alexametrics
Chroniques

Cette hypocrisie ramadanesque bien de chez nous

Temps de lecture : 3 min
Cette hypocrisie ramadanesque bien de chez nous

« 90% des Tunisiens font semblant de faire ramadan et 75% d’entre eux voudraient au moins pouvoir rompre le jeûne avec une bière ». Ceci n’est pas vrai…invraisemblablement. En réalité, ces chiffres ont été rendus publics par le journal électronique à contenu satirique Lerpesse. Mais ils reflètent à eux seuls une vérité bien propre à ces ramadan bien de chez nous. C’est, en effet, au cours du mois de ramadan que l’hypocrisie des Tunisiens atteint son paroxysme. Dans cette Tunisie, en partie, faussement religieuse, le traditionalisme s’érige en loi et s’impose à la majorité.

 

C’est au cours du mois de ramadan que les prix des denrées alimentaires flambent, que les pénuries  sont de plus en plus constatées et que le gaspillage devient maître-mot. C’est au cours du mois de la privation que la consommation des Tunisiens en produits alimentaires affiche une hausse de 80%. C’est au cours du mois du partage que près d’un tiers des plats cuisinés finit à la poubelle. 100% de plus de consommation d’œufs et de pâtes, 50% de consommation de viandes et 70% de consommation de produits laitiers (selon les chiffres de l’INS et de l'INC). En gros 1/3 des revenus des ménages tunisiens est consacré à l’achat de produits alimentaires au cours du mois de ramadan. Etonnant lorsque l’on sait que les jeûneurs ne font que deux repas par jour ! Mais à quoi bon parler de raison puisque « ventre affamé n'a point d'oreille ».

 

Pendant ce mois saint, l’indigestion rime avec la médiocrité audiovisuelle. Les émissions abrutissantes foisonnent et les messages moralisateurs et religieux sont administrés entre deux pages de pub pour le yaourt ou les pâtes. Un mois de fausse piété où, pour manifester le summum d’une religiosité ostentatoire, on augmente le volume des hauts parleurs de mosquées ainsi que le nombre de files de voitures garées sur le trottoir. Force est de constater que le civisme et la piété, dont on est pressé de se débarrasser, ne font jamais bon ménage.

 

C’est aussi dans cette période de l’année que les moralisateurs foisonnent. Il est, dans ce capharnaüm de traditions et de valeurs obsolètes, plus toléré par la société de devenir maître en l’art de débiter des obscénités, de se muer en chauffard de la mort ou de n’avoir cure d’aucune file d’attente, que de boire un verre d’eau en plein public. La fameuse « hachichet romdhan » est le sésame de ceux qui préfèrent donner libre cours à leurs pulsions violentes et à leur incivisme. Là encore, on utilise cette expression bien de chez nous qui ne veut nullement dire que les Tunisiens sont tous grands consommateurs de hachich, mais qui sert à justifier tous les débordements liés à ce mois saint.

 

La foi éphémère de ceux qui attendent le coucher du soleil pour s’empiffrer devient soudainement exacerbée par la vue de ceux qui oseraient, à leur grand dam, afficher ouvertement leur non-jeûne. On martyrise les « fattaras », et on les oblige à se cacher. Dans leurs parcours du combattant, ils rivalisent en ingéniosité pour trouver des endroits ouverts et créent des applications pour recenser les établissements où les non-jeûneurs peuvent boire ou manger. Mot d’ordre cependant : la discrétion ! Car, si aucune loi en Tunisie n’oblige les Tunisiens à observer le jeûne, les règles sociales, bien plus violentes, en ont décidé autrement. Une simple circulaire datant de plus de 30 ans et un flou juridique et législatif font que les cafés, restaurants et autres établissements à servir nourriture et boissons en pleine journée deviennent très rares en ce mois saint.

Pour ce qui est de la vente d’alcool, des directives du ministère de l'Intérieur interdisent d’en servir aux Tunisiens pendant ramadan. Seuls les étrangers, dans les lieux touristiques, pourront boire un verre de vin ou une bière à ramadan. La vérification se fait sur simple présentation d’une carte d’identité en prenant soin d’exclure tous ceux qui auraient le malheur d’avoir un nom à connotation musulmane. Délit de faciès vous avez dit ? Au diable le politiquement correct ! A ramadan, c’est la règle et à ramadan tout est permis en vertu de cette piété éphémère et hypocrite. Cette hypocrisie bien de chez nous…

 

Sur ce, bon ramadan à tous !

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (92)

Commenter

hollandi fi bledi
| 01-06-2017 15:36
La pratique du ramadan doit venir du coeur et non du regard du voisin .

abdou
| 29-05-2017 10:49
le pire c que bcp de tunisiens tiennent le meme discours ou plutot font les memes remarques a propos de ces , je dirais traditions , tel le ramadan , aid il idha ,omra, pelerinage ....et repetent toujours les memes gestes , il est temps d'arreter cette hypocrisie et se passer de ce genre de traditions qui nous viennent des nuits des temps et qui malgre les lecons , qu'ont a appris par coeur , sur leurs bienfaits je ne trouve aucun interet a les suivre sans rentrer ds +amples details

Aminoss
| 28-05-2017 21:57
Bravo jeune fille pour avoir mis le doigt sur l'origine des problèmes: une mentalité moyenageuse importée de chez l'Arabie, des pseudos-règles archaïques qui s'érigent en code de conduite, et ce à l'encontre de toutes les lois humaines et constitutionnelles.
Bref, il est temps d'agir et de basculer ce statu quo qui nous est injustement imposé. Vivement la révolution culturelles, à bas l'ère des ténèbres !

Chuiguir Binguir
| 16-06-2016 19:02
Je vois bien pourquoi le peuple soutien ennahdha encore parcequ'il ya vraiment des tunisiens qui n'ont rien à faire que de critique notre religion !!! assez de faire ce genre d'article, autre chose c'est bête de donner des pourcentage puisque personne ne peut questionner tout le peuple tunisien et faire des déclaration à la Zargouni n'a aucun rapport avec la vérité aussi vous ne savez rien du peuple tunisien alors je connais plusieurs personnes qui aiment boire mais en Ramadan il respectent cette religion et acceptent ses lois en tout respect apart les personnes qui ne sont pas musulmans mais dautres religions qui existent en tunisie mais se cachent derriere l'islam pour savoir quand et comment attaquer l'islam

Dwiminik
| 11-06-2016 14:47
Excellente dénonciation, mais qui ne convaincra que ceux qui sont déjà convaincus. Hypocrisie? oui, au sens où beaucoup de "bons musulmans" croient s'acquitter de leurs devoirs sacrés en se conformant au strict sens de la lettre. Par exemple, ils vont le soir du Ramadan d'abord à la mosquée puis...au café. Cela m'a surpris au début, mais on m'a dit que c'est normal. Bon, il y a aussi ceux qui s'enpifrent le soir, avec la bénédiction d'Allah, jusqu'à faire trois repas dans la nuit. Quant à ceux qui se cachent pour manger ou boire de l'alcool, cela les regarde, même s'ils se disent bons musulmans. Ou est en verité l'hypocrisie? de faire croire que le respect des préceptes religieux autorise les déviations en tout genre. Il est vrai que depuis vingt ans les élites ont adopté des conduites de "retraditionnalisation": on fait les 5 prières, sans y croire; on retourne à la mosquée,par habitude; on prie dans la rue pour que les autres vous voient bien; on fait scrupuleusement le jeûne, mais on consomme trois fois plus de nourriture que pendant le reste de l'année. Un mot aux vrais croyants: vous devriez être les premiers à condamner ces "faux jetons" qui, en fait, défigurent l'Islam. Conseil d'un français catholique fraîchement converti. Nous n'avons rien à envier, nous les catholiques, super champions en hypocrisie religieuse!

Aghir
| 10-06-2016 14:01
Merci madame pour votre honnêteté! Et merci bien sûr à Business news d'avoir relayé ce texte même si il est de l'année dernière.

Hassan El Forkani
| 10-06-2016 13:45
Vos propos sont aussi odieux que les fait que vous dénoncez Mme, il ne faut pas mépriser le désir profond de spiritualité des gens simple, leur envie de dieu. après, les gens prennent ce qu'on leur offre & l'offre, c'est la responsabilité de cette même élite, qui vend des yaourts et des tomates concentrées à outrance, qui produit des contenus "culturels" nuls, qui dicte des règles absurdes & qui se fout, le soir venu, de ce peuple, client "bête et hypocrite" dans des tribunes masturbatoires destinées uniquement au ricanement approbatif de ses semblables. Respectez les gens, faites preuve de bienveillance intelligente, sortez de cette optique de juge prédateur, et la société libre et apaisée que vous appelez - en apparence - de vos voeux prendra forme sous vos yeux

Tout a un prix
| 18-07-2015 16:57
Ramadhan,le petit Aïd,l'Aïd El Kébir...tentons d'imaginer comment ces fêtes religieuses avaient été vécues de l'intérieur il y a 14 siècles de cela ? dans des sociétés "archaïques", menant des vies simples bien loin du consumérisme et de la consommation à tout prix !. Les gens devaient être autrement plus libres qu'aujourd'hui...le besoin d'argent était sans doute limité : pas besoin de "confort", biens de consommations inexistant, on pouvait construire sa maison de ses propres mains sur une parcelle de terrain que l'on pouvait s'approprier de fait. En effet, les habitants devaient se compter en centaine et en milliers tout au plus, le foncier était abondant. Le troc était sans aucun doute une pratique courante et l'argent un moyen d'échange pour obtenir des produits venants d'ailleurs par les caravaniers. Beaucoup de choses de la vie courante ne devait pas avoir de "prix", de contre partie en monnaie...des gens plus libres de ce point de vue ci et donc des rapports et des fêtes vécues sous le signe du partage, de la communion et du vivre ensemble. A notre époque, tout a prix ! même l'eau est vendu en bouteille et bientôt on nous vendra de l'air non pollué pour s'offrir un petit moment d'air pur au parfum de la mer, de la campagne ou de la montagne. La nouvelle religion que tous les musulmans et autres, adorent avec frénésie c'est la Capitalisme, le Dieu argent. Sans un "petit Dieu" argent dans sa poche...on est foutu, ce n'était pas le cas il y a quelques siècles. Tout le monde est adepte de cette nouvelle religion qui s'est imposée avec l'avènement du consumérisme et l'addiction à cette nouvelle religion est encore plus puissante qu'aux précédentes. Elles en sont devenues l'allié indéfectible, elles en ont intégré les codes et la servent royalement. Les temples de la nouvelle religion sont pléthoriques : centres commerciaux, foires, super marchés... le croyant s'y rend constamment pour communier et accomplir son rituel : l'achat frénétique. Cette religion qui est devenue la mère de toutes les religions a aussi ses prophètes : banquiers, homes d'affaires, publicitaires, agences du Marketing. Partout ils prêchent la bonne parole : accomplissez votre rituel, vous serez heureux !. Ramadhan, Noël, l'Aïd ont été phagocytés et se sont mis au service du Dieu argent. Pourquoi les "religieux" nahdhaouis et autres sont-ils prêts à tout pour accéder au pouvoir ? eux qui plus que tout autre sont habitués à servir les "Dieux" ? c'est leur métier ! c'est une profession !. Ils se sont appropriés les codes et les techniques du nouveau Dieu : Communication, théâtralité, publicité, financements occultes, blanchiment d'argent, discours et questions fermées...des techniques de ventes, les outils modernes à la conversion des masses. Rien de choquant en soi que l'hypocrisie se généralise et s'exacerbe durant le mois de ramadan, c'est le mois où les masques tombent et où chacun dévoilent sans s'en apercevoir son degré d'addiction à la nouvelle religion. Les uns veulent garder un rythme de consommation régulier : les fattaras et les autres, se rattrapent en soirée pour compenser le manque de la journée, tous ensemble pour la plus grandes joies des vendeurs. Le manque à gagner du jour et largement rattrapé voir même dépassé en soirée. La comptabilité à l'échelle du pays enregistre un léger ++ en ligne Consommation qui vient naturellement compenser la ligne Production qui elle, est dans le rouge. Le peuple s'est donc offert et s'est payé son inactivité du mois. Le Dieu argent a reçu son offrande et tout le monde est content. En conséquence, le débat du Fattar et du Jeûneur est stérile et n'a aucun sens. Salam Alikoum.

Vor
| 16-07-2015 14:42
A vous lire le ramadan en tunisie est une catastrophe. Vous etes surement de ceux qui rêve d une Tunisie européenne á outrance !

sihem
| 15-07-2015 01:39
finalement rien ne va d'après vous madame synda alors rien ne vous oblige d'être parmi nous les hypocrites pays musulmane le coran est clair dans ce sens idha 3asaytom fastatirou obliger ou par pudeur les devantures des cafés restaurants cachées et cela ne dérange personne que faire avec les visiteurs étrangers et ceux qui sont malades depuis longtemps en tunisie on fonctionne ainsi par respect aux autres on se cache

A lire aussi

Les jours ne se ressemblent pas. Aucune commune

05/04/2020 19:59
0

Il existe une fâcheuse habitude qui commence à s’installer chez les décideurs tunisiens qui consiste

05/04/2020 17:35
0

En cette période de Coronavirus, accéder à des informations autres que celles sur le Covid19 est une

04/04/2020 14:09
7

L’enfer, c’est les autres et les autres sont ceux qui ne se décident toujours pas à entamer leur

03/04/2020 17:30
9