alexametrics
mercredi 24 avril 2024
Heure de Tunis : 19:04
Communiqués
Les volumes du commerce mondial sont confrontés à des vents contraires à court et à moyen terme
21/05/2023 | 09:00
4 min
Les volumes du commerce mondial sont confrontés à des vents contraires à court et à moyen terme

 

Le commerce international est au cœur de l'économie mondiale. Ses performances donnent des indications sur la situation économique actuelle et sur les perspectives de croissance à long terme. Après un effondrement temporaire des volumes d'échanges mondiaux en 2020 à la suite du choc de la pandémie du virus Covid-19, un fort rebond a dissipé les craintes que les cicatrices sur les chaînes d'approvisionnement mondiales n'aient des effets durables sur le commerce. En fait, le commerce a été un facteur important de la reprise économique mondiale après la pandémie. Toutefois, l'année 2022 a été marquée par un net ralentissement de l'activité commerciale en raison d'un environnement difficile caractérisé par une croissance lente et une inflation élevée.

 

Croissance du volume des échanges mondiaux de marchandises

(%, d’année en année)

 

Tout d'abord, à court terme, le commerce international de marchandises subit un ralentissement dû à des dynamiques cycliques. Mesurés en volume, les échanges ont augmenté de 2,7 % l'année dernière, ce qui représente un net ralentissement par rapport à la forte expansion post-pandémique de 2021. L'accent mis sur les volumes, plutôt que sur les valeurs, est pertinent étant donné que des fluctuations importantes des prix des marchandises, comme celles observées en 2022, peuvent fausser les mesures.

Les vents contraires étaient nombreux en 2022 et incluaient les prix élevés des matières premières et l'inflation érodant les revenus réels et la demande d'importations, un affaiblissement général de l'économie mondiale ainsi que des restrictions liées à la pandémie en Chine. En Chine, acteur clé du système commercial international, les exportations ont augmenté de 7 % en valeur, sous l'effet de l'inflation des prix, alors que le volume des exportations est resté pratiquement inchangé.

À l'avenir, ces facteurs cycliques continueront à peser sur la croissance du commerce. Bien que nous nous attendions à ce que les cycles de resserrement monétaire des banques centrales des principales économies prennent fin dans les mois à venir, un environnement de taux d'intérêt plus élevés aggravera le ralentissement des économies avancées et leur demande d'importations par le biais d'un resserrement des conditions financières.

En second lieu, les politiques protectionnistes continuent de s'accumuler au niveau mondial. Partout dans le monde, l'augmentation du protectionnisme devient perceptible dans les statistiques de la politique commerciale. Le nombre de restrictions commerciales sur les marchandises est passé de moins de 750 par an avant 2019 à plus de 1 700 par an en 2021 et 2022, en raison de la pandémie et du conflit russo-ukrainien.

 

Risque géopolitique et intérêt des entreprises pour la relocalisation

(indice, fréquence des mentions du relocalisation dans les rapports sur les bénéfices)


 

 

Un exemple de politiques à grande échelle mises en œuvre par les principales économies est donné par les États-Unis, qui ont promulgué le "Creating Helpful Incentives to Produce Semiconductors (CHIPS) and Science Act", ainsi que le "Inflation Reduction Act". Ces programmes visent à consacrer, par le biais d'allègements fiscaux et de subventions, des milliards de dollars au cours des dix prochaines années pour soutenir la fabrication nationale de semi-conducteurs, la recherche et le développement, la commercialisation de technologies de pointe ainsi que l'infrastructure d'énergie propre. De même, l'Europe et la Chine ont mis en place des mesures visant à remplacer les technologies importées par des alternatives nationales afin de réduire leur dépendance vis-à-vis de leurs rivaux géopolitiques et de renforcer leur propre compétitivité.

En troisième lieu, les tensions géopolitiques persistantes et croissantes entraînent une relocalisation des chaînes d'approvisionnement mondiales et sont un indicateur de l'évolution future du commerce. Ceci est pertinent, étant donné que les flux commerciaux internationaux sont, dans une large mesure, déterminés par les investissements passés dans les capacités de production des différents pays. Par conséquent, l'évolution actuelle de l'investissement direct étranger (IDE) nous renseigne sur les tendances futures du commerce. Au cours des trois dernières années, le total de l'IDE mondial a été inférieur à 2 % du PIB mondial, ce qui représente les niveaux les plus bas depuis les années 1990. En outre, les flux d'IDE sont de plus en plus motivés par la "délocalisation amicale", plutôt que par des considérations commerciales. Des événements géopolitiques négatifs majeurs, tels que la rivalité stratégique sino-américaine et la guerre en Europe de l'Est, incitent les entreprises à déplacer leur production vers de nouveaux sites ayant des positions et des aspirations géopolitiques similaires. Par exemple, les investissements directs étrangers des États-Unis se déplacent de la Chine et du Vietnam vers des pays "amis", tels que la Corée et le Canada.

 

La reconfiguration des réseaux de la chaîne d'approvisionnement mondiale sur la base de considérations géopolitiques implique une distorsion de la production par rapport à une logique économique axée sur l'optimisation des profits. Cela devrait influencer l'évolution du commerce à l'avenir.

Dans l'ensemble, le commerce international devrait subir les pressions du ralentissement de l'économie mondiale, des politiques commerciales protectionnistes et des tensions géopolitiques. Nous prévoyons que la croissance du commerce en volume sera inférieure à 2 % cette année et qu'elle restera inférieure à la moyenne à long terme au cours des prochaines années.

21/05/2023 | 09:00
4 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous