perez, tué dans les camps de concentration nazis. Cependant, avec l'approche des Jeux Méditerranéens de 1967, la Tunisie a entrepris un projet ambitieux pour moderniser ses infrastructures sportives.

L'émergence du stade d'El Menzah :

C'est ainsi qu'est né le stade d'El Menzah, un monument emblématique inauguré en 1967 pour accueillir les Jeux Méditerranéens. Aux côtés de la Piscine et du Gymnase Olympiques, il constituait un complexe sportif complet, incarnant la détermination de la Tunisie à s'imposer sur la scène sportive mondiale. Sa construction, réalisée dans le cadre d'une coopération entre des ingénieurs tunisiens et bulgares, marquait le début d'une nouvelle ère pour le sport tunisien.

L'héritage du stade d'El Menzah :

Depuis lors, le stade d'El Menzah est devenu le cœur battant du sport tunisien. C'est un lieu où les rêves prennent vie, où les champions sont couronnés et où les supporters se rassemblent pour célébrer leur passion commune. Au fil des décennies, il a été le témoin de moments historiques inoubliables et a laissé une empreinte indélébile dans l'histoire du sport tunisien.

Ainsi, le stade d'El Menzah et son prédécesseur, le stade Vélodrome, continuent de symboliser la force, la détermination et la passion du peuple tunisien pour le sport. Ils restent des monuments vivants de l'histoire sportive du pays, rappelant à tous ceux qui les visitent l'importance du sport dans la culture et l'identité tunisiennes.

09/02/2024 | 13:12
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Hammadi
Conclusion
a posté le 10-02-2024 à 18:32
Tous les pays avancent meme a petit pas, sauf la Tunisie recule a pas sûr.
zaza5311
gé André
a posté le 09-02-2024 à 14:22
il s'appelait aussi, stade gé André, les anciens l'appelaient (jiandré)
RIRI
zaza5311
a posté le à 15:44
Premiérement c'est Stade Géo André et non pas Gé André
Deuxiement ce n'est pas le stade d'El Menzah qui s'appelait Géo André mais c'est le stage Chedly Zouiten.
elfribo
Non Pas celui la
a posté le à 15:13
Le stade Geo Andre est le celui du Belvedere, non loin du Hilton, et qui s'appelait Chedly Zouiten, je ne sais pas s'il existe encore.
ANTIRELIGION
LES MOSQUEES D'ABORD
a posté le 09-02-2024 à 13:45
Pendant les jeux méditerranéens à la fin des années 60 je me rendais tous les jours avec des copains pour assister aux différentes compétitions à la cité sportive d'El Menzah , il faut savoir à l'époque tout était gratuit déplacements et entrées fournis gracieusement par la ville ou j'habitais, pour remplir les stades et les salles . J'étais ébahi par tout ce que j'ai vu et j'ai pensé que cette cité est éternelle malheureusement ? QU'EST CE QUI S'EST PASSE peut être ils ont privilégié les mosquées...
Slim
Olala
a posté le à 13:58
La montagne a accouché d'une souris...Toutes ces lignes nostalgiques pour en arriver à la conclusion que les mosquées en sont la cause...heureusement le ridicule ne tue pas