alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 17:30
Dernières news
Des partis politiques mettent en garde contre un accord du gouvernement avec le FMI
05/09/2022 | 12:14
2 min
Des partis politiques mettent en garde contre un accord du gouvernement avec le FMI

 

Le Parti des travailleurs, Attayar, Al Qotb, Al Jomhouri et Ettakatol ont considéré que la Tunisie faisait face à un possible effondrement de la production dans plusieurs secteurs et à une baisse considérable de l'épargne, conduisant ainsi à une absence de l'investissement et à une incapacité à créer de la richesse et des emplois. Ils ont mis l'accent sur la hausse inquiétante de la dette publique représentant plus de 100% du PIB tunisien. Ils ont, aussi, évoqué la hausse du déficit budgétaire.

Dans un communiqué commun publié à la date du 5 septembre 2022, les partis ont considéré que la situation économique et financière du pays pouvait indiquer une impossibilité pour la Tunisie d'honorer ses engagements à l'international et de payer ses dettes, conduisant le pays à déclarer faillite. Les signataires du communiqué affirment que les classes pauvres et marginalisées étaient les premières victimes à payer le prix de la dégradation de la situation économique du pays. Ils ont cité la dégradation du pouvoir d'achat, la hausse des taux de pauvreté et du chômage, la pénurie des produits alimentaires et la propagation du phénomène de l'immigration irrégulière. 

« Les conséquences de cette situation s'amplifient à cause de ce que l'on a appelé "Grandes réformes", faisant l'objet de négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) et auxquelles était favorable le gouvernement de Kaïs Saïed. Il a même commencé à les mettre en œuvre afin de pouvoir bénéficier d'un prêt qui ne comblera pas les trous budgétaires », a ajouté la même source.

Les partis ont considéré que la détérioration de la situation économique était le résultat des politiques appliquées depuis la révolution jusqu'à la mise ne place du gouvernement actuel. Ils ont considéré que ce dernier avait prouvé son incompétence et son incapacité à faire face aux défis actuels. Ils ont mis en garde contre la politique de fuite en avant et la signature d'un accord avec le FMI.

Le Parti des travailleurs, Attayar, Al Qotb, Al Jomhouri et Ettakatol ont affirmé que le président de la République Kaïs Saïed s'était focalisé sur la prise du pouvoir et l'ont tenu pour responsable de la situation actuelle. Les partis ont jugé qu'il était incapable de gouverner ou de sauver le pays. Ils ont affirmé que la Tunisie se dirigeait vers la soumission au FMI et certains pouvoirs régionaux.

 

S.G

05/09/2022 | 12:14
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Cram
Assez.
a posté le 07-09-2022 à 07:32
La solution, c'est la séparation des pouvoirs et arrêter d'invoquer la religion à chaque virgule. Dites ça à ce monsieur très connu, qui invoque Allah cinquante fois par jour, et qui roule en Maybach. Qui fait construire des mosquées magnifiques dans des villages... sans eau potable, sans écoles, sans soins médicaux, sans vraies routes et inondés de poubelles. Qui tient tellement à son emprise qu'il n'hésite pas à parler de "violence urbaine" lorsque cette emprise lui échappe.
Je suis étranger et j'aime la Tunisie de tout mon coeur. Mais il faut qu'elle se réveille... ou elle finira par organiser des exécutions capitales en place publique, comme dans certaines régions pas si lointaines.

Ne pas le faire, c'est laisser champ libre à ces VRAIS mécréants Tunisiens, et se mettre à la merci de lobbies étrangers.
Nephentes
Ce que va concrètement demander le Club de Paris
a posté le 06-09-2022 à 11:18
Ce que ne veut pas dire ce gouvernement dépassé par les évènements, c'est que depuis la crise russo-ukrainienne, l'incapacité de la Tunisie a honorer ses créances des 2023 est actée

Le recours au rééchelonnement de sa dette via le club de Paris est acté, lui aussi. Ce sera annoncé vers la fin de cette année;

Rapport Bank of América , Octobre 2021 : "le besoin impérieux de financements extérieurs au cours de 2022 entrainera la restructuration de la dette publique tunisienne via le recours au club de paris"

Juge et partie, le Club de Paris fonctionne dans la plus grande opacité et ses
membres nient leur responsabilité, partagée avec les débiteurs, dans le processus d'accumulation de la dette.

Sur les quatre dernières décennies, ils ont échoué à résoudre les situations de surendettement, plus encore à prévenir les crises.

concretement voila ce qui attend la Tunisie :

impossibilité d'accès a de nouveaux crédits sans consentement du Club

réduction drastique des dépenses publiques et mise sous surveillance du FMI

privatisation a marche forcée des entreprises publiques

Nos créanciers et nous - au premier chef Banque Mondiale et FMI - devons au préalable signer un accord bilatéral définissant les termes de rééchelonnement et de conversion (créances cessibles, taux de rachat de ces créances, critères d'éligibilité des investisseurs, etc.) de notre dette .

En particulier , nos créanciers sont susceptibles de céder, éventuellement avec une décote, leurs titres de créances à des investisseurs (entreprises, organisations de la société civile, etc.) qui ont des projets dans le pays . Ces investisseurs s'adressent ensuite au gouvernement tunisien pour obtenir le remboursement de la dette en monnaie locale, montant qui est ensuite investi dans un projet économique (entrée au capital d'une entreprise publique, prise de participation dans une société locale, création d'entreprise, etc.), de développement ou de protection de l'environnement.

autres conséquences directes :

impossibilité de recours a des emprunts extérieurs sans consentement préalable du Club de Paris

dévaluation d'au moins 25% du dinar tunisien

réduction drastique des dépenses publiques pendant au moins 4 ans consécutifs

Privatisations a marche forcée
Petit x
La racaille rôde encore, c'est dingue...
a posté le 06-09-2022 à 08:44
éclipsez vous avec vos amis Khouanjias et autres corrompus qui se sont alliés avec eux pour avoir tous ensembles détruit le pays et l'avoir mené à la faillite en l'espace d'une décennie.

Vous n'avez rien à faire avec ce que doit ou ne doit pas faire le pays pour sortir du bourbier dans lequel vous l'avez enfoncé.

Sachez tous que le Peuple avec une Administration qui malgré tout compte encore beaucoup de cadres nationalistes et intègres qui sont debout et veillent au grain. Ils sont les seuls à même de faire sortir le pays du gouffre parce que vous les racailles politiques K.Saeid compris et syndicalistes UGTTistes vous n'êtes que des charognards et des incompétents qui n'arrêtent pas de débiter des âneries depuis voilà 12 ans. BASTA, BASTA...ALLEZ VOUS FAIRE VENDRE POUR NE PAS DIRE VOUS PROSTITUER AILLEURS.
Abidi
Parti
a posté le 05-09-2022 à 21:11
Et vous les considerez toujours comme des partis politiques, qu'ont ils apporté au pays ces 10 dernières années, ils n'ont aucun grain de patriotisme et ils méritent tous d'être banni
Citoyen_H
CEUX QUI ANéANTIRENT NOTRE éCONOMIE, CEUX QUI DEMENBRèRENT NOS INSTITUTIONS, CEUX QUI éQUARRIRENT NOS ADMINISTRATIONS,
a posté le 05-09-2022 à 16:43
viennent à leur tour, après le même type d'annonce faite il y a quelques jours par Ali Baba ben rached khrijikiki, menacer le gouvernement qui se démène dans tous les sens, pour essayer tant bien que mal, de panser les tsunamis d'hémorragies financières générés par le massacre de notre économie, un carnage sans précédent !!!!
Mais qui sont ces pingouins, me diriez-vous ?
Culot y oblige, il s'agit de ceux-là mêmes qui ouvrirent la boite de Pandore qui répandit, instantanément, un chaos généralisé.
En clair, c'est l'amas de racailles qui, à l'origine de cet article, met en garde l'état toute tractation avec le FMI.
Curieusement, ces mêmes racailles, ces escrocs, ces vendus, ces traitres, ces charognards, puisèrent des centaines de milliards auprès du FMI tout au long des années (2011 - 2014) pour entretenir leur train de vie fantasque, tout en dilapidant des sommes folles au passage, pour faire face à leur faux frais de parvenus nouveaux riches !!!!!!!




Houcine
Audit indispensable.
a posté le 05-09-2022 à 14:59
Si l'on accepte les termes d'un vrai débat, et que l'on a le souci et d'informer et comprendre, on doit poser le problème dans ses diverses dimensions.
D'abord, historiquement.
La situation économique et financière du pays doit être regardée la loupe aussi bien au moment où s'est produite cette "révolution" que pendant la séquence datant de ce moment jusqu'en juillet 2021.
Un audit sérieux montrerait la dilapidationn des moyens financiers tant locaux que ceux provenant de dons, emprunts et aides diverses.
Ces ressources ont été captées par certains intérêts, groupes et clans.
L'argent n'a pas été injecté dans l'économie, ni pour encourager les créations de richesses et d'emplois, ni en infrastructures de développement.
Factuellement, on peut repérer les failles, la mauvaise gestion si ce n'est l'incurie, puisque le parti ayant capté le pouvoir n'a cessé de bloquer toute décision dabs la durée, ni proposé ou mis en place une politique économique positive, occupé qu'il était exclusivement de verrouiller les institutions qu'il a phagocytées empêchant tout gouvernement de durer encore moins de décider.
Lorsque la problématique aura été posée, que les faits auront été objectivés, les responsabilités apparaîtront et les procédés fallacieux ne seront plus d'aucun effet pour cacher la réalité en détournant le public des affaires à traiter.
Nous en avons des exemples au quotidien, et des exemples nombreux documentés.
On a occupé le pays à ne parker de religion, on voulait gérer nos affaires intimes, on distribuait des certificats de bon et pas bon musulman, et l'on multiolia les mosquées.
Aujourd'hui, ceux qui nous content leur fable, étaient et sont des soutiens de ce dévoiement aveugle.
On a monté les pauvres, les voyous, les gens en déshérence et sans projet contre le reste du pays. On nous fit des cortèges.
Et, la supercherie continue, puisque, heureuse surprise, Ennahdha s'enquiert des difficultés des modestes, alors que ses fans, ses clans se sont remplis les poches, ont bien garni leurs comptes en banque, sans s'en soucier.
Alors, je leur dis, vous êtes les moins qualifiés pour nous parler de crise, des pauvres, vous êtes responsables de cette situation.
Par la terreur, par les menaces, vous avez règné.
Il est nécessaire que votre bilan désastreux apparaisse pour ce qu'il est.
Les fossoyeurs, c'est vous.
Les voleurs, c'est vous.
Les assassins et ordonnateurs de la terreur, c'est encore vous.
Nous n'oublions rien.
Et, nous vous ferons rendre compte.
Si vous escomptée reprendre le pouvoir par la peur, vous faites erreur. On l'a vu vous êtes des laches.
Nous ne vous craignons pas.
Et les quartiers populaires que vous feriez descendre dans les rues se retourneront contre vous.
Maintenant, tout le monde le sait.
Le Roi est nu.
On attend le procès de toute la bande.
Rationnel
UGTT: premier responsable de l'impasse economique
a posté le 05-09-2022 à 14:20
Le déficit budgétaire est du principalement aux augmentations salariales exigées par l'UGTT, l'augmentation de l'effectif de la fonction publique et entreprises étatiques (de 400 milles en 2010 a plus de 800 milles en 2022) et la réduction de la productivité encouragée par l'UGTT.
La dette publique était de 25 milliards de dinars en 2010, elle est de 106 milliards en 2022, a un taux de 10% le pays a besoin de plus de 11 milliards/an pour le service de la dette.
Dans son programme de 2011, Ettakatol proposait l'augmentation de la fonction publique de 200 milles, chose promise, chose faite après l'inclusion d'Ettakatol dans la troïka.
Donc Ettakatol est l'un des plus grand responsable de la situation précaire du pays.
Le FMI ne va pas octroyer de prêts a la Tunisie a court terme, la situation d'autre pays est beaucoup plus urgente: le Liban, le Sri Lanka, le Pakistan (inondation du 2/3 du pays), et la liste est encore longue. La situation de la Tunisie est relativement plus prospère qu'une douzaine d'autre pays. Avec les augmentations des taux d'intérêts aux USA la capacité d'emprunter du FMI est réduite, donc sa capacité d'aider les pays est aussi réduite, l'organisme doit commencer par les pays ou la souffrance est la plus sévère comme et les 20 pays qui souffrent de famine comme le Niger, le Yemen, le Soudan du Sud...
veritas
Vous étiez où la dernière décennie'?'
a posté le 05-09-2022 à 14:18
Quand la machine de destruction été en marche à la vitesse de la lumière vous n'avez pas levé le petit doigt par ce que vous étiez entrain de toucher le pactole et vous étiez menacé de liquidation par les criminels islamistes maintenant que vous ne toucher plus rien et qu'il n'y a plus d'argent qui rentre dans vos poches vous jouez les saintes vierges '?'si saied décide de vous indemniser pour acheter votre silence vous revenez à la case départ ni vu ni connu comme vois l'avez fait avec les traîtres islamistes qui ont contribuer à la situation d'aujourd'hui avec le parrainage de leur sponsors qui ont détruit l'Iraq l'Afghanistan la Libye la Syrie le Yémen et même la Tunisie en douce et sans armes .
MFH
Au lieu de proposer une solution....
a posté le 05-09-2022 à 14:10
Qui êtes vous pour prétendre imposer des ordres au gouvernement ? Décidément, les petits restent petits toute leur vie.
Patriote
Des nuls
a posté le 05-09-2022 à 14:03
Quel culot de cette bande de nul
Ils veulent couvrir les amis incompétents des khouanjias
Ils ne veulent pas dire la vérité que c'est les khouanjias qui ont ruiné le pays et causé une inflation et augmentation des prix
Des gens qui ont eu 0,0% lors des dernières legislatives 2019 et qui sont rejetés par le peu le et ils osent parler au nom de ce peuple
ils mettent en cause le régime présidentiel qui donne les pouvoirs au président et oublient ce qu'a fait le régime parlementaire des kjouanjias au pays
Des gens qui ne pensent que critiquer sans aucun sens de civisme ni de patriotisme
ABDO
Sans commantaire
a posté le 05-09-2022 à 13:11
En l'absence d'un accord du gouvernement avec le FMI, la solution
Des parties politiques dépassés par le temps et l'espace.
1/3i
C'est leur faute à ceux qu'on connait....
a posté le 05-09-2022 à 13:10
Je vois déjà arriver les commentaires qui expliqueront que ces partis sont des pourris qui doivent se taire..
Que c'est à cause des forces du mal virées il y a un an..
Que KS Sait ce qu'il fait...

Malheureusement, depuis un an tous les indicateurs passent au rouge. Et il est seul aux manettes...
Il sera bientôt trop tard pour réagir... Quand le feu aura pris partout dans les quartiers pauvres, la situation sera devenue incontrôlable...
Mais on continuera de nous expliquer que ce sont les forces du Mal qui agissent...

Il n'y a de pire aveugle, que Celui qui ne veut pas voir...
Hermès
Ces partis diaboliques !
a posté le 05-09-2022 à 12:52
Ils étaient où ces partis lors du gouvernement de lyes fakhfakh, Mehdi jomaa et compagnie ? lorsque des milliards et des milliards empruntés du FMI ?
L'hypocrisie à état sauvage !
Sniper
sans commentaire
a posté le 05-09-2022 à 12:33
Des Partis présidés par "le raté et sans frère " au nombre de cinq dont le poids électorale est insignifiant et dont le nombre d'adhérents et sympathisants arrive à peine à remplir un wagon de métro mettent en garde !
Vraiment du n'importe quoi