alexametrics
A la Une

Intervention militaire en Libye : Aux portes de la Tunisie, la guerre

Intervention militaire en Libye : Aux portes de la Tunisie, la guerre

 

Une intervention militaire internationale est imminente en Libye, et semble être inéluctable aux dernières nouvelles. Après la prolifération des groupes terroristes dans le pays voisin, notamment Daech, et les échecs à trouver des solutions politiques pour éradiquer ces organisations, l’occident se prépare à intervenir sur le sol libyen. Prétexte de circonstance, aider la Libye à lutter contre le terrorisme et déloger Daech. Pour la Tunisie frontalière l’inquiétude est de mise et est bien réelle. Les répercussions d’une telle entreprise, et il y en aura, impacteront directement notre pays. A nos portes un scénario à l’iraquienne et une longue guerre se préparent.

 

 

Un signe de l’imminence d’une intervention étrangère en Libye est le dernier discours donné par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, devant les chefs de délégations diplomatiques où il s’est inquiété d’une éventuelle intervention et demandé à être « consulté » avant toute décision.

« Nous sommes informés que les Libyens se préparent, peut-être, à certaines interventions étrangères et à des bombardements pour lutter contre Daech. Je m’adresse, et très clairement, aux amis qui pensent à cela de ne pas penser seulement à leurs intérêts. De penser aux intérêts des pays limitrophes et en premier la Tunisie. Consultez-nous, parce que ce qui peut être avantageux pour vous pourrait nous porter atteinte », a fait valoir le chef de l’Etat.

Des propos on ne peut plus clairs, alors qu’il a soutenu que seule une solution politique pourrait mettre fin au conflit libyen. « Il y va de l’intérêt de la Tunisie, de la région et du monde entier que la Libye soit unie et stable… Il est de la responsabilité de tous d’aider les Libyens à aboutir à une réconciliation générale et à achever leur transition et bâtir leur pays », a-t-il soutenu.

 

Sauf qu’en Libye, la situation se dégrade de jour en jour avec le blocage au niveau du processus politique qui devait apporter une solution pacifique à la crise. Sous l’égide de l’ONU la mise en place d’un gouvernement d’union nationale est dans l’impasse, en dépit des négociations de longue haleine. Quand bien même la composition de ce gouvernement sera annoncée, il lui serait ardu de prendre les rênes et de bénéficier de l’unanimité. Il faut dire que Tripoli est toujours entre les mains des autorités non-reconnues par la communauté internationale. Des autorités soutenues par des milices islamistes et hostiles à l’accord politique.

 

Par ailleurs, certains observateurs expliquent l’appui inconditionnel des grandes puissances au nouveau gouvernement libyen, par une stratégie visant à servir leurs intérêts et donner une couverture légale à la prochaine intervention militaire. Devenue puissante en Libye, l’organisation terroriste Daech, est le cheval de Troie par lequel viendra l’intervention étrangère. L’Etat islamique autoproclamé a récemment connu une grande avancée en Libye, en occupant plusieurs régions névralgiques du croissant pétrolier, notamment la ville de Syrte. L’organisation terroriste se rapproche de plus en plus du continent européen avec l’occupation des villes au bord de la Méditerranée. Quelques kilomètres seulement la séparent de l’Europe et cela constitue une menace de taille pour justifier une intervention militaire, outre la perte de l’une des plus importantes sources de production de pétrole…

C’est dans ce sens-là que les grandes puissances vont mettre en branle une action militaire qui prendra, vraisemblablement, la forme de frappes aériennes. Les bombardements auront pour but de détruire les centres de commandements, l’infrastructure utilisée par Daech, les camps d’entrainement ou encore les lignes et les réseaux de communication. Des troupes au sol, les rumeurs disent que plusieurs milliers de soldats de nationalités différentes seront déployés en Libye…

 

Dans cette guerre qui s’annonce sans merci, la Tunisie a légitimement exprimé son appréhension. Reçu par le président de la République, l’ancien chef de la diplomatie et chef de la Minusma, Mongi Hamdi a tiré la sonnette d’alarme. M. Hamdi n’y va pas par quatre chemins, estimant que la Tunisie payera le prix le plus cher et la plus grosse facture, en cas d’intervention militaire en Libye.

Pour le ministre de la Défense nationale, Farhat Horchani la Tunisie ne portera pas les armes contre la Libye et n’interviendra pas militairement dans le pays voisin. Des informations disent pourtant qu’il y aurait des négociations avec la Tunisie ou encore l’Egypte dans le but de « faciliter » l’intervention militaire. Les deux pays disposant de centaines de kilomètres de frontière avec la Libye… Le timing de l’annonce faite par le ministre de la Défense quant au parachèvement de la barrière de sable entre la Libye et la Tunisie n’est pas anodin. La Tunisie se prépare au pire. La barrière s’étend sur 250 km. « C’est important de le dire. Il faut que tout le monde le sache, aussi bien l’opinion nationale que l’opinion internationale », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que des caméras de surveillance seront placées tout au long des frontières. L’Allemagne et les États-Unis vont aider militairement et techniquement la Tunisie à ce sujet. « Il y aura également une entraide en matière de renseignements avec les Américains »...

 

Des répercussions sécuritaires, qui résulteront d’une intervention qui s’annonce délicate et longue, la Tunisie devra se tenir à la plus haute vigilance. Déjà  particulièrement touché par l’instabilité en Libye, notre pays a ressenti de plein fouet le chaos qui a prédominé dans la Libye voisine, sur les plans économiques et sécuritaires. La contrebande d’armes et l’infiltration d’éléments terroristes s’est intensifiée, profitant de la déliquescence des autorités libyennes. Il faudra également rappeler que les auteurs des attaques terroristes du Bardo et de Sousse, qui ont été revendiquées par Daech, ont été tous formés au maniement des armes dans des camps libyens, avant de rejoindre la Tunisie pour perpétrer leurs plans.

 

Avec cette nouvelle donne la Tunisie est tenue de redoubler de vigilance et de prendre toutes les précautions nécessaires. Plusieurs rapports internationaux et des sources officielles tunisiennes, affirment que près de 5000 combattants tunisiens évoluent dans les rangs des organisations terroristes en Libye, en Irak et en Syrie. Il faudra s’attendre à plusieurs mois de bombardements et d’affrontements en Libye, ce qui voudrait dire que des milliers de migrants, voire plus, afflueront vers le sol tunisien pour fuir le combat. En 2011, au début du chaos en Libye, plus d’un million de réfugiés ont été accueillis sur notre territoire.

 

Selon l’expert économique, Radhi Meddeb, près de 2 millions de réfugiés devront être attendus en Tunisie, avec cette guerre, et qu’il faudrait réfléchir à la logistique de gestion de ces réfugiés, sans ressources et fuyant la guerre,  qu’il faudra nourrir,  loger et penser aux centaines de milliers d’enfants scolarisés à prendre en charge. Il a ajouté que la guerre contre Daech sera longue, et que la Tunisie devra compter sur l’aide internationale pour faire face à cette guerre qui aura sans doute des répercussions sur la stabilité sécuritaire et économique du pays. Radhi Meddeb a appelé le gouvernement à faire pression sur la communauté internationale pour assurer l’hébergement des personnes fuyant la guerre, mettant en garde contre l’infiltration des terroristes parmi les réfugiés. Et c’est justement un tel scénario que la Tunisie devra éviter par tous les moyens possibles. Avec les déplacés libyens fuyant les bombardements et demandant l’asile sur notre sol, le péril d’une infiltration d’éléments terroristes est plus que probable et doit être jugulé.

 

Pour l’heure la Tunisie attend les développements de la situation qui semblent se préciser. Outre le danger que cela représente pour le pays, nous nous retrouveront en plein cœur d’un conflit qui s’éternisera à coup sûr, déstabilisant toute la région et dont résultera une profonde reconfiguration géopolitique.

 

Ikhlas Latif

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (24)

Commenter

Mohra
| 11-02-2016 09:54
a mon avis nous en sommes arrive la car les policiens et les decideurs et les hommes puissants de ce pays n'ont aucune fibre de patriotisme
des decisions politiques a cote de la plaque que le peuple ne partage pas(syrie, iran, coalition islamique,crédits,hypotheques du pays.....)

et je n'epargne pas egalement une bonne majorite du peuple qui s'aligne avec le vainqueur sans foie ni loie

Bref je me rends compte que nous ne sommes pas maitre de notre pays et que nous ne sommes pas maitre de son avenir
Echec et math pour nous
triste et Désolee

mizaanoun
| 10-02-2016 21:03
Je ne me sens pas concerné par votre réplique. Personnellement je n'analyse pas, je cite des faits pour aller plus loin et discerner un avenir meilleur sur le plan locale, régionale et planétaire. C'est le seul contexte où les idées sont viables.

tun2020
| 10-02-2016 19:43
On finalise là le hold-up du millénaire - mettre la main sur les richesses minières de tous ...oui tous les pays arabes et anéantir leurs forces militaires pour assurer la sécurité d'Israel. Cinq armées arabes ont déjà été évincées.

Et pour ceux qui se réjouissent des attaques sur la Libye, un petit mémorandum sur cette vidéo explicite.

https://www.youtube.com/watch?v=9oizMGXMnsE

Enfin pour les curieux qui veulent savoir qui sont derrières les attentats en Tunisie, une autre vidéo ... implicite cette fois.

https://www.youtube.com/watch?v=nz5Kf0kNauw

Hannibal
| 10-02-2016 19:29
Bravo à ceux qui prévoient le chaos en Tunisie. Quel patriotisme et quelle vision optimiste pour votre pays! C'est à peine si vous disiez que la situation y sera pire qu'en Libye. Au lieu de dire qu'on fera front contre l'anarchie et que nous défendrons notre pays en restant calmes et en resserrant nos rangs contre tous les dangers qui nous guettent. Je n'aime pas les défaitistes.

DHEJ
| 10-02-2016 19:23
Couilles dans le sud?

enseignant chercheur
| 10-02-2016 19:02
Les occidentaux veulent juste mettre le chao , ils garderont un peu de Daech pour foutre le désordre , vont déstabiliser la région du maghreb la Lybie et ensuite l'Algérie . la Tunisie n'est qu'un pauvre pays de passage vers l'AFrique et ses trésors...

versus
| 10-02-2016 17:29
Qui inquiète BJC est le fait que les amis de ses amis nahdaoui en prennent plein les fesses en Libye jusqu'à l'extermination.
Aussi, que les siens et proches ne se voient plus verser les rentes des pétroliers en pyjamas.

lagon
| 10-02-2016 16:44
La solution c'est de fermer les frontières par la force . Qu'ils aillent au diable .Ils ont chassé et tué Khadafi sur ordre des turcs et des qataris de Sarkozy (le criminel) et BHL le sioniste.Qu'ils assument maintenant. Ils veulent plus de liberté et de démocratie ces bougres de lybiens eh bien qu'il crèvent.En Tunisie on en veut pas.

Socratès
| 10-02-2016 15:41
Trêve de péroraison! Nos stratèges auto proclamés ont-ils fourni au tunisien "lambda" des conseils,des recommandations précises;lui ont-ils indiqué des endroits où il pourrait se mettre à l'abri, des caches d'armes,etc...
Ou bien devrait-il se débrouiller tout seul?
Se rapprocher des passeurs,confectionner des embarcations de fortune (...),prendre le chemin de l'exil vers...? Etc...

Tounsi Blid
| 10-02-2016 14:21
déjà qu' on avait pas loin d' un million de réfugiés lybiens -
avec cette crise ils vont être bien plus encore !!!
il faudrait un accord similaire a la turquie qui accueille bon gré malgré
des réfugiés syriens-en recevant des aides européennes et mondiales- FMI-ONU etc..
ces gens là nous côutent des sous à nourrir- soigner- habiller-loger et à surveiller par notre armée !!
la tunisie est suffisamment en difficulté comme ça !

A lire aussi

Les dés sont jetés et les jeux sont faits pour ce premier tour de l’élection présidentielle.

15/09/2019 22:30
0

Cette idée germait dans la tête de Nabil Karoui depuis 2014, voire

15/09/2019 21:00
10

Des pratiques déplorables qui, malheureusement, compromettent l’intégralité du processus électoral

12/09/2019 19:59
3

Or, à l’heure actuelle, l’homme d’affaires et patron de Nessma TV n’a toujours pas pu mener sa

11/09/2019 21:00
24

Newsletter