alexametrics
jeudi 30 mai 2024
Heure de Tunis : 22:40
A la Une
En cinq points : voici pourquoi Kaïs Saïed est certain de sa victoire à la présidentielle
10/04/2024 | 14:08
6 min
En cinq points : voici pourquoi Kaïs Saïed est certain de sa victoire à la présidentielle

 

La question de la tenue d’une élection présidentielle d’ici la fin de l’année 20224 ne cesse d’être abordée par les médias et l’opinion publique. Plusieurs aspects tendent à dire que le président de la République pourrait en sortir vainqueur.

 

Si certains affirment que l’élection n’aura pas lieu, d’autres s'empressent d’annoncer leur candidature ou, dans d’autres cas, de critiquer et de mettre en garde contre certains potentiels candidats.

Il s’agit d’un spectacle qui dure depuis plusieurs semaines. Une bonne partie des politiciens, notamment de l’opposition, ne fait que se focaliser sur la question de la présidentielle. Néanmoins, et même s’ils s’accordent sur la nécessité d’un changement, ils sont loin, très loin de s’accorder sur le reste. D’ailleurs, c’est ce qui pourrait garantir à notre président actuel, Kaïs Saïed, sa victoire.

Pour faire court, voici, en cinq points, les arguments affirmant cette chose :

1- Les partis démocrates sont incapables de trouver un terrain d’entente : les partis politiques se définissant comme étant les forces démocrates du pays n’ont pas pu s’accorder, jusqu’à maintenant, au sujet d’un candidat. D’ailleurs, la question n’a même pas été abordée par certains d’entre eux. Il y a eu une petite tentative pour organiser des primaires, celle initiée par le collectif Soumoud et qui aurait dû conduire à l’élection d’un candidat représentant les démocrates depuis des mois. Bien évidemment, rien de cela n’a eu lieu.

D’un autre côté, les partis politiques ont préféré appliquer la politique de la sourde oreille face aux appels des opposants politiques, en l’occurrence les détenus politiques emprisonnés pour complot contre la sûreté de l’État depuis février 2023. Ils ont adressé depuis le 29 février 2024, une lettre aux forces démocratiques les appelant à unir d’urgence leurs efforts à l’approche de l’élection présidentielle. Ceci n’a pas eu de réel écho.

2- Les forces démocratiques et opposants ont pour priorité de se torpiller : c’est un triste spectacle auquel nous assistons depuis l’annonce d’une éventuelle élection présidentielle. Les forces démocratiques, opposantes et militantes semblent vouloir chercher la bagarre avant tout ! Face au danger de l’instauration d’une dictature et au lieu de se focaliser sur le risque de l’absence d’un candidat démocrate unique, ces derniers préfèrent se chamailler, voire dans certains cas s’insulter.

Certains partis politiques et candidats sont occupés à régler leurs comptes et à évoquer encore la question du soutien aux mesures du 25-Juillet au tout début puis la promulgation du décret 117 du 22 septembre 2021. À quoi sert de ressasser le passé ? Une question qu’on ne cesse de se poser sans trouver l’ombre d’une réponse. C’est ainsi, que nous avons eu droit à des dizaines de publications d’Olfa Hamdi, présumée candidate à l’élection, prenant de haut les autres et considérant que les élections se joueront entre Abir Moussi (présidente du PDL) et elle. Nous avons, également, pu voir des centaines de publications Facebook, de la part d’opposants, critiquant Mondher Zenaidi et le qualifiant de contre-révolutionnaire. Idem pour Lotfi Mraihi ou Nizar Chaâri ! Personne ne s’est proposé, publiquement, pour réunir les candidats et trouver un terrain d’entente alors que l’élection est prévue d’ici quelques mois.

3- Absence de structures : malheureusement, une grande partie des structures politiques existantes en Tunisie n’est pas consciente de son vrai poids et de sa réalité politique. Les partis, se disant démocrates, n’ont presque plus de réseau, c’est-à-dire, qu’il n’y a presque plus de structures et d’affiliés. Or, pour faire campagne, il faut, certes de l’argent, mais avant tout, des militants et des individus prêts à se mobiliser nuit et jour.

Les partis de l’opposition, en plus d’être des structures de petites tailles, n’ont pas élargi leur réseau et n’ont pas formé des militants aux techniques des campagnes électorales ou à l’observation électorale. De plus, quel homme d’affaires prendrait le risque de financer un parti de l’opposition alors que l’État mène une « guerre » contre les businessmen diabolisés ? Se positionner officiellement, contre le pouvoir en place ou en faveur d’un candidat s’opposant au processus du 25-Juillet pourrait les amener à se retrouver, après une victoire de Kaïs Saïed dans une situation plus que délicate.

4- Le discours politique n’a pas évolué : les partis de l’opposition et ceux se disant démocrates et progressistes n’ont fait que se répéter. Quelques personnalités politiques ont évoqué la question d’un programme et d’une stratégie de sauvetage. Le reste des déclarations s’articule autour de la critique, souvent virulente, du pouvoir en place. Afin de convaincre les Tunisiens de la nécessité de changer de président, il faudrait les convaincre de la pertinence des décisions qui seront prises. Or, presqu’aucun opposant ou présumé candidat n’a évoqué une question sensible autour de laquelle il pourrait bâtir son projet politique.

Il suffit de se pencher sur les élections tenues depuis 2011 afin de constater cela. Le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, s’était, au début, présenté comme étant l’envoyé d’Allah chargé de mettre en place un État islamiste. Il s’est garanti un soutien populaire à son projet, sans même candidater à la présidentielle. De son côté, Béji Caïd Essebsi était le sauveur de la Tunisie et le protecteur de la République et de l’État de droit. Il a, aussi, abordé quelques thématiques sensibles, lui ayant permis de se différencier des autres, à savoir l’égalité entre les genres et la question de la consommation de cannabis. De nos jours, les candidats pourraient être tous confondus puisqu’aucun n’a su conquérir les cœurs et les pensées des Tunisiens. Leurs déclarations et discours ne tournent qu’autour de la critique et de l’indignation.

5- Kaïs Saïed s’est construit un système lui assurant la victoire : le chef de l’État, que ce soit en vertu du texte de la constitution ou par l’exercice de ses fonctions, se trouve au centre du système et s’est imposé comme maître du jeu. Il s’est assuré (par la menace ou par conviction) le soutien de l’administration. Ministres, députés, gouverneurs, justice ou membres de l’Instance supérieure indépendante pour les élections, tous sont obéissent aux ordres et aux directives.

De plus, tout le monde parle d’élection et s’empresse de critiquer ou de soutenir les candidats alors que ni la date ni les règles du jeu n’ont été définies ! Il sera possible de se retrouver face à des révisions de la loi électorale promulguées à la dernière minute et rien que pour empêcher certains opposants de se présenter. Bien évidemment, l'Isie nous a déjà fait comprendre qu’elle était un organe d’exécution.

 

Enfin, il est à noter que le président de la République a fait tout son possible afin de mettre en place son fameux système de gouvernance par les bases. Il s’est offert un réseau de conseils locaux, régionaux et de districts qui se feront, sûrement, plaisir de se mobiliser dans le but de lui assurer la victoire.

Cette liste n’est, sûrement, pas exhaustive. Il ne s’agit que des principaux points nous menant à conclure que la victoire de Kaïs Saïed, à la présidentielle, dans les conditions actuelles, pourrait être assurée, voire dès le premier tour.

 

Sofiene Ghoubantini

10/04/2024 | 14:08
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Hamdy
pas de cap ni de ligne directrice
a posté le 16-04-2024 à 13:44
Malgré sa bonne volonté le bilan est morose, la gestion n'est pas bonne
Il parle beaucoup sans rien de palpable, au début ca peut marcher mais la il n'a aucune action concrète.
Notre pays a besoin de grand projet pour redynamiser son économie même les "petites actions" entreprises pour rénover un stade de football, une piscine municipale et bien d'autres sont au point mort. C'est tout dire ! La gestion d'un état ne se fait par la parlote !
Il fait le vide autour de lui annonce des ennemis de l'état d'une façon fantomatique au bout d'un moment ca devient lassant et fatiguant. Le conseil d'hier de sureté nationale aucune ligne directrice il aborde plusieurs sujet: braquage, financement association, Palestine, complôtiste de l'état, corruption, circuit de distribution, immigration clandestine... C'est brouillon et ca en dit sur le mode de fonctionnement. Nous attendons les élections impatiemment pour changer de profil et trouver les bonnes personnes idéalement des jeunes comme dans les autres démocraties dans le monde et dernièrement au Sénégal
Houda
Mauvaise rédaction
a posté le 14-04-2024 à 18:22
On dit au président actuel et pas à notre président donc garde ta darbouka pour toi et ton president
Abir
Réagissez avant qu'il soit trop tard et je rejoins mes deux patriote, ABIR MOUSSI est don pour notre pays , je la suivais depuis 2019 , Bref, c'est une femme de parole dans tout le sens du mot
a posté le 14-04-2024 à 12:48
Certains veulent tremper les Tunisiens en affichant la grande compétente politicienne ABIR MOUSSI avec les autre et ça: est un jeu n'est pas innocent envers une femme qui a donné de sa sante, de sa vie prive , de tous ce qu'elle possède pour combattre une sale machine guidée par l'extérieur et entretenue par l'intérieur! Et même si, on affiche ces 8 personnes avec ABIR MOUSSI , pour ks , la seule qui lui fait peur politiquement c'est bien ABIR MOUSSI! Ya Twansa et pour le bien de la Tunisie, faites aider cette patriote pour qu'elle soit libérer et surtout là, je parle à la justice! Faites travailler votre conscience et soyez respectable à votre serment !
Carthage Libre
On a pas le choix : il faut faire sortir Abir Moussi de la prison du Dictateur.
a posté le 13-04-2024 à 13:34
Abir Moussi, que je connaissais pas jusqu'à l'avoir suivi fin 2019 et 2020, est la SEULE qui peut guérir la Tunisie ; je vous en donne ma parole d'homme.

Inutile de revenir sur ses capacités énormes, son modernisme, sa communication rassurante pour les tunisiens et les partenaires étrangers, sa propension à avoir les qualités pour régler les problèmes macro-économiques de la Tunisie, sa façon à avoir les solutions pour mettre de côtés les islamistes toxiques de côtés et de les discréditer d'une façon transparente et démocratique afin qu'ils ne reviennent plus (pas comme maintenant où ils sont désormais des "victimes" du diktatour et sont "sympatiques" à nouveau) ; son sens politique, économique et patriotique est une chance inoui pour la Tunisie.

Je répète pour ceux qui n'ont pas lavé leurs oreils ce matin : Abir Moussi est une CHANCE unique et rare pour la Tunisie ; il faut la préserver, car le Diktatour veut l'assassiner en prison, elle et Mariem la jeune du PDL.

Il faut que l'Armée, celle là même qui a mis le dictateur au pouvoir répare son erreur et AGISSE.

Le Dictateur est partie dans une FOLIE sans limite ; il est encore temps de l'arrêter et de libérer Abir Moussi ; AGISSONS.
Un Tunisien qui sourit
Abir doit absolument sortir
a posté le 12-04-2024 à 16:16
Il ne faut pas baisser les bras et il faut mettre la pression par tous les moyens pacifiques pour que Abir Moussi, qui représente le seul espoir pour sauver ce pays, sorte de prison et reprenne le flambeau sinon ce président populiste et incompétent va réellement mener le pays vers l'abîme.
Fares
Amendement de l'hymne national
a posté le 11-04-2024 à 18:19
Veuillez noter que l' hymne national sera modifié comme suit, le vers "namoutou namoutou wa ya7ya el watan" sera remplacé par "namouto namoutou wa ya7ya kaies saied".

Toute personne prise entrain de chanter l'ancienne version de l'hymene écopera d'une peine de 10 ans, sans passer par un juge en vertu de l'article 54, donc ATTENTION.
Hannibal
Democrature
a posté le 11-04-2024 à 15:58
Il à mis tout les opposants en taule et en particulier celle en qui il y à une lueur d'espoir ; Abir Moussi pour sortir la Tunisie du bourbier dans lequel elle se trouve depuis 2011.
C'est normal qu'il se trouve tout seul pratiquement pour être réélu.
Hammadi
La reponse est simple
a posté le 11-04-2024 à 14:43
KS sera reulu car les parties "démocrates" ont prouvé pendant 10 ans qu ils sont des opportunistes et qui n ont rien avoir avec la democratie.
Abir
@Crow85
a posté le 11-04-2024 à 14:24
Si, la 9adara Allah ks sera élu, les islamistes kwanjias, seront multipliés et ravageront le pays et là, il sera très difficile de se débarrasser d'eux! ks est la cause de la continuation de leur existence jusqu'aujourd'hui ! Le PDL et la patriote ABIR MOUSSI ont tout fait pour les chasser et elle en paye cela , puisque ks s'est vengeait pour eux en séquestrant Elwatania ABIR MOUSSI en prison illégalement ! Inchallah elle sortira malgré les haineux et les traitres et elle finira le travail qu'elle a commencé
Crow85
occasion ratée
a posté le 11-04-2024 à 13:15
Les partis politiques démocrates payent leur volonté de ne pas s'être alliés pour chasser les islamistes. Pendant 10 ans ils se sont laissés faire, d'autres se sont alliés à Ennahdha..alors que le bon sens aurait été de former une coalition anti islamo fachiste...maintenant il faudra attendre 10 ans au mois pour renouveler la classe politique
SAHLI
L'amour-propre de Sakhafouna et les généraux putschistes du RCD !
a posté le 11-04-2024 à 10:23
D'abord faire ce que ses chuchoteurs lui disent de faire, créer des faits. C'est donc maintenant au tour de l'économie d'être détruite. Il n'en a rien à faire de la suite des événements !
Si les gens souffrent et meurent de faim, ils investiront et ne feront que ce que le grand économiste Sakhafouna leur dira de faire.
Cet homme est une épidémie pour notre pays, le virus du meurtre économique.

Les Tunisiens voteront-ils toujours ainsi la prochaine fois ?
fares
les tunisiens n'ont plus confiance aux partis politiques
a posté le 11-04-2024 à 10:00
Les partis politiques de la période noire de la Tunisie ont trahis les tunisiens, ils ont menti, volé, développé la corruption, eux mêmes corrompus, détruit tous les biens, terrorisé, envoyé les jeunes à la mort, falsifié les diplômes, construit des circuits parallèles dans tous les domaines, sécurité et économie, ils ont rien laissé indem, Ces se sont ces partis qui ont créé le nouveau produit politique, ce sont eux la cause de la présence KS. Ce dernier a gagné la sympathie des tunisiens, effectivement monsieur propre car eux n'ont aucune dignité, ils ont mis en premier leurs intérêts personnels avant celle de la patrie y compris BCE. C'est la raison pour laquelle KS sera réélu haut la main pour achever sa mission difficile. Il faut bannir la notion des démocrates comme celle utilisé par Ennahdha (la religion), il faut dire les corrompus et voleurs au lieu de dire les démocrates, la démocratie des occidentaux est en chute. elle a montré ces limites, elle a détruit notre enseignement et notre économie par les grèves et les sit-in, travailler c'est la seule composante qui nous reste pour sauver la Tunisie.
*******
Fares
a posté le à 10:41
Joli, vous avez bien résumé

Peut-être leurs petits enfants sauront un jour faire de la politique et non pas du pillage
(La politique, la place grand-maman pour eux)

Aidek mabrouk
*******
Correction
a posté le à 12:21
La politique, la place alghanima pour eux)
Tunisino
Mémoire d'oiseaux
a posté le 11-04-2024 à 08:39
Pourquoi les tunisiens ont la mémoire courte? Comment Bourguiba est-il devenu président à vie? Comment Ben Ali est-il devenu président à vie? Saied est aussi président à vie, seuls la mort, un coup d'Etat, ou un soulèvement sont capables de le destituer.
Bta
Certif Med
a posté le à 15:14
@Tunisino
J'ajouterai ou un Certificat Medical ferait l'affaire!!
Carthage Libre
Non ms'ieu sofiene ; le PDL et Abir Moussi sont les premiers dans le coeur des tunisiens.
a posté le 10-04-2024 à 22:50
....mais comme nous sommes dans une dictature, on ne peut pas en parler.

suffit qu'il y'ai de vraies élections, ce que j'en doute fortement, et abir moussi sera présidente et la Tunisie se rétablira et les gens travailleront et seront apaisés ; tu es comme M6, tu veux pas en parler toi ; c'est "tabou".
Salah HORCHANI
'? tous les démocrates !
a posté le 10-04-2024 à 20:54
'? tous les démocrates !

De nouvelles alliances, il nous faut nouer
Avec tous les courants qui sont attachés
'? la démocratie et aux libertés
Pour créer la nécessaire unité
Conduisant, à l'unisson, à voter
Qui, vers la victoire finale, nous conduirait
L'unité, même dans la diversité
Pour sauver ce qu'il reste à sauver
De Gaulle et le PCF l'ont fait
'? la seconde guerre du siècle dernier
Pour libérer la France occupée
Alors que tout les opposait
C'est pour ça qu'ils y sont arrivés
Et, le programme du CNR, ils ont adopté
Matrice de toutes les sociales avancées
Accomplies pendant les glorieuses années
Que leur exemple puisse nous inspirer
Et que la gauche arrête de, en touche, botter
En s'unissant à Zenaidi, Moussi et alliés
En organisant des primaires, s'il le fallait
Il y va de la Patrie et de sa destinée
Pour ne pas, dans l'inconnu et l'aventure, sombrer*
***
* Extrait de

***

NAIF
Tout peut arriver....
a posté le 10-04-2024 à 20:22
Les islamistes aux aguets...
Méfiez-vous des eaux dormantes....
Ils grincent les dents, d'avoir perdu le pouvoir....Le pouvoir....le ......
Rationnel
KS etait une surprise en 2019 et sera probablement surpris en 2024
a posté le 10-04-2024 à 20:00
Pour la majorité KS était une surprise en 2019, il n'était soutenu par aucun parti ou structure démocratique, la victoire de KS en 2019 prouve que les 5 points présentés ne sont pas un obstacle pour qu'un candidat inconnu de la majorité puisse gagner en 2024. La situation en 2024 est plus catastrophique qu'elle ne l'était en 2019.
En plus de Facebook qui a joué un rôle clé dans la victoire de KS on a Tiktok et Instagram... et les tunisiens sont des fans de tous ces outils. Les organes officiels qui soutiennent KS opèrent dans une autre sphère abandonne par le grand public.
Le premier soucis de la bureaucratie et de l'appareil sécuritaire est la survie et ils vont abandonner n'importe quel leader s'il y une alternative qui leur garantie une plus grande chance de survie comme ils ont abandonner Bourguiba, Ben Ali et Ghannouchi. Il est clair qu'avec KS, le naufrage n'est pas loin.
Fares
+1
a posté le à 11:32
"Le premier soucis de la bureaucratie et de l'appareil sécuritaire est la survie et ils vont abandonner n'importe quel leader s'il y une alternative qui leur garantie une plus grande chance de survie"

Un candidat comme Zenaidi est beaucoup plus fiable pour l'appareil sécuritaire. Saied ne survivra pas un autre cinq ans en répétant les mêmes conneries sans parler de son instabilité en matière de politique étrangère. Saied est un bulldozer pour tout le monde incluant le fameux deep state.
Bta
0,..%
a posté le à 15:18
@Fares
Oui Znaidi est un homme d'etat tres experimenté mais il lui manque le populisme donc 0,.....%
le financier
completement d accord
a posté le à 10:42
completement d accord , KS n avait rien en 2019 pas d argent pas de structure et les blaireaux ont vot2 pour lui
Carthage Libre
si, kaies saied était soutenu à fond par Ennahdha, les salafistes et les khwenjias de tout bord.
a posté le à 22:47
s'ils n'existaient pas, ce type n'aurait JAMAI été au pouvoir. JAMAIS.

les khwenjias, c'est eux qui ont détruit la tunisie, d'abord en 2011, ensuite en élisant ce type en masse en 2019, sur ordre express de khriji ghanouchi.

la vérité, c'est celle là ; vous avez la mémoire courte ou je rêve?
Rationnel
Les Khwanjia ont soutenu KS au 2eme tour
a posté le à 11:48
Les Khwanjia avait leur propre candidat au 1er tour, le compagnon de route de Kheriji et avait soutenu KS au 2eme. Il faut avouer que le 2eme choix, lors de cette élection n'était pas un candidat acceptable pour une grande majorité vu son manque d'éducation, son passe obscur, ses relations avec le régime déchu, ses abus de pouvoir et l'intimidation de journalistes, ses relations avec un lobbyiste Israélien, et sa performance lors des débats...
Destouri
Point 3
a posté le 10-04-2024 à 19:38
Ne s'applique pas pour le PDL. Activités et meetings de Bizerte à Ben Gurdène, black out médiatique et Abir en prison. Cqfd.
Lamjed
Pas sûr
a posté le 10-04-2024 à 18:11
S'il met des obstacles aux candidatures, c'est qu'il n'est pas sûr de gagner. Certes, il peut être en première position au 1er tour, mais il n'est pas certain d'avoir la majorité absolue si un candidat comme Zenaidi et Abdelkefi se présente.

Au second tour, face à ces 2 personnes qui auront l'adhésion des destouriens, des islamistes, des démocrates et des citoyens déçus de leur situation, il est presque certain qu'il sera perdant.

Sinon, il y aura une forte abstention. Les autres candidats comme Mraihi, Safi Said ou Abir Moussi ne font pas le poids ou ne sont pas assez consensuels pour garantir une bonne participation.
Bta
Abstention
a posté le à 15:25
KS passera au 2eme tour mm avec 10% car le tunisien a ras le bol des politiciens, des partis , des deputes, de cette mascarade qui a fait reculer notre pays de 1 siècle!
Alors restez chez vous , l'abstention nous mènera au Moyen age!
Juan
ajouter ce point
a posté le 10-04-2024 à 15:43
6. sinon, il sera jugé pour son coup, avoir piétiné la constitution etc ....
pour çà il doit TOUT faire pour qu'il soit réélu. CQFD.
Abir
Wa Rabi tawa y9oul klem A5er
a posté le 10-04-2024 à 15:12
Eli ye7seb wa7dou youfdholou 1, 2 à ce calcul, ks ne sera pas légitime ! Il se considérait: un tricheur! et ce n'est pas un nadhif
*******
De ce cas
a posté le 10-04-2024 à 14:36
Pour tous points négatifs et surtout qu'on n'a jamais su faire de la politique.

La politique n'est pas conquérir, piller, voler et détruire tout un peuple.

Cest tout le contraire donc laissez vos petits, ils vont peut-être le faire correctement un jour.
BG
Sourire
a posté le 10-04-2024 à 14:35
Je crois que Georgia est à côté. Ce sourire charmeur lui est réservé.
Mouwaten
Mnemet ateres
a posté le 10-04-2024 à 14:30
Tôt ou tard il partira nul n'est éternel la résilience gagnera c'est notre destin