alexametrics
A la Une

Covid-19 – Hydroxychloroquine : les scientifiques plus que jamais divisés !

Temps de lecture : 5 min
Covid-19 – Hydroxychloroquine : les scientifiques plus que jamais divisés !

Le 31 décembre 2019, la Commission sanitaire municipale de Wuhan (province de Hubei) en Chine a signalé plusieurs cas de pneumonie. Ceux-ci ont ensuite été identifiés comme étant des cas de contamination par un nouveau type de coronavirus : le SARS-Cov-2.


La maladie, appelée Covid-19, a touché 5.807.149 d’individus dans le monde. Jusqu’au jeudi 28 mai, 2.510.388 se sont rétablis et 357.807 ont succombé au virus. Et pour cause, l’indisponibilité d’un traitement spécifique, sauf la très controversée hydroxychloroquine (HCQ) – une molécule, dérivée de la quinine, un médicament historique utilisé contre le paludisme (Malaria) – que la communauté scientifique a commencé à utiliser en mars dans le cadre d’essais cliniques. 

 

La Food & Drug Administration (FDA/administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) n’a pas tardé à reconnaître des effets néfastes à cette molécule. Dans un communiqué publié le 24 avril 2020, elle a affirmé qu’elle continuait à examiner la base de données de la American Association of Poison Control et les articles scientifiques relatifs aux évènements indésirables constatés auprès de patients Covid-19 traités à l’hydroxychloroquine, tels que les troubles du rythme ventriculaire entrainant, parfois, la mort. 

La FDA a aussi indiqué qu’elle continuerait à enquêter sur les risques associés à l'hydroxychloroquine et de la chloroquine et a émis des restrictions d’utilisation.   

 

Le 22 mai, la prestigieuse revue médicale britannique, The Lancet a, elle, publié les résultats d’une récente étude menée auprès de 96.032 patients Covid-19 de différents pays confirmant la nocivité de cette molécule et une autre qui lui est proche, la chloroquine (dérivée aussi de la quinine). L'étude met en avant un risque de mortalité accru mais ne condamne pas définitivement ces molécules. 

« Nous n'avons pas été en mesure de confirmer l’avantage d’administrer l'hydroxychloroquine ou la chloroquine – seules ou avec un macrolide – aux patients atteints de Covid-19. Ces schémas thérapeutiques ont été, tous, associés à une diminution des chances de survie à l'hôpital et à une augmentation de la fréquence des arythmies ventriculaires quand utilisés pour le traitement de la pandémie Covid-19 », lit-on dans la revue The Lancet.  

 

Dans la foulée de l’annonce de ces résultats, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé la suspension momentanée de l’utilisation de ce traitement. L’OMS a, rappelons-le, lancé son initiative Soldarity, en mars, pour étudier plusieurs options thérapeutiques contre la pandémie Covid-19, entre autres, la chloroquine et l’hydroxychloroquine, utilisées pour traiter le paludisme et des affections rhumatologiques. 

En dépit du constat sur la nocivité du traitement, la communauté scientifique reste divisée. La Tunisie et la France – où l’utilisation de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine était soutenue – viennent de suspendre son utilisation conformément aux recommandations de l’OMS. 

 

La Tunisie a autorisé ce traitement dans le cadre d’essais cliniques depuis le 24 mars alors que le pays ne comptait que 114 cas confirmés de Covid-19 dont 74 importés. La médication a, notons-le, été autorisée uniquement sous contrôle médical et après consentement des patients. 

Le gouvernement français a, lui, abrogé, le 27 mai, le décret autorisant l'hydroxychloroquine à l’hôpital pour traiter la pandémie Covid-19. Le jour même, le Pr Didier Raoult, fervent défenseur de l’hydroxychloroquine, a rétorqué en publiant le résumé d’une étude attestant de l’efficacité d’un schéma thérapeutique à base  d’hydroxychloroquine. Cette étude a été conduite, selon le Pr Raoult, auprès de 3737 patients atteints de Covid-19 et traités par une combinaison d’hydroxychloroquine et d’un antibiotique appelé azithromycine. 

« Un diagnostic, un isolement et un traitement précoces avec au moins trois jours de HCQ-AZ (hydroxychloroquine et azithromycine, ndlr) se traduisent par des résultats cliniques significativement meilleurs chez les patients atteints de Covid-19 que les autres traitements », lit-on dans l’étude publiée sur le site de l’IHU de Marseille. 

 

Le Maroc et l’Algérie – pays d’Afrique les plus touchés par la pandémie – ont eux, décidé de continuer la prescription de ces molécules aux cas Covid+. 

Le Maroc a, d’ailleurs, été le premier pays à généraliser l’utilisation de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine pour tous les cas Covid+ sous réserve d’examen cardiologique au préalable. 

Jusqu’au 28 mai, le royaume a enregistré 7636 cas de contamination au SARS-Cov-2. Le nombre de personnes guéries s’élève à 5109 et le nombre de décès à 202. 

Les statistiques officielles confirment, par ailleurs, que jusqu’au 26 mai, 4841 individus se sont rétablis grâce au protocole thérapeutique à base de chloroquine. 

L’Algérie a annoncé, en avril, une réussite quasi totale du protocole précité. Ce traitement a été administré aux cas Covid+, sauf ceux souffrant de maladies cardiovasculaires ou d’intolérance à ces antipaludiques.  Selon l’agence de presse algérienne (APS), l’efficacité clinique du traitement a été prouvée dans 90% des cas.

De même pour le Brésil, où la chloroquine fait l’objet d’une véritable obsession pour le président du pays, Jair Bolsonaro. Celui-ci tient toujours à ce traitement, contrairement à son homologue américain Donald Trump, qui a annoncé, le 24 mai, avoir abandonné son traitement préventif après une semaine d’utilisation sans, pour autant, reconnaître les avis scientifiques défavorables à l’utilisation des antipaludiques pour soigner les cas Covid+. 

Les Etats-Unis et le Brésil comptent le nombre le plus élevé de contaminations par le SARS-Cov-2, avec respectivement 1.735. 877 et 414. 661 cas Covid+. 

 

Le protocole à base d’hydroxychloroquine n’est pas le seul en test. L’OMS a lancé des essais cliniques sur trois autres schémas thérapeutiques. Le premier est à base de remdésivir utilisé initialement dans le traitement du virus Ebola. Selon l’OMS, ce protocole a « donné des résultats prometteurs dans le cadre d’études sur l’animal pour le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), également dus à des coronavirus ». 

Le deuxième schéma est une combinaison de lopinavir et de ritonavir, « un traitement homologué de l’infection à VIH ». Cette médication est utilisée en Algérie. Elle est administrée aux cas Covid+ souffrant d’insuffisance cardiaque ou d’intolérance aux antipaludiques. 

Selon l’OMS, « des expériences de laboratoire indiquent que cette association peut être efficace contre la pandémie Covid-19 mais les études menées à ce jour sur des patients n’ont pas été concluantes ». Le troisième protocole soumis aux tests est l’interféron bêta-1a, utilisé pour traiter la sclérose en plaques.

Nadya Jennene 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

Gg
| 02-06-2020 11:33
Je mets ma tête à couper (sglup!) que derrière ces "études" se cache une colossale bataille d'intérêts. La chloromachine, ça ne rapporte rien!
Ainsi, apprend on au hasard des médias, qu'une épidémiologiste qualifiée d'experte et participant aux conseils scientifiques en France, farouche opposante au Pr. Raoult, travaille en réalité dans une filiale de Sanofi, et y gagne grassement sa vie!
Bizarrement, elle ne l'avait jamais dit lors de ses interventions, et depuis que l'info a été divulguée et vérifiée, on ne la voit ni ne l'entend plus. Pourtant, elle était présente chaque jour sur BFM ou CNEWS! Disparue, la dame!

DHEJ
| 29-05-2020 10:45
Un vendu à la solde de l'incompétence.

tounsia2
| 29-05-2020 10:29
Les données de l'étude publiée par le journal Lancet, émanent de Surgisphere, qui est une société d'analyse de données de santé, basée aux '?tats-Unis, et dont le patron, Mr Sapan Desa, est l'un des auteurs de la publication (! ) Face aux nombreuses critiques venant des scientifiques de plusieurs pays (USA, Astralie, France,UK) qui ont contesté les résultats de cette étude, Surgisphere a défendu la véracité de ses données et affirmé qu'elles viennent d'hôpitaux qui collaborent avec elle tout en déclarant tout de même dans un communiqué officiel, que L'ETUDE PRESENTAIT DES LIMITES. D'après le Guardian, Sapan Desai a RECONNU AVOIR PAR ERREUR CLASSE 73 DECES EN AUSTRALIE alors qu'ils auraient dû être comptés en Asie. Quand au professeur Didier Raoult, il s'agit tout simplement d'une étude foireuse destinée à discréditer le traitement le plus efficace, le moins risqué (taux de décès inférieur à 0.5%), mais aussi le moins couteux (lien en PS), et c'est tout le problème, car un traitement qui ne coute pas plus que 13 euros pour soigner du covid 19 n'arrange pas forcément les affaires des BigPharma qui préfèrent vendre un nouveau produit à 200 Euros et des vaccins à 120 euros pour 7 milliards de personnes (déclaration de Bill Gates) contre une hypothétique et très improbable deuxième vague de l'épidémie par le covid19.

https://www.youtube.com/watch?v=x5DQT05S1V4&feature=share&fbclid=IwAR2P_O5_xmqS0w5wrLqAjNBnOfBdGA2rJaAT-KBW01M1MsvtSOpNRXtSP-Y

MF
| 29-05-2020 10:00
L'étude publiée dans le Lancet est critiquée par d'autres scientifiques et non des moindres. Elle semble être bidouillée et orientée.

Afin d'avoir un vrai débat contradictoire, pourrions-nous demander à nos "vais" spécialistes indépendants, qui n'ont aucun conflit d'intérêt et qui n'envisagent pas une carrière à l'OMS ce qu'ils/elles pensent réellement de cette étude?

Indépendamment de ce que dit l'OMS, la question qui se pose est quelle est notre évaluation en Tunisie de ce traitement puisque on l'a essayé? Un médecin membre du comité scientifique a déclaré qu'en Tunisie, nous n'avons pas constaté les effets mentionnés dans l'étude du Lancet !

Sommes-nous capables en Tunisie d'avoir des positions indépendantes des diktats de l'OMS sous influence de plusieurs lobbies?
Sommes-nous capables de prendre des décisions souveraines basées sur notre propre évaluation puisque nous avons tant de compétences, au lieu de nous précipiter pour suivre la France et l'OMS.

J'ai des doutes !

AMAZIGH
| 29-05-2020 08:04
Lorsque vous lisez une notice de n'importe quel médicament vous verrez que sont émises et écrites noir sur blanc les probabilités de risque d'allergie, de dangerosité....de contacter rapidement le médecin traitant en cas de symptomes tel ou tel.....Et pourtant nous nous soignons avec tous ces médicaments et molécules que la médecine commercialise pour le compte de big pharma et des pharmaciens.....Tout en nous guérissant dans la majorité des cas.
La chloroquine c'est une thérapeutique qui ne rapportera pas d'argent à big pharma.
En Afrique du Nord elle fait ses preuves en amont de la malade....C'est sur que dans certains cas elle est inappropriée et mortelle notamment pour les cardiaques. Mais nous sommes bien d'accord pour dire que la majorité de l'humanité n'est pas cardiaque et que se soigner avec en amont du covid 19 ne représente aucun danger et surtout permet de remettre sur pied les malades en moins de 10 jours et évite une propagation du virus. De ce point de vue c'est positif car bon nombre des personnes traités par la chloroquine ont sans doute évité une hospitalisation lourde voire le pire.
Il faudrait voir pour qui roulent Lancet, quels sont les politiques ou donneurs d'ordre qui n'arrêtent pas de pilonner le travail de Raoult et de son équipe.
Raoult ne travaille pas pour l'argent il ne cherche pas à s'enrichir et de ce point de vue c'est déjà une avance considérable sur les big pharma, les politicards et l'avidité de l'argent.
Donc pour moi c'est une bataille d'argent. Si tout le monde est soigné avec une molécule qui ne ramènera pas d'argent aux actionnaires....Franchement à quoi servent les maladies alors et que faire de cette population mondiale ?

MH
| 28-05-2020 22:52
Avec un IF de 59.102, la crédibilité de ce journal ne peut en aucun cas être mis en doute. Pourquoi ? Parce que tout simplement, pour publier au saint des saints des journaux scientifiques, il faut être reconnu et plus (la malhonnêteté ne facilite pas en tout cas). Il faut dire aussi, qu'on a pas assez de recule pour une évaluation globale et sérieuse. Comment peut on croire qu'on a trouvé un remède magique en si peu de temps, en moins de deux mois d'apparition de la maladie. Il faut être vraiment naïf. Il faut laisser le temps au temps pour faire décanter cette histoire.

Kamel
| 28-05-2020 22:04
Pourquoi suspendre ce protocole thérapeutique pour des raisons non fondées. Le plaquenil est prescrit depuis LONGTEMPS pour le traitement du lupus, de la polyarthrite rhumatoïde, du paludisme SANS AUCUN PROBL'?ME. C'est un médicament peu coûteux et qui a donné en association au zythromax des résultats appréciables pour le traitement du coranovirus. Ou est donc le problème ? Une concurrence pour un éventuel vaccin ?, On a traité des maladies avec des traitements peu coûteux et efficaces
Pour on s'acharne sur de nouveaux médicaments CHERS sans un grand recul sur l'efficacité ? En TUNISIE on remarque que certains médicaments peu coûteux sont supprimés pour être remplacés par d'autres TR'?S CHERS ou importés de certains pays comme la Turquie ou autres. Exp : Deturgylone nébuliseur coûtait environ 3200mill SUPPRIME et remplacé par des médicaments qui coûtent 6 à 7 fois plus chers .on retrouve également des médicaments fabriqués en TUNISIE et qui présentent la même composition que ceux importés sans aucun AMM. Peut on penser qu'il existe un jeu de commissions sur ces IMPORTATIONS Faute de mieux le Protocole du Pr Raoult demeure Acceptable sauf pour certains malades présentant des problèmes cardiaques.

NiNa
| 28-05-2020 20:30
La revue Lancet a sciemment falsifié les données présentées dans sa dernière publication, sans référence des cas, comme il se doit, dans le seul but d'attaquer le médicament Plaquenil (hydroxychoroquine) et invalider le protocole du Professeur Didier Raoult. Or, ce protocole a démontré son efficacité, chiffres et documents à l'appui. Lancet au service de Big Pharma tombe dans le déshonneur, entraînant à sa suite l'OMS et Bill Gates.

A lire aussi

Focus sur toutes les pistes

02/07/2020 19:59
0

L'Amen Bank a réalisé un bénéfice de près de 120 MD, en hausse de

01/07/2020 19:59
3

La BH Bank a réalisé un bénéfice de près de 142

30/06/2020 20:49
1

L'UIB a enregistré un résultat de plus de 117

29/06/2020 21:04
0