alexametrics
vendredi 21 juin 2024
Heure de Tunis : 01:51
Communiqués
Le changement des prévisions de croissance aux États-Unis est le signe d'un atterrissage en douceur
26/05/2024 | 10:59
4 min
Le changement des prévisions de croissance aux États-Unis est le signe d'un atterrissage en douceur


La résilience de l'économie américaine a entraîné un changement radical des prévisions de croissance. Au cours du premier semestre de l'année dernière, les perspectives pour 2024 reflétaient un pessimisme généralisé en raison de vents contraires importants. Ces vents contraires comprenaient un taux d'inflation élevé qui réduisait le pouvoir d'achat des ménages, des marchés de matières premières perturbés et le cycle record de resserrement de la politique monétaire par la Réserve fédérale américaine. Une récession semblait presque inévitable et les discussions concernant les perspectives macroéconomiques se sont concentrées sur l'équilibre entre les perspectives d'un atterrissage économique « brusque “ et celles d'un atterrissage économique ” en douceur ».

Le consensus de l'enquête Bloomberg est un outil utile qui révèle les attentes du marché et l'évolution des points de vue sur les principaux développements macroéconomiques. Cette enquête de référence suit les prévisions des analystes, des groupes de réflexion et des instituts de recherche, et présente un éventail de projections ainsi que le point médian des attentes du marché. En juillet de l'année dernière, le consensus sur la croissance de l'économie américaine en 2024 a atteint un plancher de 0,6 %. Il a ensuite amorcé une tendance régulière à la hausse et a été multiplié par quatre pour atteindre 2,4 % cette année, grâce à des indicateurs économiques meilleurs que prévu, notamment un PIB étonnamment élevé pour le dernier trimestre 2023, ce qui suggère que l'économie reste en bonne santé et qu'elle ralentirait progressivement par rapport à l'expansion de 2,5 % de 2023.

Dans cet article, nous analysons l'évolution de trois secteurs de production clés, et leurs indicateurs avancés, qui sont à la base de la résistance de l'économie dans son ensemble et de son ralentissement progressif.

Tout d'abord, le secteur des services est resté robuste après la normalisation qui a suivi la pandémie de Covid. Les chiffres du PIB pour le premier trimestre de cette année ont montré que la consommation de services a augmenté à un taux annualisé exceptionnel de 4 %, ce qui est nettement supérieur à l'expansion annuelle de 2,3 % prévue pour 2023.

Les dernières impressions de l'indice des directeurs d'achat (PMI) indiquent que les perspectives restent stables. L'indice PMI est un indicateur basé sur une enquête qui permet de mesurer l'amélioration ou la détérioration de l'activité économique. Un niveau d'indice de 50 est le seuil qui sépare les conditions économiques en contraction (en dessous de 50) des conditions économiques en expansion (au-dessus de 50). L'indice PMI pour le secteur des services a atteint un sommet de 67,1 en novembre 2021, alors que le secteur se remettait vigoureusement du creux atteint au début de la pandémie de Covid. Depuis lors, cet indicateur s'est modéré à un rythme modéré, fluctuant au-dessus ou à proximité de la marque de 50 points qui indique l'expansion. Les performances du secteur des services soutiennent l'économie, puisqu'il représente plus de 70 % de l'activité globale.

En second lieu, le ralentissement cyclique du secteur manufacturier a atteint son point le plus bas et le secteur s'oriente vers une phase de reprise. Pendant la pandémie de Covid, la consommation de biens par les ménages a dépassé de manière anormale sa tendance, en raison des fermetures et des restrictions qui ont perturbé le comportement normal de dépense au détriment des services. Après avoir atteint son pic de 64 en mars 2021, l'indice PMI manufacturier a entamé une tendance à la baisse, les dépenses en biens ralentissant progressivement avec la normalisation des habitudes de dépenses. L'indice PMI manufacturier est entré dans la zone de contraction à la fin de 2022, mais s'est stabilisé au second semestre de 2023, et a dépassé la barre des 50 points pour entrer dans la zone d'expansion en mars de cette année. Bien que la force de cette reprise reste à déterminer, la fin du ralentissement dans le secteur manufacturier apporte un soutien supplémentaire à l'économie.

En troisième lieu, le secteur de la construction s'est stabilisé après une période de contraction. L'année dernière, la hausse des taux d'intérêt et le resserrement des normes de prêt par les banques ont augmenté les coûts d'emprunt et réduit la disponibilité du crédit, ce qui a eu un impact négatif sur le secteur de la construction. Les indicateurs clés du secteur de la construction, tels que les permis de construire et les mises en chantier, se sont contractés à des taux supérieurs à 20 % d'une année sur l'autre. Le repli brutal de certains indicateurs a tiré la sonnette d'alarme, étant donné que des taux de croissance négatifs de cette ampleur avaient historiquement anticipé les récessions. À la fin de l'année 2023, de nombreux indicateurs s'étaient stabilisés et les principaux indicateurs tels que les permis de construire, les nouvelles mises en chantier et les prix de vente médians s'étaient améliorés en termes interannuels, suggérant que l'activité de construction ne serait plus un frein à l'économie dans son ensemble.

Dans l'ensemble, les données des principaux secteurs économiques indiquent que la croissance de l'économie américaine se stabilise et que la décélération sera progressive. Selon nous, malgré des taux d'intérêt qui resteront plus longtemps élevés, il est peu probable qu'une récession se produise aux États-Unis cette année, même si la consommation des ménages bouleverse les prévisions de croissance optimistes actuelles.


26/05/2024 | 10:59
4 min
Suivez-nous