alexametrics
dimanche 21 avril 2024
Heure de Tunis : 10:11
Communiqués
Les prix du pétrole devraient se stabiliser dans un contexte de demande mondiale record
26/02/2024 | 09:05
5 min
Les prix du pétrole devraient se stabiliser dans un contexte de demande mondiale record

 

Le début de la pandémie de Covid au début de l'année 2020 a marqué le début d'une période de volatilité importante sur les marchés des matières premières. Pour le pétrole brut, en particulier, les événements mondiaux majeurs ont représenté des chocs importants pour les marchés, entraînant des fluctuations extrêmes à la hausse et à la baisse sur des périodes de temps relativement courtes. Dans un premier temps, la pandémie de Covid a représenté un choc négatif majeur pour la demande, en raison des fermetures à grande échelle à l'échelle mondiale. Cela a entraîné un effondrement temporaire des conditions du marché, car les stocks étaient supérieurs à la pleine capacité alors que la demande était à son plus bas niveau depuis plusieurs décennies. Le prix du Brent, la référence la plus pertinente pour les marchés pétroliers mondiaux, a atteint son niveau le plus bas à 19 USD le baril en avril 2020.

 

Prix du pétrole Brent

(USD par baril, 2020-2024)


 

Par la suite, depuis le plancher atteint en avril 2020, les prix du pétrole brut ont connu un redressement remarquable. Cette évolution a été soutenue par une reprise mondiale post-pandémique plus rapide que prévu, ainsi que par une gestion active de la production par les pays membres de l'OPEP+. Le début de la guerre russo-ukrainienne a donné un élan supplémentaire, entraînant une nouvelle flambée qui a porté le prix de référence du Brent à 128 USD le baril en mars 2022.

Après le pic, les prix du brut se sont considérablement corrigés. Du côté de la demande, compte tenu du ralentissement des économies avancées et de la force relativement modérée de la réouverture de l'activité économique en Chine à partir des politiques de couverture zéro. Du côté de l'offre, l'OPEP+ a augmenté sa production pour contrebalancer la demande excédentaire attendue, tandis que les principales économies (États-Unis, Europe et Chine) ont libéré d'urgence des réserves stratégiques de pétrole, ce qui a entraîné une correction des prix du pétrole en 2023 pour atteindre une moyenne de 82 USD le baril. Il est important de noter que l'offre et la demande se sont équilibrées, stabilisant les prix autour de la moyenne annuelle, qui a fluctué entre un minimum de 71 USD et un maximum de 94 USD par baril. Il s'agit là de variations plus légères que les fortes fluctuations de 2022, lorsque les prix avaient évolué entre un minimum de 75 USD et un maximum de 128 USD le baril. Nous examinons les principaux facteurs qui étayent notre point de vue.

 

Demande mondiale de pétrole brut 2023-2024

(millions de barils par jour)

 

Tout d'abord, du côté de la demande, les perspectives macroéconomiques de la Chine, du reste de l'Asie émergente (y compris l'Inde) et des États-Unis restent solides, ce qui stimulera la croissance de la consommation mondiale de pétrole. En Chine, bien que la reprise après la pandémie de Covid n'ait pas été aussi impressionnante qu'initialement prévu, la croissance reste ferme. Dans ses dernières Perspectives de l'économie mondiale, le FMI a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la Chine en 2024, les portant à 4,6 %, contre 4,2 % précédemment, ce qui reflète le nouveau soutien budgétaire du gouvernement. En outre, l'expansion soutenue de l'industrie pétrochimique, ainsi que la demande de carburants pour le transport aérien en expansion, soutiendront davantage cette économie. La croissance attendue de 6,5 % pour l'Inde et de 4,7 % pour les économies de l'ANASE-5 (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour et Thaïlande) sera également un facteur clé de la demande cette année.

Les États-Unis représentent environ 20 % de la demande mondiale de pétrole et sont donc l'un des principaux moteurs des marchés des hydrocarbures qu'il convient de surveiller. Les récentes données publiées ont montré que le PIB réel a continué de croître à un rythme soutenu aux États-Unis, dépassant largement les attentes du consensus au cours des deux derniers trimestres de 2023. La consommation reste forte dans le plus grand marché du monde en raison d'une demande de travail ferme et de bilans des ménages sains. La probabilité d'une récession, même si elle n'est pas totalement écartée, a considérablement diminué et le scénario le plus probable est désormais celui d'un "atterrissage en douceur". L'ensemble de ces facteurs devrait soutenir la demande de pétrole.

 

Par ailleurs, du côté de l'offre, l'augmentation inattendue des volumes disponibles sur le marché en 2023 est appelée à s'épuiser. L'utilisation des réserves stratégiques, ainsi que la réduction record des stocks commerciaux, ont conduit à des niveaux de stocks pétroliers globaux les plus bas depuis plusieurs décennies, ce qui est préoccupant pour la sécurité énergétique. Il faut donc procéder à des achats nets officiels pour reconstituer les stocks, ce qui entraîne une augmentation de la demande. En outre, les pays de l'OPEP+ ont décidé de réduire leur production afin de maintenir les prix à des niveaux plus élevés. Enfin, des investissements ont été réalisés pendant la crise énergétique de 2022-2023, ce qui laisse moins de place à des investissements supplémentaires et à une croissance de l'offre en 2024. Il est donc peu probable que les volumes d'approvisionnement surprennent à la hausse.

Pour mettre les conditions actuelles en perspective, il convient de considérer qu'en termes relatifs, les prix du pétrole ne sont pas particulièrement élevés. Le coût global de la demande de pétrole s'élève à environ 2,8 % du PIB nominal mondial prévu pour 2024. Ce chiffre est nettement inférieur au seuil historiquement critique de 5 % du PIB, à partir duquel le "fardeau du prix du pétrole" commence à peser de manière significative sur la consommation et l'investissement. Si le coût de la consommation mondiale de pétrole représentait 5 % du PIB mondial, les prix du Brent s'établiraient en moyenne à 145 USD par baril. Cela signifie que l'économie mondiale pourrait absorber des prix du Brent beaucoup plus élevés avant que la demande mondiale ne soit plus gravement touchée. En outre, à l'heure où nous écrivons ces lignes, les prix du Brent sont en hausse de 24 % par rapport aux niveaux d'avant la pandémie, ce qui est inférieur aux performances d'autres produits de base importants, tels que l'or et le cuivre, qui ont augmenté respectivement de 33 % et de 38 %.

Dans l'ensemble, les prix du pétrole brut devraient se stabiliser à des niveaux proches des niveaux actuels, car les marchés physiques se resserreront en raison du ralentissement de la croissance de l'offre et d'une demande mondiale toujours robuste. Nous prévoyons donc que les prix du pétrole fluctueront dans une fourchette proche de 80 USD le baril au cours des prochains trimestres, à moins que des surprises importantes ne surviennent sur le plan géopolitique.

26/02/2024 | 09:05
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Mansour Lahyani
Drôle de conclusion, à vrai dire !!
a posté le 26-02-2024 à 11:14
Bien que la demande soit au firmament, les prix seraient destinés à demeurer"stables" ? Puissiez-vous être entendu/e, très cher/très chère !!