alexametrics
dimanche 16 mai 2021
Heure de Tunis : 13:23
Dernières news
Disparition de plusieurs documents des archives de la présidence
16/03/2015 | 09:55
1 min
Disparition de plusieurs documents des archives de la présidence

 

De source digne de foi, on apprend que la présidence de la République a constaté la disparition de plusieurs documents des archives. Une enquête est en cours et elle est menée, conjointement, par les services de la présidence et les services des Archives nationales.
Selon les premiers résultats de cette enquête, on a trouvé les archives dans un état totalement délabré. Notre source indique que les « fouilles » menées dans ces archives n’ont pas du tout respecté les normes en la matière et encore moins la réglementation en vigueur.


Les archives en question ont été consultées d’une manière sauvage et barbare lors de l’élaboration du Livre noir, qui a épinglé les journalistes proches de l’ancien régime, mais aussi par des membres de l’Instance Vérité et dignité. Le constat de la disparition des documents d’archives est basé sur des preuves solides et cette disparition remonte à l’époque de Moncef Marzouki. Quant à la nature des documents disparus, ils impliqueraient des membres de la troïka au pouvoir entre fin 2011 et fin 2014.

R.B.H.

16/03/2015 | 09:55
1 min
Suivez-nous
Commentaires (21) Commenter
Halte a la pagaille
Amoros
| 17-03-2015 11:04
Les archives représentent la mémoire des nations. Des textes clairs ont été votes pour garantir une bonne gestion des documents. Or il a été constate que cette législation en matière d archivage et manipulation des documents n a pas été respectée après la révolution, c est pourquoi des milliers de boites contenant des documents ont été soit déplaceés soit retirees. On se demande ou sont passes ces documents. Des mesures radicales doivent être prises pour leur restitution sans perdre de vue la prise des sanctions a l encontre des personnes responsables de cette mauvaise gestion quelque soit leur rang dans la hiérarchie.
pour une categorie de personnes la fin justifie les moyens ...
Mohra
| 17-03-2015 08:50
ca devient ennuieux finalement tout ce cinema
c franchement trop flagrant et tres bas peff
gabegie desordre laxisme
jaghmoun
| 16-03-2015 22:24
Dans les pays qui se respectent au niveau
Des institutions il y a un archiviste,seul
A accès aux archives avec caméras et
Coffre inviolable,pas de photocopieuse
A l'intérieur pour éviter les fuites et
Local interdit a toute personne y compris
Le président,et il faut une autorisation
Signée par un tribunal pour pouvoir
Visualiser un seul document et la signature de plusieurs responsables.
Chez nous en Tunisie on a la facilité
Et le vas y,c'est pas grave,vient voir
Jette un coup d''il,passe moi la chemise
N'importe qui fait ce qu'il veut sans
Contrôle,et pour cela on a des fuites
Partout et surtout au ministère de l'intérieur au top secret et ça circule
Même sur internet.
Manque d'organisation et de punition
Pour délit et un laisser aller depuis
La révolution dans tous les secteurs.
Détruire le passé est un sport national chez les arabes
Mourakib007
| 16-03-2015 21:40
Daech (État dit Islamic) est entrain de détruire toute l'histoire de l'humanité, comme l'ont fait avant eux les talibans et une multitude de despotes qui veulent détruire le passé. Ne parlons pas de la Syrie!! C'est un désastre! J'imagine que ceux qui nous gouvernent ont peur de la concurrence aussi bien des vivants que des fantômes.

La Tunisie de 1956, 1987, 2011 et possiblement 2015 ne fait malheuseument pas exception.

Continuons à nous occuper des petites querelles intestines de ce soit-disant parti au pouvoir qui ne mérite même pas son nom.
Mirror voit les choses autrement comme dans un miroir
lotfi
| 16-03-2015 19:57
a l'envers quoi! il y voit la main du RCD. Si c'est pas débile ça! ! !
On connait les coupables, c'est une affaire d'une simplicité déconcertante
lotfi
| 16-03-2015 19:56
Le tartour, d'abord, les membres d'ennahdha et surtout sihem ben sedrine, on devrait chercher de ce côté là et croye moi, ils ne seront pas déçus. BCE a une occasion en or pour les epingler tous cette fois. Une occasion en or....
les voleurs doivent être puni
watani
| 16-03-2015 19:22
Chaque jour, on vit une catastrophe. D'abord le passage forcé de 100 camions et c'est la deuxième fois, aucune information sur le contenu et sur les trafiquants. L'Etat est absent. Ensuite le vol des archives, encore l'absence totale de l'Etat. On connaît la chanson des enquêtes. Pour classer un dossier, on appelle soit à une enquête soit à une étude. Pas de résultats qui s'en suit. Où est le gouvernement ? Il doit agir vite et frapper fort et pourquoi l'armée tire en l'air *** les trafiquants qui font la loi. Etaient-ils protégés par des politiciens ? La Tunisie est rentrée dans l'histoire des pays bananières, c'est dommage. Tout ce qui a été construit pendant des décennies a été démoli pendant 3 ans, où va-t-on ? Monsieur le Premier Ministre appliquez SVP la LOI si non vous êtes parmi eux.
Le message est clair
The Mirror
| 16-03-2015 17:58
Nida Tounes au Palais de Carthage, c'est l'ancien régime qui revient au Palais de Carthage, et lorsque l'ancien régime revient au Palais de Carthage, il faut être naïf et stupide pour croire qu'il va laisser des documents archivés, prouvant ses crimes de 60 ans.
En Tunisie, il n'y a pas d'Etat. En Tunisie il y a des passagers au Palais de Carthage qui effacent tout ce qui existait, et qui reprennent tout à leur compte. Jusqu'à ce jour, je ne connais pas exactement l'Histoire de mon pays, pour la période 1956 à 2015. Tout est truqué, tout est manipulé, tout est faux.
L'Instance Vérité et Dignité est bien avertie : tout ce que demandera Sihem Ben Sedrine aux archives de la présidence de la République, sera déclaré perdu, disparu, volé, envolé, détruit, emporté, par les autres bien sûr, par des inconnus bien sûr.
La République bananière sous Marzouki
MFH
| 16-03-2015 17:50
On a la chair de poule lorsqu'on apprend que des vols d'archives ont eu lieu au sein de la plus prestigieuse institution de l'état. Qu'on ne vienne pas nous dire que les archives n'ont pas été consultées durant le passage tsunamique de Marzouki(le livre noir fait foi) , ou que la partie disparue date de l'époque de Ben Ali et de F. M'Bazâa. Personne n'y croira mot. Ben Ali a quitté le palais en catastrophe oubliant même ses lunettes de lecture sur le bureau et M'Bazzaa savait qu'il était président trnasitoire et les archives étaient le dernier de ses soucis. La responsabilité de Marzouki est totalement engagée dans ce qu'on vient d'apprendre. Il n'était pas seulement Président de la république, il était aussi celui qui avait nommé ses collabos pour administrer les affaires du Palais comme Mansar et le catastrophique Kahlaoui. C'est encore lui qui, voulait des preuves à tout et contre tous. Le livre noir où, des gens illustres comme Gamoudi ou la Diva Namaa ainsi que des institutions
centenaires comme l'EST y figurent comme de vulgaires corrompus, en est témoin.

Disparues ? Tu m'étonnes !
Mansour Lahyani
| 16-03-2015 17:20
Combien de fois avons-nous dénoncé l'incurie avec laquelle les archives de la Présidence de la République étaient "gérées", si on peut dire, ou plutôt abandonnées entre les mains partisanes et très peu fiables de MMM et de ses acolytes ! Il fallait s'attendre à ce qu'il y ait eu des "disparitions", des documents "sensibles", de la plus haute valeur historique et politique ne pouvaient que disparaître - mais pas pour tout le monde ! Il faudra un juge d'instruction courageux, voire téméraire, pour oser poser la question à un MMM, par exemple, et à un Mansar ou un Kahlawi, du devenir de ces archives, qui constituent un trésor pour la Nation tout entière, et bien au-delà : les archives appartiennent à l'Humanité, et devraient être sacrées pour tous, à commencer par les Tunisiens !