alexametrics
mardi 23 juillet 2024
Heure de Tunis : 09:24
BN TV
Faouzi Charfi : l’ARP ne devrait pas exister sans démocratie participative
17/03/2023 | 09:57
2 min
Faouzi Charfi : l’ARP ne devrait pas exister sans démocratie participative

 

Le secrétaire général du parti Al Massar, Faouzi Charfi, est revenu, vendredi 17 mars 2023, sur les ondes de Shems FM sur la polémique autour de la session plénière inaugurale de la nouvelle assemblée des représentants du peuple.

Faouzi Charfi a déclaré : « Cette nouvelle assemblée n’est qu’une étape du plan élaboré par le président de la République, nous ne sommes pas d’accord avec ces décisions unilatérales relatives à la nouvelle constitution, le référendum ainsi que les dernières élections avec une faible participation ».

« L’interdiction aux journalistes de couvrir les travaux parlementaires est un indicateur dangereux, le citoyen a le droit à l’accès à l’information et de connaitre ce qui se passe sous l’hémicycle de l’ARP, sans pour autant revenir à l’acrobatie de l’ancien parlement. » a souligné le politicien.

 

Le secrétaire général d’Al Massar a mis en garde contre le non-respect de l’immunité parlementaire, « conduire un député par les forces de l'ordre en dehors de l'hémicycle est une action sans précédent » avant de conclure « c’est un message adressés aux députés pour dire vous êtes sous ma tutelle ».

Répondant à la question du journaliste Malek Khaldi concernant le boycott qui a conduit à l’absence des partis d’opposition au sein du parlement, Faouzi Charfi a commenté « les travaux de l’ARP ne devraient pas exister sans les blocs politiques et sans démocratie participative ».

 « La décision de boycotter le référendum et le scrutin législatif a créé polémique même entre les partis politiques, en ce qui nous concerne, notre boycott était une sorte de position politique » a signalé l’intervenant.

Et à Faouzi Charfi d’affirmer « nous avons mis en garde contre l’unilatéralisme depuis que Kaïs Saïed s’est accaparé tous les pouvoirs le 22 septembre 2021 selon le décret 117. Nous avons toujours appelé le chef de l’Etat à adopter une politique d’ouverture et une démocratie participative » a précisé le SG d’Al Massar.

 

H.A

17/03/2023 | 09:57
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Mais il n'y a plus d'ARP à l'image de l'ARP de 2014 en Tunisie. Il n'y aura dorénavant, que deux chambres à coucher, avec scrutins indirects.
a posté le 17-03-2023 à 14:37
Durant la première république dictatoriale de Bourguiba et de Ben Ali, il y avait un parlement tunisien, où les représentants dormaient debout.
Durant la période transitoire après la Révolution du 14 janvier 2011, l'assemblée constituante ou la Constituante, a créé l'Assemblée des Représentants du Peuple, démocratiquement élus suivant les lois de la Constitution de 2014.
Après le coup d'Etat du 25 juillet 2021 et ce qui s'ensuivit de lois solitaires et d'élections boycottées par les électeurs tunisiens, l'ARP de la Constitution de 2014, qui a élu le président Kaïs Saïed, se transforme par sa propre constitution de 2022, que Kaïs Saïed, l'a rédigée et élaborée tout seul, en forme de deux chambres. L'une est dénommée l'Assemblée nationale des régions et des districts "ANRD" et l'autre en Assemblée des représentants du peuple "ARP", élus par scrutin indirect.
Donc, il ne faut plus mélanger la vraie ARP de 2014, avec l'ARP de 2022. Il faudra toujours ajouter l'année appropriée à chacune des deux "ARP". Les deux «ARP» sont totalement différentes de compétence, comme de devoirs, de prérogatives et de légitimité.
C'est comme les deux différentes sortes de concombres chez nous en Tunisie. Il y a le "Fakkouss" qui est cher et le "Khiyar", qui est beaucoup moins cher.
Allah yostir Tounes.
Tunisino
Les bêtes
a posté le 17-03-2023 à 10:46
Les bêtes littéraires et illettrés politisés n'ont toujours pas compris que la Tunisie ne peut supporter que deux partis politiques, conservateur et démocrate, pour cadrer les pauvres tunisiens, simples et innocents, dans le cadre d'un projet national stratégique élaboré par les vraies compétences du pays, pour rendre la Tunisie un pays avancé dans quelques dizaines d'années. Les littéraires et illettrés politisés sont les vrais ennemis des tunisiens, leur stupidité flagrante a causé trop de dégâts à la Tunisie.
takilas
De quels journalistes il parle ?
a posté le 17-03-2023 à 10:34
De jazira les commanditaires de nahdha qui ne cherchent qu'à provoquer la zizanie et les quiproquos en Tunisie, dès lors aucun tunisien ne tolérerai cette indécence sauf les les léches-bottes de cette secte sudiste de nahdha qui veulent avoir comme lors des dix années de la médiocre et catastrophique gouvernance de la mafieuse nahdha pleine de sabotageet de parti pris avec des traîtres qui veulent poursuivre l'arnaque envers la Tunisie et devenir des milliardaires comme nahdha qui a escroqué l'argent de l'état tunisien et ne veulent pas le rendre par pacifisme mais par enter des procès de jurisprudence à leur encontre.
C'est des ignobles et des récalcitrants que la fantoche chaine jazira cherche à ressusciter ces traîtres coûte que coûte ?certainement en vue de les manipuler à leur guise en vue de mettre main basse sur la Tunisie.
Les vrais tunisiens ne peuvent vendre leur patrimoine de cette manière ; que les membres du clan nahdha se le mettent dans leurs têtes d'abrutis. Les tunisiens sont nettement plus honorables qu'eux ces vendus.