alexametrics
Dernières news

Le retour en force du discours religieux de Rached Ghannouchi

Le retour en force du discours religieux de Rached Ghannouchi

 

Le chef d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, s'est exprimé, hier soir, samedi 17 novembre 2018, lors de la réunion annuelle du bloc parlementaire du parti, dans une allocution qui a marqué un retour en force du discours religieux, délaissé depuis un certain moment par le parti islamiste. D’ailleurs, cette intervention a été supprimée de la page officielle d’Ennahdha, quelques heures après sa publication. 

 

Dans un style prêcheur, Rached Ghannouchi a réitéré l’attachement inconditionnel du mouvement au préceptes de l’islam et aux principes de la démocratie islamique, considérant que ces valeurs ont contribué à la réussite du mouvement, ainsi qu’au maintien de son unité et de sa solidarité, sans pour autant omettre la foi et la patience de ses membres. « Ce bloc parlementaire est l’exemple même d’un rassemblement islamique et notre Choura est l’exemple de la démocratie dans l’islam. Malgré la division qui a touché les partis politiques sur la scène nationale et les conflits entre les deux têtes du pouvoir exécutif, notre mouvement a réussi à garder son unité, maintenant sa position dans le paysage politique », a déclaré Ghannouchi.

Il ajoute : « un autre point fort de notre mouvement, c’est le respect des libertés et de la différence. Ainsi, malgré nos divergences, nous devons rester unis et combattre le diable qui est en chacun de nous, pour servir notre cause qui demeure l’islam modéré. Nous vivons dans une démocratie, aux spécificités islamiques et nahdhaouies. Ce bloc béni tient ce pays et il constitue sa colonne vertébrale. Tout ébranlement de ce bloc aura, ainsi, une incidence directe sur la stabilité de ce pays ».

 

Dans un autre contexte, il a affirmé : « Lorsqu’il y a eu une divergence, plus précisément au sein de Nidaa Tounes, nous avons appelé à un retour vers la Constitution. D’ailleurs, j’ai appelé le président de la République lors de notre dernière rencontre à se conformer à la Constitution. Si chaque responsable se limite à ses prérogatives, il n’y aurait aucun problème. Si quelqu’un veut évincer le chef du gouvernement, il n’a qu’à recourir au parlement, ainsi veut la Constitution. Nous avons ramené toutes les parties à respecter la Constitution ».

 

Le chef du parti islamiste a indiqué que le mouvement n’est en conflit avec personne et qu’il maintient le consensus avec Carthage et la Kasbah, soulignant qu’il ne trahira pas les quatre années qui l’ont lié au « Nidaa de Hafedh ».

 

« Ennahdha essaye de combattre la culture politique préinstallée émanant de la Constitution de 1959, et patienter pour mettre en application effective la Constitution de 2014. Certaines personnes veulent revenir à la Constitution de 59, où Carthage était le centre du pouvoir. Ce combat est le cœur même de la révolution qui a imposé la séparation des pouvoirs », a-t-il assuré.

Rached Ghannouchi a, également, indiqué qu’Ennahdha n’est pas seulement le premier mais aussi le parti fondamental, soulignant qu’il a posé des vetos sur des personnes qu’il a estimées inadéquates aux postes lors du dernier remaniement. « Ceux que nous estimons être des éléments corrompus ou incompétents ont été remplacés par d’autres plus compétents mais qui ne font pas forcément partie d’Ennahdha », a-t-il enchainé.

S.H

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (37)

Commenter

A4
| 20-11-2018 11:38
Quand à partir d'un certain âge on se met à dire n'importe quoi et surtout des conneries, c'est que l'on est atteint de sénilité. Le phénomène est irréversible: il y a donc urgence à lui trouver une cellule dans un asile pour vieillards ou ... à l'hôpital Errazi !

moha
| 19-11-2018 21:09
une démocratie religieuse n est jamais démocratique
il est né en 1450 ..et pas encore en prison

AH
| 19-11-2018 20:31
Que pensent les anciens et nouveaux alliés d'Ennahdha de ce discours, en particulier Nidaa, Machrou3, coalition nationale, . ?Où bien se sentent-ils non concernés.

Nidaa a t-il fait le bilan de son alliance avec Ennahdha.

pouvons nous croire et avoir confiance à la classe politique actuelle ?

Raad
| 19-11-2018 17:40
Ce personnage c'est comme un serpent à sonnette, il n' a en lui qu'une seule idée, c'est de prendre sa revanche sur tout un peuple.
Il est tellement dangereux par ces manipulations en s'appuyant sur l'islam, comme si le peuple Tunisien tout entier est athée, et rien que par lui nous allons tous devenir des bons croyants.
Il n'arrête pas de s'agiter ces derniers jours, vu que son parti est dans une situation assez scabreuse concernant une de ces branches dite secrète, et qui serait impliqué dans les meurtres des deux dirigeants politiques.
Quand ce peuple comprendra que ce gourou, ne cherche qu'une seule chose c'est de prendre le pouvoir, afin d'inscrire son nom dans l'histoire de ce pays, quant au reste il s'en moque éperdument comme sa première chemise.
Oui Bourguiba avait raison de lui coupé la tête, et grâce à B.Ali que ce microbe qui risque de contaminer tout un pays.
Alors de grâce, en 2019 peuple de Tunisie il faudrait savoir ce que vous allez mettredans vos urnes....tous sauf lui....

Abdessalem
| 19-11-2018 17:14
Bravo ya Cheikh! Vous avez gagné la partie! Vous avez réussi à écraser vos adversaires avec une grande habilité. Il ne nous reste plus qu'a Pousser nos barbes maintenant!

Aloulou
| 19-11-2018 16:37
Toutes ces réponses au discours de RG ne servent à rien changer
Le changement se fait seulement aux urnes.

KROUMIRIE
| 19-11-2018 16:24
Mr RCHID GHANNOUCHI perd son sang froid. La première démocratie au monde, n'en déplaise aux frères musulmans, est Carthaginoise. La magouille politicienne et la confusion successorale a commencé avec ABOUBAKAR, OMAR en instaurant un système auquel ALI fut écarter. Et c'est le début du schisme au sein même de la communauté musulmane. L'instrumentalisme de l'islam depuis la mort du prophète à nos jours a fait des tords considérables, et il continue aujourd'hui (en la personne de R. GHANNOUCHI) de faire des ravages. Ce frustré de la Sorbonne pour la non équivalence n'a jamais digéré cet échec d'où sa haine et sa malveillance vindicative envers les siècles de lumières. Chasse le naturel il revient au galop, il suffit de remuer un peu le fond pour que la vérité remonte à la surface. L'islam est une conception qui échappe entièrement aux NAHDHAOUIS il n'est ni modérer ni rigoriste, c'est un message divin qui mérite toute notre attention avec respect et humilité. TROP TARD L EUROPE A LU SON DISCOURS

kameleon78
| 19-11-2018 16:11
Ah Ah Ah !! La Nahda une force pragmatique et laïque, on aura tout vu, vous êtes naïf, vous croyez à ces balivernes?

La Nahda est un parti extrémiste d'obédience religieuse faisant partie de la nébuleuse des Frères Musulmans. Les "frérots" tunisiens sont plus tacticiens que leurs homologues égyptiens qui par leur excès ont subi la loi des militaires . En revanche, les "frérots" tunisiens avec leur chef Ghannouchi sont plus prudents, ce qui leur a évité le scénario égyptien, mais la "base" nahdaouie s'impatiente, elle veut le pouvoir tout de suite, ce qui va pousser Ghannouchi à durcir son discours, ce qui va l'amener aussi à des dérapages qui deviennent de plus en plus nombreux, comme le fait de "traiter" de corrompus les ministres sortants ou de faire des discours d'une violence extrême comme celui qu'on vient d'entendre. Les islamistes tunisiens n'ont pas changé leur idéologie, ils sont restés takfiristes, salafistes et extrémistes, ce qui a changé c'est l'approche des nahdaouis avec leur "opposants", ils se font plus conciliants, soi-disant plus pragmatiques mais le fond de leur pensée est resté le même :"Instaurer la Chariaâ un jour ou l'autre" mais pour l'instant, ils s'inspirent de la Taqqya, une stratégie de la dissimulation des intentions avec le double discours.

Donc, la Nahda n'est pas devenue laïque, au contraire, ils reculent pour mieux sauter.

Baldigari
| 19-11-2018 15:59
On ne peut pas parler de respect des libertés et tenir un discours religieux. Ceci est complètement contradictoire. Ce personnage est un faux cul et fourbe. Demandez lui s'il va soutenir le projet de loi modifiant le système d'héritage et la dépénalisation de l'homosexualité.

Discours ?
| 19-11-2018 15:10
Ce discours de rg ne porte aucune menace. Il est logique et pragmatique! Allez chercher la petite bête ailleurs. Ennahdha est devenue une force politique démocratique et presque laïque. Rien ne va plus dans notre pays, sans consentement préalable d'ennahdha, montée au pouvoir par les urnes et des électeurs tunisiens. Je ne suis pas nahdhaoui, mais je crois et défends le système démocratique postrevolution dans lequel nous vivons aujourd'hui.

A lire aussi

ces accusations ont été formulées sur la base d’un mail fuité sur les réseaux sociaux, selon lequel

19/06/2019 00:53
0

La Haica a ajouté que les médias publics ne sont pas à l’abri en raison de nombreux dossiers en

18/06/2019 21:25
0

3ich Tounsi a souligné que ces amendements ont été commandités par des partis politiques « rejetés

18/06/2019 21:21
2

Des dizaines de dirigeants, membres et sympathisants d’Ennahdha ont effectué, ce mardi 18 juin 2019,

18/06/2019 20:33
1

Newsletter