alexametrics
A la Une

Ce que peut faire Mechichi après son humiliation

Temps de lecture : 7 min
Ce que peut faire Mechichi après son humiliation

 

En seulement quelques semaines, le chef du gouvernement Hichem Mechichi a essuyé deux humiliations publiques de la part du président de la République. Va-t-il se comporter en énarque docile respectueux de la hiérarchie (alors que le président de la République n’est pas son supérieur) ou plutôt va-t-il se comporter en homme politique qui distribue les coups quand il en reçoit ?

 

Le système politique tunisien a beaucoup de défauts parmi lesquels le dispatching des pouvoirs entre le président de la République et le chef du gouvernement. A la question de savoir qui est réellement et concrètement le chef de l’Etat, personne ne peut répondre. Le président de la République, a constitutionnellement, des pouvoirs limités et bien moindres que ceux du chef du gouvernement. Ce dernier, en dépit de tout ce que lui offre la deuxième section du chapitre IV de la Constitution, n’a pas de légitimité électorale. L’un et l’autre doivent composer, pourtant, mais comment ?

Kaïs Saïed, responsable de la nomination de Hichem Mechichi, se conduit comme un supérieur hiérarchique face à son subordonné et dépasse, du coup, ses prérogatives limitées par la constitution.

Avant même l’approbation officielle par le Parlement, Hichem Mechichi a subi (au moins) deux humiliations publiques. La première quand il a décidé de limoger son ministre de la Culture Walid Zidi. Ce dernier a été reçu le même jour par le président de la République qui lui a témoigné toute son estime et tous ses encouragements. Rétropédalage immédiat de Hichem Mechichi qui s’est rétracté dans sa décision préférant garder le ministre limogé plutôt que de commencer son mandat par un affrontement avec le président de la République.

 

Mercredi 23 septembre, la deuxième humiliation du palais est encore plus spectaculaire. Le président de la République reçoit le chef du gouvernement et lui fait des remontrances à propos de plusieurs de ses récentes décisions. C’était surréaliste, on dirait un professeur face à son étudiant ou (encore une fois) un chef face à son subordonné. Il s’agissait notamment de la question de l’augmentation des salaires des gouverneurs et de la nomination de deux figures de l’ancien régime à la présidence du gouvernement en qualité de conseillers. Ces décisions entrent pourtant dans les prérogatives du chef du gouvernement et ne regardent nullement la présidence de la République, de quelque manière que ce soit. Ingérence ? C’en est indéniablement une ! Mais il y a pire que les remontrances, car le président de la République a choisi de filmer l’entretien et de le diffuser publiquement. Pis encore, il a censuré toutes les réponses du chef du gouvernement. Cela a créé immédiatement une polémique dans l’opinion publique. Si les aficionados du président de la République, dont le comédien Lotfi Abdelli, ont applaudi des deux mains la colère de Kaïs Saïed et ses remontrances, pour dire « voilà un vrai chef », il n’en est pas de même pour l’essentiel de la classe politique. Beaucoup d’encre a coulé en moins de 48 heures au sujet du fond et de la forme de l’entretien et plusieurs hommes et femmes politiques ou des observateurs ont critiqué sévèrement l’abus du président.

 

Comment a réagi Mechichi ? Mollement.  Dans un premier temps, il n’y a eu aucune réaction de la part de la Kasbah. Même pas une fuite des réponses données au président. Dans un deuxième temps et au vu de la polémique, Slim Tissaoui, conseiller auprès du chef du gouvernement, est sorti dans les médias pour dire, grosso modo, que son chef n’est pas offensé. « Sa réaction était ordinaire, a-t-il soutenu. Kaïs Saïed n’avait pas fait exprès de sermonner le chef du gouvernement, c’était simplement  son style. Un style que le chef du gouvernement  comprend ». Le même Tissaoui annonce dans sa déclaration donnée à Attessia que les nominations ne sont pas encore officielles. La Kasbah prépare-t-elle un autre rétropédalage et ce après avoir convenu, le plus officiellement du monde, des nominations avec les intéressés ? A entendre Tissaoui, ça en a tout l’air. C’est un peu comme si Hichem Mechichi acceptait un statut de subordonné alors que la constitution le met au moins à pied d’égalité avec le président de la République !

Vendredi matin, la polémique n’a pas cessé et c’est alors qu’une source à la Kasbah révèle à Business News que « dans un souci de préserver des relations de travail saines entre les institutions de l’Etat, et afin de répondre aux sollicitations du chef de l’Etat pour échanger sur les impératifs de la situation actuelle et les problématiques concernant le peuple tunisien, Hichem Mechichi refusera dorénavant que toute rencontre avec Kaïs Saïed soit filmée et manipulée de manière à porter atteinte à l’Etat et aux institutions du pouvoir ». Une réaction bien molle par rapport à l’affront. Il n’y a même pas eu de communiqué officiel pour dénoncer le comportement de Carthage !

 

De quoi a peur Hichem Mechichi ? Pourquoi ne « remplit-il pas bien son siège », comme on dit en Tunisie, pourquoi n’assoit-il pas son autorité, pourquoi n’arrête-t-il pas les ingérences du président de la République ? La constitution a délimité les espaces de chacun, chacun doit rester à sa place, Hichem Mechichi n’a pas à faire les rétropédalages les uns derrière les autres devant le président de la République, car ce dernier n’a pas le droit de s’immiscer dans ses décisions.

Depuis la révolution, il y a des précédents de tentatives d’ingérence de Carthage dans le travail de la Kasbah.

Sous Moncef Marzouki, il y avait un véritable bras de fer entre Hamadi Jebali et Moncef Marzouki. M. Jebali a envoyé totalement balader M. Marzouki. Le même Marzouki, quand il a dépassé ses prérogatives, a été superbement ignoré et pendant des mois, par Mehdi Jomâa. Ce dernier a même interdit à ses ministres d’aller voir le président sans son aval. M. Jomâa est allé jusqu’à accompagner à Carthage son ministre de Défense de l’époque Ghazi Jeribi signifiant bien au président que rien ne peut se faire sans lui dans le gouvernement et que c’est lui (Mehdi Jomâa) le vrai chef.

Entre Béji Caïd Essebsi et Habib Essid, il y avait également un bras de fer. Feu Caïd Essebsi était fort et a tenté, à maintes reprises, d’imposer ses décisions à M. Essid. Ce dernier a résisté pendant un temps avant de jeter finalement l’éponge.

Il y a eu ensuite Youssef Chahed et là, c’était le festival. Il y avait une véritable guerre entre Carthage et la Kasbah et celle-ci a fait le bonheur des salons et des médias avant que tout le monde ne s’aperçoive que ce sont les intérêts de l’Etat qui pâtissent d’une telle guerre à la tête du pouvoir exécutif.

 

Soucieux des intérêts de l’Etat, Hichem Mechichi ne semble pas chercher l’affrontement pour le moment. Cette « gentillesse » risque cependant d’être considérée comme une faiblesse et il faudra bien, tôt ou tard, que le président de la République respecte ses limites et fasse preuve du même respect que lui voue le chef du gouvernement. Il faudrait bien, d’une manière ou d’une autre, que Kaïs Saïed comprenne que Hichem Mechichi est LE chef du gouvernement et non SON Premier ministre.

 

Que devrait faire Mechichi face à ces abus présidentiels répétitifs ? La moindre des choses, et pour asseoir sa position en tant que « chef » : ne pas rétropédaler. Les nominations qu’il a décidées doivent être maintenues. Il devrait également interdire, d’une manière plus bruyante, la manipulation des vidéos des rencontres par le palais de Carthage. Il pourrait même ne plus répondre aux invitations d’entretien du président de la République et l’isoler ainsi à Carthage et dans ses prérogatives délimitées par la constitution. Kaïs Saïed ne peut en vouloir qu’à lui-même puisque c’est lui qui a manqué de respect au chef du gouvernement.

En somme, Hichem Mechichi doit respecter la constitution et agir en tant que chef et non en tant que subordonné. C’est l’assemblée qui lui a donné ce pouvoir et personne d’autre.

 

Raouf Ben Hédi


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (19)

Commenter

Achille
| 27-09-2020 12:07
Pour une soit disant dite ""démocratie nouvelle' avoir des gouvernements qui défilent sans rien faire est déja en soit une honte.
Avoir en plus une ARP fourré au terrorisme et un président qui braille sans rien pouvoir faire et des partis politiques qui se multiplient et s'échangent les députés comme dans une session d'échangistes pervers.

Ajoutons a la cela le bordel et le chaos, ainsi que le colonialisme endigué très timidement dont lequel a été plongé ce pays. Le bilan de l'humiliation est déja très haut.

Venir nous refourger un chef de gouvernement de plus qui a soit disant formé un gouvernement de compétence indépendante qui a l'air inexistant.
Est ce que quelqu'un a l'impression que ce gouvernement existe ?
On dirait un gouvernement qui ne sert que de zone tampon entre d'une part les armées ennemis qui attendent de bouffer le territoire et d'exterminer sa population et de l'autre la population et le pays.

L'échec de ce gouvernement inexistant sans présence et de soit disant compétences indépendante (dont pas mal ne sont en rien indépendant et bossent pour le terrorisme et la colonisation) n'est qu'une affaire de semaines ou mois. Méchichi devrait mieux démissionner et lancer ainsi la dissolution du parlement et des elections pour qu'on puisse élire Abir Moussi et faire dégager le pays de sa prise d'otage et de ce champ de guerre dans lequel il est plongé.

Welles
| 27-09-2020 08:58
De grâce change de pseudo car comme d'habitude tu confonds tout car tu es aveuglé par ton côté partisan du président.
Comment on peut confondre légal et légitime ?
Par ailleurs vous comparez Mchichi à un roseau dans le vent sauf que le roseau plie mais ne casse jamais. Nous verrons la réaction intelligente de Mchichi bientôt

La Tunise est déjè en feu, arrêtez de verser encore de l 'essence !!!
| 27-09-2020 00:06
Mechichi, ayant été désigné par Saied, quel est le mal qu'il se concerte avec lui tout au long du parcours. Indépendamment de ce qui figure dans la constitution, Mechichi aurait-il rêvé d'être un our Premier Ministre, n'eut été la nomination par Saied. Alord est-ce qu'il est normal que du jour au lendemain, il lui tourne le veste. Ceux qui disent le contraire essaient d'allumer le feu pourque le pays se brise. Arrêtez d'allumer la Tunisie, elle est déjà en feu par la volonté de plusieurs courants et soit-disant partis!!!

1/raisonnable
| 26-09-2020 15:41
Tous ceux qui appartenaient de près ou de loin à Ennahda (frères musulmans), sont des corrompus et immoraux à la foi. Force de préciser que KaiS saidi faisait partie de cette gangrènes qui ne cesse de ruiner la Tunisie et répandre leurs métastase dans tous les rouages du pays.

Lambda
| 26-09-2020 15:38
@contribuable : un lecteur t'a déjà répondu, je ne dirai pas mieux
@rationel : ton discours est identique à celui de donald Trump quand il attaque les médias en leur parlant de FB. Si les médias n'ont pas d'influence, pkoi continuent ils à être lus et à être critiqués par les politiques ? C'est vrai que fb est plus lu qu'un journal comme BN, sauf que les 7 millions dont tu parles ne lisent pas tous la même chose. Une page de KS sur FB n'a que qques centaines de milliers d'abonnés cets a dire la même chose qu'un média comme BN. Les algorithmes de FB font que ces centaines de milliers eux mêmes ne voient pas toujours ce que leur public KS ou Trump. Même raisonnement pour Twitter.
Autre chose, je connais plein de gens influents (cadres d'entreprise et hauts fonctionnaires) qui n'ont ni fb ni Twitter mais qui lisent BN et les journaux tunisiens. Faut pas être leurré par les 7 millions de tunisiens sur fb, ils y sont pour mater et draguer et non pour lire du contenu interessant. Remarque en passant, tous les médias qui se respectent se trouvent sur fb et Twitter. Donc celui qui consomme fb consomme aussi du BN, d'el hiwar, de TN et autres

Forza
| 26-09-2020 13:44
Il veut la transparence et veut communiquer au peuple, ok et accepté mais pourquoi ordonne-t-il a son équipe de faire des montages pour laisser disparaitre la réponse de Mechihci. Où a-t-il appris le sens de fairness, qui est le fondement même de l'intégrité. Est-ce juste et de droit de ne faire que des monologues et de ne pas laisser la voix de l'autre partie arriver au peuple. C'est exactement ce que faisait Ben Ali, ses opposants n'avaient pas droit a la parole.
Et puis, depuis quand Kais Saied est un révolutionnaire ? Il était toute sa vie conforme au système. Il n'est ni un Hammami, Ben Sedrine, Larayidh ou Echebbi, rien de tout ça. Pire, selon des députés de Qalb Tounes, Kais Saied a participé activement dans l'amendement de l'ancienne constitution pour permettre à Ben Ali de se présenter de nouveau, c.à.d. il est quelqu'un de l'ancien système. Et Monsieur Sadok Chaabane, un homme de Ben Ali, parle de lui comme étant un ami donc Saied devrait laisser à côté le populisme car il peut aussi être utilisé contre lui.
Pour ceux qui parlent du vote populaire, ça n'a pas de sens de comparer le vote d'un tour de partis avec le vote de deuxième tour de Saied, au premier tour et contre plusieurs candidats, il n'a eu que 18.5%. C'est ça son vrai vote.

Contribuable
| 26-09-2020 13:06
@Lambada

Le fait qu au lieu des habituelles magouilles des chambres fermees, Kaeies Saeid en toute transparence fait savoir au 2.7 millions qui ont vote pour lui et au peuple tunisien, son opinion et sa condamnation du retour de conseillers de Ben Ali au pouvoir, comme si une Revolution n a pas eu lieu, c est preuve d honnete et
d integrite de la part cet homme envers sa parole donnee pour lutter contre le retour de la dictature a travers des pseudos conseillers de Ben Ali entre autre. Il n a pas humilite Mchichi, il lui a exprime sa position, qui est celle du peuple tunisien. Si faire parvenir au peuple, les positions du president de la Republique sur d important sujets, est par les azlems et les nahdaouis habitues a magouiller ensemble en secret, est diffuse comme humiliations, et bien il faut s attendre a beaucoup "d humiliations" au futur..


Rationnel
| 26-09-2020 12:32
Il est clair que la seule personne qui peut affirmer qu'elle a une légitimité populaire est le Président de la république. Les députés ne représentent qu'une minorité de personnes chacun et plusieurs parmi eux ont été élus avec quelque centaines de votes, le Président a reçu des millions de votes. Le mandat populaire est supérieur a la constitution. Des leaders populaires comme Lincoln, FDR aux USA et De Gaulle en France ont radicalement change les constitutions de leurs pays.
Mechichi a commis beaucoup d'erreurs, il n'a aucune expérience politique ou en économie.
Mechichi est tombe dans le piège et a nomme deux appartchiks de Ben Ali comme conseillers. Les media zabatiste ont essaye de défendre ces aides-corruption mais ça n'a pas marche. Il faut être extrêmement stupide pour croire que défendre la corruption peut marche dans un pays qui en souffre encore. Le peuple s'est montre plus intelligent, le pouvoir des media en Tunisie est très limite vu la suprématie de Facebook avec plus de 7 millions de membres, un journal comme BN n'a que quelques milliers de lecteurs.
On sent de la peine pour Mechichi, il n'a pas demande a être place dans cette position. C'est un bureaucrate qui a bien fait son travail, il manque de l'expérience politique, n'a pas une base politique et n'a pas su s'entourer de bons conseiller, il est comme un roseau dans le vent.

Agatacriztiz
| 26-09-2020 12:29
Il fait une conférence de presse (audio visuelle et à une grande heure d'écoute) ou il invite les plus grosses "pointures" de la presse arabe et internationale et où il aura tout le loisir de "déballer" toutes les "misères" auxquelles il doit faire face quotidiennement aussi bien de la part du président que de celle des chefs de groupes parlementaires et après il décide s'il doit claquer la porte ou rester faire le ménage...

Lambda
| 26-09-2020 11:32
Comment pouvez vous dire que Kais Saied est honnête et intègre alors qu'il a manipulé la vidéo pour montrer comment il humilie Mechichi sans donner la réponse de ce dernier !!! C'est honnête ça ? Et il faut arrêter de parler de l'honnêteté et l'intégrité de Kaïs Saied, s'il était dans les affaires et pas dans l'enseignement il se serait comporté autrement

A lire aussi

Pour l’instant, l’Etat se contente de « mesurettes » qui entravent le secteur plus qu’elles

25/10/2020 15:59
3

Retour sur un an d’exercice d’un président atypique.

22/10/2020 19:25
20

Peut-être il est temps de mettre à nu le mal qui ronge notre

21/10/2020 19:59
3