alexametrics
mardi 28 juin 2022
Heure de Tunis : 20:30
A la Une
Kaïs Saïed à propos de Noureddine Bhiri : S’il veut jouer la victime, il est libre !
06/01/2022 | 16:52
4 min
Kaïs Saïed à propos de Noureddine Bhiri : S’il veut jouer la victime, il est libre !

 

Lors du conseil des ministres tenu jeudi 6 janvier 2022, le chef de l’Etat, Kaïs Saïed a encore une fois épinglé ses opposants, essentiellement les islamistes, rappelant que les mesures exceptionnelles sont toujours en vigueur et que les autorités travaillent en silence.

 

Une fois n’est pas coutume, Kaïs Saïed a fustigé les agissements de certaines parties, qui œuvrent depuis l’étranger ou en Tunisie, assurant que ce n’est pas acceptable, parce que hors-la-loi. « Nous n’avons demandé à personne d’être dans notre camp ou d’adopter nos idées. Nous n’obligeons personne. Mais ils se doivent de respecter la loi. Aucune personne ou organisation ne doit se penser au-dessus des lois et de la constitution. Je ne veux nommer personne ou aborder des questions privées », a-t-il précisé.

 

Commentant l’affaire Noureddine Bhiri en grève de la faim sauvage, le Président s’est exprimé en ces termes : « Je ne veux pas évoquer l’argent qu’ils ont amassé et qui se compte en milliards et après cela ils surjouent la piété et font le jeûne alors qu’on n’est même pas au mois de Ramadan. Celui qui entame une grève de la faim est libre. Tout de même nous lui avons garanti les soins nécessaires pour qu’il ne se mette pas en danger. A ceux qui ont oublié. Celui qui a entamé une grève de la faim aujourd’hui, avait bénéficié d’un non-lieu en 1987 et avait signé le Pacte national en 1988. Cette personne n’a absolument pas été poursuivie depuis. Je ne veux pas évoquer les magouilles ou l’argent amassé par son entourage et qui veulent en faire aujourd’hui une victime. S’il a choisi de se présenter comme victime, il est libre ! S’il accepte de manger et de boire, il est libre ! Nous avons mis à sa disposition des équipes médicales et en plus, nous avons permis à sa famille de le visiter ».

Le président de la République a indiqué que Bhiri a eu la possibilité de choisir entre deux établissements hospitaliers, insinuant que ce traitement de faveur ne fait tout de même pas de lui une meilleure personne que d’autres ayant entamé des grèves de la faim sauvages. Kais Saïed a évoqué la grève de la faim effectuée par des prévenus alors que le vice-président d’Ennahdha était ministre de la Justice, rappelant que certains en sont morts…[ndlr. Béchir Golli et Mohamed Bakhti en 2012]

« Que tout le monde le sache, l’Etat des juges n’existe pas. Ce sont les juges de l’Etat. Ce que j’entends, ce que je lis, ce que je méprise (!) est que des juges parlent de coup d’Etat », a asséné le Président. Enervé et visiblement en colère contre certains juges, Saïed estime que ces histoires ne les regardent absolument pas. « Le devoir de réserve et d’impartialité exigent d’eux de se taire et d’appliquer la loi en tout intégrité ».

Et de renchérir : « Personne ne peut dire, je n’applique pas la loi ou c’est moi qui en ai à l’origine. Il y a un seul législateur et non pas des milliers ». Il a ainsi annoncé que le décret concernant la justice et celui relatif à la réconciliation pénale seront examinés dans la semaine.

 

D’autre part, Kais Saïed a encore une fois affirmé que tous ceux qui ont commis des crimes envers les Tunisiens doivent payer, dans les secteurs de l’environnement, de l’éducation, de la santé, etc. « Ils essayent de faire imploser l’Etat et se prennent pour l’Etat, sauf que nous avons des institutions et des lois ».

Revenant sur la convocation de plusieurs candidats pour des délits électoraux, Kaïs Saïed a rappelé qu’il a évoqué à plusieurs reprises des sommes d’argent qui circulent, notamment en devises. En réponse aux informations le disant aussi concerné par des infractions, il souligne : « Que tout le monde sache que la seule somme que j'ai dépensée est de 50 dinars, en plus des cafés… J’ai même refusé le financement public ! J’ai dit à l’Isie, censée être indépendante et non un outil au bénéfice de certaines personnes, que les pages, que je n’utilise pas d’ailleurs, ne m’engagent en rien et je ne connais pas les gens qui les administrent. Et pourtant, des communiqués sont publiés, des commentaires et des médisances sont proférées pour m’accuser ! Il n’y a aucun financement en dehors des 50dt ».


Le Président s’est tourné vers le ministre des Affaires sociales pour le prendre à témoin, puisqu’il a participé à sa campagne : « A Siliana, nous avons à peine 37 dinars. Le minimum des dépenses était 200 millimes et le maximum huit dinars. Le total était 37 dinars. Celui qui s’est chargé de la campagne ne trouvait pas quoi déclarer comme argent, alors il écrivait le numéro 17 (celui accordé à Saied dans le bulletin de vote) ».

 

 

I.L

06/01/2022 | 16:52
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Warrior
Bhiri à Qayselabidine ben Sayed ...............................
a posté le 08-01-2022 à 16:57
si tu veux jouer au dictateur, tu n'es pas libre.
le peuple t'a élu pour respecter la constitution que tu as juré respecter, pas pour la violer !!
GOT IT ?
ourwa
@ K.S. et @ Hamma Hammami
a posté le 07-01-2022 à 20:24
Dans le rapport de la Cour des comptes d'octobre 2020, en arabe, on apprend que :
- KaÏs Saïed n'a pas fait de déclaration fiscale sur ses revenus pour les années 2017 et 2018. ( page 30/342) . Durant ces deux années, M. Saïed ne travaillait-il pas en tant que professeur de droit constitutionnel à l'université ?...
- Hamma Hammami n'a pas fait de déclaration fiscale sur ses revenus pour les années 2017, 2018 et 2019 ( page 29/342). Qui dirigeait son parti durant ces 3 années alors ?
Nous n'avons aucun doute sur l'honnêteté de ces deux candidats aux élections présidentielles de 2019; ils ne vont certainement pas tarder à nous éclairer sur l'absence de leurs déclarations fiscale pour les années 2017 à 2019 signalées par le rapport de la cour des comptes d'octobre 2020.
Supertramp
Origine
a posté le 06-01-2022 à 19:31
"ou c'est moi qui en suis à l'origine" et non "qui en ai à l'origine "
Chouchou
noureddin essafah
a posté le 06-01-2022 à 18:36
Pourquoi donner trop d'importance à ce babouin. s'il veut se suisider c´est son désir. alors qu´il creve le vermine de terre
Tanit
Bien dit
a posté le 06-01-2022 à 18:31
Ce sont les rois de la victimisation.
MH
50 DTN, est ce possible
a posté le 06-01-2022 à 18:14
Comment peut-on croire à de telles absurdités ?
Watani
CR'?DIBLE et logique
a posté le 06-01-2022 à 17:28
Bien dit et tout à fait correct, clair et raisonnable.
Quatorze
14 Janvier
a posté le 06-01-2022 à 17:22
Il commence à paniquer,il a peur qu'il arrive quelque chose de sérieux à NB et qu'il en soit porté responsable,alors il prend les devants;
Le 14 janvier sera de nouveau fêté en Tunisie,en 2011 le bon peuple avait crié :Dégage! à Ben Ali,en 2022 il y a des chances qu'il crie de nouveau:Dégage!
Alya
Reponse a quatorze
a posté le à 19:26
Non il ne panique, les lois sont claires et KS le sait. Les seules maladies ou le juge ou le procureur intervient sont lesaladies transmissibles et lesaladies psychiatriques mettant autrui en danger. Ailleurs tout malade est libre de refuser son traitement eme s il s agit d un cancer. La loi prévoit juste une decharge signée par le patient. Bhiri a du signer
Houcine
La panique est dans l'autre camp.
a posté le à 18:13
Kais Saied dont je ne suis ni le supporter inconditionnel, ni la groupie, parle clair et dit juste.
Bhiri peut jouer la victime, il n'avait pas fait preuve de compassion à l'égard des grévistes de la faim lorsqu'il était ministre de la justice.
Les propagandistes qui veulent diffuser leur prose infondée sont de mauvaise foi.
Alors, pas de panique, les petites mains, les suppôts ne changeront rien au cours des choses.
Toute personne qui enfreint les lois, les règles, finira par en payer le prix.
Il se pourrait que Kais Saied déclenche une investigation visant les fortunes acquises en dépit et contre toute règle quand elles ne sont pas d'origine douteuse.
Ce serait juste, légal, et nécessaire.
Citoyen_H
C'EST UNE REGLE, UN FONDEMENT DIVIN, IMPRESCRIPTIBLE DANS LE TEMPS
a posté le à 22:06
"Toute personne qui enfreint les lois, les règles, finira par en payer le prix. "

Il n'y a pas plus vrai !!!!!!!
Ils se croyaient être devenus des Dieux !!
Ils croyaient qu'ils étaient intouchables !!!
Ils croyaient qu'ils étaient supérieurs, au dessus de tous !!!!

Puis pshittttttt
Un tacle magistral de Baba Kaissoune, et les voilà tous revenus à leur stade originel, des kharraya pour les meilleurs d'entre-eux.
Khafou minn Rabbi, ya nésss.