alexametrics
vendredi 31 mai 2024
Heure de Tunis : 00:03
Communiqués
Est-ce que la Chine continuera son rôle de moteur de la croissance mondiale ?
06/11/2023 | 12:03
4 min
Est-ce que la Chine continuera son rôle de moteur de la croissance mondiale ?

 

La Chine a indéniablement été le principal moteur de croissance de l'économie mondiale depuis la grande crise financière de 2008-09 (GFC). En fait, le pays a représenté environ 40 % de la croissance mondiale depuis la crise financière mondiale jusqu'en 2019, avant que la pandémie n'entraîne des changements significatifs dans la dynamique macroéconomique des différents pays.

Une combinaison de facteurs nationaux a depuis lors conduit à un ralentissement économique prononcé en Chine. La mise en œuvre de la politique du "Zero Covid" l'année dernière, marquée par des bouclages dans les villes de niveau 1, des pratiques de prêt bancaire restrictives à l'égard du secteur immobilier surendetté et des mesures réglementaires agressives dans divers secteurs, a abouti à une contraction du PIB en termes nominaux d'USD. Même la réouverture de cette année n'a pas suffi à produire une croissance positive en USD, en raison de la dépréciation de 8 % du Renminbi jusqu'à présent en 2023.

Evolution du PIB chinois par rapport au reste du monde

(Croissance annuelle moyenne du PIB nominal en USD par période)

 

Sources: Haver, IMF, analyse QNB

Ainsi, et sur une base plus consolidée, les performances absolues et relatives de la Chine après la pandémie ont considérablement diminué. L'écart entre sa croissance nominale annuelle moyenne en USD et la croissance mondiale est tombé à 100 points de base (pb), contre 910 pb après la crise financière mondiale. Il est important de noter que les analystes soulignent qu'il y a peu de raisons d'être optimiste, car le gouvernement, les ménages et les investisseurs ne semblent pas disposés à dépenser ou à investir de manière plus agressive à court terme.

Croissance du PIB nominal de la Chine après la pandémie

(Croissance du PIB nominal en USD trimestriel, a/a, %)

 

Sources: Haver, IMF, analyse QNB

Cela nous amène à poser certaines des questions les plus importantes que se posent les investisseurs et les observateurs macroéconomiques : la Chine va-t-elle encore être une locomotive de la croissance mondiale ?

Selon nous, la Chine devrait maintenir un taux de croissance nominal modéré en USD d'environ 6 % par an au cours des prochaines années, représentant une croissance réelle de 5 % et une inflation corrigée du taux de change de 1 %. Bien que ce taux soit plus faible que sa performance à long terme et beaucoup plus faible que la performance pendant les années de "boom" après la crise financière mondiale, il reste nettement supérieur à la croissance mondiale attendue d'environ 4,5 %. En d'autres termes, nous continuons de penser que la Chine va poursuivre son "rattrapage" vers des niveaux plus élevés de revenu par habitant et de productivité, ce qui devrait soutenir la croissance mondiale.

Trois facteurs principaux soutiennent une vision plus modérée de la contribution de la Chine à la reprise de la croissance, malgré le ralentissement de son rythme de croissance.

Tout d'abord, l'échelle joue un rôle important dans l'impact de la croissance d'un pays sur l'économie mondiale. Plus la base est large (taille du PIB), moins il est nécessaire d'avoir des taux de croissance élevés pour avoir un impact important au niveau mondial. Entre 2008 et 2023, par exemple, le PIB de la Chine est passé de 4,6 billions d'USD à 17,7 billions d'USD, ce qui a fait passer sa part dans le PIB mondial de 7 % à 17 %. Cela signifie que pour chaque 1% de PIB que la Chine augmente aujourd'hui, elle ajoute près de 200 milliards d'USD à l'économie mondiale, contre environ 5 milliards d'USD dans le passé. Par conséquent, si la Chine maintient une croissance nominale de 6 % à moyen terme, elle ajoutera encore plus d'un milliard d'USD à l'économie mondiale chaque année, un montant similaire au PIB total des Pays-Bas.

En second lieu, les responsables politiques chinois s'inquiètent de plus en plus du ralentissement de l'économie nationale et ont donc commencé à prendre des mesures pour stimuler la croissance. La Chine s'efforce actuellement de faire évoluer l'orientation de sa politique macroéconomique de neutre à favorable ou accommodante. Les mesures prises jusqu'à présent comprennent plusieurs séries de réductions des taux d'intérêt, des injections de liquidités et des dépenses budgétaires dans des projets d'infrastructure. Il existe également une centaine de nouvelles initiatives visant à soutenir l'économie privée, les dépenses de consommation, à faciliter l'obtention de visas d'entrée et à attirer les investissements directs étrangers. Ces mesures devraient être davantage calibrées au cours des prochains mois et commencer à soutenir la demande globale, en maintenant un plancher de croissance minimum pour l'activité. Nous nous attendons à ce que cela renforce et revitalise la contribution économique de la Chine à la croissance mondiale.

En troisième lieu, l'effondrement actuel de l'activité est en grande partie lié à la mauvaise humeur des investisseurs, qui s'explique dans une large mesure par l'incertitude réglementaire. Au cours des derniers trimestres, des examens réglementaires complets dans certains secteurs, tels que l'enseignement privé, la fin-tech, le commerce électronique, la livraison de nourriture et le covoiturage, ont créé une grave incertitude commerciale, empêchant partiellement les nouveaux investissements et même l'innovation dans les activités concernées. Cela a eu un impact négatif sur la confiance des consommateurs et des entreprises. Toutefois, compte tenu des mesures politiques susmentionnées et des plans de relance en cours, le sentiment pourrait s'inverser une fois que les spécificités et le calendrier d'exécution seront plus clairs.

Dans l'ensemble, nous pensons que la Chine devrait continuer à être un moteur de croissance de premier plan à moyen terme, en raison d'une croissance encore importante pour une grande économie, d'un soutien politique plus proactif et d'un éventuel retour de l'appétit du secteur privé vis-à-vis du risque

06/11/2023 | 12:03
4 min
Suivez-nous
Commentaires
J.trad
Dieu nous dit il faut chercher la sagesse ,
a posté le 07-11-2023 à 08:09
Dieu nous informe ,que la sagesse est un don ,et d'ajouter que celui qui reçois le don de la sagesse devient en possession de beaucoup de bien ,bref ,retournons à la question de la force ,nous l'avons dans l'ADN,,dans l'instinct, les conditions climatiques ,l'emplacement géographique ,le voisinage etc poussent les peuples à se munir de boucliers ,de tout genre ,les anglo-saxons ont pressentis les risques de l'avenir ,et les voilà en détentions des moyens de destructions.les plus redoutables , ce qui est fait est fait ,la somnolence des arabes est discipee,rappelons -le verset (a3iddou lahom ma istataatom min ..) la lettre kaaf cache des secrets .
J.yrad
Alhakom attakaathour...
a posté le 07-11-2023 à 07:46
Cette information vient à propos ,(attakathor ...)les chinoix depuis des millénaires ont consideré le nombre ,une force ,la force aujourd'hui a pris d'autres allures ,Dieu nous a bien mis en garde ,de la course derrière le nombre et l'enrichissement ,cette course a detourné les musulmans de (essentiel),l'essentiel. Pour le comprendre ,il faut lire et relire les paroles Divines ,