alexametrics
vendredi 09 décembre 2022
Heure de Tunis : 21:27
BN TV
Interview – Me Antoine Vey défend la cause de Mehdi Ben Gharbia
07/06/2022 | 13:08
6 min
Interview – Me Antoine Vey défend la cause de Mehdi Ben Gharbia


Ses grèves de la faim n’ayant servi à rien, ses moyens de défense inutiles face à une justice incohérente, l’ancien ministre et député Mehdi Ben Gharbia – poursuivi pour blanchiment d’argent et autres délits fiscaux – s’est tourné vers la justice internationale. Son nouvel avocat, Me Antoine Vey, un pénaliste français connu pour avoir défendu plusieurs personnalités dont l’ancien ministre français délégué chargé du Budget Jérôme Cahuzac, le député français Patrick Balkany, ou encore le lanceur d’alerte australien, Julian Assange. De passage à Tunis dans le cadre de l’affaire Ben Gharbia, Me Vey a accordé une interview à Business News.

 
 

Pourquoi avez-vous accepté cette affaire ?

Parce que la famille de cette personne nous l’a demandé et que le contexte, dans lequel interviennent les poursuites qui sont exercées contre lui, nous fait craindre des violations de ses droits fondamentaux, notamment son droit d'avoir un procès équitable. Nous avons décidé de considérer cette défense, de se déplacer ici en Tunisie, pour apprécier au mieux la possibilité pour Mehdi (Ben Gharbia) d’avoir un procès équitable, ce qui suppose une justice indépendante.

 

Quelles ont été vos principales rencontres durant ces dernières 24 heures ?

Le collectif de défense des avocats. Vous savez qu’en Tunisie, il est possible pour un avocat étranger de visiter son client, ce qui suppose une formalité qui est en train d’être accomplie pour que je puisse aller le voir en prison, et que l’intervention des avocats étrangers n’est pas foncièrement nécessaire ni souhaitable. Par contre, la Tunisie est un pays engagé sur la scène internationale par des traités qui garantissent à tout citoyen tunisien le respect de ses libertés fondamentales. Notre rôle ici a été de rencontrer ses avocats, d’avoir accès à son dossier et de pouvoir comprendre exactement dans quel cadre la procédure est conduite et ensuite faire notre travail d’avocat ; c’est-à-dire faire respecter ses droits et sa position devant le tribunal.

 

Est-ce que vous estimez ces rencontres fructueuses ?

Oui. J’estime qu’il a un collectif de défense qui est très actif, très compétent sur le terrain juridique, mais qui a à faire face – nous l’avons vu le jour de notre arrivée – à un climat particulièrement préoccupant avec un exécutif qui semble vouloir s’ingérer dans les affaires judiciaires. Il s’agit pour nous de comprendre véritablement le contexte et de collecter les éléments qui nous permettront d’engager les recours internationaux qui s'imposent. Cette affaire ne fait finalement que commencer sur le terrain criminel puisque le procès va commencer. Nous intervenons aussi pour aider, faciliter, fluidifier et renforcer la défense de Mehdi (Ben Gharbia).

 

Peut-on considérer Mehdi Ben Gharbia comme un prisonnier politique ?

Je ne peux pas, à ce stade, galvauder cette expression. Il est clair qu’il y a un climat politique, que le fait qu’il ait occupé des fonctions politiques nous pose un problème quant à l’indépendance et l’impartialité de la justice. Notre travail n’est pas simplement de véhiculer un message abstrait mais c’est d’être concrètement au chevet de celui qu’on défend, de donner – dans le cadre de notre mission qui ne fait que commencer – un bilan au public et des arguments réels, au juge, qui lui permettront de savoir s’il (Mehdi Ben Gharbia, NDLR) a droit ou non à un procès équitable. 


 

Quels sont les recours internationaux possibles ?

La Tunisie est à la fois membre de la charte africaine des droits fondamentaux et des Nations Unies. À ce titre-là, les corpus juridiques qui existent protègent toutes les garanties de l’indépendance ; absence de torture évidemment, absence de détention arbitraire, respect d’une procédure équitable contradictoire menée par un juge indépendant… Les recours peuvent être de saisir le comité de lutte contre la détention arbitraire, voire même le comité luttant contre la torture, parce que, malheureusement, à ce stade, des indices nous montrent qu’il y a eu des traitements inhumains et dégradants qui ont été infligés à notre client. Nous allons les documenter pour que ces recours aient un caractère extrêmement sérieux et fort sur la scène internationale.

 

Est-ce que la photo de Mehdi Ben Gharbia en grève de la faim, menotté sur son lit d’hôpital peut faire l’objet d’un recours ?

Oui bien sûr ! C’est l’objet même des recours internationaux. C’est de pouvoir être alimentés par ce type de preuves ; une photographie dont personne ne contestera l’authenticité et qui démontre qu’il est soumis à un régime d’appréhension et d’arrestation qui est non nécessaire et disproportionné. Je rappelle que comme toute personne accusée, il est aujourd’hui présumé innocent. Cette présemption d’innocence déclenche chez lui la possibilité d’avoir accès à des droits supplémentaires ; le droit de se défendre, le droit d’avoir accès à un juge équitable… Le fait de le voir menotté dans un lit d’hôpital démontre qu’au-delà de la volonté de le traduire en justice, il y a sans doute une autre volonté ; une volonté de lui faire mal, une volonté d’envoyer un message politique peut-être, et c’est ça ce que nous dénonçons et que nous dénoncerons dans le cadre de notre défense.  

 

Le président a révoqué 57 magistrats et a publié un décret qui permet de limoger n’importe quel magistrat selon ses desiderata. Est-ce que vous pensez que la justice tunisienne répond désormais aux standards internationaux en la matière ?

C’est précisément ce qu’il nous faut réaliser. Nous avons l’association des droits de l’homme qui s’intéresse déjà à ce dossier lequel intervient, en réalité, dans une vague d’autres dossiers qui alimentent une réflexion internationale sur l’état de la justice en Tunisie. Il est clair que la dissolution du Conseil supérieur de la magistrature et la possibilité pour l’exécutif (de limoger des juges) – dans un cadre qui parait extrêmement problématique ; à savoir que le limogeage de ces juges est intervenu sans un préalable de chacune de leur situation, sans décision de justice, sans phase contradictoire et il parait même qu’on leur interdit de faire des recours. Quelle que soit la finalité politique, ou le message politique qui est envoyé, la méthode est clairement contradictoire aux règles de droit que les démocraties connaissent. Nous sommes fondés à se préoccuper et à dénoncer la méthode. Après, sur le fond des dossiers, notre intervention va consister à documenter ce travail, à pouvoir l’articuler sur le terrain juridique et le porter plus efficacement. Nous ne portons pas de message politique ici. Nous disons simplement qu’une démocratie ne peut pas s’accommoder de comportements qui sont antidémocratiques. 

 

Êtes-vous optimiste ? 

Oui. Parce que c’est une nature chez moi, mais il faut être optimiste dans la mesure où en l’absence de véritable dossier, on arriverait à une situation politique qui doit se régler par des outils politiques. J’ai confiance que ces dossiers doivent à un moment se régler parce qu’il faut des situations apaisées tant en interne que sur la scène internationale. Il ne s’agit point de faire de l’ingérence. Le critère ‘avocat français’ est inopérant ; on est avocat français comme on pourrait être avocat tunisien. On défend exactement la même chose : le respect des droits fondamentaux des plus vulnérables, en l’occurrence quelqu’un qui est accusé et en prison.

 

 

Interview menée par Nizar Bahloul 

07/06/2022 | 13:08
6 min
Suivez-nous
Commentaires
veritas
La meilleure solution '?'
a posté le 08-06-2022 à 07:33
Puisque la justice tunisienne est très mal réputé et presque tout le monde ne lui accorde aucune sympathie il va falloir faire appel au recrutement des juges étranger impartial et juste pour appliquer le code pénal et juger les justiciables'?'depuis l'indépendance tout les services devenu sous la houlette de l'état tunisien au fil des années se sont tous délabrés je ne cite que le système scolaire durant les années 60 ,70 et le début des années 80 il y'avait des professeurs étrangers dans Les lycées et les facultés tunisiennes le niveau éducatif été au top depuis que tout les professeurs dans les lycées et partout sont devenu tous tunisiens le niveau scolaire n'a cessé de baisser les programmes scolaires depuis l'époque de mzali au ministère de l'éducation ont été massacrer et le système scolaire tunisien ne cesse de régresser il est même anéanti ou l'école ne produit que des voyous '?'après l'élite tunisienne scolarisée par des profs étranger les profs tunisiens depuis les années 90 ne valent plus un sous ils sont fort juste pour plumer les élèves et leur parents avec les cours du soutien scolaire pour un niveau scolaire catastrophique.
Ancien '?lu de la république française
Tant que la justice tunisienne est corrompue et cancérigène la Tunisie ne se mettra jamais sur pieds
a posté le 08-06-2022 à 05:13
Maître, Vey, vous avez défendu des personnalités politiques en France, aujourd'hui ils sont entrain de payer leurs erreurs, on verra le 9 juin 2022 la décision de la justice tunisienne, Mr Vey je pense que vous saviez en Tunisie les magouilleurs et les corrompus sont partout, je sais chacun a le droit d'avoir un avocat, Mr Vey que pensez-vous un homme a volé une boite de thon pour nourrir ses il a écopé 6 mois de prison , quand je vois des représentants du peuple tunisien, ils agressent des policiers , ils ont giflé les femmes à l'assemblée nationale Tunisienne, ils sont en liberté aujourd'hui , Mr Vey il faut sanctionner les responsables doublement pour donner des leçons à la nouvelle génération, je voudrais bien savoir votre indemnité de combien , j'en suis sûr la majorité du peuple tunisien veut savoir aussi, Mr Vey vous allez être indemnisé en Euros , en Dinars T , où bien en Dollars,
le visiteur des mosquées du monde, il ne dit rien à cet Avocat, il est comme tout les islamistes, ils envoient les autres au charbon pour salir l'islam, il a la haine justice envers les vrais wattanis et wattanias ( comme il dit un proverbe tunisien, le poussin, il perce juste l'?il de son frère, voilà comment réagissent la majorité des traîtres de la Nation Tunisienne) Mr bahloul soyez impartial Dieu existera toujours
Ancien '?lu de la république française
un oubli
a posté le à 09:38
je m'excuse c'est un oubli, pour nourrir ses enfants
zied
Honoraires payes par....
a posté le 07-06-2022 à 20:56
Youssef Chahed en exil doré à Paris.....
J.trad
Makana ALLAHOu li you3a9ibahom sa Hom yastaghfiroun
a posté le 07-06-2022 à 17:48
Cette séquence tirée du saint Coran ,devrait être indiquée aux avocats laïcs ,le droit civil international devrait tenir compte de la demande du pardon quel que soit le péché ,
Gg
@ trad
a posté le à 19:33
Problème : il y a des centaines de religions!
29, rien qu'en France.
Donc ce que vous souhaitez est impossible en droit international.
Et en plus, vous musulman pouvez avoir à en découdre avec quelqu'un d'une autre religion, qui aura d'autres textes religieux...
Gg
Choquant !
a posté le 07-06-2022 à 16:51
Le Droit est étrange, parfois.
Si un tribunal international est saisi, on conçoit bien que des avocats et des magistrats de tous les pays qui ont reconnu la dite cour participent aux procès.
Mais dans ce cas précis, la justice tunisienne doit juger un tunisien, et je ne comprends pas que des avocats étrangers participent.
On peut quand même tout craindre du Droit quand Il s'écarte de l'éthique, et cet avocat n' est pas familier du Droit tunisien, ni de l'éthique tunisienne, bien différents de ce qui se passe en France.
De plus, cet avocat aime par dessus tout les affaires qui lui apportent la notoriété et le fric, et il aime faire le buzz. La seule chose sûre est qu'il a des "clients": des gens qui payent, beaucoup, pour obtenir raison. On est bien loin du Droit et de l'éthique...
N'oublions pas non plus le principal, le fond de cette histoire est le combat de l'islam politique et de la société civile en Tunisie. Que vient faire un français là dedans?
Bref, je n'aime pas du tout voir un avocat français dans le marigot tunisien, pas plus que je n'aimerais voir un avocat tunisien dans le marigot français!
riri
éthique
a posté le à 09:20
Vous parlez d'éthique...

M.Ben Gharbia est emprisonné ILLEGALEMENT en Tunisie. LA justice ordonne sa libération, le pouvoir politique via le MJ l'empêche.
A ce niveau là, il y a bien harcèlement politique et parodie de justice.
LA Tunisie perdra devant tout tribunal international (tiens, ca rappelle la BFT). Donc quand un Etat harcelle et emprisonne illegalement, on a bien le droit d'appeler à l'aide!
J.trad
Ils oublient qu'il y a le juge infaillible
a posté le 07-06-2022 à 15:50
Il serait injuste de punir deux fois un pécheur ,Mahdi bé Gharbia a suffisamment paye ,,il faut le libérer ,sans aucune seconde de séquestration ,peut être bien qu'il a payé doublement ses fautes ,il n'y que Dieu qui évalue le crime et le châtiment .les humains ,ne doivent pas prétendre à peser les crimes .
Gg
@ J.trad
a posté le à 16:55
Voilà! Ce que vous dites là (à quoi je n'adhère évidemment pas) montre clairement le fond du problème, et qu'un avocat français n'a pas sa place dans ce procès.
Slaheddine
Me Vey caisse de résonance de la situation actuelle
a posté le 07-06-2022 à 14:22
Les Cahuzac et Balkany ont été jugés et écopent actuellement leurs peines car ils ont été reconnus coupables de malversations et conflits d'intérêts.
Maître Vey va-t-il être payer en dinar ou en euros ?
Combien s'élève l'intervention d'un avocat de cette renommée ?
Me Vey a été recruté pour faire résonnance de la situation actuelle en France voire la communauté européenne.
Mehdi Ben Gharbia n'est pas un prisonnier politique, mais un prisonnier de droit commun.
Quel intérêt a la justice de le garder en prison, si ce n'est pas pour des raisons avérées.
Je ne suis pas un fan de l'arbitraire et demande que Ben Gharbia soit jugé équitablement pour les éventuels délits commis.
Ghanou
citoyen
a posté le 07-06-2022 à 14:15
C'est bien que Me Vey ait beaucoup d'expérience dans la défenses de personnalités françaises. C'est tout à son honneur qu'il ait gagné dans des affaires épineuses telles que les comptes à l'étranger de M. Cahuzac ou les emplois fictifs dont est accusé M. Balkany. Cependant Jérôme Cahuzac et Patrick Balkany représentent les 2 plus grosses affaires de détournement de fonds et mauvaise gestion des deniers de l'état du siècle en France. Et de plus, malgré la compétence de Me Vey, ils ont été condamnés, à des peines allégés, j'en conviens, parce que trop vieux ou malade. Par ailleurs, ce que dit Me Vey dans cet interview reste de l'ordre d'un avis extérieur car il n'a pas le dossier entre les mains et il répond aux questions comme les lui présente le journaliste.