alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 19:21
Dernières news
Mehdi Ben Gharbia sanctionné par la direction des prisons pour avoir voulu voir son fils plus de trente minutes
05/04/2022 | 13:14
2 min
Mehdi Ben Gharbia sanctionné par la direction des prisons pour avoir voulu voir son fils plus de trente minutes

 

 

« La direction de la prison civile de Messadine a refusé d’octroyer à Mehdi Ben Gharbia, son droit de visite périodique et n’a pas permis à son frère et à sœur de le rencontrer » a indiqué, hier, lundi 4 avril 2022, le comité de défense de l’ancien ministre et député, Mehdi Ben Gharbia.

 

Le comité de défense a précisé que la direction de la prison, sur ordre de la direction générale des prisons et de la rééducation a décidé d’infliger une sanction à Mehdi Ben Gharbia car il a refusé de respecter le délai imposé de trente minutes lors des visites de son fils.

 

Le comité de défense a condamné la décision de la direction des prisons et de la rééducation, l’accusant de harcèlement et de persécution et dit faire porter à la ministre de la Justice les conséquences de cette décision injuste et violant les procédures pénales.

 

 

Mehdi Ben Gharbia est en détention depuis le 20 octobre 2021 dans le cadre d’une investigation touchant sa personne et le gérant de son entreprise, sur fond de soupçons de délits fiscaux et de blanchiment d’argent. La brigade de lutte contre les crimes économiques et financiers de l’Aouina a été chargée de l’enquête.


Le député et ancien ministre a entamé, le 5 novembre, une grève de la faim en signe de contestation contre la répression qu’il subit en prison. Il a, en effet, été empêché de voir directement son fils de cinq ans, c’est-à-dire sans la barrière vitrée. Le juge d’instruction chargé de son dossier a explicitement autorisé cette visite sans barrière, mais la direction des prisons lui a refusé ce privilège, malgré l’âge de l’enfant.

Le juge d’instruction avait décidé le 14 décembre 2021, la libération de l’ancien ministre après avoir clôturé son instruction. Le juge n’avait trouvé aucune preuve concernant les accusations de blanchiment d’argent ni les autres charges intentées contre lui par le Parquet.

Le 11 janvier 2022 la chambre des mises en accusation près de la Cour d’appel a approuvé le recours du ministère public, et renvoyé l’affaire devant le juge d’instruction près du Tribunal de première instance de Sousse 1, pour procéder à des enquêtes complémentaires. Il n’a donc pas été relâché.

 

M.B.Z

 

 

05/04/2022 | 13:14
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Hager
Pas de privilèges
a posté le 05-04-2022 à 19:13
La loi c est la loi, fini les privilèges
Mansour Lahyani
Encore une fois, QUE FOUT L'ORGANISATION ANTI_TORTURE ?
a posté le 05-04-2022 à 14:32
Pas besoin d'autres commentaires : la question est assez explicite...