alexametrics
Chroniques

Le gouvernement aura-t-il le courage de saisir la main qui lui est tendue ?

Temps de lecture : 4 min
Le gouvernement aura-t-il le courage de saisir la main qui lui est tendue ?

Par Sofiene Ben Hamida

 

La commission administrative de l’UGTT a donc annoncé une grève générale du secteur public de deux jours les 20 et 21 février prochain. La question qui s’impose donc aujourd’hui est la suivante : qu’allons nous faire pour éviter cette grève qui ne doit pas avoir lieu si nous voulons réellement préserver la paix sociale ?

 

La Tunisie a connu deux grèves touchant le secteur public au cours des trois derniers mois. La première, le 22 novembre dernier concernait les entreprises publiques et avait pour objectif de pousser le gouvernement à finaliser les négociations sociales. On peut dire que cette grève a atteint ses objectifs puisque les négociateurs du syndicat et du gouvernement ont trouvé un terrain d’entente et ont conclu un accord portant sur les augmentations salariales dans les entreprises publiques ainsi que sur quelques autres points statutaires. La seconde grève a été observée le 17 janvier dernier. Elle concernait cette fois le secteur de la fonction publique  après le blocage des négociations sociales dans ce secteur, élargie à tout le secteur public à cause de la non-application de la part du gouvernement des clauses non financières de l’accord conclu dans le cadre des négociations sociales dans le secteur des entreprises publiques. C’est donc sans surprise que la commission administrative de l’UGTT réunie samedi dernier, soit deux jours après la grève, annonce une troisième grève, de deux jours cette fois, à la fin du mois prochain.

 

Nonobstant les discours musclés des dirigeants syndicalistes qui sont attendus car leur but est de maintenir la pression sur l’autre partenaire social, en l’occurrence le gouvernement, tout en préservant la mobilisation des masses syndicales, la décision de reporter la date de la prochaine grève de cinq semaine dénote certes une détermination de la part du syndicat mais surtout d’une volonté d’apaisement évidente. En effet, si elle avait cherché l’escalade, la commission administrative se serait limitée à respecter un délai légal de dix jours sans plus pour fixer la date du prochain débrayage.

 

C’est dans ces moments de tension que l’on se rend à l’évidence que le pays manque affreusement de structures ou de personnalités qui détiennent une sorte d’autorité morale leur permettant d’intervenir et de jouer le rôle de facilitateur. Du temps de son président le professeur Sâadoun Zmerli, la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme était une institution qui avait cet aura et jouait un rôle d’arbitrage pour éviter l’escalade dans le pays qui connaissait des situations beaucoup plus critiques et complexes comparées aux situations actuelles. Feu Hassib Ben Ammar était lui aussi un personnage refuge qui profitait de la grande estime que tous lui accordent pour intervenir, souvent avec succès, et faciliter les solutions consensuelles. Aujourd’hui, hélas, le conflit parricide entre le chef du gouvernement et le président de la République exclut l’arbitrage de Béji Caid Essebsi alors que ce dernier dispose de toutes les qualités et détient tous les atouts pour réussir cette mission.

 

Il ne reste donc qu’une seule issue durant les cinq semaines qui nous séparent de la date de la prochaine grève : le gouvernement doit assumer pleinement ses responsabilités et donner la preuve qu’il est à la hauteur de sa mission.

En effet, la première mission d’un gouvernement est de préserver la paix sociale. Toute tension, toute détérioration du climat social est une preuve de l’incapacité du gouvernement à gérer les affaires du pays et érode par conséquent sa légitimité. Youcef Chahed et son gouvernement se doivent donc de reprendre au plus vite les négociations avec la centrale syndicale en prenant soin cette fois-ci de changer de logique et de démarche. En premier lieu, il faudrait éviter de se murer dans la logique financière, mercantile, qui a conduit au blocage et donné au gouvernement l’allure d’un vassal des instances financières internationales. Un gouvernement ne se limite pas à faire ce qu’il peut envers ses citoyens. Il se doit de faire ce qui est nécessaire de faire pour les satisfaire, même au prix d’âpres négociations avec ses autres partenaires. En second lieu, il est évident que la politique de l’usure adoptée par le gouvernement jusque-là, face aux syndicats rôdés dans l’exercice de la négociation,  est improductive. Les propositions distillées au compte-gouttes n’ont fait qu’envenimer l’ambiance des négociations précédentes.

 

En définitive, à l’issue de la réunion de sa commission administrative, l’UGTT a eu le courage de tendre la main. Le gouvernement aura-t-il le courage de la saisir ?

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

jojo
| 23-01-2019 13:53
ce syndicat n est pas patriotique,il ne cherche que la confrontation avec le pouvoir il ne veut rien entendre .Si le fmi nous aide pas on va se vendre a d autre pays l avenir de nos enfants est pas rose et qqes journalistes font le jeux de l ugtt.

Un Tunisien Majeur
| 21-01-2019 20:49
Un '?tat Fort et Democrate tend la main à son peuple adroit et NON à des hors-la-loi ,
soit-disant syndicalistes , qui ne pensent qu a leurs intérêts et voient le reste à l envers
L UGTT met les battons dans les roues de la Production et de la Croissance . se jette
Dans la Rue , se fait victime et crie plus fort que quiconque sur les motifs de la situation
Catastrophique du pays
Le regime prolétaire à été ne-mort depuns dejà un siècle messieurs Levez-vous
Le Travail est sacré

adel
| 21-01-2019 16:38
C'est un article à la con commandité par l'UGTT.
Quelle bassesse !

Caius Gracchus
| 21-01-2019 14:58
voilà un début d'objectivité puisque contrairement à ce qu'on a eu l'habitude de faire jusqu'à présent, la faute n'est pas rejetée sur le syndicat , qu'on crédite même, sans doute à tort, de bonne volonté. en fait la direction syndicale joue surtout sa crédibilité , et sans aucun doute, l'avenir de sa structure. Si elle n'obtient rien de consistant , l'UGTT aura vécu , et d'ores et déjà le syndicat de l'enseignement secondaire , l'un des plus combatifs, est en train d'acquérir une indépendance de fait . Jo le sait très bien, et il joue donc fort justement le pourrissement, quitte à pousser la centrale syndicale vers la grève générale illimitée, dont elle ne tirerait aucun bénéfice pour le travailleurs, se condamnant à ne plus être qu'un appendice docile de l'Etat. C'est évidemment un pari dangereux, puisque nul ne peut en prévoire les conséquences , mais il ne faut pas oublier que dans cette histoire, et avant les Présidentielles, Jo tient à obtenir face au patronat et aux bailleurs de fonds, une victoire significative qui lui permettrait d'en finir définitivement avec cette image de marionnette sans passé ni avenir. On peut donc dire que dans cette affaire, ce les intérêts du pays qui risquent d'être une fois encore ignorés.

Mansour Lahyani
| 21-01-2019 12:20
Il est décidément impayable, Sofien ! Impayable, et tout-à-fait imprévisible, parfois ! Où a-t-il vu "cette main" que Taboubi aurait tendue Je pense que cette vision, ce mirage, est le résultat du profond sommeil auquel est trop souvent assujetti ce personnage très inventif... mais trop peu productif!

mansour
| 21-01-2019 10:38
Affligeant,le pire c'est que ces islamistes freres musulmans salafistes d'Ennahdha,les députés,ministres,hauts fonctionnaires vont nous dire après que que les caisses de l'Etat sont vides et on aura un début d'amélioration en 2022

hannibal
| 21-01-2019 09:32
faut comprendre tendue comme tension
et tendue comme ton dû cad devoir des employés autrement dit travail.
merci journalisme '

Sami
| 21-01-2019 08:25
Ah bon ?!! comme ça, si Sofiéne, quand les caisses sont désespérément vides, on doit se plier aux demandes irresponsables de gens qui n'ont cure du futur de ce pays ?!! quand un gosse fait un caprice, selon votre logique, il faut le satisfaire pour qu'il arrête de rouspéter ?!! "l'UGTT a eu le courage de tendre la main..."tbarkallah, non mais vous vous êtes relu si Sofiéne quand vous avez sortit cette grande déclaration ?!!

TATA
| 20-01-2019 19:41
Vous êtes très intelligent et vous savez très bien que le seul but des revendications salariales de l'UGTT est de faire tomber le gouvernement de YC, et vous savez parfaitement pourquoi...

L'UGTT demande l'impossible, et refuse de se demander quelles sont les limites du possible!

Oui, L'UGTT peut demander l'impossible, Mr. Taboubi peut le faire, mais l'obtenir c'est utopique car les caisses étatiques ont été ruinées par notre ex-troïka! Mais enfin, on ne peut pas donner ce que nous n'avons plus!

Nous avons tous l'envie de changer les choses pour une Tunisie meilleure, plus juste, plus humaine, plus sociale aussi. Il faudrait plutôt demander au clan RG, où sont passés les 22 Milliards d'euros d'aide et de dettes extérieures?

Forza
| 20-01-2019 19:04
L'UGTT est devenue un état dans l'état. Elle décide du beau et du mauvais temps. Elle veut nommer et virer les gouvernements. Ben Hmida parait être optimiste mais je ne vois pas ces mains tendues dont il parle. Ils annoncent deux jours après leur grève, une deuxième grève de deux jours. L'UGTT joue aussi l'escalade car elle a des privilèges dont ne dispose aucun autre syndicat au monde :
1- L'obligation des fonctionnaires et des employés d'être pratiquement des adhérents puisque l'état retient a la source les contributions des employés.
2- Des fonctionnaires du syndicats payés par les employeurs et non pas par le syndicat. C'est ce qu'on appelle le tafarough. En Allemagne il y'a le Betriebsrat (comité d'entreprise) mais ses membres continuent à faire leur travail. Ils sont protégés par la loi ne peuvent pas être virés pour qu'ils soient indépendant du management mais ils travaillent. Les fonctionnaires des syndicats sont eux payés par les syndicats.
3- Des fonctionnaires qui font la grève et continuent a recevoir leurs salaires et avantages sans réduction, comment voulez-vous qu'ils soient intéressés a trouver des solutions? Les syndicats européens lorsqu'ils décident des grèves de plusieurs jours, ils payent une partie du salaire de leurs adhérents et puisque les budgets sont limités, ils ont intérêt a trouver une solution

L'UGTT fait de la politique et défend les positions du front populaire. On a vu les figures du front chez Taboubi la veille de la greve. L'UGTT est libre de faire une compagne électorale pour le front ou pour HCE mais pas avec l'argent de l'adhèrent (moukrahan akhaka) qui peut lui être d'une autre orientation politique.
Avec ce syndicat qui pense être le maitre du pays, la Tunisie ne peut pas progresser. Les investisseurs ne sont pas intéressés à être des otages et lorsque le secteur privé fera faillite, le gouvernement ne trouvera pas les moyens pour payer les fonctionnaires et l'UGTT peut alors faire une grève d'un mois, ça ne changera alors rien.

A lire aussi

On a reproché à plusieurs reprises au précédent parlement son inefficacité à cause du grand nombre

13/11/2019 15:59
2

« Les gens ne connaissent pas toute la vérité

12/11/2019 15:59
1

Pour mettre le public dans l’ambiance, on a commencé par cette énième tentative de discréditer les

11/11/2019 15:59
19

Le parti islamiste Ennahdha a finalement annoncé ses véritables

10/11/2019 15:59
3

Newsletter