alexametrics
dimanche 16 juin 2024
Heure de Tunis : 03:56
Communiqués
La résilience des pays émergents favorise les entrées de capitaux
10/06/2024 | 10:54
4 min
La résilience des pays émergents favorise les entrées de capitaux

 

Nous avons commencé l'année avec une vision constructive des marchés émergents en 2024. Le « pivot dovish » de la Réserve fédérale américaine (Fed) à la fin de l'année dernière, lorsque les prévisions de baisse des taux ont été introduites pour la première fois, a suscité un sentiment haussier chez les investisseurs à l'échelle mondiale. Cette évolution, associée à une croissance mondiale résistante et à une désinflation rapide, a déclenché un renversement du sentiment de marché « risk-off » qui avait prévalu en 2022 et pendant une partie de 2023.

Le contexte macroéconomique mondial positif a poussé les capitaux mondiaux vers les pays émergents. Selon l'Institute of International Finance (IIF), les entrées de portefeuille des non-résidents dans les pays émergents, qui représentent les allocations des investisseurs étrangers dans les actifs publics locaux, sont passées d'une situation négative à une situation positive à la fin de l'année 2023. Ces flux ont entraîné une reprise qui se traduit par des rendements robustes dans les différentes classes d'actifs des marchés émergents depuis leur niveau le plus bas en octobre 2023, notamment des gains de 17,6 % pour les actions (MSCI EM) et de 13,9 % pour les obligations (J.P. Morgan EMBI Global).

 

Flux de portefeuille des non-résidents vers les pays émergents

(Moyenne sur 6 mois, milliards d'USD, 2017-2024)


 

Malgré les mauvaises surprises en matière d'inflation, les flux de capitaux importants et les rendements robustes se sont poursuivis même après que les attentes concernant le « pivot dovish » de la Fed ont été considérablement révisées. En effet, les prévisions de réduction des taux pour 2024 ont été ramenées de près de 200 points de base (pb) à moins de 50 pb. Traditionnellement, une réévaluation agressive des rendements américains comme celle-ci « attire » les capitaux des pays émergents vers les États-Unis ou d'autres marchés matures. Toutefois, cette fois-ci, les choses se sont passées différemment.

Selon nous, trois facteurs principaux soutiennent les entrées de capitaux relativement importantes dans les pays émergents, même en cas d'augmentation significative des rendements du Trésor américain : la direction attendue des différentiels de croissance, le début de la reprise manufacturière mondiale et l'amélioration globale des déséquilibres macroéconomiques des pays émergents, ainsi que de la crédibilité de leurs politiques.

Tout d'abord, la période de surperformance inattendue de l'économie américaine semble s'atténuer ou s'inverser complètement. C'est ce que montrent les récents mouvements de l'indice de surprise économique de Citi, un chiffre opportun qui mesure le rythme auquel les indicateurs économiques sont supérieurs ou inférieurs aux prévisions du consensus. Depuis le début de l'année, pour la première fois depuis des mois, les données surprises deviennent plus positives au niveau mondial et moins positives aux États-Unis, ce qui suggère une révision prochaine des projections de croissance qui devrait favoriser les pays émergents par rapport aux États-Unis.

 

Indice de surprise économique Citi

(points indices , 2022-2024)

 

Par ailleurs, l'industrie manufacturière devrait soutenir davantage la zone euro et l'économie mondiale, à l'exclusion des États-Unis, au cours des prochains mois. Après une « récession manufacturière mondiale » exceptionnellement profonde et longue, qui dure depuis 2022, un virage positif vers l'expansion s'est déjà amorcé. L'indice PMI (Purchasing Manager's Index) de l'industrie manufacturière mondiale, un indicateur opportun de l'amélioration ou de la détérioration de l'activité, a atteint son niveau le plus bas en juillet de l'année dernière et s'est amélioré par la suite. L'activité est devenue expansionniste depuis février 2024. Un cycle d'expansion manufacturière prend souvent de l'ampleur rapidement et dure environ un an et demi. Cela devrait soutenir les marchés émergents, en particulier dans l'« Asie industrielle », où l'industrie manufacturière représente une part plus importante du PIB. Cela devrait amplifier l'ajustement des attentes concernant les écarts de croissance entre les pays émergents et les États-Unis, étant donné que l'industrie manufacturière ne représente qu'environ 10 % de l'économie américaine.

La troisième raison est que les fondamentaux macroéconomiques sont actuellement plus solides dans la plupart des pays émergents. Plusieurs économies avancées ont accumulé de graves déséquilibres en raison d'une politique de relance excessive à la suite de la pandémie et du conflit russo-ukrainien, ce qui a entraîné des problèmes tels qu'une dette publique élevée et des pressions inflationnistes. En revanche, la plupart des pays émergents ont fait preuve de prudence en matière de politique budgétaire, afin d'éviter une trop grande accumulation de la dette ou une vulnérabilité extérieure accrue. En outre, les banques centrales des pays émergents ayant un passé d'inflation chronique, comme le Brésil et le Mexique, ont subi des pressions pour mettre en œuvre de manière préventive des hausses de taux d'intérêt au début du cycle. Cette approche proactive a été cruciale pour éviter que l'inflation ne devienne incontrôlable et pour maintenir la stabilité macroéconomique. En conséquence, plusieurs pays émergents ont gagné en crédibilité politique, ce qui accroît l'attrait de leurs marchés.

 

Dans l'ensemble, les flux de capitaux vers les pays émergents ont bien résisté à la réévaluation agressive des rendements des bons du Trésor américain. Ils ont été soutenus par un revirement attendu des différentiels de croissance entre les États-Unis et les pays émergents, par le début d'un cycle manufacturier mondial expansionniste et par des fondamentaux globalement solides. Si les conditions financières mondiales s'assouplissent en raison d'une confiance accrue dans la poursuite de la baisse de l'inflation aux États-Unis, les flux entrants vers les pays émergents pourraient même augmenter considérablement au cours des prochains trimestres.

 

 

10/06/2024 | 10:54
4 min
Suivez-nous