alexametrics
vendredi 22 octobre 2021
Heure de Tunis : 16:14
Tribunes
Coronavirus-19. Jusqu’à quand… ?
16/03/2020 | 12:00
14 min
Coronavirus-19. Jusqu’à quand… ?

  

 
Le chef du gouvernement vient d’annoncer une série de mesures en vue de limiter la vitesse de propagation du virus. Des mesures qui restreignent en partie la liberté de mouvement des citoyens et qui auront un impact douloureux sur l’économie et la société tunisiennes.
 
Mais un État affaibli ne pourra pas maintenir tout un pays en apnée pendant très longtemps. 
 
Des scénarios d’évolution du stade 3 doivent être construits, et ces scénarios ne devraient pas se limiter à une simple reproduction des consignes de l’OMS, ni de ce qui se fait ailleurs. D’une part, parce que les recommandations de l’OMS doivent être adaptées aux spécificités de chaque contexte national, d’autre part, parce que nous sommes dans une situation inédite où même l’OMS semble ne pas tout à fait maitriser les événements.
Certes, il s’agit du même virus – tant qu’il n’a pas muté - et d’une pandémie mondiale, mais les pays, les sociétés, les économies et les réactions des acteurs différent. Les détails, comptent autant que les grandes décisions qui peuvent rassurer le peuple, mais qui n’auront pas une grande efficacité si elles ne prennent pas en compte les spécificités du contexte et les petites différences qui, face à un phénomène exponentiel, deviennent d’une grande importance.
 
Se confiner et résister oui… mais pour combien de temps ?
 
 
Conventionnellement, la gestion d’une épidémie se fait autour de trois stades ou phases. Le stade 3, dont les décisions du Chef du gouvernement sont basées, correspond à une situation où « le virus circule sur l'ensemble du territoire ». Il s’agit alors de passer d’une « logique de détection et de prise en charge individuelle à une logique d'action collective ». Ceci implique notamment d’arrêter « la surveillance individuelle des cas, de limiter la contagion par des mesures barrières et de réduire la charge sur le système de santé ». Selon le « Plan Français de prévention et de lutte "pandémie grippale", le stade 3 d'une épidémie peut durer 8 à 12 semaines. Après, on pourrait graduellement passer au stade 4, qui coinciderait avec le fait qu’« on repasse en-dessous du seuil épidémique critique » et qu’il y aurait un retour progressif à une situation normale.
 
Si nous employons le conditionnel, c’est parce que tout cela reste hypothètique. 
 
Sans être spécialiste en épidémiologie, nous avançons l’hypothèse que les trois mois peuvent se révéler insuffisants. Si la grippe saisonnière revient tous les ans, qu’elle relève du risque calculable et donc probabilisable, le coronavirus nous plonge dans l’inconnu et dans l’incertain, qui marque une rupture dans nos modèles – et habitudes - de pensée. 
 
Une extrapolation des tendances passées et un prolongement des modélisations et des schémas de pensée – valables pour les autres formes d’épidémies de grippe - pourraient nous rassurer. Ils ne diront pas et ne changeront pas forcément la réalité jusqu’ici ignorée. C’est d’ailleurs ces schémas de pensée (ou ces paradigmes) qui empêchent de voir et de gérer les signaux faibles qui ont préparé la radicalité du changement (souvent qualifié expost de catastrophe ou de choc pour les citoyens (dans les termes de Naomi Klein). Les simulations et les modélisations les plus précises ou les plus alarmantes n’auraient servi qu’à infléchir les comportements de ceux qui y croient. Mais face à l’incertain, face à la complexité réelle du vivant, nous sommes simplement confrontés non pas à un risque calculable, mais aux risques d’un calcul sur fond de déni ou de dissimulation de l’essentiel : notre ignorance. 
Autrement dit, l’action de la Chine n’étant pas envisageale sous d’autres cieux, et s’agissant d’un virus jusqu’ici inconnu, il n’est pas du tout absurde de penser que le stade 3 durera beaucoup plus longtemps que prévu et que, de toute façon, cette durée dépendra du système de santé en question et de la réaction des populations. L’hypothèse d’un hibernage de plus longue durée ne doit absolument pas être négligée. 
 
C’est probablement cette incertitude radicale qui a conduit certains à proposer de baisser les armes et à laisser faire la « nature ». Dans cet esprit, la « stratégie » prônée par certains chercheurs anglais semble avoir des relents eugénistes. La thèse est tout aussi simple qu’effrayante : puisque la majorité des malades semble se rétablir, il ne servirait pas à grand chose – et il coûterait trop cher - de résister. Il faudrait laisser faire la sélection naturelle, pour atteindre une « immunité collective » (à partir d’un taux de contamination estimé à 60 à 70% de la population) et passer rapidement à autre chose. Plutôt que de s’éterniser dans des tentatives de « containment », d’applatissement des courbes des malades et de mise en quarantaine, il serait « rationnel » de limiter et de diriger l’usage des moyens pour in fine, ne « garder » que ceux qui seront contaminés par le virus mais pourront s’y adapter. Au passage, et au bout de ce processus, on ne manquera pas de vous rappeler qu’il s’agit là d’une majorité. Et donc, que la sélection naturelle c’est aussi la loi de la majorité. La structure du discours abdiquant est toujours la même. Face aux inconues et aux incertitudes de la résistance, on préfère les fausses certitudes de la résignation. Cette attitude peut se comprendre autrement : dans une civilisation de la vitesse (Paul Virilio), tout ralentissement est un risque d’effondrement et les « accidents globaux » se traitent par un passage en force. C’est ce qui se joue pour plusieurs économies occidentales aujourd’hui.
 
 
Les scénarios du pire : Les risques pour la Tunisie d’une crise qui durerait trop longtemps
 
 
Dans la stupeur, le monde tremble et les économies mondiales vacillent. Mais contrairement à la Chine, à l’Europe ou aux Etats-Unis, la Tunisie n’a pas les moyens nécessaires pour amortir le choc sanitaire, économique et social de cette crise. Les conséquences politiques sur une démocratie naissante et fragile ne se feront pas attendre. Ceux qui « calculent » le coût économique de cette crise et prédisent des points de croissance en moins, de l’inflation, de la stagflation ou même de la décroissance « as usual », risquent de se tromper lourdement. Non pas tellement parce qu’ils n’ont rien vu venir et qu’ils devraient donc faire preuve d’un peu plus d’humilité avant d’asséner les mêmes leçons à partir des mêmes hypothèses, mais parce que la crise sera multidimensionnelle et qu’elle frappera non seulement l’économie, mais la société et un Etat qui risque tout simplement et assez rapidement, d’être défaillant. Les experts des projections tendancielles et des prévisions basées sur un « modèle d’équilibre général », devraient faire preuve de discrétion face à un déséquilibre mondial lié à ce qui est sans aucun doute, un cygne noir (Nassim Nicholas Taleb). Cette situation, où on fait face à un événement imprévisible, ayant une faible probabilité de se dérouler, mais dont les conséquences sont d'une portée exceptionnelle, c’est, par exemple, la crise de 1929 et de 2008. C’est également un Bouazizi qui s’immole, ou une « erreur humaine » conduisant à Tchernobyl. Bref, l’essentiel des crises et des événements qui ont fait notre histoire et que les économistes s’évertuent à modéliser après coup.
 
 
Dans cette situation, un Etat qui imposerait l’immobilité et l’apnée à son peuple risque tout simplement de l’étouffer. A moyen et long terme (dans quelques mois voire dans quelques semaines), si le virus n’est pas arrêté, et si des scénarios adaptés ne sont pas imaginés, cela risque de nourrir soit à une dérive autoritaire, soit un glissement vers l’anarchie. En effet, nous pensons que pour peu que cette situation se prolonge, notre Etat aura de plus en plus de mal à contenir les remous de la société, à lui imposer l’ordre et la discipline nécessaires alors qu’il sera incapable de répondre à ses urgences et à ses demandes. Il risque alors d’être débordé et tenté soit d’user de la force, soit de laisser aller. 
 
 
S’inscrivant dans une pente autoritaire, la première tentation sera d’autant plus forte qu’une partie de la société exigera qu’on impose un ordre intenable à un pays affaibli et à des franges sociales récalcitrantes parce que les plus précarisées. 
 
 
L’anarchie, également nous guette. Parce que la société perdra confiance en son Etat et qu’en y voyant la source de ses problèmes, elle risque d’en faire un bouc émissaire et de choisir l’informalité, l’illégalité voire même des formes plus ou moins ouvertes de désobéissance civile. 
 
 
Des scénarios alarmistes ou catastrophiques, diraient certains. Des scénarios amusants ou farfelus diraient d’autres. Nous pensons que les pires des scénarios devraient être envisagés. Des scénarios qui pourraient comporter non seulement un risque de crise, mais un risque d’effondrement. Si le stade 3 s’allonge, l’Etat et notre jeune démocratie ne tiendront pas et ne réussiront pas sans une conscience sociale capable de s’élever et de s’organiser pour devennir une intelligence sociale. Les égoïsmes devront être bannis. La légèreté également. Qui le fera ?
 
Si nous construisons ces scénarios pessimistes c’est parce que - faut-il le rappeler ? - l’état psychologique, social et économique de notre pays est mauvais.
 
 
Sur un plan psychologique et social, les tunisiens ont été malmenés. Leur confiance envers leurs gouvernants et leur optimisme sont exsangues et ont, depuis longtemps, reçu de nombreux coups. Le confinement pèsera sur la psychologie et le moral des gens. La solitude des plus vieux ; la peur de ceux qui ne comprennent pas ; la tristesse de ceux qui perdront des proches ; la colère de ceux qui se sentiront impuissants, ou plus simplement la fatigue de ceux qui devront trouver des solutions pour garder leurs enfants ou pour rassurer et accompagner les plus agés et les frustrations de ceux qui auront du mal à brimer leurs habitudes de vie, tout cela devra être géré. Tout cela finira par user les nerfs, et pousser vers une forme plus ou moins grave d’anomie voire de dépression collective.
 
 
Sur un plan économique, l’année 2019 s’est terminée avec une croissance médiocre (pour ne pas dire nulle), nos politiciens ont perdu un temps fou à tergiverser et à faire des petits calculs d’apothicaires qui ont nuit à notre économie et paralysé l’investisssement. S’ils durent dans le temps, les évenements actuels risquent d’apporter le coup de grâce à cette économie chancellante depuis 2011. Des centaines de milliers d’emploi seront directement ou indirectement affectés voire perdus, les ressorts de la croissance seraient durablement cassés et les défauts de paiement se succéderont comme dans un jeu de dominos.
 
 
Que faire ?
 
 
Au-delà des aspects « techniques » pris en charge par les épidémiologues, les biologistes et les généticiens, cette pandémie nous met face à un dilemme ou à un paradoxe fondamental : l’éthique de la responsabilité envers soi-même et la morale de la responsabilité envers les autres, nous dictent de préserver le corps social en limitant ce qui fait son essence : les interactions sociales. Pour faire vivre et faire corps social, il faudrait donc accepter de renoncer ne serait-ce que partiellement, à la vie sociale.
 
 
Faute d’une véritable stratégie tunisienne de gestion des risques, nous proposons cinq pistes d’actions à explorer d’urgence pour gérer la crise :
 
 
- 1- Séparer l’immédiat, le quotidien, du moyen terme (2 mois, 6 mois et un an) : Malgré l’urgence, la bataille à mener suppose de prendre un moment pour bien organiser toutes les troupes. La gestion de crise, du très court terme et du quotidien, devrait être confiée à une équipe d’experts en épidémiologie. Cette équipe devra aller dans le détail. Inventer des solutions locales à partir des perecepts et des recommandations générales de l’OMS. La construction de scénarios de moyen terme (sur deux mois, 6 mois et un an) devrait être confiée à une autre équipe beaucoup plus pluridisciplinaire et avec une composante sécurité globale forte. Pour l’efficacité et pour ne pas surcharger la barque de ceux qui doivent être sur le terrain, cette séparation des structures et des fonctions est nécessaire. Elle exigera des compétences et de la coordination. Elle exigera également d’impliquer des stratèges de différents horizons qui peuvent être des économistes, des sociologues, des spécialistes en sécurité, des psychologues, des statisticiens, des prospectivistes, des activistes ou plus simplement des intellectuels. S’il en a les moyens, l’ITES, notre institut des études stratégiques, pourrait y être associé, voire en prendre le leadership pour réunir et fédérer les compétences nécessaires. De façon globale et secteur par secteur, des scénarios devront être construits, les risques et les solutions devront être analysés dans un esprit ouvert et ancré dans les réalités tunisiennes. Chaque département ministériel sera invité à évaluer ses risques et à esquisser une stratégie d’actions à un horizon de 2 à 6 mois, en prenant pour hypothèse un prolongement et une aggravation de la crise actuelle.
 
 
- 2- Exploiter le potentiel des technologies de l’information : nous proposons de développer rapidement le recours aux civictechs afin d’informer, coordonner et mobiliser tous les acteurs. Les technologies civiques représentent « l’ensemble des procédés, outils et technologies qui permettent d’améliorer le fonctionnement démocratique des sociétés et des communautés, en renforçant le rôle joué par les citoyens dans les débats et prises de décision » (Wikipedia). Ces technologies devraient notamment permettre d’aider les personnes non infectées, celles en quarantaine ou malades ainsi que leurs familles. Ces technologies seraient également utilisées pour aménager l’organisation et le temps de transport et de travail. Sur un plan politique, elles peuvent apporter des ressources à la démocratie, permettre aux élus d’être plus proches de leurs électeurs, d’échanger sur leurs expériences respectives et d’éviter la rupture du lien avec les citoyens au moment où ceux-ci ont le plus besoin d’être écoutés, orientés et aidés. Enfin, des civictechs tunisiennes permettraient de diminuer l’influence et parfois la dépendance de certains réseaux sociaux (notamment facebook), dont les algorithmes sont faits pour créer de la polarisation sociale et du sensationnel. Là aussi, un groupe d’experts et de chercheurs chargé d’imaginer et de formuler rapidement des solutions efficaces devrait être mis en place et nos « Start-uppeurs » devraient être mis à contribution.
 
 
- 3- Annoncer des mesures pour un accompagnement économique, financier et fiscal des entreprises qui préserveront l’emploi et la confiance des différents intervenants. Ces engagements financiers de l’Etat permettront de rassurer les petits commerçants et de préserver les sources de revenus de milliers de personnes qui risquent d’être en détresse médicale et économique. Ces mesures seraient notamment basées sur un fond financé par les économies liées à la chute du prix du baril de pétrole et à des donations. En parallèle, le secteur privé devra s’engager à éviter toute forme de spéculation et à ne pas licencier des travailleurs. Si comme cela a été annoncé dans plusieurs pays, nous entrons dans une économie de guerre, le privé devra être assisté mais à condition qu’il assume sa part dans l’effort national en toute responsabilité.
 
 
- 4- Impliquer les jeunes et la société civile : La société civile, nos jeunes médecins, informaticiens, étudiants etc. doivent être mis à contribution. En les rappelant à leurs devoirs envers la patrie, leurs associations devront jouer un rôle de fermentation des idées et d’innovation. Ils doivent également jouer un rôle d’information et d’orientation pour aider ceux qui en ont besoin et pour mettre fin très rapidement à la nonchalance des uns, et à l’égoïsme irresponsable et nombriliste des autres.
 
 
- 5- Activer la coopération et la solidarité internationale : face à l’ampleur de la crise, le premier réflexe de plusieurs pays a été de fermer leurs frontières avec d’autres pays. Mais une pandemie exige de la coopération internationale. Là aussi, notre diplomatie devra bouger rapidement et efficacement. Il ne faudrait pas hésiter à demander tout de suite de l’aide et à échanger des informations. Il faudrait également garder à l’esprit que, ce qui pourrait se jouer à la sortie de cette crise, c’est tout simplement une remise en cause de l’ordre mondial du vingtième siècle. Les grandes puissances en sont conscientes. 
 
 
Face à une situation inédite où la crise risque tout simplement de se transformer en un effondrement, plusieurs attitudes restent possibles. Cela sera soit le déni des niais qui jouent à l’autruche ; soit la paralysie de la peur qui terrorise ; soit l’imitation de ceux qui manquent d’imagination ; soit l’improvisation liée à la panique et à la désorganisation soit enfin, l’innovation qui suppose une attitude proactive, de l’anticipation et de la coopération. Seule cette dernière alternative nous semble viable.
 
 
Pour un pays comme la Tunisie, agir rapidement pour fermer les frontières, limiter les déplacements, confiner des personnes à risque ou des populations, est nécessaire. Mais, en se prolongeant dans le temps, ces mesures pourraient « soigner le malade qui mourra guéri ».  Mettre le pays à l’arrêt pour empêcher la circulation du virus, risque de casser les fonctions vitales de ce pays déjà affaibli et de déboucher sur une remise en cause de sa démocratie. Mais pour peu qu’on puisse s’organiser, pour tirer le meilleur de nos intelligences individuelles et collectives, anticiper, innover et canaliser les libertés vers la responsabilité, cette épreuve pourrait également constituer une opportunité pour notre Etat et pour notre jeune démocratie. Une réflexion profonde sur la gestion de ce paradoxe ou de ce dilemme s’impose. Des actions urgentes également.
16/03/2020 | 12:00
14 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Mansour Lahyani
En quoi quoi ? Lumière, SVP !
a posté le 17-03-2020 à 10:21
En quoi dire... En quoi affirmer... En quoi proposer... Je ne comprends pas... Ben, moi non plus ! En quoi quoi ? C'est une formule forgée à la lumière du Covid-19, voire Covid-20 !!
Gg
@ Dr. Tazarki
a posté le 17-03-2020 à 10:03
Merci de ramener de la raison dans cette discussion.
Le rôle de l' état consiste à veiller à ce que nous respections les consignes propres à maintenir le taux de propagation de votre formule <1. C'est le confinement, manu militari s'il le faut.
Et en même temps, prendre les mesures économiques de nature à éviter l'effondrement de l'économie. Report des échéances de la dette, par exemple. La gouvernance économique internationale y est prête, en ce moment...
Bonne journée!
Gg
Sabotage? Services secrets? Mais non!!
a posté le 17-03-2020 à 08:25
A l'instant, je reçois ce sms sur mon portable, envoyé à tous les français par le gouvernement:

"Alerte covid 19 : Le Président de la République a annoncé des règles strictes que vous devez impérativement respecter pour lutter contre la propagation du virus et sauver des vies. Les sorties sont autorisées avec attestation et uniquement pour votre travail, si vous ne pouvez pas télétravailler, votre santé ou vos courses essentielles. Toutes les informations sur www.gouvernement.fr "

Tous les lieux publics de divertissement sont fermés jusqu'à nouvel ordre etc...
J'ai l'intention de respecter!

Karim Ben Kahla
@ Mr Tazarki
a posté le 17-03-2020 à 08:03
@Tazarki, merci pour votre commentaire et vos précisions mais en quoi dire qu'un Etat affaibli aura du mal à tenir une société en apnée pendant très longtemps, serait irresponsable ? En quoi affirmer que cela serait difficile et pratiquement suicidaire aussi bien pour cet Etat, son régime démocratique que la société, serait irresponsable? En quoi proposer certaines pistes pour des solutions serait irresponsable? Je ne comprends pas...Comme vous avez dû le lire, j'ai parlé de la "solution" attribuée aux anglais en la critiquant et en disant que c'est de l'eugénisme...soyons justement responsables jusqu'au bout... que faire pour les nouveaux chômeurs qui ne pourront même pas se soigner ? Que faire pour une société exsangues et dont les individus (notamment les plus faibles et les plus vieux) seront isolés? Que faire pour éviter que l'Etat ne soit, avec l'embrasement de l'épidémie, en complète paralysie (voire en faillite)? je suis parfaitement d'accord avec vous pour dire que le premier rôle de l'Etat est de limiter la vitesse de propagation du virus, mais l'Etat aura également - et très rapidement - à répondre à d'autres demandes et j'ai l'impression que face à l'extrême urgence (et à certains discours et chiffres qui brouillent la vue), on l'oublie un peu. D'où par exemple, la proposition de deux comités, l'un de spécialistes en virologie et en épidémiologie et l'autre plus pluridisciplinaire... d'où également la proposition d'un groupe de chercheurs et d'experts qui développerait rapidement des solutions technologiques (les civictechs) pour essayer de maintenir la confiance entre tous les acteurs et éviter à notre démocratie un coup fatal... nos valeureux médecins et spécialistes dans les questions liées aux virus, n'ont pas forcément les compétences (ni le temps) pour répondre aux autres attentes des citoyens, ni aux risques que subira l'Etat tout entier...tout le monde est focalisé sur comment arrêter le virus... c'est bien.... mais il faudrait qu'on réfléchisse à comment s'en sortir renforcés et essayer de faire des propositions constructives ... si c'est possible...Malheureusement, comme d'habitude, certaines réactions (pas forcément la vôtre) sont désolantes et elles le sont encore plus à un moment aussi critique... bonne journée à vous
Dr. Jamel Tazarki
@Mr. Karim Ben Kahla, trop anglophone...
a posté le 16-03-2020 à 22:05
Je suis désolé de vous le dire, mais vous n'avez aucun sens de la responsabilité.

Certes, il est fort probable que la majorité des Tunisiens devrait faire le test de "survie" d'une infection du virus Corona par contre comme l'a dit Mondher intelligemment ci-dessous, il s'agit de trouver "La bonne stratégie, c'est de tomber malade à tour de rôle [avec un facteur de propagation du virus minimal] afin de ne pas dépasser les limites de [nos moyens socio-économiques], et là c'est une équation à plusieurs [paramètres]: taux de contagion, pourcentage de cas critiques, durée moyenne d'incubation"

===>
Oui, ces paramètres sont influençables...

Je m'explique: La propagation du virus se caractérise par le facteur avec lequel le nombre de personnes infectées, gravement malades ou décédées augmente chaque jour.
Un exemple: l'Italie avait au 27 février 650 infectés, et au 7 Mars 7673 infectés, ==> ce qui fait un facteur de 1.28 par jour et le nombre de patients en soins intensifs est passé de 56 à 772 (un facteur de 1,30 par jour)

La propagation exponentielle du virus Covid19 est la suivante:
f(n) = (1,3)^n * qo
où "qo" est le nombre d'infectés au jour de l'application de la formule.

==>
un peu d'abstraction:
f(n) = (taux de propagation)^n * qo

le rôle de l'état est de limiter le taux de propagation du virus pour les raisons que j'ai expliquées ci-dessus.

Ce que fait le gouvernement anglais est complètement absurde...
takilas
Oui ! Tunis est sabotée. C'est la réalité qu'on le veuille ou pas. Cedt une évidence depuis 2012.
a posté le 16-03-2020 à 18:30
Seulement ce sont des mesures dérisoires et inefficaces.

Ce qu'il faut c'est des des contrôles médicaux dans les lieux publics (quels qu'ils soient; dont les transports), à l'instar des rafles de police dont TUNIS (la massacrée ; et ville de délinquants recueillis  de partout en Tunisie dans le cadre de la révolution de cirque et envoyés spécialement pour la cause du massacre de Tunis la détestée) est devenue spécialisée en la matière.
Réserver des lieux d'accueil et des véhicules de transport à destination près des points de contrôle.
Limiter les personnes à transporter dans mes trains (métro); dont ceux des taxis de groupe.
Et que d'autres mesures ...dont celles des beuveries dans les lieux publics et les actes inciviques qui en découlent.
Etc, etc....
Déjà il y en a eu trop d'erreurs cumulées ?!
Il y en a assez des médiocrités dans ce pays. pfff. Chai effadded bsaraha.

MH
L'approche anglaise
a posté le 16-03-2020 à 18:09
En Tunisie, les moyens techniques et financières sont très limités pour faire face à une telle épidémie. Je pense la meilleur des solutions en terme de rentabilité et de rapport résultat/coût serait l'approche anglaise de la crise. Il faut laisser faire la nature, on passera la crise avec quelques dégâts (la sélection naturelle), i.e. les plus faibles mourront et les plus costauds seront immunisés. C'est dur de l'accepter, mais c'est comme ça, ainsi va la vie. Ce n'est pas Ebola ou le sida qui décimera toute une population, c'est un virus à mon sens, soft, mais on en fait trop.
Microbio
Il n'est pas interdit d'aller à la plage alors défions Corona !
a posté le 16-03-2020 à 17:39
Faisons de notre pays une terre d'amoureux de la mer!

Maintenant, la plage est ou même plus attrayante qu'en été. Et c'est très spécialement en Tunisie. Les conditions climatiques sont également très douces au mois de mars. Les températures sont agréablement douces et il n'y a pas autant de gens qui visitent les plages tunisiennes qu'en été. De plus, vous pouvez pratiquer de nombreux sports et faire beaucoup mieux votre sport.
La plage en ces mois (également à cause du corona-épdemie!) est la destination de voyage idéale pour tous ceux qui aiment la paix, les températures douces, l'eau et les promenades sur la plage ainsi que pour tous ceux qui veulent profiter des divers avantages pour la santé de l'écosystème marin. Votre peau, vos muscles, vos articulations et vos os, votre système respiratoire, IMMUNITAIRE, digestif et nerveux vous en seront reconnaissants.
L' air marin sain est une autre raison de profiter de la plage en ce moment. Saviez-vous que l'air marin augmente les niveaux de sérotonine? Oui, c'est cette substance qui est sur toutes les lèvres car elle peut affecter votre état d'esprit. Elle affecte également d'autres aspects du corps. Pulsion sexuelle, sommeil ou digestion, etc.
L' iode contenu dans l'air marin contribue également à renforcer le fonctionnement de votre thyroïde. Et votre système respiratoire reste en bonne santé grâce à l'air marin.
Si vous allez à la plage maintenant, vous ne devriez certainement pas vous passer de l'une des activités les plus saines et les plus relaxantes qui puisse être pratiquée sur la plage: une promenade dans le sable. J´aime bien vous recommander de marcher directement le long de l'eau afin que vos pieds soient dans l'eau et cela stimule la circulation. Il ne faut pas oublier que tous les organes du corps se reflètent sur la plante du pied et que le soin de la plante est particulièrement important, car il est utilisé pour de nombreuses utilisations médicinales.

Les proménades en famille sont inoubliables !

Médecin spécialiste en Microbiologie, Virologie et Infectiologie
Pratiquant en Allémagne.
Microbio
Recommandation pour la liste des mesures contre L' épidémie
a posté le 16-03-2020 à 17:26
Par exemple, il devrait y avoir des règlements de visite pour les hôpitaux et les cliniques privées, les maisons de soins / retraite et les établissements similaires. Par exemple, une visite d'une fois par jour pendant une heure est possible. En outre, universités, écoles et jardins d'enfants sont soumis à une interdiction générale d'entrée pour tous ceux qui se sont rendus dans des zones à risque à l'étranger ou dans des régions particulièrement touchées au cours des 14 derniers jours dans des zones à risque.
Ghazi
@ MFH| 16-03-2020 13:26 : Réponse à votre question
a posté le 16-03-2020 à 17:18
Voilà ce que le représentant du ministère des affaires étrangères chinois nous révèle il y a 3 jours :

COVID-19 est un virus hybride dont la source est SHC014 qui émanait des chauve-souris, sa souche a été modifié par les américains 'CIA' en laboratoire en 2009 et 2015, pour des besoins de recherches d'armes biologiques, sauf que cette même arme a dupé les américains eux mêmes, par sa capacité à se métamorphoser; nous disposons de plusieurs informations, sans preuves tangibles, mais nous sommes déterminés à tirer au clair ce crime, cela va prendre du temps, nous en aurons du temps pour ça, dans quelques mois.

Source : https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200313.OBS25985/corona-complotisme-pekin-accuse-les-etats-unis-d-avoir-apporte-le-virus-en-chine.html
Microbio
Des tentes devant les cliniques et les hôpitaux?
a posté le 16-03-2020 à 17:10
Les hôpitaux et les cliniques tunisiens devraient soutenir et exiger que des postes de tente corona pour les tests de dépistage de virus soient installés devant les hôpitaux et les cliniques.
La construction de nouvelles cliniques ambulatoires de test, peut-être aussi en tant que postes de tentes, semble raisonnable et souhaitable tant que les hôpitaux ne luttent pas encore avec une augmentation spectaculaire du nombre de patients corona. Il existe encore des réserves qui devraient maintenant être utilisées rapidement dans l'intérêt de la population.
Nous devrions installer des tentes devant les hôpitaux pour vérifier si les patients sont suspects du corona ou non et faire les tests de dépistage de virus. C'est une meilleure façon de prévenir la transmission à d'autres personnes.
Gg
@ Karim
a posté le 16-03-2020 à 17:03
"Gg: Il faut "prendre ses distances", cela amortira le choc mais ne suffira pas..."
Si, justement, lisez le lien que j'ai donné.
Le but est de maintenir le coefficient R < 1.
Alors l'épidémie s'arrête d'elle-même. C'est ce que la Chine fait, avec succès. Mais en Chine, s'il est interdit de sortir ou d'ouvrir un commerce, on le fait. Sinon c'est la taule!
Dur dur, mais ca marche!
M.Gg :-)
Mondher
Une bonne partie de notre ADN est d'origine viral...
a posté le 16-03-2020 à 16:00
Le virus finira par stocker son code génétique dans notre ADN, c'est la loi de la nature, cela peut se faire d'une façon brutale (Maladie) ou par la manière douce (Vaccin).
Personnellement, je préfère la maladie avec un système sanitaire fiable et non surchargé à un vaccin bâclé que personne ne peut prédire les effets à moyen et long terme.
Notre climat estival est chaud et sec, cela peut nous donner un répit de quelques mois, on doit se préparer convenablement pour affronter le virus à partir de l'hiver prochain.
La bonne stratégie, c'est de tomber malade à tour de rôle et sans dépasser les limites de notre système sanitaire, et là c'est une équation à plusieurs inconnus (taux de contagion, pourcentage de cas critiques, durée moyenne d'incubation, durée d'occupation d'une place « réanimation » '?').
Une des solutions, c'est de demander l'aide de la Chine pour l'anticipation de la prochaine attaque virale (2020/2021).
Sidi Bou
Analyse probante
a posté le 16-03-2020 à 15:26
J'aurais bien aimé savoir qui c'est ce monsieur Karim Ben Kahla qui a rédigé cet article ?
Merci pour l'article très réaliste,très probable et très utile pour le chef du gouvernement.
Microbio
En savoir plus sur Covid-19
a posté le 16-03-2020 à 15:05
Un confrére virologue de Bonn découvre de nouveaux symptômes de Covid-19
Le virologue basé à Bonn, Hendrik Streeck, a découvert de nouveaux symptômes de l'infection lors d'examens dans le district de Heinsberg en Rhénanie du Nord-Westphalie, particulièrement touché par Covid-19. Près d'un tiers des patients ont signalé une perte d'odeur et de goût pendant plusieurs jours, a déclaré Streeck de la "Frankfurter Allgemeine Zeitung". Cela va si loin "qu'une mère ne pouvait pas sentir la couche complète de son enfant", a expliqué le scientifique.
"D'autres ne pouvaient plus sentir leur shampoing et la nourriture commençait à avoir un goût fade." Il ne peut pas encore dire exactement quand ces symptômes apparaîtront. "Mais nous pensons un peu plus tard à l'infection." Streeck et son équipe ont également comparé un nouveau test rapide de quinze minutes d'une entreprise berlinoise avec le test standard, à savoir des prélèvements de gorge. Il a été démontré que le test rapide n'a pas détecté d'infection par le coronavirus chez les deux tiers des patients.
Microbio
@Mansour Lahyani| Bonjour!
a posté le 16-03-2020 à 14:03
Ce sera un GAU de communication pour la politique!

'? mon avis, après 4 semaines au plus tard, un bilan des mesures engagées serae fait et la politique aura devant elle deux scénarios:

1. L' infection s'aplatit et la politique doit rendre la population quelque peu heureuse, déclarant sa «fierté» et surtout, essayer de vendre le résultat en succés de la politique du gouvernement.

2. L' épidémie reste à un niveau élevé et sans amélioration épidémiologique : la politique doit retirer toutes les mesures déjá en vigueur et " normaliser " à nouveau la vie de la population et dire que nous avons tout essayé et que cela n'a pas "suffisamment" fonctionné.

3. Autres Scénario ?
Fehri
@MFH
a posté le 16-03-2020 à 13:56
Excellente question! Le vaccin va prendre beaucoup plus de temps parce qu'il y a des patients qui ont été infectés deux fois. L'autre concerne COVID-19 laisse des cicatrices dans les poumons. Le virus est beaucoup plus dangereux.
Karim
réponses
a posté le 16-03-2020 à 13:52
Mr ou Mme MFH: et si le vaccin arrive dans 6 mois, on fait quoi? c'est cela mon problème..
Mr Ameur K: merci.. j'ai été volontairement pessimiste mais ce que nous voyons en Italie et ailleurs dépasse tout ce qu'on aurait pu imaginer
Mme Lilia : de rien
Mr ou Mme Gg: Il faut "prendre ses distances", cela amortira le choc mais ne suffira pas... il faudrait donc un débat sur quoi faire. c'était l'intention de ce petit papier
MR Lahyani : proposez quelque chose de constructif (c'est mieux pour tout le monde)
MFH
L'hécatombe alors.
a posté le 16-03-2020 à 13:26
A ma connaissance les virus sont nombreux et ont des vaccin spécifiques. Pourquoi celui-ci n'en aura pas un dans les jours ou mois à venir ?
ameur k
C est du serieux.....
a posté le 16-03-2020 à 13:22
un article "hard"...c est une analyse sérieuse de la situation qui doit etre prise en compte par les DECIDEURS et les stratéges , en particulier : l ITES et le conseil de la securité national le plus large et ce pour: concevoir , décider et executer TOUT DE SUITE
Lilia
Merci
a posté le 16-03-2020 à 13:18
Merci
Gg
Assez de mots!
a posté le 16-03-2020 à 12:26
Us et coutumes, habitudes...basta, la réalité est ce qu'elle est, on fait ce qu'il faut ou c'est l'hécatombe. Le scientifique David Louapre a rédigé un petit article qui montre, de façon indiscutable, l'efficacité de la distanciation pour juguler l'épidémie :

https://sciencetonnante.wordpress.com/?fbclid=IwAR1Kr44fE5Ho7ZQV03WGyN1-Bj8N9TwRBpMD5W0SUOjzve4TJe-ighD5Mo0

Vous ne voulez pas le faire? Assumez vos risques.
Mansour Lahyani
C'est vrai ça, pour combien de temps ? Covid 19 devrait entendre rison !
a posté le 16-03-2020 à 12:22
"Se confiner et résister oui'?' mais pour combien de temps ?" Seul Monsieur Ben Kahla, travesti en pythonisse de quartier, pourrait nous le dire et briefer le Gouvernement, qui est toute ouïe...