alexametrics
jeudi 11 août 2022
Heure de Tunis : 20:55
BN TV
Le chef de l'Etat célèbre la journée du Savoir à Carthage
05/08/2022 | 18:12
4 min
Le chef de l'Etat célèbre la journée du Savoir à Carthage

 

Le président de la République, Kaïs Saïed, a présidé, ce vendredi 5 août 2022, la cérémonie de commémoration de la journée du Savoir.

Le chef de l’Etat, qui a souligné l’importance de la science et de la connaissance pour le développement des peuples et des nations, a précisé que la vraie richesse de la Tunisie est sa richesse en ressources humaines capables de créer, d’exceller et d’innover dans tous les domaines.

« Même avec des moyens limités, il n’y a pas à comparer entre nous et ce qui est disponible dans de nombreux autres pays. La Tunisie a connu des réformes successives et l’éducation n’est pas restée en reste. Ces réformes ont coïncidé avec une action plus large, celle de la libération nationale et celle des idées » a déclaré Kaïs Saïed, dans un discours prononcé à l’occasion.

 

Le président a ensuite déploré que des « parties soient nostalgiques d’une époque où des tentatives étrangères visaient à étouffer la langue arabe littéraire pour la remplacer avec le dialecte courant ».

« Ceux qui commettent des erreurs en arabe, on ne les remarque et les corrige même pas, on estime que c’est minime mais dès qu’il s’agit d’oublier une lettre dans une langue étrangères, là l'erreur est perçue comme une preuve de profonde ignorance et est relayée dans les médias francophones qui commettent eux aussi des erreurs dans la langue qu’ils pratiquent » a-t-il poursuivi, accusant des parties d’avoir intégré cette idéologie et d’avoir désespérément tenté de l’imposer au peuple.

« Nous n’avons rien contre les langues étrangères qui sont des portes de connaissance et d’ouverture…Nous sommes ouverts à ces langues sans complexes…La politique a infiltré les programmes cherchant un équilibre présumé, on se rappelle ce qui s’est passé dans les années 70 puis dans les années 80 pour lutter contre la propagation d’une pensée au détriment d’une autre, qui prétendaient s’opposer mais que le temps a mis à nu et que le peuple a démasqué le 25 juillet, jour du référendum historique dans lequel le peuple a tranché malgré les tentatives de le décrédibiliser qui ont été menées par ceux qui se livraient bataille dans les complexes universitaires et qui s’unissent aujourd’hui derrière les mêmes slogans après avoir été vomis par le peuple et qui n’ont pas obtenu, tous réuni, plus de 1.700.000 voix  » a ajouté Kaïs Saïed.


Il a ensuite relevé l’état d’insalubrité de certains établissements scolaires et les architectures biscornues de certaines écoles et universités.

« Nous avons choisi dans la nouvelle constitution de créer un haut conseil de l’éducation et de l’enseignement afin d’éloigner nos élèves des calculs politiques et des calculs des politiciens car l’avenir à ceux là et le peuple n’est pas une marionnette et la connaissance une marchandise… On peut commettre des erreurs dans le choix d’un projet économique ou autre dans n’importe quel domaine autre que l’enseignement mais quand on commet une erreur dans le secteur de l’éducation et de l’enseignement il est difficile de la corriger et ses résultats ne peuvent être observés qu’après deux décennies au moins… Heureusement que nombreux ont pu réussir et briller, mais d’autres en revanche et malheureusement beaucoup ne pensent qu’à quitter le pays après leur graduation car les perspectives ici sont limitées et nous sommes appelés à les ouvrir. Ils trouvent à l’étranger des perspectives et de l’encouragement. A de nombreuses reprises j’ai aussi dit à de nombreux responsables étrangers, au final, qui prête à qui ? Oui il y a des prêts et ces dons qui sont allés dans les poches de certains et vous saurez qui quand l’audit qui se poursuit sera achevé, ces dons qui ont été obtenus par certains et qui ne sont même pas arrivés au pays… Je leur ai dit qui prête à qui ? Un médecin spécialiste et un professeur universitaire qui a passé sa vie dans la recherche et qui part à l’étranger et cette politique sélective de l’émigration, qu’on n’accepte que ceux dont on tire profit. Qui tire profit de qui ? Nous leur prêtons les compétences et les cerveaux inestimables ! » a déclaré le président.

 

 

Le chef de l’Etat a ensuite remis des prix aux lauréats dans les secteurs de l’éducation et de l’enseignement supérieur et des prix nationaux d’animation culturelle dans les établissements d'enseignement supérieur et aux lauréats ayant obtenu des diplômes de fin d’études ainsi que ceux relevant du ministère de la Formation professionnelle et de l'Emploi.

 

 

 

M.B.Z

05/08/2022 | 18:12
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Larry
Le savoir, c'est comme la confiture.......
a posté le 05-08-2022 à 21:40
Moins on en a..... Plus on l'étale !....
Ahmed
Une certaine connerie dans l'air
a posté le 05-08-2022 à 21:26
On va devoir ce farcir ça.
Farao
rectification .....
a posté le 05-08-2022 à 19:58
le journée du pouvoir absolu à carthage