alexametrics
lundi 30 janvier 2023
Heure de Tunis : 02:15
Dernières news
Les sympathisants de Ghannouchi passent la soirée devant le Tribunal de Sousse
10/11/2022 | 22:31
1 min
Les sympathisants de Ghannouchi passent la soirée devant le Tribunal de Sousse

 

Les sympathisants de Rached Ghannouchi se sont rassemblés dans la soirée du jeudi 10 novembre 2022, devant le Tribunal de première instance de Sousse, en attendant la libération du chef du mouvement Ennahdha.

 


 

Le chef du mouvement islamiste s’est présenté au tribunal depuis ce matin accompagné de ses avocats, au milieu d’un important dispositif sécuritaire.

 

Rached Ghannouchi comparait, en tant que suspect, devant le juge d’instruction près le Tribunal de première instance de Sousse dans le cadre de l’affaire Instalingo dont les suspects sont accusés d’attentat ayant pour but de changer la forme du gouvernement, d’inciter les gens à s’armer les uns contre les autres, à provoquer le désordre, le meurtre et le pillage sur le territoire tunisien, conformément aux articles 67, 68 et 72 du Code pénal.

Cette affaire a éclaté en septembre 2021 quand sept personnes employées par une société de production située à Kalâa El Kobra dans le gouvernorat de Sousse ont été arrêtées sur fond de suspicions d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Six des prévenus avaient été placés en détention préventive, sur ordre du Parquet, puis ont été auditionnés et relâchés par le juge d’instruction. Trois autres suspects se trouvant à l’étranger ont, eux, été placés sur la liste des personnes recherchées. 

 

S.H

10/11/2022 | 22:31
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Houcine
Encore le même scénario.
a posté le 10-11-2022 à 23:25
A chaque fois qu'un chef de la mouvance est convié par la justice, il a sa troupe qui lui tient compagnie. Bruyamment, et avec insolence après qu'on eut préparé le terrain en amont clamant son innocence....
Dans d'autres pays, le tribunal expulse les trublions pour faire place à la sérénité requise.
Ceux qui "campent" sur place réclamant le retour du chef à "sa liberté" troublent l'ordre public, ne respectent pas l'institution qu'ils vantent par ailleurs pour son "indépendance". Ici, tout cela disparaît, comme les autres fois, et on ne privé pas d'exercer pressions et chantage.
Voilà pour la démocratie qu'ils revendiquent. Pour la justice indépendante avec ses juges qu'ils nous mandent de les laisser poursuivre leur ouvrage.
Ces contradictions ne sont que l'écume de la duplicité connue dans cette mouvance, le mépris qui est sien de toute justice.
Ghannouchi est leur chef d'orchestre.
Les exécutants et suiveurs sont nombreux.
Une saine justice s'impose, et il lui faut offrir le temps et les moyens de remplir sa tâche.
Conditions utiles à la paix sociale, au retour normal d'un ordre public qui fait droit tout citoyen, les victimes comme les coupables et les mis en cause.
Pour apurer les dettes, pour ramener la paix civile.