alexametrics
lundi 19 avril 2021
Heure de Tunis : 13:01
Dernières news
Les conditions inhumaines des prisons tunisiennes
22/04/2016 | 11:35
1 min
Les conditions inhumaines des prisons tunisiennes

 

Un reportage a été diffusé, dans la soirée d’hier, jeudi 22 avril 2016, sur Al Hiwar Ettounsi portant sur la situation des prisons tunisiennes, et leurs problèmes. Réalisé par le journaliste Amine Dhbaibi dans le cadre de l’émission « Al Yawm Ethamen », ce reportage soulève la problématique majeure des prisons : la surpopulation.

 

En effet, les chambres d’une capacité initiale d’une quarantaine de personnes, accueillent plus de 144 personnes dans certains cas. Des maladies, des allergies, et des problèmes psychologiques sont les conséquences directes de cette situation, outre les conditions inhumaines que vivent les détenus au quotidien, où le manque d’hygiène et l’indignité sont les maitres mots.

 

Une grande partie des détenus sont condamnés pour consommation de cannabis ou d’alcool, ils se retrouvent plongés dans le monde du crime et cible directe d’endoctrinement. Autre fait saillant, c’est le nombre élevé de détenus dont l’âge varie entre 18 et 24 ans, entre élèves et étudiants, et dont l’avenir est complètement anéanti pour un joint ou une bière. Les familles de ces détenus, sont également, dans une situation difficile, vu qu’elles sont obligées de ramener « le couffin » à leurs enfants et de leur verser des sommes dans leur caisse en prison. Une charge qu’elles ne sont pas forcément aptes à assurer.

 

Ces conditions se répercutent, également, sur les agents pénitenciers, dans la mesure où ils ont à gérer un nombre élevé de prisonniers avec des moyens très restreints.

 

S.H


22/04/2016 | 11:35
1 min
Suivez-nous

Commentaires (23)

Commenter

Aeon
| 23-04-2016 16:57
Les jeunes veulent imiter les plus âgés. Et le cannabis est un fléau. Déjà que beaucoup d'entre eux ne sont pas futer alors si ils se mettent tous à fumer du joint on risque bientôt d'ouvrir des salles de shoot comme en France. El lotf.
Quant à l'alcool, être en prison pour de la bière je suis pas convaincu par ce que vous dites. Dans ce cas c'est les 2/3 de la Tunisie qu'il faut emprisonné.
Entre le cannabis l'alcool l'extrémisme la débauche nos jeunes ne savent plus vivre. Et on veut laisser le pouvoir aux jeunes.

Royaliste
| 23-04-2016 11:05
Les solutions exsistent

Blu
| 23-04-2016 07:39
Si tous les fumeurs de joints finissaient drogués nous serions envahis de gens hébétés, bon surtout en Europe. En parlant de drogue que dire de celles en vente libre ...... l'alcool et le tabac qui font des ravages tant à la santé qu'au porte-monnaie !!!!

Angel
| 23-04-2016 00:46
Si la justice était.... sereine, elle impliquerait, comme beaucoup l'ont suggéré , des travaux d'intérêt public pour les petits délits.
Les premiers travaux d'intérêt public ne seraient-ils pas de réaliser une certaine "remise en état" des prisons justement?

sss
| 22-04-2016 22:48
Il faut tout bonnement les soigner les fumeurs de joints pour qu'ils ne risquent pas de devenir des drogués

DIEHK
| 22-04-2016 21:31
Me font pouffer quand ils parlent de la situation des prisons Tunisiennes, mais ce qu'ils ne savent pas ou feignent d'ignorer que la Tunisie depuis 2011 est devenue une prison Islamiste à ciel ouvert!!!!!!
Pauvres gueux incultes JW a raison de vous traiter de tous les noms de volatiles ou d'oiseaux pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Molière!!!
Pardon Sultane, ma cervelle devient une kalach et à la place des balles, elle tire des comparaisons qui sont plus dures intellectuellement pour des incultes qui pérorent à longueur de journée sur BN.
Le Gabon possède un volatile qu'on appelle le "Lara" et en Tunisie et surtout sur BN, nous avons une espèce de perroquet plus bête que le Gnou et Zèbre réunis, cette race de bipède en voie de disparition qui soulagera la Tunisie de ses maux!!

se presenter au monde
| 22-04-2016 20:37
Lorsqu´on voit, comment quelques pères frappent leurs enfants et quelques mères souhaitent le malheur à leurs enfants lorsqu´elles les punissent, on comprend bien pourquoi une société ou un État investit dans un citoyen et après il lui casse la vie à cause d´une bière. Un peuple qui peut détester un de ses individus à cause d´une bagatelle mais demande aux étrangers de respecter, chez eux, les autres de ses individus, est un peuple schizophrène.
Faire d'un citoyen un rat de prison à cause d´une bagatelle puis le libérer après un coaching criminel est un crime envers la société. Un citoyen qui ne se respect plus ne peut plus respecter ceux qui se nomment être humain.

A_Zut !
| 22-04-2016 20:05
Si ces conditions étaient aussi inhumaines, l'"aile pénitentiaire" des dirigeants d'Ennahdha _qui ont, paraît-il, une grande expérience en la matière_ auraient tout fait sous la Troïka pour qu'il n'y ait "plus jamais ça !"

A4
| 22-04-2016 17:27
En dehors des prisons, ce n'est pas mieux ...

Gardien
| 22-04-2016 16:13
Vous avez eux un ministre qui avait commencé changer quelque Chose.
Mais qu'est-ce qu'on a fait à lui.
Il a montré les états dans les prisons, souvent la Suite d'une attitude comme ca de sss.

Mais la plus Grande maladie, c'est toujours le manque d'intéresse des employers pour la hygiène.
Vous pouvez trouvez les mêmes problèmes dans les écoles primaires si vous regardez la page Myriam Boujbel.
Et sa se trouve aussi dans beaucoup de rues.