alexametrics
mercredi 24 avril 2024
Heure de Tunis : 21:44
Dernières news
Les quantités de sucre couvrent cinquante jours de consommation
21/03/2023 | 13:57
1 min
Les quantités de sucre couvrent cinquante jours de consommation

 

Le directeur régional du Commerce à Tunis, Mohamed Hédi Inoubli, a indiqué, dans une déclaration médiatique rapportée, ce mardi 21 mars 2023, à Mosaïque FM, que la quantité de sucre constituant les stocks de l’office couvre cinquante jours de consommation.

Il a précisé que ces quantités cumulent la production locale et les quantités importées. Le ministère du Commerce avait, rappelons-le, décidé de fixer les prix de vente du kilogramme de sucre, cubes et en poudre, à compter du 17 mars 2023, aux différentes étapes de distribution.

 

Le prix de vente de l'usine pour 1 kg de morceaux de sucre est 2,65 dinars et 3,050 dinars le kg de sucre emballé.

Le prix de gros a été fixé à 2,70 dinars pour le kg en cubes et à 3,10 dinars le kg emballé.

Le prix de vente au public a été fixé à 2,80 dinars le kg de sucre en cubes et à 3,20 dinars le sucre emballé.

 

M.B.Z

21/03/2023 | 13:57
1 min
Suivez-nous
Commentaires
stuc
la meme rengaine !
a posté le 21-03-2023 à 22:40
encore faut il le trouver !cela fait des mois que l etat nous informe des quantites injectees sur le marche ,et on n en voit toujours pas la couleur ,idem pour l huile ,le lait demi ecreme ,le cafe melange etc ....!
'Gardons un minimum d'honnêteté!
L'illusion du FMI et de la BM que "les prix et les échanges se fixent de manière efficiente et autonome via une main invisible et miraculeuse"
a posté le 21-03-2023 à 16:17
Oui, j'approuve. En effet, si "Le prix de vente de l'usine pour 1 kg de morceaux de sucre est 2,65 dinars et 3,050 dinars le kg de sucre emballé.", --> il ne faudrait pas permettre que l'épicier du coin ou le supermarché le vendent à 8 ou 10 dinars. Et ceci même si nos réserves en sucres ne suffisent que pour 5 semaines.

-->
Si l'état tunisien n'intervenait pas, le prix du sucre dépasserait probablement les 15 dinars...

Le problème est évident, nous n'avons pas assez de devises étrangères afin d'importer du sucre pour les prochains 6 mois. Puis, il n'y a aucune nécessité pour cela...

Même l'Allemagne est victime des spéculations des produits alimentaires, voir le lien suivant:
https://www.tagesschau.de/wirtschaft/verbraucher/butterpreise-103.html?utm_source=pocket-newtab-global-de-DE

La conception néoclassique du marché est une utopie basée sur la croyance selon laquelle les prix et les échanges se fixent de manière efficiente via une "main invisible", de manière autonome...

L'idée que " les prix et les échanges se fixent de manière efficiente et autonome via une main invisible et miraculeuse" " est un 'idéal de l'abstraction théorique qui ne pourrait être atteint, mais dont on peut s'approcher le plus possible grâce à l'intervention de l'Etat (ce que fait d'ailleurs le gouvernement tunisien)

L'équilibre entre l'offre et la demande est très souvent une utopie en absence du contrôle des institutions étatiques, et je m'en suis persuadé cet hivers en Allemagne (lire l'Article sur le lien ci-dessus).

L'équilibre spontané entre l'offre et la demande ne sert que de référence aux organisations internationales (comme le FMI et la banque mondiale) lorsqu'elles nous dictent qu'il faudrait faire des "réformes structurelles" --> privatiser, déréglementer et Etat minimum, de façon à ce que la concurrence puisse s'exercer sans limites pour être parfaite via une "main invisible" et de manière autonome:)

-->
S'il y a une main qui coordonne l'équilibre spontané entre l'offre et la demande, elle est en fait bien visible ; c'est celle d'un planificateur bienveillant, qui est l'Etat et ses institutions.

2ème partie
Introduction: Mon Conseil à Madame Bouden, notre Premier Ministre, est d'être critique face à certaines propositions du FMI et de la banque mondiale (BM) --> nous n'avons plus le droit de refaire les mêmes fautes socio-économiques de la dernière décennie.

Je m'explique:
Il faudrait, en Tunisie, mettre en place une instance qui centralise les offres et les demandes, interdis les accords bilatéraux, cherche des prix équilibrant l'offre et la demande sur la base de données empiriques de nos différentes plateformes logistiques --> c'est plutôt un travail mathématique (sans entrer dans les détails) ... Par contre, le FMI et la Banque mondiale nous dictent des "réformes de structure" qui sont exactement le contraire : supprimons le plus possible tout ce qui empêche les agents économiques de "s'entendre" directement --> ce qui n'a pas fonctionné et ce qui a induit une inflation qui dépasse les 10% un peu partout sur la planète à la suite de spéculations abusives --> ce n'est pas moi qui le dit, c'est plutôt l'avis de la majorité des politiciens en Europe.

Le laisser faire avec pour seule obligation le respect des contrats n'a pas fonctionné cet hivers en Allemagne et nul part.

Les données empiriques (et la réalité du marché) sont en contradiction avec la théorie soutenue par le FMI et la BM qui (la Théorie) prétend que la concurrence sans obstacle conduit à une situation optimale d'équilibre spontané entre l'offre et la demande. --> Et dire que l'on a accordé un prix Nobel pour cette illusion...il est temps que le FMI et la BM se débarrassent de cette illusion que "les prix et les échanges se fixent de manière efficiente et autonome via une main invisible et miraculeuse". Cette formule est totalement réfutée par la réalité du marché.


Bonne journée

Oui, j'approuve la fixation d'un prix maximum aux bananes, aux pommes, au sucre, etc. en Tunisie. --> il est temps que le FMI, la BM et les pays soi-disant développés améliorent leurs théories socio-économiques et que nos profs. universitaires arrêtent de reproduire le savoir importé sans aucune réflexion intelligente.
Gardons un minimum d'honnêteté!
Je redonne un passage d'un article d'une page web connue par son sérieux et son objectivité en Allemagne:
a posté le à 19:04
Je redonne un passage d'un article d'une page web connue par son sérieux et son objectivité en Allemagne:

Je cite: "Haben Lebensmittelkonzerne die Krise tatsächlich ausgenutzt, um ihren Gewinn zu maximieren? [...] Wenn man das mal ins Verhältnis setzt, dann stellt man fest, dass die Preissteigerungen an den Tankstellen nicht gerechtfertigt waren, und ich möchte das jetzt nicht ganz ausschlie'?en, dass das im Lebensmitteleinzelhandel auch an der einen oder anderen Stelle passiert ist."

Je traduis: "Les entreprises du secteur agroalimentaire ont-ils vraiment profité de la crise pour maximiser leurs bénéfices [par exemple, le prix de beurre a quasiment doublé?] [...] Si l'on met les choses en perspective, on constate que les hausses de prix dans les stations-service n'étaient pas justifiées, et je ne veux pas exclure que cela se soit également produit à un endroit ou à un autre dans le commerce de détail alimentaire." d'après Nikos Förster, haut fonctionnaire d'état.

voir le lien :
https://www.tagesschau.de/wirtschaft/verbraucher/butterpreise-103.html?utm_source=pocket-newtab-global-de-DE